Samedi 23 Septembre 2017

Burkina Faso: face aux attaques terroristes, les enseignants désertent le nord

Burkina Faso: face aux attaques terroristes, les enseignants désertent le nord
(RFI 20/03/17)
Les propos du chef d'état-major des armées burkinabè, le général Oumarou Sadou, ont provoqué une polémique sur la sécurité dans le nord du pays.

A l'occasion de la fin de manœuvres et exercices militaires dénommés « Flintlock », qui a permis des centaines de militaires burkinabè de bénéficier d'une formation dans lutte contre le terrorisme, le chef d'état-major général des armées, le général Oumarou Sadou, avait déclaré qu'il ne suffisait pas de déployer tous les soldats burkinabè au nord, face à la menace terroriste, et qu'il fallait penser aux autres régions du pays. Alors que le ministre de l'Education avait annoncé des mesures prises par le gouvernement pour sécuriser les travailleurs et les populations du nord du pays. Les enseignants continuent à abandonner leurs postes pour rejoindre la capitale Ouagadougou.

Face aux nombreuses attaques dans le nord du Burkina Faso, le chef d'état-major général des armées a souligné jeudi dernier que « quelque chose sera faite mais pas dans l'immédiatement », alors que les enseignants et certains fonctionnaires continuent à déserter leurs postes dans cette région du pays.

Ces propos du chef d'état-major général des armées sont diversement commentés par les Burkinabè. « Les propos du chef d'état-major général des armées ne rassurent pas du tout », s'inquiète un administrateur civil.

« Même si ce qu'il dit est vrai, le moment est mal choisi » poursuit un journaliste. Selon certains habitants, les enseignants ont fermé de nombreuses écoles et plusieurs envisagent un retour à la capitale. « Nous n'allons pas rester là pour être éliminés comme des lapins » se défend un instituteur.

Commentaires facebook