Mercredi 22 Novembre 2017
(Le Monde 31/10/17)
Dans son dernier roman, l’écrivain togolais enrage du sort réservé à son pays et à ses femmes, traquées par des « brutes » sans morale. Il y a de rares moments, dans la vie d’un écrivain, où l’actualité mondiale semble converger pour donner foi et raison d’être à son œuvre. Cela a probablement été le cas, le jeudi 5 octobre, pour le romancier togolais Théo Ananissoh. Ce jour-là, aux Etats-Unis, éclatait l’affaire Harvey Weinstein, du nom de ce producteur de cinéma dont un article du New York Times révélait les turpitudes, l’accusant de profiter de son pouvoir à Hollywood pour harceler sexuellement...
(Xinhua 31/10/17)
La Commission de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) a ouvert lundi à Lomé, les travaux de la 3ème revue annuelle des réformes politiques, des programmes et projets communautaires de l'UEMOA. L'édition 2017 de cette revue annuelle intervient après une année qui a permis à la Commission de l'UEMOA d'améliorer de façon subséquente en termes de méthodologie d'organisation des revues, en collaboration avec les Etats membres. L'objectif visé est d'évaluer la performance des Etats dans l'application des réformes communautaires, a indiqué le représentant de la Commission de l'UEMOA à Lomé, Yamadou Keïta. Cette rencontre de cinq jours organisée en collaboration avec le ministère togolais de l'Economie et des Finances, permettra également de relever les résultats atteints, les difficultés auxquelles les...
(Jeune Afrique 31/10/17)
Dans son dernier rapport sur les perspectives régionales de l'économie de l'Afrique subsaharienne, le Fonds monétaire international confirme la reprise économique dans la zone, mais s'inquiète de voir dans certains pays le revenu par habitant se dégrader et l'endettement augmenter. C’est un tableau en demi-teinte que dresse le Fonds monétaire international (FMI) de l’économie de l’Afrique subsaharienne en cette fin d’année. Dans ses Perspectives régionales intitulées « Ajustement budgétaire et diversification économique » publiées le 30 octobre, le Fonds confirme que la zone est en cours de rétablissement. Son taux de croissance annuel se raffermit de 1,4% en 2016, à 2,6% en 2017 et à 3,4% en 2018. Si l’on exclut les deux géants malades que sont le Nigeria et...
(Xinhua 31/10/17)
Le Fonds monétaire international (FMI) appelle les huit pays de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) à accélérer la diversification de leurs économies afin d'accroître leurs croissances, a indiqué lundi, sa représentante résidente au Sénégal, Cemile Sanack, lors de la publication d'un rapport de son institution sur les perspectives économiques régionales. Les perspectives de croissance dans la zone UEMOA (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo) sont "favorables", selon Cemile Sancak. Ainsi, la croissance est attendue au-dessus de 6% en moyenne. "Pour maintenir cet élan à moyen terme, les efforts doivent rester étendus pour promouvoir le développement des PME, mobiliser l'investissement direct étranger. Toutefois, il serait important d'accélérer la diversification des économies de la zone pour consolider...
(Jeune Afrique 30/10/17)
Le premier congrès statutaire du parti Union pour la République (Unir), au pouvoir, a pris fin dimanche à Tsévié, à 30 kilomètres au nord de Lomé. Sans surprise le président Faure Gnassingbé a été reconduit à la tête d’un bureau fortement remanié. Les rideaux sont tombés le 29 octobre sur un congrès attendu depuis cinq ans par les militants et sympathisants d’Union pour la République (Unir), parti fondé par Faure Gnassingbé en avril 2012. À retenir de ce congrès, l’allocution du chef de l’État à l’ouverture et sa confirmation à la tête du parti, l’apparition de nouvelles figures dans le bureau exécutif et la volonté des militants de resserrer les rangs face à la crise politique que traverse le pays...
(AFP 30/10/17)
Le président togolais Faure Gnassingbé s’est montré "optimiste", samedi à l’ouverture du congrès de son parti, pour surmonter la crise au Togo où les violences politiques ont fait au moins 16 morts en deux mois. "Nous avons suffisamment démontré que nous sommes forts, nous sommes confiants, nous sommes optimistes", a déclaré M.Gnassingbé à l’ouverture du congrès de l’Union pour la république (Unir) à Tsévié, à environ 35 km au nord de Lomé, sans directement parler de la crise qui se secoue le pays. C’est la première fois que le président togolais s’exprime depuis le déclenchement de la crise en août. Plus de 2.000 délégués, la plupart vêtus de tee-shirts blanc aux couleurs du parti, participent à ce congrès, placé sous...
(La Tribune 30/10/17)
Alors que le monde entier, attendait qu'il prenne la parole, le chef de l'État togolais Faure Gnassingbé a finalement donné ses impressions sur la crise que traverse son pays. Lors du congrès de son parti « Unir », sur un ton ironique, le président a fait allusion à des « mensonges » sur sa personne. C'est ce 28 octobre 2017 à Tsévié, 35 km au nord de Lomé la capitale togolaise, que le chef de l'Etat togolais Faure Gnassingbé a choisi de s'exprimer sur la crise politique qui secoue le pays depuis plus de deux mois. Au premier congrès statutaire de son parti politique, Union pour la République (UNIR), créé depuis plus de 5 ans, le numéro 1 togolais est...
