Mardi 19 Septembre 2017
(Jeune Afrique 23/08/17)
Le Combat pour l’alternance politique en 2015 (CAP 2015), coalition de cinq partis de l’opposition, et le Parti national panafricain (PNP) ont annoncé mardi lors d’une conférence de presse leur volonté d'agir conjointement pour obtenir les réformes politiques qu'ils réclament et ouvrir la voie à l’alternance au Togo. Une mobilisation est déjà prévue le 25 août. La conférence de presse organisée ce 22 août dans un hôtel de Lomé par le Combat pour l’alternance politique en 2015 et le Parti national panafricain marque-t-elle, comme l’indiquent ses organisateurs, un tournant politique majeur au Togo ? Au lendemain de la mobilisation du 19 août, Tikpi Atchadam, le leader du PNP, avait appelé, Jean-Pierre Fabre, le chef de file de l’opposition, à se...
(Alternative 23/08/17)
Le samedi 19 août dernier, le monde entier a été témoin des répressions perpétrées contre des militants du Parti national panafricain (PNP). Des morts et des blessés graves sont enregistrés dans le rang des militants, confirmant la volonté de répression exprimée par Yark Damehame, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile. « La terre gorgée de sang, les képis qui ricanent », ce vers du poème « Dimbroko Poulo Condor » de David Diop semble illustrer la tragédie que vit le Togo depuis bientôt 50 ans. Le régime militaire qui régente le pays ne s’est jamais fixé de limites pour sa soif de sang. Des milliers de togolais continuent de verser leur sang pour le simple fait...
(Afrique sur 7 23/08/17)
Au Togo, l’opposition politique veut tendre vers une synergie des actions pour faire fléchir le pouvoir en place tenu de bras de fer par le Président Faure Gnassingbé. Le leader du Parti National Panafricain (PNP), Tikpi Atchadam appelle les partis d’opposition à une unité dans les actions. L’opposition au Togo ne veut plus aller dans le combat politique en rang dispersé, mais dans une synergie des actions pour faire capituler le pouvoir en place. L’appel du leader du Parti National Panafricain (PNP), Tikpi Atchadam à ses pairs de l’opposition ne vise que cette seule finalité: « Grand frère, l’heure de l’unicité d’actions a sonné. Le peuple togolais nous appelle, tu dois répondre; et je sais que tu vas répondre »,...
(Ici Lomé 23/08/17)
C’est fait, le Combat pour l’alternance politique en 2015 (CAP 2015), une coalition de cinq (5) partis politiques de l’opposition togolaise et le Parti national panafricain (PNP), le même qui a organisé simultanément dans cinq (5) villes du Togo il y a quelques jours, une manifestation de rue, ont uni leurs forces pour, disent-ils, mettre fin au pouvoir de Faure Gnassingbé déclaré « incompatible avec l’intérêt supérieur de la nation togolaise ». En conférence de presse conjointe ce mardi dans un hôtel de la capitale, les deux (2) entités politiques ont annoncé leurs actions. « La journée d’aujourd’hui est un début du commencement, ce qui va marquer l’histoire de notre pays. L’amorce va être une unicité intégrale soutenue par les...
(RFI 23/08/17)
La tension reste vive au Togo, après la répression de manifestations de l’opposition du samedi 19 août 2017, et la mort de deux personnes à Sokodé. Les protestataires réclamaient un retour à l’ancienne Constitution, pour rétablir une limite au nombre de mandats présidentiels. L’opposition réclame aussi la mise en place d’un scrutin à deux tours pour l’élection présidentielle. Comprenez-vous ces revendications ? Qu’attendez-vous de la Commission, nommée par le président, chargée de proposer des réformes constitutionnelles ? Votre avis nous intéresse. Lire sur: http://www.rfi.fr/emission/20170822-vos-reactions-manifestations-opposit...
(Ici Lomé 23/08/17)
Les événements malheureux survenus samedi dernier au cours des manifestations organisées par le PNP ne laisse pas indifférent le Parti démocratique panafricain (PDP). Dans un communiqué rendu dont nous avons copie, Bassabi Kagbara, le président du parti, rappelle au gouvernement son devoir de protéger et de garantir les droits de manifestation aux citoyens et l’appelle à ouvrir un dialogue sincère. Communiqué du PDP Situation socio-politique au Togo Le Parti Démocratique Panafricain (PDP) s’indigne que le sang des valeureux fils de notre pays ait encore coulé lors des manifestations du Parti National Panafricain (PNP), le samedi, 19 août 2017. Face à la situation délétère qui prévaut présentement dans notre pays, le Parti Démocratique Panafricain (PDP) appelle à la raison le gouvernement...
