Jeudi 18 Janvier 2018
(APA 27/11/17)
APA-Lomé (Côte d’Ivoire) - La Banque Atlantique Togo et la Fondation Docteur Robert Fiadjoé ont formalisé, mercredi, une convention de financement portant sur les travaux de réhabilitation d’une salle d’observation du centre de santé ‘’Polyclinique Gakpodji’’. Cette convention signée par Michel Kofi Dorkenoo, Directeur Général de Banque Atlantique Togo et Kokou Prosper Seddoh , s’inscrit dans le cadre de l’engagement de Banque Atlantique à accompagner des projets qui ont le plus fort impact social notamment dans le domaine de la santé afin de soulager les populations les plus démunies, rapporte un communiqué transmis à APA. Le choix du Centre de Santé ‘’Polyclinique Gakpodji’’, s’explique par la notoriété de cet établissement public, qui opère depuis plus de 50 ans au Togo,...
(AFP 24/11/17)
Plus de 500 victimes de traite des être humains, dont près de la moitié sont des mineurs, ont été secourus et 40 trafiquants présumés arrêtés lors d'une vaste opération de police dans plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest, a annoncé Interpol jeudi. L'opération Epervier, menée simultanément au Tchad, au Mali, en Mauritanie, au Niger et au Sénégal entre le 6 et le 10 novembre, a permis l'arrestation de 40 trafiquants présumés qui seront poursuivis pour "traite d'êtres humains", "travail forcé" et "exploitation d'enfants". "Ils sont accusés d'avoir forcé les victimes à s'adonner à des activités allant de la mendicité à la prostitution", explique Interpol sans préciser si la majorité était destinée à rester sur le sol africain ou à partir en...
(RFI 23/11/17)
Emmanuel Macron a reçu mercredi après-midi 22 novembre, au palais de l'Elysée à Paris, son homologue guinéen et président de l'Union africaine, Alpha Condé. Au menu de leurs discussions : les relations bilatérales entre la France et la Guinée, le prochain sommet Union européenne-Union africaine à Abidjan, ou encore les crises qui traversent certains pays du continent. Les deux chefs d'Etat ont aussi évoqué, lors d'un point presse, la situation des migrants victimes de trafics humains en Libye. Le président français n'a pas mâché ses mots pour qualifier la vente de migrants africains comme esclaves en Libye.
(RFI 23/11/17)
L’avalanche de réactions se poursuit suite aux images, diffusées par CNN, de personnes vendues comme esclaves en Libye. Le Niger a ainsi demandé que la question migratoire soit débattue lors du sommet Union européenne-Union africaine qui se tiendra les 29 et 30 novembre prochains à Abidjan, en Côte d'Ivoire. Des voix s'élèvent également chez les diasporas africaines d'Europe pour que les dirigeants africains protègent leurs ressortissants et fassent mieux que de négocier des enveloppes d'aide au développement. « Dans la région de Kayes, les centres de santé, les écoles… c'est la diaspora qui fait tout », peste Toudo Traoré, président de l'Union des Maliens de Montreuil. Son association finance des projets de développement vers le village de Kirané Kaniaga. Les...
(AFP 21/11/17)
Le président togolais Faure Gnassingbé a affirmé lundi à Abidjan qu'un dialogue avec l'opposition était "en cours de préparation" et qu'il pourrait avoir lieu "d'ici à quelques semaines". "Quelle que soit la situation, quelles que soient les évolutions, cela doit se terminer par le dialogue et ce dialogue est en cours de préparation. Pour dialoguer il faut être deux, ma seule voix ne suffit pas. Les tractations sont en cours. Je pense que d'ici à quelques semaines ce dialogue pourra s'ouvrir", a-t-il dit. "Je ne peux pas vous en dire plus, les discussions sont en cours. Quand nous serons autour de la table du dialogue nous pourrons avancer nos arguments (...) et la décision sera consensuelle", a conclu M. Gnassingbé,...
(Jeune Afrique 21/11/17)
Le chef de l’État togolais a été reçu ce lundi par son homologue ivoirien à Abidjan, en amont du sommet Union africaine – Union européenne. Faure Gnassingbé en a profité pour aborder la question du dialogue politique au Togo, renvoyant la responsabilité de l'impasse actuelle à l’opposition. Une « visite d’amitié et de travail », selon les termes des services de communication des deux hommes. Faure Gnassingbé est arrivé ce lundi à Abidjan le sourire aux lèvres. Accueillis à sa descente d’avion par Alassane Ouattara, le président togolais a même pris le temps de serrer quelques mains de supporteurs venus l’acclamer devant l’aéroport – ce que n’a pas manqué de relayer le compte Twitter de la présidence ivoirienne – avant...
