Kenya: l'opposition forme une alliance en vue des élections d'août | Africatime
Jeudi 23 Février 2017

Kenya: l'opposition forme une alliance en vue des élections d'août

Kenya: l'opposition forme une alliance en vue des élections d'août
(AFP 11/01/17)
L'ancien Premier ministre Raila Odinga (g) et l'ancien vice-Premier ministre Musalia Mudavadi (d).

Les principaux leaders de l'opposition kényane ont officialisé mercredi à Nairobi, devant plus de 3.000 personnes, la formation d'une alliance en vue de battre le chef de l'Etat Uhuru Kenyatta à la présidentielle prévue en août.

Cette première véritable démonstration de force de l'opposition, jusqu'alors apparue désorganisée face à un exécutif sortant ayant planifié de longue date sa campagne électorale, a rassemblé les chefs de file des cinq principaux partis d'opposition, dont l'ancien Premier ministre Raila Odinga et l'ancien vice-Premier ministre Musalia Mudavadi.

La nouvelle coalition, baptisée NASA, doit encore s'accorder sur celui qui briguera en son nom le mandat de président, un exercice qui semble être un de ses plus grands défis en amont des élections.

"Nous sommes ici pour insister sur le fait que nous ne sommes qu'une seule et même équipe dans l'opposition, dont le rêve commun est de libérer les Kényans du joug de Jubilee", le parti politique actuellement au pouvoir, a déclaré Raila Odinga, candidat malheureux aux présidentielles de 1997, 2007 et 2013.

Les élections présidentielles de 2007 et 2013 avaient toutes deux été marquées par des accusations de fraude électorale. Les premières avaient dégénéré en violences politico-ethniques ayant fait plus de 1.100 morts tandis que celles de 2013 s'étaient déroulées dans un calme relatif.

Et la défiance entre pouvoir et opposition reste colossale. De violentes manifestations de l'opposition menées en avril et mai 2016 contre la Commission électorale, jugée favorable au président kényan Uhuru Kenyatta, avaient poussé ses membres à démissionner.

L'opposition proteste actuellement, notamment via un recours en justice, contre un amendement à la loi électorale prévoyant que la Commission électorale puisse décompter manuellement les résultats des élections d'août 2017 en cas de défaillance du système électronique. Elle estime que la possibilité d'un décompte manuel est susceptible de favoriser un trucage des élections.

Beaucoup craignaient que l'alliance NASA ne décide d'appeler à des manifestations contre cet amendement de la loi électorale, mais ses leaders ont préféré insister sur l'importance de l'inscription de leurs partisans sur les listes électorales. Ceux qui n'y figurent pas encore pourront le faire à partir de la semaine prochaine.

Malgré son bilan mitigé, le président Uhuru Kenyatta est considéré comme le favori pour se succéder à lui-même à l'issue des élections prévues le 8 août.

Son mandat a été marqué par une croissance économique constante, mais il affiche un bilan peu enviable en terme de lutte contre la corruption et de sécurité - le Kenya a été frappé par une séries d'attaques des islamistes radicaux somaliens shebab qui ont coûté la vie à plusieurs centaines de Kényans.

Commentaires facebook