Samedi 20 Janvier 2018
(Xinhua 19/01/18)
Une mission de la CEDEAO, dirigée par le ministre des Affaires étrangères du Togo, Robert Dussey, a été reçu ce mercredi le président bissau-guinéen, José Mario Vaz, dans le cadre de la recherche d'une solution à la crise politique qui sévit depuis plus de deux ans en Guinée-Bissau, annonce-t-on de source officielle. M. Dussey a remis au chef de l'Etat une lettre signée par les présidents du Togo et de la Guinée-Conakry, respectivement président en exercice de la CEDEAO et de l'Union Africaine et médiateur de la crise politique en Guinée-Bissau. Sans révéler la teneur de cette lettre, Robert Dussey qui est accompagné de Naby Bangoura, secrétaire général de la présidence de la Guinée-Conakry, a...
(La Tribune 18/01/18)
Une délégation de la coalition de l'opposition togolaise a rencontré, ce début de semaine à Conakry, le président guinéen Alpha Condé, considéré comme suffisamment impliqué dans la résolution de la crise politique que traverse le Togo. A l'issue des échanges, Condé a proposé les dates du 23 et du 26 janvier pour la reprise du dialogue entre pouvoir et la coalition. On en sait désormais plus sur le sort du dialogue préconisé pour résoudre la crise politique au Togo. D'après un communiqué transmis à la presse, une délégation de la coalition des quatorze partis politiques de l'opposition s'est rendue ce début de semaine chez le président guinéen et président en exercice de l'Union...
(RFI 18/01/18)
Après la Guinée, les représentants de l'opposition togolaise font étape au Ghana pour tenter de trouver des solutions à la crise politique qui agite le pays depuis le mois d'août dernier. Les opposants ont rendez-vous ce mercredi 17 janvier avec le président Nana Akufo-Addo, médiateur comme son homologue guinéen Alpha Condé, qui a proposé une date pour que le pouvoir et l'opposition se retrouvent au Togo afin de sortir de la crise. Le président guinéen Alpha Condé, rencontré lundi et mardi par l'opposition togolaise à Conakry, a proposé que les opposants et le pouvoir togolais ...
(APA 17/01/18)
APA-Lomé (Togo) - Le président guinéen, Alpha Condé, a proposé, après consultation des parties prenantes, un dialogue intertogolais entre le 23 et le 26 janvier, indique un communiqué de la coalition des 14 partis politiques de l'opposition togolaise. Arrivée à Conakry le lundi 15 janvier sur invitation du président de l'Union africaine (UA), une délégation de l'opposition a été reçue dans la soirée par M. Condé et ce mardi matin pour « des séances de travail très fructueuses relatives aux...
(RFI 17/01/18)
Au Togo, le dialogue politique se fait toujours attendre, mais peut-être plus pour longtemps. L'opposition togolaise était à Conakry mardi 17 janvier et avant-hier lundi, à l'invitation du président guinéen, Alpha Condé, qui joue un rôle de médiateur dans cette crise politique au Togo. Objectif de la rencontre : essayer de lancer le dialogue entre le gouvernement togolais et l’opposition. « Nous sommes préoccupés par la situation au Togo », a indiqué le président guinéen à l’issue de la rencontre...
(La Tribune 16/01/18)
« Nous ferons en sorte qu'il n'y ait pas de référendum », a clamé ce week-end Jean-Pierre Fabre, leader de l'opposition togolaise, lors de la première manifestation de l'année des quatorze partis de l'opposition. Selon Fabre, le pouvoir qui a aussi appelé à des manifestants dans la rue ce samedi 13 janvier joue à «la diversion» pour imposer le référendum. La coalition des quatorze partis de l'opposition togolaise vient de dénoncer l'éventualité d'organiser un référendum pour régler la question des réformes constitutionnelles. Par la voix du président de l'Alliance nationale pour le changement (ANC) et chef de file de l'opposition, Jean-Pierre Fabre, la coalition de l'opposition...
