Mardi 24 Octobre 2017
(La Tribune 19/10/17)
Les autorités togolaises viennent de faire le bilan des incidents de ce 18 octobre. On dénombre quatre morts, plusieurs blessés et arrestations. Et alors que les Togolais sont décidés à encore sortir aujourd'hui pour faire fléchir le pouvoir, le ministre de la Sécurité n'a toujours pas d'explication convaincante sur la sortie des milices et sur les tueries. Désolation, amertume et consternation,... Les Togolais sont passés par toutes sortes d'états d'âme depuis ce mercredi 18 octobre 2017 à ce matin. La vie a disparu à moitié de la capitale. Les écoles sont restées pour la plupart fermées, les commerces aussi, alors que même certaines banques n'ont pas ouvert. «Hier quand ça chauffait, ils sont sortis et sont rentrés. Vous savez qu'on...
(Le Point 19/10/17)
Pendant qu'à Lomé, la répression face aux manifestations se durcit, Sokodé, la deuxième ville du pays, est en état de siège, provoquant un exode des populations. es images tournent en boucle sur les réseaux sociaux et les télévisions. On y voit de la fumée noire qui s'étend dans les rues de plusieurs quartiers de Sokodé, dans le centre du Togo : des pneus brûlés, des carcasses de voitures incendiées, le siège du Parti national panafricain incendié, des habitations de cadres du parti elles aussi incendiées... la poste, un bâtiment de TogoCell, un bureau de banque... Mêmes scènes, vues à Bafilo et à Tchamba, toujours dans le centre. Et plus tard, c'était au tour de Lomé de s'embraser. Bref, des scènes...
(Xinhua 19/10/17)
De graves violences ont été enregistrées mercredi à Lomé au premier jour des marches politiques à l'appel des partis d'opposition pour les 18 et 19 octobre à travers le pays. Des échauffourées entre manifestants et forces de l'ordre ont eu lieu dans plusieurs quartiers de la capitale togolaise qui présente, jusqu'en fin d'après-midi, l'aspect d'une ville déserte et affiche les stigmates des violences. Des barricades ou des restes fumant des pneus et objet divers qui ont été brûlés sont encore visibles sur plusieurs artères de la ville de Lomé. Des affrontements ont été signalés dans des villes de l'intérieur. "Les manifestations d'aujourd'hui sont inquiétantes et d'une rare violence", a confié la commerçante Moushra, la trentaine à peine, qui s'est inquiétée...
(RFI 19/10/17)
Quatre personnes ont été tuées ce mercredi 18 octobre dans les deux plus grandes villes du Togo, Lomé et Sokodé, le fief du PNP de Tikpi Atchadam. Depuis deux mois, l’opposition organise des marches contre le régime du président Faure Gnassingbé. Malgré l'interdiction de manifester en semaine, les quatorze partis de l'opposition avaient décidé de marcher dans la capitale. Dans certains quartiers, des barricades ont été dressées par des groupes de jeunes repoussés à coup de gaz lacrymogènes. La tension restait vive à Lomé mercredi soir. Dans la journée, plusieurs quartiers ont connu des affrontements entre les jeunes manifestants de l’opposition et les forces de l’ordre, alors que le gouvernement a interdit les marches du lundi au vendredi. Très tôt...
(La Tribune 19/10/17)
Le Fonds britannique de développement (CDC Group) vient d’annoncer un nouvel investissement massif en Afrique de l’Ouest. Sur les 2 600 milliards de Fcfa que le gouvernement du Royaume-Uni vient de mettre à la disposition du Fonds, 60% du montant seront réservés à Afrique de l’Ouest où le groupe est encore peu présent. Pays prioritaires de cette sous-région : le Sénégal et la Côte d’Ivoire où le fonds compte investir dans des secteurs stratégiques. Le Commonwealth development group (CDC-Group), le fonds de financement du développement du Royaume-Uni monte en puissance en Afrique de l'Ouest, une région dans laquelle il était jusque-là peu présent. Et pour montrer la couleur, le CDC entend faire les choses en grand à travers l'annonce d'un...
(Agence Ecofin 19/10/17)
ONU Femmes, l’entité des Nations Unies pour l’autonomisation des femmes et l’égalité des genres, a profité de la célébration de la Journée internationale de la femme rurale, ce 15 octobre 2017, pour rappeler les inégalités dont sont victimes les femmes dans l’accès aux terres agricoles, particulièrement dans les pays en développement. « Les agricultrices sont tout aussi productives et entreprenantes que leurs homologues masculins, mais ne sont pas toujours en mesure d’obtenir des prix comparables pour leurs cultures. Elles n’ont pas non plus un accès égal à la terre, au crédit, aux intrants agricoles, aux marchés et aux chaînes agroalimentaires de grande valeur qui sont essentiels à leurs moyens de subsistance », dénonce notamment Phumzile Mlambo-Ngcuka, la directrice exécutive d’ONU...
