Mardi 12 Décembre 2017

Israël annonce le report d'un sommet Afrique-Israël prévu au Togo

Israël annonce le report d'un sommet Afrique-Israël prévu au Togo
(AFP 12/09/17)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (D) rencontre le président du Togo Faure Gnassingbé (G) pendant le sommet de la CEDEAO à Monrovia, au Libéria, le 4 juin 2017

Le président togolais, confronté à une importante contestation populaire, a décidé de reporter sine die le sommet Afrique-Israël censé se tenir à Lomé fin octobre, ont indiqué lundi les Affaires étrangères israéliennes.

"A la demande du président du Togo et après des consultations mutuelles avec le Premier ministre (Benjamin Netanyahu), il a été décidé de reporter la tenue du sommet (...) à une date qui sera convenue d'un commun accord", a annoncé le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères Emmanuel Nahshon dans un communiqué.

"Le président du Togo a souligné que le succès de cet évènement nécessitait des préparatifs élaborés", a ajouté M. Nahshon.

"Les pays africains et Israël ne peuvent que bénéficier de la poursuite de la coopération concrète entre les deux parties, et cela dans des domaines importants tels que l'eau, l'agriculture, la santé et les technologies", selon le ministère.

Contactée par l'AFP, une source proche du ministère des Affaires étrangères togolais a confirmé ce report sous couvert d'anonymat: "Le sommet a effectivement été reporté. Pour l'instant, aucune nouvelle date n'a encore été fixée".

Benjamin Netanyahu, qui avait lancé une offensive diplomatique et économique en Afrique de l'est en juillet 2016, est très actif sur le continent africain, où il a également assisté au sommet de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao, 15 membres) au Liberia en juin dernier.

Il avait alors réaffirmé sa foi dans l'avenir de l'Afrique, "un continent ascendant", et réitéré son souhait de voir Israël retrouver auprès de l'Union africaine (UA) le statut d'Etat observateur.

Le sommet à Lomé devait réunir une délégation israélienne composée d'officiels et d'investisseurs, et une trentaine de dirigeants africains sur les thèmes de la sécurité, de la lutte contre le terrorisme et du développement économique.

Toutefois, la perspective de dérouler le tapis rouge aux dirigeants israéliens avait créé des tensions sur le continent, certains Etats - comme l'Afrique du sud, qui ne cache pas sa position pro-palestinienne - ayant annoncé leur intention de boycotter le sommet. Une douzaine de pays africains ne reconnaissent toujours pas l'Etat d'Israël.

Le Togo, partenaire économique et allié d'Israël, a connu la semaine dernière des rassemblements populaires massifs contre le régime du président Gnassingbé, qui avait succédé à son père il y a 12 ans. L'opposition a prévu de nouveaux rassemblements dans les prochains jours.

Commentaires facebook