(AFP 16/01/18)
APA - Lomé (Togo) - Le leader de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), Jean-Pierre Fabre, a dénoncé « la diversion dans le jeu du gouvernement », s’indignant du fait que le président Faure Gnassingbé « appelle ses partisans dans les rues pour imposer le référendum », après l’annonce à plusieurs reprises d’un dialogue. Dans son intervention, samedi, au point de chute d’une marche de la coalition des 14 partis de l’opposition, à Lomé, le chef de file de l’opposition...
(La Tribune 16/01/18)
Coordinatrice de la coalition des quatorze partis de l'opposition née après le 19 août dernier, membre du gouvernement de la transition au début des années 1990, seule femme togolaise chef de parti -Convergence démocratique des peuples africains- et candidate à l'élection présidentielle, Brigitte Adjamagbo-Johnson revient dans cette interview exclusive sur le mouvement togolais qui demande le départ du président Faure Gnassingbé et fait le bilan et nous confie les prochaines étapes de la mobilisation des partis de l'opposition. LTA :...
(AFP 15/01/18)
Plusieurs milliers de personnes ont à nouveau défilé samedi dans les rues de Lomé à l'appel de la coalition de l'opposition pour protester contre le régime du président Faure Gnassingbé, a rapporté un journaliste de l'AFP. Ce regroupement de 14 partis politiques, organise des marches quasi hebdomadaires qui rassemblent des milliers, voire des dizaines de milliers de manifestants depuis début septembre, pour protester contre l'accaparement du pouvoir par une seule famille depuis plus de 50 ans. Faure Gnassingbé a succédé en 2005 à son père, le général Gnassingbé Eyadéma, qui a dirigé sans partage le pays pendant 38 ans. Partis de trois points de rassemblement, les manifestants ont sillonné des artères de la capitale...
(APA 15/01/18)
APA - Lomé (Togo) - Une délégation de la coalition des 14 partis de l’opposition togolaise est attendue à Conakry (Guinée) et à Accra (Ghana), respectivement les 15 et 16 janvier 2018 pour rencontrer les présidents Condé et Akufo-Addo sur invitation de ces derniers, a appris APA auprès du regroupement. « Les discussions vont porter sur le dialogue, même s’il n’y a pas de projet particulier », précise un chef de parti membre de la coalition. Selon une autre source,...
(RFI 15/01/18)
Les positions sont bien tranchées, tous les protagonistes parlent de dialogue, mais restent campés sur leurs positions. Le gouvernement, le parti au pouvoir et ses militants vont plus loin, il faut avoir recours au référendum, ce qui n'est du goût de l'opposition. Ce samedi, de part et d'autre, on a mobilisé à travers le pays pour tenter de montrer qui peut compter sur le peuple. A Tsévié, Atakpamé, Sotouboua, Tchamba, Kara et Dapaong, le parti au pouvoir a mis les...
(AFP 12/01/18)
Assis au milieu d'un groupe de jeunes dans le quartier de Bè, un fief de l'opposition à Lomé, Yaovi Ewonvo, commente le journal: "Rien ne va plus dans ce pays. Après des années d'études, on est réduit au chômage et toujours à la charge des parents". Le Togo, où les deux-tiers des habitants vivent de l'agriculture de subsistance et plus de la moitié vit avec moins d'un dollar par jour, est en proie à une grave crise politique depuis septembre...
(Jeune Afrique 12/01/18)
L'année 2018 sera à quitte ou double pour l'avenir ou le devenir de certaines démocraties africaines. L'attention va se concentrer sur le Zimbabwe, pays en pleine refonte. Mais le Cameroun de Paul Biya, le Mali d'IBK ont aussi rendez-vous dans les urnes. Enfin le feuilleton des élections congolaises devrait connaitre son lot de rebondissements. Détails en infographie. Qui aurait cru que les Zimbabwéens choisiraient en 2018 le successeur de Robert Mugabe ? Sous la contrainte, « Bob », 93 ans dont...