(AFP 18/10/17)
Barricades de fortune, quartiers bloqués, gaz lacrymogènes et "expéditions punitives" menées par les forces de l'ordre: la situation était très tendue mercredi dans les deux plus grandes villes du Togo, alors que les manifestations contre le pouvoir prévues par l'opposition ont été interdites. Le centre de la capitale Lomé était bloqué et presque toutes les boutiques fermées à Deckon, le centre commerçant de la capitale. "Nous sommes décidés à aller jusqu'au bout. Nous n'avons plus peur des gaz lacrymogènes. La lutte doit continuer", a confié à l'AFP un manifestant, torse nu, son T-shirt attaché autour de la tête.
(RFI 18/10/17)
Dans la nuit de lundi à mardi, de violents heurts entre forces de sécurité et manifestants ont éclaté à Sokodé, la deuxième ville du Togo. Selon un communiqué du gouvernement, on dénombre trois morts ; quatre, selon Amnesty International. Tout est parti lundi soir de l’interpellation de l’imam Djobo Alassane Mohamed, un proche de Tikpi Salifou Atchadam, président du Parti national panafricain (PNP), un parti de l’opposition. Selon le ministre de la Sécurité, Yark Damehame, l’interpellation est consécutive à une réquisition du parquet pour appel au crime et à la sédition.
(Le Monde 18/10/17)
Notre chroniqueur rappelle au président français sa promesse faite à la tribune des Nations unies, en septembre, de « parler pour ceux qu’on n’entend pas ». Tikpi Atchadam. Voilà le nom de celui qui redonne de l’espoir au peuple togolais écrasé par cinquante années du règne d’une dynastie, les Gnassingbé père et fils. Depuis cinq décennies, le Togo est dirigé par le père, Eyadéma (1967-2005) puis le fils, Faure, depuis 2005. Les élections organisées dans ce pays relèvent plus de la farce électorale que d’une consultation du peuple, la dernière élection présidentielle en 2015 officiellement remportée par le président sortant, Faure Gnassingbé illustre à elle seule la mascarade : les résultats sont proclamés alors que le dépouillement est effectué à...
(Jeune Afrique 18/10/17)
Un mouvement d’humeur parti de la ville de Sokodé (centre), où un imam proche de Tikpi Atchadam, leader de la contestation contre le pouvoir togolais, a été arrêté lundi, a touché plusieurs villes du pays et la banlieue nord de la capitale. Deux militaires et un jeune manifestant ont été tués. Tout a commencé lundi peu après dix-huit heures à Sokodé, lorsque des éléments des forces de l’ordre ont procédé à l’interpellation de l’imam Al Hassan. Ce dernier, réputé proche de Tikpi Atchadam, est le coordonnateur du Parti national panafricain (PNP) à Sokodé, deuxième ville la plus peuplée du pays. Très vite, les militants du PNP ont envahi les rues de la ville pour protester contre cette interpellation. Plusieurs édifices...
(Jeune Afrique 18/10/17)
Unesco, Togo, sommet UA-UE d’Abidjan : la semaine du 9 octobre a été intense pour Alpha Condé, le chef de l’État guinéen, par ailleurs président en exercice de l’Union Africaine. Le « Professeur » a ainsi multiplié les coups de téléphone à ses pairs pour que le soutien que l’UA a décidé d’apporter à la candidate égyptienne Moushira Khattab au poste de directeur général de l’Unesco soit suivi d’effet. Et cela même si dès les premiers tours le décompte des voix plaçant en tête le Qatari Hamad Al-Kawari et la Française Audrey Azoulay (finalement élue et en faveur de laquelle le président Emmanuel Macron a écrit à plusieurs chefs d’État africains) démontre que la solidarité africaine n’a pas été au rendez-vous...
(AFP 18/10/17)
La Cédéao (15 pays) a demandé aux premières dames d'Afrique de l'Ouest réunies mardi à Abidjan de lutter contre une démographie galopante qui, mal maîtrisée, génère la pauvreté dans cette région qui compte 330 millions d'habitants. "Nous avons une croissance démographique très dynamique, une des plus élevées au monde", a rappelé le président de la Commission de la Cédéao, Marcel Alain de Souza. "Notre région a un taux de fécondité général de 5,6 enfants par femme (7 au Niger, pays très pauvre, NDLR), le plus élevé au monde", a-t-il ajouté. Selon lui, "tant que nous n'arrivons pas à arrimer la croissance démographique avec la croissance économique, la lutte contre la pauvreté est vaine. Au contraire, chaque fois, la pauvreté s'accroit"...