(APA 21/11/17)
Le président togolais Faure Gnassingbé, en visite d’amitié et de travail lundi, à Abidjan, a privilégié le dialogue pour une sortie de crise dans son pays, a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne. « Quelles que soient les situations, les évolutions, tout doit se terminer par le dialogue », a indiqué le chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé, par ailleurs président en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), au terme d’un échange avec son homologue ivoirien, Alassane Ouattara. Plusieurs sujets ont été évoqués au cours de cet entretien qui se tient en prélude à la prochaine rencontre de la Communauté en décembre prochain et consacrée à la crise en Guinée Bissau,...
(La Tribune 20/11/17)
L'opposition togolaise a bouclé ce samedi 18 novembre son programme de manifestations de trois jours contre le régime de Faure Gnassingbé. De sources officielles, le nombre des manifestants est allé crescendo pour finir à 18 000 le dernier jour. Alors qu'elle se prépare déjà à d'autres manifestations la semaine prochaine, la coalition des quatorze partis n'hésite pas à appeler l'armée à se joindre à la «lutte pour la libération» du pays. Démarrée jeudi 16 novembre 2017, la série de manifestations programmées par l'opposition est arrivée à son terme ce samedi 18 novembre.
(APA 20/11/17)
Le président Togolais Faure Gnassingbé est attendu lundi à Abidjan pour une visite d'amitié et de travail de quelques heures, a appris APA dimanche soir de source officielle dans la capitale économique ivoirienne. Selon la présidence ivoirienne, M. Gnassingbé dont l'arrivée est prévue à 12h00 (heure locale et GMT) sera accueilli à sa descente d'avion à l'aéroport international Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan par son homologue ivoirien, Alassane Ouattara.
(RFI 20/11/17)
Les manifestations de la coalition de l'opposition se poursuivent au Togo. Et ce samedi 18 novembre, les manifestants toujours nombreux, ont envoyé un message à l'endroit des forces de défense et de sécurité. La foule était encore monstrueuse, munie de roses et branchages dans les rues de Lomé, samedi, dernier rendez-vous d'une série de trois jours de manifestation. Le ministre de la Sécurité estime les manifestants à 16 500 ou 18 000 ; les manifestants ont marché pendant plus de 4 heures à travers une partie de la capitale jusqu'à la plage. Une seule déclaration a été lue à l'endroit des forces de défense et de sécurité par le professeur Komi Wolou, « vous êtes nos frères et cette lutte...
(Le Point 20/11/17)
L'écrivain togolais soulève l'épineuse question de la légalité et du droit alors que pouvoir et opposition sont à couteaux tirés. Le 8 septembre, lorsque je m'exprimais pour la première fois sur ma page Facebook au sujet de la situation politique au Togo, après la grande manifestation organisée, dans tout le pays, par la coalition de l'opposition, je n'avais pas caché mes craintes que les exigences de plus en plus radicales d'une partie importante du peuple mobilisé par la coalition de l'opposition, surtout les exigences quant au départ immédiat du président Faure Gnassingbé du pouvoir qu'il exerce depuis déjà douze ans après les trente-huit ans de son père, je n'avais pas caché mes craintes que ces exigences ne débouchent sur une...
(Agence Ecofin 20/11/17)
La nouvelle société cotonnière du Togo (NSCT) a, via un communiqué rendu public en fin de semaine dernière, dévoilé les chiffres estimatifs de la campagne de production 2017-2018 démarrée au mois de mai dernier. Alors que la société prévoyait une emblavure de 160 000 hectares, 170 000 hectares ont finalement été cultivés. Cela s’est ressenti sur la production. Les estimations indiquent que les prévisions de production atteindront cette année, environ 130 000 tonnes de coton-graine contre 108 000 tonnes pour la campagne précédente, soit une hausse de 30%. La NSCT a ainsi annoncé le démarrage de la campagne de collecte et d’achat du coton. Pour le compte de la campagne 2017/18, le prix plancher d’achat est fixé à 240 Fcfa...
(Xinhua 20/11/17)
Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a appris avec consternation les rapports sur la vente aux enchères des migrants africains en Libye comme esclaves, affirme un communiqué publié ce week-end par l'UA. Le président "condamne fermement ces actes méprisables qui sont en contradiction avec les idéaux des Pères fondateurs de notre Organisation et des instruments africains et internationaux pertinents, y compris la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples", selon le communiqué. Le président a appelé à la fin immédiate de ces pratiques et d'autres actes criminels de traite des êtres humains. Il a appelé à une action rapide pour identifier tous les auteurs et complices...
