Mercredi 18 Octobre 2017

Jean Alain Zembi : être prêtre à Zemio, en Centrafrique, « une vie de douleurs et de souffrances »

Jean Alain Zembi : être prêtre à Zemio, en Centrafrique, « une vie de douleurs et de souffrances »
(Jeune Afrique 11/08/17)
L'abbé Jean-Alain Zembi

C'est une ville morte, où les communautés s'observent désormais avec méfiance. Depuis le début des violences à Zemio, une localité située dans le sud-est de la Centrafrique, le prêtre Jean Alain Zembi tente de venir en aide aux déplacés. Malgré les rancœurs, il rêve toujours de paix et de réconciliation.

Depuis plusieurs jours, un calme précaire règne à Zemio. Quelques tirs d’armes automatiques résonnent parfois dans les rues, vite étouffés par un silence de mort. Entre le quartier musulman et le reste de la ville se dresse désormais une frontière invisible, que personne n’ose plus franchir. Les habitants ont fui ou se cloîtrent dans leurs maisons noircies de suie. Les restes des violents incendies qui ont accompagné le début des violences le 28 juin dernier.

Ce jour-là, plusieurs coups de feu retentissent dans le quartier musulman, où résident près de 2 500 personnes. Les habitants affirment avoir été pris à partie par des groupes d’autodéfense, qui se seraient créés pour se protéger des exactions de la milice musulmane. En quelques instants, comme si les deux camps s’y étaient préparés depuis longtemps, la ville s’embrase. « Le feu de l’enfer, décrit le prêtre Jean Alain Zembi, qui officie dans sa paroisse de Zemio depuis novembre 2016. Plutôt que de se faire tuer dans la rue, des familles ont préféré rester chez elles et subir l’épreuve des flammes. Certaines sont mortes, d’autres ont pu être sauvées. » Mais elles porteront pour toujours de terribles séquelles, à l’image des enfants brûlés que l’on voit en photo sur la page Facebook de l’ecclésiastique.

Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/465150/societe/jean-alain-zembi-etre-pretre-...

Commentaires facebook