Jeudi 18 Janvier 2018
(AIP 17/12/17)
Le poste du futur président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a été confié à la Côte d’Ivoire et le ministre ivoirien de l’Industrie et des Mines, Jean-Claude Brou a été désigné pour l’occuper à compter du 1er mars 2018. La décision a été prise samedi, à Abuja, au Nigeria, par les chefs d’Etat et de gouvernement, lors de la 52è session ordinaire dont la première s’est déroulée à huis clos. Le président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara qui prend part aux travaux de cette session, a salué cette décision, en estimant qu’il s’agit d’une autre marque de confiance fait à son pays et à son compatriote par ses...
(AFP 15/12/17)
La coalition de l'opposition togolaise, qui manifeste depuis plus de trois mois, a invité jeudi les chefs d'Etat au prochain sommet de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) à demander au président Faure Gnassingbé "d’accepter l’alternance". Le sommet de l'organisation se tiendra samedi à Abuja. "Le peuple togolais, décidé à conquérir sa liberté et sa souveraineté, vous adresse sa sincère gratitude et vous demande de tout mettre en œuvre, afin qu'au sommet d'Abuja, le régime qui gouverne le pays depuis plus de 50 ans, intériorise et accepte enfin l’alternance", souligne la coalition dans une déclaration publiée à l'issue d'une deuxième journée consécutive de manifestation dans les rues de Lomé.
(Le Monde 15/12/17)
Inquiet du phénomène, le Programme des Nations unies pour l’environnement prépare un rapport inédit sur l’explosion du marché des véhicules d’occasion. Des dizaines d’épaves de Golf et de Mercedes sont alignées et empilées sur le bord de la route et jusqu’au pied des immeubles délabrés. Ces voitures-là ont rendu depuis longtemps leur dernier souffle. Mais l’air est irrespirable. Matatus (minibus bondés ornés de graffitis bariolés), camions, voitures… la plupart hors d’âge, jouent du klaxon et du volant pour tenter de progresser de quelques mètres dans un immense flot anarchique qui s’ébroue au milieu des piétons et des vendeurs de rue. Fin de journée banale dans les faubourgs déshérités de Nairobi. Dans quelques années, c’est ici, dans les bouchons de la...
(Agence Ecofin 15/12/17)
Un nouveau code pénal dépoussiéré, revisité et actualisé a été adopté au Togo. Il s’est avéré nécessaire de moderniser l’ancien, vieux de 35 ans afin qu’il réponde à l’évolution de la société et à la typologie des crimes et délits. Il s’agit aussi de mettre la norme pénale en adéquation avec la politique de l’Etat. Afin de vulgariser le nouveau texte, le Ministère de la Justice a reçu l’appui de l’Union Européenne dans le cadre du Projet d’Appui au Secteur de la Justice (PASJ). 2000 exemplaires du nouveau Code pénal ont été réceptionnés ce mardi 12 décembre par le Ministre Pius Agbetomey des mains de Mme Cristina Martins Barreira, cheffe de la délégation de l’UE au Togo (photo). Pour la...
(AFP 14/12/17)
La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'ouest (Cédéao) va consacrer un sommet extraordinaire début 2018 à la confirmation de l'adhésion du Maroc, a indiqué jeudi un haut responsable gouvernemental à Rabat. "Après concertation avec le Maroc et discussions avec les Etats membres ces derniers jours, on s’oriente vers un sommet extraordinaire en début d'année prochaine, exclusivement consacré à la question", a indiqué à l'AFP ce responsable marocain qui a requis l'anonymat. Il n'a pas été possible d'obtenir des informations à ce sujet à Abuja, où les travaux préparatoires du sommet ont commencé cette semaine.
(La Tribune 14/12/17)
Le gouvernement togolais vient d'annoncer son intention de mener des consultations avec les forces politiques du pays, dans le cadre de la crise politique qui secoue le Togo depuis le 19 août dernier. Une initiative que les partis politiques réunis au sein de la coalition ont vite fait de boycotter arguant que le gouvernement ne peut être «juge et partie». Les consultations initiées par les autorités pour trouver une issue à la crise politique qui secoue le pays depuis août dernier n'ont manifestement aucune chance d'aboutir. Invités par le gouvernement ce mardi 12 décembre à Lomé, les quatorze partis politiques réunis au sein d'une coalition ont décidé de refuser la main tendue du gouvernement en expliquant que le pouvoir ne...
(RFI 14/12/17)
L'opposition togolaise est de nouveau descendue dans les rues de Lomé, mercredi 13 décembre. Alors qu'elle boycotte les concertations proposées par le gouvernement en vue de la tenue d'un dialogue pour sortir le pays d'une crise qui dure depuis trois mois, elle a rappelé les conditions de sa participation : pas de discussion préalable avec le gouvernement, la médiation ghanéenne ou guinéenne comme seule interlocutrice avant tout dialogue. La coalition de l'opposition persiste : si Faure Gnassingbe ne veut pas du dialogue, qu'il ...