(La Tribune 11/01/18)
Réagissant au discours du Nouvel An du chef de l'Etat Faure Gnassingbé, la coalition des partis de l'opposition prévoit une marche des femmes ce 20 janvier au Togo pour dénoncer la «duplicité» du régime et réclamer le départ du président. Une marche qui devrait se tenir une semaine après une manifestation déjà programmée dans la capitale Lomé. L'opposition togolaise poursuit sa lutte contre le régime de Faure Gnassingbé. Répondant aux propos du chef de l'Etat qui les invitait au dialogue...
(APA 09/01/18)
APA - Lome (Togo) - L’opposition togolaise réunie au sein d’une coalition de 14 partis politiques réaffirme sa disponibilité pour un ‘’dialogue sincère’’ sous la double médiation guinéenne et ghanéenne a déclaré ce lundi, Brigitte Adjamagbo-Johnson, la coordinatrice. Dans sa déclaration faite lors d’une conférence de presse animée à Lomé, l’ancienne candidate à l’élection présidentielle de 2010 a, au nom des 14 partis politiques de la coalition, renouvelé sa gratitude aux présidents guinéen Alpha Condé et Nana Akufo-Addo du Ghana...
(Agence Ecofin 09/01/18)
Dans son message de vœux à la nation mercredi dernier, le président togolais, Faure Gnassingbé s’est engagé à garantir 20% des marchés publics aux jeunes entrepreneurs locaux. « J’envisage par exemple que l’attribution des marchés publics réserve un quota allant jusqu’à 20% aux jeunes entrepreneurs et aux femmes, qui bénéficieront par ailleurs de procédures allégées », promet le président togolais. Cette promesse s’inscrit en droite ligne de l’ambition du gouvernement togolais visant à stimuler l’inclusion socio-économique de la couche juvénile...
(APA 08/01/18)
APA - Lomé (Togo) - L’opposition togolaise réunie au sein d’une coalition de 14 partis politiques a annoncé ce lundi à Lomé, « une marche nationale pacifique le samedi 13 janvier », et une marche des femmes une semaine plus tard à Lomé. Selon les organisateurs, il s’agit d’actions retenues d’un commun accord avec l’autorité administrative. « La coalition avait planifié organiser les 10, 11 et 12 janvier, des meetings politiques respectivement dans les villes de Mango, Bafilo et Sokodé...
(APA 06/01/18)
APA-Lomé (Togo) - Les trois militants du Parti national panafricain (PNP, opposition) arrêtés en fin décembre, ont été déférés jeudi à la prison civile de Lomé en attendant un procès, a appris APA du Regroupement des jeunes africains pour le développement et la démocratie (REJADD), une Organisation de défense des droits de l’Homme. Il s’agit de Ndancky Mohamed résidant aux Etats-Unis et en séjour à Lomé, Tchadjobo Hady et Tchabana Ismaël, tous trois arrêtés le 26 décembre dernier à Djagblé,...
(Jeune Afrique 05/01/18)
Le chef de l’État togolais a choisi la traditionnelle présentation des vœux pour sa toute première adresse à la nation depuis le début de la crise qui secoue le pays. Un message très politique qui répond à ceux délivrés ces derniers jours par ses principaux adversaires. Jamais les vœux des leaders politiques, notamment ceux du chef de l’État n’auront autant été suivis. Ce 3 janvier les Togolais ont écouté avec attention le discours de Faure Gnassingbé diffusé sur les ondes...
(AFP 05/01/18)
APA- Lomé (Togo) - Le gouvernement togolais a convoqué les syndicats des enseignants le 11 janvier prochain pour la reprise du dialogue, destiné à briser les grèves cycliques qui affectent les enseignements depuis octobre, a appris APA de source officielle. Selon une correspondance adressée aux enseignants par le ministre des Enseignements primaire, secondaire et de la Formation professionnelle, Komi Tchakpélé, les échanges porteront sur « les questions en suspens, notamment les préoccupations relatives aux primes et indemnités ». Ces points...

Pages