(AFP 18/11/17)
Après trois mois de manifestations rassemblant des milliers d'opposants au régime Gnassingbé, la mobilisation populaire ne faiblit pas au Togo, sur fond de discrètes médiations pour réunir pouvoir et opposition autour de la même table. Comme presque chaque semaine depuis fin août, ils étaient des milliers à battre le pavé dans les rues de Lomé et d'autres villes du pays jeudi et vendredi, criant des slogans hostiles au président Faure Gnassingbé et à son entourage. La coalition de 14 partis d'opposition à l'origine de la contestation avait appelé à trois nouvelles journées de marche jusqu'à samedi...
(RFI 18/11/17)
L’opposition togolaise continue de mettre la pression en organisant des manifestations pour réclamer le retour à la Constitution de 1992 et le départ du président Faure Gnassingbé. Pendant ce temps, les préparatifs d'un dialogue se poursuivent. La délégation ghanéenne est partie mercredi 15 novembre. Elle a rencontré le chef de l'Etat ainsi qu'une délégation des 14 partis de l'opposition. Vendredi, Alpha Condé, en tant que président de l'Union africaine, a réaffirmé sur RFI sa disponibilité à résoudre la crise au Togo et va recevoir dans les jours à venir les différents acteurs de la crise togolaise, dont les partis d'opposition.
(Le Monde 18/11/17)
Selon l’ONU, quelque 650 personnes ont franchi la frontière afin d’échapper aux militaires à l’extrême nord du Togo. Le flux est mince mais il ne tarit pas. En l’espace d’une journée, jeudi 9 novembre, environ 200 Togolais supplémentaires ont trouvé asile à Chereponi, au Ghana. Selon le dernier recensement du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), ils seraient désormais 650 à avoir emprunté des chemins de traverse depuis Mango, dans l’extrême nord du Togo, afin d’échapper à la répression en cours. Depuis le mois d’août, le Togo est secoué par des manifestations qui mobilisent dans tout le pays des dizaines de milliers de personnes demandant le départ du président, Faure Gnassingbé, et qui ont fait plus d’une quinzaine...
(AFP 17/11/17)
Des milliers d'opposants au régime de Faure Gnassingbé ont manifesté au Togo pour la deuxième journée consécutive vendredi, démontrant une nouvelle fois que la mobilisation populaire ne faiblit pas après trois mois de crise politique, a constaté un correspondant de l'AFP. La coalition de 14 partis d'opposition à l'origine de la contestation avait appelé à trois nouvelles journées de mobilisation jusqu'à samedi, pour réclamer des réformes institutionnelles en profondeur et surtout le départ de M. Gnassingbé, héritier d'une famille au pouvoir depuis plus de 50 ans. Et comme presque chaque semaine depuis fin août, des milliers de personnes ont répondu présent jeudi et vendredi dans les rues de la capitale Lomé...
(La Tribune 16/11/17)
Face aux impacts de la crise sociopolitique qui secoue le pays depuis trois mois, les autorités togolaises prennent leurs dispositions pour rassurer les investisseurs de tous horizons et les opérateurs économiques. Lors d'une réunion tenue ce mardi, le premier ministre togolais a évoqué des mesures prises par le gouvernement. Mais ce jeudi encore et ce pour trois jours, l'opposition est encore dans la rue en dépit des annonces de dialogue. La crise sociopolitique au Togo depuis le 19 août 2017 est évidement néfaste pour l'économie du Togo et le gouvernement en a conscience. Lors d'une réunion du Comité de concertation entre l'Etat et le secteur privé tenue ce mardi 14 novembre 2017...
(Jeune Afrique 16/11/17)
Un émissaire du président ghanéen a rencontré mardi, à Lomé, les principaux leaders politiques togolais. Une rencontre qui a permis aux acteurs de dessiner les contours du dialogue annoncé entre pouvoir et opposition. L’arrivée à Lomé, le 14 novembre, du ministre ghanéen de la Sécurité a été tenue secrète jusqu’au dernier moment. Pour rencontrer Albert Kan-Dapaah, des représentants du parti au pouvoir et une délégation de la coalition formée par 14 partis politiques de l’opposition, à l’origine du mouvement de contestation qui agite le pays depuis bientôt trois mois, se sont succédé dans un grand hôtel de la capitale au cours de ce qu’on pourrait appeler une réunion préparatoire au dialogue.
(Jeune Afrique 16/11/17)
Pourtant médiateur - avec ses pairs guinéen et ghanéen Alpha Condé et Nana Akufo-Addo - dans la crise togolaise, Alassane Ouattara refuse pour le moment de recevoir les opposants à Faure Gnassingbé. Le président ivoirien préconise de laisser son homologue togolais mettre en œuvre toutes les réformes institutionnelles auxquelles il s’est engagé. Il justifie également sa décision par la désunion qui règne au sein de l’opposition, Jean-Pierre Fabre et Tikpi Atchadam n’ayant, selon lui, pas la même approche.

Pages