(APA 14/12/17)
APA-Lomé (Togo) - L’opposition togolaise a, pour la 18e fois depuis août dernier, appelé à de nouvelles manifestations ce mercredi à Lomé et dans plusieurs autres villes du Togo. Quatorze partis politiques de l’opposition réunis en coalition exigent le retour à la Constitution originelle de 1992, la révision du cadre électoral et le droit de vote des Togolais de la diaspora et le départ du chef de l’Etat Faure Gnassingbé en 2020. Cet appel à manifester intervient à un moment où le gouvernement togolais cherche à initier des consultations pour aboutir à un dialogue de sortie de crise. Des invitations ont ainsi été adressées à des anciens Premiers ministres, à la société civile et à des partis politiques. Cinq partis...
(Jeune Afrique 14/12/17)
Payadowa Boukpessi, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales, a accepté de se confier à Jeune Afrique sur la situation politique du Togo. Plusieurs fois ministre sous Eyadéma (Commerce et Transports, puis Industrie et Sociétés d’État), Payadowa Boukpessi, 63 ans, a été le premier ministre des Finances de Faure Gnassingbé, dans le gouvernement d’Edem Kodjo, puis dans celui de Yawovi Agboyibo. Limogé en mars 2007, il n’est cependant jamais entré en conflit avec le chef de l’État. À l’issue des premières législatives pluralistes d’octobre 2007, il est réélu député du Rassemblement du peuple togolais (RPT, au pouvoir) – devenu Union pour la République (Unir) en 2012 – et préside la commission des finances de l’Assemblée jusqu’en...
(Jeune Afrique 14/12/17)
Jean-Pierre Fabre, chef de file de l’opposition et président de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), répond aux questions de Jeune Afrique au sujet de la crise politique qui secoue le Togo depuis plusieurs mois. Depuis qu’il est officiellement devenu le chef de file de l’opposition, statut qui lui a été conféré fin janvier 2016, le président de l’Alliance nationale pour le changement n’a rien changé à ses habitudes. Attaché à son image d’homme politique proche du peuple, Jean-Pierre Fabre a refusé la voiture avec chauffeur, l’aide de camp, le personnel de sécurité et les autres avantages y afférents. Il reçoit toujours ses visiteurs dans sa maison de Kodjoviakopé (quartier populaire de Lomé), dont il a hérité de son père...
(Jeune Afrique 14/12/17)
Au Togo, la loi sur la création de 116 communes au Togo a été adoptée le 23 juin dernier par l’Assemblée nationale. Pour l’opposition, cette réforme territoriale permet au gouvernement de contrôler les espaces qui lui sont favorables. Vingt-cinq ans après l’avoir inscrit dans sa Constitution, le Togo s’engage enfin vers la décentralisation. Le 23 juin, l’Assemblée nationale a adopté la loi portant création de 116 communes, à partir de laquelle vont se mettre en place un nouveau découpage du territoire et une nouvelle organisation administrative, mais aussi politique du pays. La création de ces communes, premier échelon de collectivités territoriales, est censée accélérer le processus de décentralisation et permettre l’organisation d’élections municipales, que le gouvernement envisage d’organiser dès 2018 :...
(Jeune Afrique 14/12/17)
Dix ans après la levée formelle de l’embargo par l’Union européenne, le Togo est secoué par une crise politique depuis plusieurs semaines. Pourtant, au cours de ces dernières années, le pays a enregistré des progrès sur le plan économique et social. Avenue de la Paix. Ainsi a-t-on baptisé l’une des entrées reliant la capitale à son aéroport. Impossible de rater les nouvelles fresques en mosaïque des murs qui longent ses trottoirs, ni la colombe qui la surplombe. Visiblement inspirés par le célèbre psychologue français Émile Coué, des urbanistes ont cru qu’il suffirait de « totémiser » la paix pour l’enraciner. Bien essayé. Mais il en faut plus pour interrompre le cycle des manifestations dont la rue togolaise est coutumière. À...
(Jeune Afrique 14/12/17)
Au Togo, la mise en place du dialogue politique passe par une première étape : le choix des participants. Une sélection forcément compliquée. Qui participera au dialogue ? La question risque de poser bien des problèmes, car certains se sentiront forcément lésés au sein de l’opposition, qui plaide pour des discussions restreintes afin d’éviter que des formations dites satellites de l’Union pour la République (Unir) ne s’invitent et servent les intérêts de la majorité présidentielle. Mais faut-il pour autant n’y convier que les partis représentés à l’Assemblée nationale ? Il est inimaginable aujourd’hui d’organiser un dialogue auquel ne participerait pas le Parti national panafricain (PNP) de Tikpi Atchadam. Mais sur quels critères objectifs pourrait-on y convier un parti extra-parlementaire plutôt qu’un autre ?...
(Jeune Afrique 14/12/17)
Energy Generation est une association qui accompagne les jeunes togolais dans leurs projets d'innovation visant à créer et développer des solutions génératrices d'énergie à grande échelle. Basée à Lomé, Energy Generation œuvre pour que tous les Africains aient accès à l’électricité. Un cheval de bataille qu’ont enfourché moult politico-communicants sans que la situation ait radicalement évolué, diront les incrédules, surtout si l’on s’éloigne des néons (encore souvent vacillants) des quartiers branchés de nos capitales. Loin des projecteurs, l’association est passée à l’action dès sa création, début 2016, sous la houlette de sa présidente et fondatrice, Astria Fataki, 27 ans, Française d’origine congolaise. Son objectif : identifier des porteurs de projets et les soutenir pour qu’ils développent des solutions génératrices d’énergie qui...