(RFI 23/08/17)
La répression de la marche du Parti national panafricain (PNP), samedi 19 août, continue de faire polémique au Togo. Les autorités affirment que des armes ont été saisies du côté des manifestants. L’opposition, elle, veut capitaliser sur la dynamique enclenchée. Deux morts, près de 77 blessés, 250 personnes interpellées et déférées à la prison civile de Lomé. C'est le bilan de la répression de la marche de samedi 19 août, selon des sources proches de Tikpi Atchadam, à l’initiative de la manifestation réclamant notamment la limitation du nombre de mandats présidentiels. Par ailleurs, lundi 21 août, via un communiqué de la présidence de la République, le ministère togolais de la Sécurité et de la Protection civile a pour sa part...
(République du Togo 23/08/17)
Le Togo est à féliciter pour ses avancées en matière de démocratie et de droits de l’homme, a indiqué lundi Moustapha Cissé Lo, le président du Parlement de la Cédeao en séjour à Lomé à l’occasion d’une session extraordinaire de l’institution. Les élus de ce Parlement dépendant de l’organisation ouest-africaine doivent discuter pendant 10 jours des grands textes juridiques relatifs au fonctionnement de l’Assemblée et adopter son budget. Le Parlement est composé de 115 sièges. Chaque Etat a un minimum garanti de cinq sièges, c’est le cas pour le Togo. Ceux restants sont partagés sur la base de la population (35 pour le Nigeria). Le Parlement est habilité à examiner les questions relatives aux droits de l’homme et des libertés...
(AfreePress 23/08/17)
«Autonomisation de la femme dans un monde en pleine mutation : Planète 50-50». C’est le thème choisi par le Groupe de Réflexion et d’Action Femme, Démocratie et Développement (GF2D) pour la 3ème édition de la Foire aux droits de la femme que le groupe organise au marché de Hédzranawoé à Lomé du 22 au 24 août 2017. L’initiative est appuyée par le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) Togo et a pour objectif de contribuer à faire du respect des droits des femmes, une réalité pour leur bien-être. La Foire aux droits de la femme entend renforcer les capacités de celles-ci à jouir de leurs droits civils, politiques et socio-économiques. Le lancement officiel de cette rencontre commerciale des...
(APA 23/08/17)
Des partis de l’opposition togolaise regroupés au sein du Combat pour l’Alternance Politique (CAP 2015) et le Parti national panafricain (PNP) ont appelé à une journée ‘’Togo mort’’ le vendredi 25 Août, en hommage aux victimes des manifestations de samedi dernier. « CAP2015 et le PNP décident de faire de la journée du vendredi 25 Août 2017, une journée, de recueillement et de prières en hommage aux victimes des massacres des 19 et 20 Août 2017 », a déclaré mardi, au cours d’une conférence de presse Brigitte Adjamagbo-Johnson, coordonnatrice de CAP 2015. . « CAP2015 et le PNP demandent à toutes les forces vives de la nation de cesser toute activité professionnelle et économique toute la journée du vendredi 24...
(Courrier International 22/08/17)
La répression d’une manifestation de l’opposition a fait deux morts dans le centre du Togo samedi 19 août. Les militants réclament une limitation des mandats pour le chef de l’État. Au pouvoir depuis 2005, Faure Gnassingbé a succédé à son père, président pendant 38 ans. “50 ans pour la seule famille Gnassingbé, c’est trop”, “Nous en avons assez de ce régime”, “Nous allons rester dans les rues, jusqu’au départ de Faure Gnassingbé”. Voici un échantillon des slogans scandés par des milliers de partisans de l’opposition dans les rues de la capitale, Lomé, samedi 19 août, rapporte Liberté Togo. Les marcheurs demandaient que la ...
(RFI 22/08/17)
Tikpi Salifou Atchadam, leader du Parti national panafricain (PNP), n’a encore participé à aucune élection au Togo. Mais depuis quelques mois, son parti draine les foules, comme ce fut le cas ce samedi 19 août, lors de manifestation réprimées par les forces de l’ordre. Son credo principal : la fin de la dynastie Gnassingbé, au pouvoir au Togo depuis 1967. Le Parti national panafricain (PNP) est à l’origine de l’appel aux manifestations pour réclamer une limitation du nombre de mandats présidentiels de ce samedi 19 août. Des manifestations qui ont été violemment réprimées : deux manifestants ont été tués et treize
(RFI 22/08/17)
Suite aux manifestations de ce week-end dans plusieurs villes du Togo, plusieurs militants du parti d'ooposition PNP ont été incarcérés. Ils défilaient dans les rues pour réclamer un changement de Constitution, et notamment la limitation du mandat présidentiel à dix ans maximum. Parmi les opposants arrêtés, on retrouve même le secrétaire général du mouvement, le docteur Kossi Sama. Il est l'un des organisateurs du cortège de Lomé. Il est poursuivi pour incitation à la violence et trouble à l'ordre public. Le gouvernement accuse Kossi Sama d'avoir bravé l'interdiction de manifester à Lomé. Les autorités avaient refusé le tracé présenté par les organisateurs. Selon elles, ils bloquaient la route N1, le principal axe du pays, ce qui pouvait poser un problème...
