Vendredi 20 Avril 2018
(La Tribune 29/03/18)
Alors que le dialogue inter-togolais sous la houlette du président ghanéen se poursuit, dans la douleur, la coalition de l'opposition a tenu à faire connaître au pouvoir les limites à ne pas franchir. Pour Brigitte Adjamagbo-Johnson et les siens, pas question d'un autre mandat pour Faure Gnassingbé, déjà engagé dans son troisième mandat au pouvoir. Pour la coalition des 14 partis politiques de l'opposition au Togo, on pourrait ''dialoguer'' de tout sauf d'une autre candidature de Faure Gnassingbé en 2020. L'opposition s'est catégoriquement déclaré ce début de semaine contre cette possibilité qualifiant même l'idée d'une escroquerie politique. « C'est vraiment immoral, c'est une escroquerie politique », a laissé entendre Brigitte Adjamagbo-Johnson, coordonnatrice de la coalition...
(RFI 27/03/18)
L’opposition accepte de faire quelques concessions pour une sortie de crise. Le facilitateur dans le dialogue togolais a constaté l’impasse dans laquelle se trouvaient les pourparlers entre le pouvoir et l’opposition togolaise vendredi 23 mars et suspendu les discussions. En conférence de presse lundi, l’opposition a dit les concessions qu’elle était en mesure de faire et qu’elle a soumis au facilitateur, le président Nana-Akoufo-Addo du Ghana au cours des discussions On en sait davantage sur le troisième round du dialogue togolais repris vendredi dernier et suspendu quelques heures après. Selon le communiqué de la coalition des 14 partis de l’opposition, les travaux se sont déroulés en une série de plénières et de consultations au cours desquelles le facilitateur, le président...
(RFI 27/03/18)
Un centre numérique 100% dédié à la formation aux NTIC et à l’innovation sociale ainsi qu’un FabLab ont ouvert leurs portes le week-end du 24 mars à Dapaong, dans la région des Savanes au Togo. Les FabLab, abréviation de Fabrication et de Laboratoire se développent partout en Afrique. Ils intègrent des machines-outils pilotées par ordinateur et des imprimantes 3D, qui permettent de créer à la demande toute sorte d’objets des plus simples aux plus compliqués. La plupart de ces ateliers...
(La Tribune 26/03/18)
Dans le cadre du programme économique et financier appuyé par la Facilité élargie de crédit, une délégation du Fonds monétaire international est attendue à Lomé ce mardi 27 mars, a-t-on appris d'une source au ministère togolais de l'économie. La mission séjournera dans le pays jusqu'au 11 avril et publiera un communiqué en fin de mission. Les autorités togolaises, et particulièrement le ministre de l'économie et des finances, Sani Yaya, se préparent à accueillir une équipe du Fonds monétaire international (FMI)...
(Jeune Afrique 26/03/18)
De deux il y a encore quelques mois, les fournisseurs d'accès internet au Togo sont passés à quatre, le 22 mars. C'est le résultat de la politique d'ouverture du marché décidée par le gouvernement avec pour objectif affiché d'améliorer l'accès à internet et faire baisser les prix pour les consommateurs. Filiale de la multinationale française spécialisée dans la communication et le divertissement Vivendi, le Group Vivendi Africa (GVA), dédié au développement de l’accès internet à très haut débit en Afrique,...
(Jeune Afrique 22/03/18)
Le dialogue politique togolais devrait reprendre dès ce lundi 26 mars, un mois après sa suspension pour consultations bilatérales. La communauté internationale se mobilise depuis quelques jours pour convaincre les deux parties de reprendre les discussions afin de mettre fin à la crise qui secoue le pays depuis sept mois. Un mois après sa suspension, le 23 février dernier, le dialogue togolais est sur le point de reprendre. Après une longue période de consultations bilatérales, la facilitation ghanéenne a annoncé...