(La Tribune 30/10/17)
Les autorités togolaises ont réagi ce jeudi 26 octobre 2017 aux sorties des porte-paroles des gouvernements français et américain. Dans un communiqué, les ministres togolais de la Sécurité et de l'Administration territoriale rejettent les allégations portant sur l'intervention de milices du pouvoir lors des dernières manifestations qu'a connues le pays. Le gouvernement togolais n'a pas fait durer le suspense après les réactions des porte-paroles des gouvernements français et américain. Dans un communiqué du ministère de la Sécurité et de la protection civile, signé par le ministre de l'Administration territoriale et transmis à la presse ce jeudi 26 octobre dans la soirée, le gouvernement togolais a rejeté toutes les informations faisant état de l'intervention de milices encadrées par le pouvoir lors...
(Jeune Afrique 30/10/17)
Le chef de l’Etat togolais a lancé samedi matin à Tsévié (30km de Lomé) le premier congrès ordinaire d’Union pour la République (Unir), son parti lancé il y a un peu plus de cinq ans sur les cendres du RPT. Son intervention était attendue par quelque 4 000 délégués venus de toutes les régions du pays et de la diaspora. Faure Gnassingbé a procédé, samedi 28 octobre, à l’ouverture d’un congrès historique dans la vie d’Union pour la République, le parti au pouvoir. « Anciens ou nouveaux, nous sommes aujourd’hui tous militants d’Unir et nous voulons le bien du Togo », a notamment indiqué le chef de l’Etat, président du parti, dans son discours. Longuement ovationné par des militants acquis...
(Jeune Afrique 28/10/17)
Depuis le 19 août 2017, le pouvoir de Faure Gnassingbé est ébranlé avec une telle force qu’il faut retourner dans les années 90 pour voir un tel déferlement de colère de la part de la population togolaise. Tribune. De par leur détermination à l’époque, les Togolais avaient arraché du pouvoir le multipartisme et le retour à la démocratie, consacrés par le référendum du 27 septembre 1992. Mais, le peuple n’a jamais réellement joui du fruit de son combat. Par deux fois, en 2003 pour permettre au « Père » de se représenter indéfiniment (oubliant que la mort existe), et en 2005, pour permettre au « Fils » de redevenir député, président de l’Assemblée nationale, puis président de la République dans...
(RFI 28/10/17)
Plus de 500 Togolais ont franchi la frontière en direction du Ghana ces dernières semaines pour fuir la crise politique qui secoue actuellement le pays, selon le Haut-commissariat aux réfugiés. Ces personnes ont d'abord été accueillies par les communautés locales frontalières avant d'être regroupées dans un village plus accessible. Le HCR prépare aussi un plan d'action au cas où l'afflux de réfugiés deviendrait encore plus important, comme l'explique Romain Desclous, chargé de communication pour l'Afrique de l’Ouest. Lire sur: http://www.rfi.fr/afrique/20171028-crise-togo-plus-500-personnes-fui-vio...
(APA 28/10/17)
APA-Lomé (Togo) Le collectif des associations islamiques du Togo a appelé vendredi au « consensus pour un Togo apaisé et prospère », face à la grave crise sociopolitique que traverse le pays depuis plusieurs semaines. Le collectif demande « aux protagonistes politiques d’œuvrer pour une sortie consensuelle de crise telle que le préconise l’islam à travers l’écoute active et les moyens de communications non violentes ». Le collectif a reconnu au cours d’une conférence de presse vendredi que « la crise politique influe de facto négativement sur toutes les activités socio-économiques du pays ».
(APA 28/10/17)
APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) - Plus de 5% de la croissance économique «ne bénéfice pas à l’ensemble de la population» au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et au Togo, selon un rapport de la Banque mondiale (BM) sur les disparités spatiales du développement économique dans ces pays de la sous-région ouest-africaine, rendu public vendredi. Plus de 5% de la croissance économique «ne bénéfice pas à l’ensemble de la population» au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et au Togo, selon un rapport de la Banque mondiale (BM) sur les disparités spatiales du développement économique dans ces pays de la sous-région ouest-africaine, rendu public vendredi. Dans ce rapport intitulé Géographie du bien-être au Bénin, au Burkina Faso, en Côte...
(Xinhua 28/10/17)
Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a déclaré que plus de 500 réfugiés fuyant les troubles dans la République du Togo étaient arrivés au Ghana. Un communiqué reçu vendredi indique que le HCR travaille avec les autorités du Ghana pour soutenir plus de 500 demandeurs d'asile togolais récemment arrivés, fuyant les troubles politiques récents dans leur pays. "Jusqu'à présent, 513 demandeurs d'asile ont été enregistrés par les autorités ghanéennes, après leur arrivée dans les régions reculées du nord-ouest du Ghana, dont Chereponi, Zabzugu et Bunkprugu-Yunyou", ajoute le communiqué. L'armée de l'ancienne colonie française du Togo a sévi contre les partisans de l'opposition descendant dans la rue contre l'intention alléguée du président Faure Gnassingbé de prolonger son...