(Ici Lomé 22/08/17)
Les marches synchronisées du Parti national panafricain (PNP) du samedi 19 août dernier ont été réprimées dans le sang. Le président du groupe parlementaire Unir, Christophe Tchao, dit sur une radio privée de la place regretter « ce qui s’est passé ». « On déplore ce qui s’est passé », a regretté le député de l’Unir hier sur une radio privée hier lundi. Néanmoins, il ajoute ne pas croire que les ordres de tirer (bilan au moins deux morts et plusieurs blessés graves) soient venus de la hiérarchie militaire. Irrévérencieux, n’est-ce pas ? Toujours est-il que l’ancien ministre des Sports et ses camarades politiques du même bord n’ont pu rien faire pour éviter le scénario tragique dessiné à la veille...
(Ici Lomé 22/08/17)
Pascal Edoh Agbové, acteur de la société civile togolaise, a étudié les marches synchronisées du Parti national panafricain réprimées dont le bilan fait au moins deux morts. Il en tire sept leçons essentielles. Que faut-il retenir des marches du samedi 19 août 2017 réprimées dans le sang ? Pascal Edoh Agbové en donne son idée en sept éléments clés selon lui. 1- Le peuple a besoin d’un nouveau Leader Politique pour mener sa lutte d’obtention des réformes car il est certain que les manifestants du 19 août ne sont pas tous des membres du parti PNP ; 2- La forte mobilisation de la population pour cette manifestation est un signe fort que la majorité des togolais veut les réformes ayant...
(Agence Ecofin 22/08/17)
Avec l’appui de la Banque africaine de développement (BAD), le fonds africain pour l’Energie durable (SEFA) a approuvé une subvention de 975 000 dollars, soit environ 543,43 millions de FCFA pour appuyer le programme CIZO, pour l’électrification hors réseau à travers la distribution de kits solaires PayGo à usage domestique. La première phase du programme d'électrification rurale vise à participer à l’amélioration des conditions de vie des populations rurales. Elle devrait favoriser le déploiement de 300 000 unités solaires individuelles sur une période de 5 ans dans des zones rurales éloignées. Ceci, par le biais des technologies de paiement mobile. Il faut souligner que ce programme a pour objectif de préparer le terrain à des investissements plus lourds dans le...
(Ici Lomé 22/08/17)
« De nombreux médias privés classiques et en ligne, surtout les réseaux sociaux ont rivalisé d’excès divers dans la diffusion d’informations et d’images de violence, la publication d’images tronquées, de propos injurieux, d’appel à la haine tribale et la désobéissance civile. De nombreux comptes rendus sont marqués par un déséquilibre notoire dans la diffusion d’informations et de témoignages partisans ». C’est ce qui ressort du communiqué de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC), à la suite de la séance plénière extraordinaire qu’elle a tenue ce lundi, séance consacrée à la couverture des événements qui se sont déroulés le samedi 19 août 17, suite à la marche qu’a organisée le Parti national panafricain (PNP) dans plusieurs villes...
(Ici Lomé 22/08/17)
Plus de 48 heures après les manifestations du samedi 19 août 2017, les réactions continuent de se multiplier et de condamner le « caractère violent » des événements. Après les communiqués de condamnation des partis politiques de l’opposition et des organisations de la société civile, c’est désormais le tour du gouvernement de monter au créneau pour donner sa version des faits et situer l’opinion nationale et internationale. Beaucoup pointé du doigt et accusé d’avoir ordonné la répression observée au cours des manifestations de samedi, le ministre Yark Damehane, réagit enfin à travers un communiqué rendu public ce lundi et dont l’Agence de presse Afreepress a obtenu copie. Dans ce communiqué, le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile,...
(APA 21/08/17)
La manifestation éclatée de l’opposition togolaise a été sanctionnée, samedi, par la mort de deux civils et vingt-sept blessés dans les rangs des forces de l’ordre, a annoncé le Directeur général de la Police nationale du Togo, Téko Koudouwovo. « A Sokodé, on dénombre des blessés dans les rangs des forces armées, neuf militaires et six policiers. Il y a eu deux morts dans les rangs des manifestants dont un par balles. Deux bureaux de la police ont été brûlés et d’autres saccagés. Du matériel a été emporté par les manifestants », a déclaré le Commissaire divisionnaire Téko Koudouwovo. Par ailleurs, il a révélé que des armes (modèle FAK) avec munitions et un pistolet automatique ont été emportés. « Deux...
(RFI 21/08/17)
Des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre ont secoué Lomé, Anié, Sokodé et Kara, ce samedi matin 19 août. Ils ont fait deux morts à Sokodé selon les autorités ; le leader du Parti national panafricain (PNP), un parti d'opposition qui avait appelé à manifester, évoque lui au moins sept morts, et beaucoup de blessés. Des dizaines d'arrestations auraient eu lieu. Les manifestants marchaient pour le retour à la Constitution de 1992 et le vote de la diaspora. Les marches avaient été interdites la veille, vendredi 18 août, car le PNP avait refusé les itinéraires indiqués par le gouvernement. Le calme est revenu au Togo, samedi en milieu de journée. Conséquence des manifestations à l'appel du PNP, la circulation...

Pages