(La Tribune 21/03/18)
Intervenant fréquemment depuis le début de la crise togolaise, la coordination du Système des Nations Unies, de la délégation de l'Union européenne et les ambassades d'Allemagne, des États-Unis d'Amérique et de la France ont de nouveau, ce lundi 19 mars, appelé les protagonistes à respecter leurs engagements et de trouver un accord pour sortir le pays de la crise politique qui sévit dans le pays depuis sept mois déjà. La suspension des manifestations publiques de l'opposition ne signifie pas la...
(RFI 21/03/18)
Le dialogue inter-togolais suspendu le 23 février, officiellement pour un agenda chargé du facilitateur, doit reprendre. Les discussions bilatérales ont repris, on annonce l'arrivée probable dans la capitale togolaise, de Nana Akufo-Addo, président du Ghana, la semaine prochaine. Le temps de la suspension a semblé long à la coalition de l'opposition ; à plusieurs reprises on a bousculé les choses pour descendre à nouveau dans les rues. Cette fois, on s'est compris : le facilitateur Nana Akufo-Addo, président du Ghana,...
(La Tribune 16/03/18)
L'opposition togolaise, par la voix du Parti national panafricain de Tikpi Atchadam, a annoncé l'organisation de quatre jours de manifestations dans les villes du pays. Dans un communiqué rendu public ce mardi, le parti appelle les Togolais à se joindre à la coalition des partis de l’opposition pour exiger le départ du président Faure Gnassingbé. Le dialogue politique au point mort, les manifestations anti-gouvernement de l'opposition vont peut-être reprendre. Dans un communiqué transmis à la presse ce mardi 13 mars,...
(La Tribune 14/03/18)
Les agents de la santé au Togo observent depuis ce mardi 13 mars et jusqu'au 16 du mois, une grève sèche sur toute l'étendue du territoire. Ce nouveau mouvement des salariés du secteur intervient quelques semaines après les sit-in observés devant les hôpitaux publics du pays, en guise d’avertissement lancé au gouvernement, «A compter de demain mardi 13 mars, nous allons observer sur toute l'étendue du territoire, une grève sèche... Tous les patients non graves sont priés de rentrer chez...
(Jeune Afrique 14/03/18)
À côté de l'opérateur public historique Togo Telecom et du privé Café informatique, un nouvel acteur, Teolis, a fait son entrée fin février dans le cercle très fermé des fournisseurs d'accès à Internet au Togo. Jeune Afrique a rencontré son président, Michel Bagnah. Le 22 février, Teolis SA a procédé en grande pompe au lancement officiel de ses activités au Togo. Le fournisseur d’accès à Internet (FAI), qui a obtenu sa licence de l’État en juin 2017, en même temps...
(RFI 12/03/18)
Deux étudiants et le vice-doyen de l'université de Lomé sont en garde à vue au service de renseignements et d'investigation à la gendarmerie de Lomé. Ils seraient soupçonnés de manipulation des notes d'examen à la faculté des sciences et de la santé. L'affaire fait grand bruit à Lomé et pour le front citoyen Togo Debout, l'objectif de cette affaire est de décapiter leur mouvement. L'affaire remonte à l'année académique 2016-2017. Sur le fond, on sait simplement que le vice-doyen de la faculté des sciences et de la santé, le professeur Majesté Ihou ...
(Jeune Afrique 10/03/18)
Au tribunal de Lomé, une nouvelle chambre spéciale a été créée pour traiter le recouvrement des « petites créances », de moins d'un million de francs CFA. Objectif : accélérer les procédures et diminuer les frais pour les justiciables concernés. Au Togo, comme dans de nombreux pays africains, les justiciables renoncent souvent à porter des affaires relatives aux petites créances devant les tribunaux. La lourdeur des procédures judiciaires et administratives ou les frais d’avocats élevés sont des motifs souvent invoqués ceux-ci. Annoncée lors du Conseil des ministres du 26 janvier dernier, la chambre spéciale pour le recouvrement des petites créances du tribunal de première instance de Lomé...