(Xinhua 28/10/17)
L'Union africaine (UA) et ZTE, une entreprise chinoise spécialisée dans le secteur de l'information et des télécommunications, ont lancé jeudi un projet de système de surveillance de la santé intelligente au siège de l'UA à Addis-Abeba. Les deux parties avaient signé l'année dernière l'accord sur le projet, pour renforcer la coopération dans le domaine des TIC et de la transformation numérique intelligente, et fournir à la Commission de l'UA un centre de surveillance de la santé intelligente. Le Centre de surveillance de la santé intelligente offre une plate-forme opportune pour contribuer aux efforts de développer une solution de soins de santé durable, a déclaré Albert M. Muchanga, Commissaire à l'Industrie et au Commerce de l'UA, à la cérémonie d'inauguration. Le...
(AFP 27/10/17)
Plus de 500 Togolais ont trouvé refuge au Ghana voisin, fuyant la répression des forces de sécurité dans la région de Mango (nord du Togo) dans un climat de forte contestation populaire contre le pouvoir, a révélé vendredi l'ONU. "Le Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR) travaille avec les autorités du Ghana pour assister plus de 500 Togolais arrivés récemment dans le pays, fuyant les troubles politiques dans leur pays", peut-on lire dans un communiqué de l'organisation onusienne publié vendredi. "Ces personnes originaires du Togo, dont des femmes et des enfants, ont expliqué aux employés du HCR avoir rejoint le Ghana à pieds depuis leur région de Mango (...) pour fuir des atteintes au droits de l'Homme", poursuit le communiqué...
(AFP 27/10/17)
Le chef de l'Union africaine et président guinéen Alpha Condé a appelé jeudi le gouvernement et l'opposition togolais à trouver une issue "pacifique" à la crise dans le pays où les violences politiques ont fait au moins 16 morts en deux mois. Le président Condé recevait jeudi à Conakry son homologue ivoirien, Alassane Ouattara, en visite pour quelques heures en Guinée. "Nous avons également échangé sur le Togo. Il est extrêmement important que les choses évoluent de façon pacifique dans ce pays et qu'on ait une solution pour permettre au peuple togolais de continuer sa marche en avant", a affirmé à la presse M. Condé à l'issue de la rencontre. "Sur la situation au Togo, nous avons confiance au président...
(Jeune Afrique 27/10/17)
Le Togo traverse une crise politique depuis un peu plus de deux mois, avec des manifestations quasi-hebdomadaires de l’opposition. Celles des 17 et 18 octobre ont fait apparaître de nouveaux acteurs dont l’existence inquiète la communauté internationale : les groupes d’auto-défense, communément appelés « milices ». Ce phénomène est loin d’être inconnu dans les pays en crise sur le continent. Mais sa réapparition lors des manifestations des 17 et 18 octobre inquiète, au Togo et au-delà. Des hommes, armés en général de bâtons, parfois cagoulés, se sont positionnés en des points stratégiques de certains quartiers de la capitale. Ils se sont affrontés aux militants de l’opposition, les échauffourées faisant plusieurs blessés. • « Groupes d’auto-défense » ou « milices »...
(Agence Ecofin 27/10/17)
Eric Bio, Analyste Financier, Diplômé de l’Université Paris I et de l’Institut Supérieur du Commerce (ISC) de Paris, vient d’être nommé Directeur du Département des Opérations de la BOAD, après plus d’une vingtaine d’années d’expérience au service de cette Institution. Expert chevronné en financement de projets, il a œuvré et porté plusieurs innovations structurantes, de diversification de l’offre de produits et d’accroissement du volume des activités de la Banque. Outre, les financements structurés, il a notamment conduit le chantier de mise en place du dispositif institutionnel lié aux problématiques climatiques et de développement durable. A ce titre, Il a présidé le Groupe Carbone chargé de l’initiative de la Banque pour la lutte contre les effets négatifs des changements climatiques. En...
(Xinhua 27/10/17)
La Banque d'investissement et de développement de la CEDEAO (BIDC) va financer pour un montant global de 70,544 millions de dollars deux projets publics et deux projets privés au Burkina Faso, en Guinée, au Mali et au Togo, a-t-on appris jeudi auprès du siège de la Banque à Lomé. Son conseil d'administration a approuvé mercredi les financements relatifs aux quatre projets, au cours de sa 55e réunion tenue à la capitale togolaise. En faveur du secteur public, un montant total de 44,5 millions de dollars a été approuvé, soit 9,5 millions de dollars pour un projet d'assainissement et d'adduction d'eau au Burkina Faso et 35 millions de dollars pour l'interconnexion du réseau électrique entre le Mali et la Guinée. Au...

Pages