(Jeune Afrique 14/12/17)
Designer, chef d’entreprise, mannequin, blogueuse… Ces Togolaises illustrent le dynamisme et les nouvelles aspirations de l’univers du textile et de la mode. Il suffit d’évoquer les célèbres Nanas Benz et leurs boutiques chargées de wax pour rappeler l’importance économique et culturelle des métiers du textile au Togo. Dans le sillage de ces commerçantes aussi prospères que hautes en couleur, dont le business est aujourd’hui repris par certaines de leurs filles et petites-filles, de nouvelles vocations émergent. « Les stylistes du pays commencent à se singulariser de manière remarquable dans le paysage ouest-africain de la mode », confirme le journaliste David Baini Djagbavi, alias DBD, organisateur du T des médias (« T » pour la forme du podium), un défilé organisé...
(Jeune Afrique 14/12/17)
Marlène Adanlété-Djondo âgée de 38 ans, directrice commerciale de Glory of God. C’est un flambeau familial qu’a repris, adapté et ranimé Marlène Adanlété-Djondo en rejoignant ses frères à la tête de Glory of God, société spécialisée dans la vente et l’import-export de pagnes. « Un business difficile, mais passionnant », reconnaît-elle. Après l’obtention d’une maîtrise de droit social (université Paris-XI) et d’un master en management des ressources humaines à l’Institut supérieur de gestion du personnel de Paris, Marlène Adanlété-Djondo a été chargée du recrutement des fromageries Bel, puis chasseuse de têtes au sein du cabinet Antenor. Wina Wax En 2010, deux ans après son retour au Togo, elle rejoint l’entreprise familiale en tant que directrice commerciale. En digne petite-fille de...
(Jeune Afrique 14/12/17)
Fatima Simpore est une jeune mannequin burkinabè-togolaise de 19 ans, qui rêve de devenir top-model. Elle a fait ses premiers pas sur les podiums il y a quatre ans et, depuis, sa passion pour le « T » des podiums va crescendo. Née au Togo de père burkinabè et de mère togolaise, Fatima Simpore jongle entre le lycée et le mannequinat. Mais elle espère devenir top-modèle et n’hésite pas « à faire des sacrifices pour réussir ses études et signer un bon contrat ». Déjà habituée aux spots togolais et béninois, elle a été remarquée par une agence et a défilé au Festival international de la mode africaine (Fima) 2016, au Niger : « Une expérience unique », confie-t-elle. Du haut...
(Jeune Afrique 14/12/17)
Bezem Kassan, 38 ans, est une designer textile récemment installée au Togo. Elle vivait à Londres depuis des années quand elle a choisi de venir s’installer au Togo, le pays de son père. Et c’est avec l’objectif de « donner une touche particulière à l’univers de la mode au Togo », mais aussi d’approfondir l’approche graphique de ses créations, que la jeune femme a posé ses valises à Lomé début 2016. Née en Russie en 1982 d’une mère française et d’un père médecin psychiatre originaire de la région de Kara (nord du Togo), Bezem Kassan a grandi à Paris, où elle a obtenu son diplôme des métiers d’arts (université de Paris-Est-Marne-la-Vallée) et s’est lancée dans la création de costumes historiques...
(Jeune Afrique 14/12/17)
Bettina Codjie, âgée de 23 ans, est blogueuse de mode au Togo. «Au départ j’écrivais pour me détendre, mais vu l’engouement suscité par mon blog, j’ai été obligée de le professionnaliser et j’ai misé sur les photos pour le rendre plus attrayant », explique Bettina Codjie, étudiante en licence d’expertise comptable à l’École supérieure d’audit et de management (Esam) de Lomé. Interface dynamique, beaux clichés, rubriques bien organisées… Le Blog de Bettina, qu’elle a mis en ligne en dilettante il y a un an, rebaptisé Golden Betty, enregistre en moyenne 500 visites par jour. Dès qu’elle aura obtenu son diplôme, la jeune femme compte investir dans « un véritable site professionnel ». Elle n’a pas encore fait assez de bénéfices...
(AFP 13/12/17)
Des milliers de personnes ont à nouveau défilé mercredi dans les rues de Lomé à l'appel de l'opposition, qui boycotte les concertations proposées par le gouvernement pour sortir de la crise politique que traverse le Togo depuis trois mois. Le gouvernement a entamé la veille des "consultations" avec différents partis politiques en vue de la tenue d'un dialogue réclamée par la communauté internationale - dont la date n'a toujours pas été fixée. Mais la principale coalition d'opposition, composée de 14 partis, a décidé de boycotter ces discussions qui se déroulent à huis clos à la Primature et de maintenir son appel à manifester, comme elle le fait quasiment chaque semaine. D'autres mobilisations sont prévues jeudi et samedi. Elle reproche notamment...

Pages