(Jeune Afrique 10/03/18)
Facinet Sylla, économiste et ancien directeur de la banque centrale de Guinée, plaide pour une monnaie commune dépouillée des poids symboliques que sont son nom et la présence d'officiels français au sein de ses instances de gouvernance. Tribune. Jamais le débat sur le franc CFA, cette monnaie commune à huit pays d’Afrique de l’Ouest (UEMOA) et à six pays d’Afrique centrale (Cemac), n’aura atteint un tel niveau. Ses partisans font l’éloge de la stabilité macroéconomique qu’il sous-tend, tandis que ses...
(RFI 09/03/18)
La coalition de l'opposition togolaise annule ses marches prévues la semaine prochaine. C'était une demande du médiateur de la crise, le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, qui a justement reçu, mardi 7 mars, les représentants de l'opposition à Accra. Les opposants demandent la suspension du processus électoral en cours au Togo. Ils ont le sentiment d'avoir été compris par le médiateur ghanéen et ils acceptent d'attendre une semaine avant une éventuelle reprise des marches. « Nous avons été reçus par Nana Akufo-Addo. Il nous a compris, mais il nous a dit : écoutez, donnez-moi une semaine...
(RFI 08/03/18)
L'opposition togolaise de retour d'Accra où les représentants de la coalition sont allés rencontrer le président ghanéen Nana Akufuo-Addo. Le facilitateur demande à l'opposition de ne pas manifester la semaine prochaine comme elle a prévu de le faire pour protester contre le fait que le gouvernement poursuit le processus électoral, alors qu'elle en demande la suspension. Le dialogue togolais est suspendu, le pouvoir continue les préparatifs des élections à venir. L'opposition est fâchée parce que les mesures d'apaisement ne sont pas toutes exécutées ...
(La Tribune 08/03/18)
Invitée en marge de la célébration de l'indépendance, une délégation de la coalition des 14 partis politiques de l'opposition au Togo a été reçue ce mardi par le médiateur de la crise politique le président ghanéen Nana Akufo-Addo à Accra. Une rencontre qui a été précédée par un bref échange avec le président nigérian Muhammadu Buhari toujours en présence de Nana Akufo-Addo. Même si à Lomé on attend encore le contenu concret des échanges, on sait néanmoins que les débats...
(RFI 07/03/18)
La coalition des 14 avait promis dans le cadre du dialogue suspendre toutes les manifestations de rue. Cette décision n'est plus à l'ordre du jour. L'opposition togolaise appelle de nouveau à manifester dans la rue la semaine prochaine. La coalition des 14 partis de l'opposition a annoncé lundi 5 mars qu'elle se sentait déliée de son engagement à geler ses manifestations. Le communiqué de cette décision de la coalition énumère deux faits qui en sont les causes. D'abord, il y a « le passage à tabac des populations de Kparatao », village natal de Tikpi Salifou Atchadam, leader du PNP...
(RFI 05/03/18)
Trois jours après le double attentat de Ouagadougou, le travail d'enquête se poursuit et les premières visite de chef d'Etat commencent. Dimanche, à l'ambassade de France ainsi qu'à l'état-major et dans ses alentours, les équipes de la police scientifique burkinabè et françaises se sont activées pour analyser les méthodes des terroristes, photographier les lieux et les abords des attentats et faire des prélèvements. Leur enquête déterminera peut-être s'il y a eu des complicités au sein même de l'armée pour faciliter...
(Jeune Afrique 05/03/18)
L’Ocde vient de rendre un rapport sur les flux illicites dans la région. Trafics de drogue, de pétrole, d’or, ou encore pêche illégale coûteraient 40 milliards d’euros par an au continent. Une fois refermé le rapport sur « L’Économie du commerce illicite en Afrique de l’Ouest », publié le 20 février par l’Ocde, on ne peut qu’être sidéré par l’emprise de cet argent « noir » et par les dégâts qu’il inflige aux pays de la Cedeao. Fruit de l’actualisation...

Pages