(Apa 18/10/17)
APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) - Le ratio des décès maternels en Afrique de l’Ouest est compris entre 400 et 600 pour 100.000 naissances vivantes, a indiqué mardi à Abidjan le directeur régional de l’UNFPA pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Mabingue Ngom, lors d’une cérémonie de lancement du rapport 2017 sur l’état de la population mondiale. "En Afrique de l’Ouest, ce ratio est compris entre 400 et 600 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes", a déclaré Mabingue Ngom, dans un discours devant un parterre de personnalités. Selon le rapport, le ratio des décès maternels en Europe de l’Ouest se situe entre 6 et 8 décès maternels pour 100.000 naissances vivantes. Ce qui montre que quand une femme meurt de...
(AFP 17/10/17)
Deux adolescents et deux soldats ont été tués dans de violents heurts entre la population et les forces de l'ordre à Sokodé, la deuxième ville du Togo, après l'arrestation d'un imam proche de l'opposition. "Une source hospitalière nous a confirmé la mort d'une deuxième personne (civile) à Sokodé qui vient d'être conduite à la morgue", a déclaré à l'AFP Aimé Adi, directeur d'Amnesty International, à la suite d'une déclaration officielle confirmant la mort d'un civil et de deux militaires. Cette quatrième victime, du nom de Agoro Ashraf, avait 17 ans et a "reçu une balle dans la tête", selon M. Adi. Yerima Ikililou, le premier civil tombé avait "également 16-17 ans", selon M. Adi. "Ses parents ont amené le corps...
(APA 17/10/17)
APA-Lomé (Togo) - Trois personnes ont trouvé la mort lors de violentes manifestations dans la ville de Sokodé (300 km au nord de Lomé) consécutives à l’arrestation d’un imam également conseiller du parti national panafricain (PNP-Opposition), a appris APA de source officielle. « Deux militaires en faction au domicile d’une personnalité ont été lynchés et exécutés et leurs armes et munitions emportées. Un jeune a également trouvé la mort et une vingtaine de blessés enregistrés parmi les civils et les forces de sécurité », indique un communiqué du gouvernement. Suite à l’interpellation de M. Djobo Mohamed Alassani, imam d’une mosquée de Sokodé, la population s’est spontanément mobilisée pour dresser des barricades et brûler des pneus. De violents heurts les ont...
(AFP 17/10/17)
De violents heurts ont éclaté à Sokodé, deuxième ville du Togo, entre la population et les forces de l'ordre après l'arrestation lundi d'un imam proche d'un parti d'opposition, a-t-on appris auprès de responsables locaux de l'opposition. "L'électricité a été coupée vers 19H00 (locales et GMT), après la prière et cinq véhicules de la gendarmerie sont arrivés pour enlever Alpha Alassane, un imam très reconnu dans la ville", a expliqué à l'AFP Ouro Akpo Tchagnaou, coordinateur de l'Alliance Nationale pour le Changement (ANC, opposition). "La population s'est sentie visée et est sortie dans les rues", a-t-il ajouté en soulignant que les échauffourées ont duré toute la nuit. "On sait qu'il y a eu des morts et des blessés, mais je ne...
(La Tribune 17/10/17)
Le Togo vient de bénéficier d'un appui financier de l'Allemagne portant sur trois grands axes de la coopération entre les deux pays, à savoir, la décentralisation, le développement rural et la formation professionnelle. L'aide est estimée à 24,24 milliards de francs CFA et est une subvention non remboursable. La coopération germano-togolaise est en très bonne santé. Ce vendredi 13 octobre 2017, le Togo et l'Allemagne ont signé un accord d'une subvention non remboursable de 24,235 milliards de francs CFA, a-t-on appris auprès du ministère togolais des affaires étrangères à Lomé. Selon Christoph Sander, ambassadeur de l'Allemagne au Togo qui a signé les documents avec le chef de la diplomatie togolaise, Robert Dussey, cet appui financier porte sur les trois grands...
(Le Monde 17/10/17)
Notre chroniqueur rappelle au président français sa promesse faite à la tribune des Nations unies, en septembre, de « parler pour ceux qu’on n’entend pas ». Tikpi Atchadam. Voilà le nom de celui qui redonne de l’espoir au peuple togolais écrasé par cinquante années du règne d’une dynastie, les Gnassingbé père et fils. Depuis cinq décennies, le Togo est dirigé par le père, Eyadéma (1967-2005) puis le fils, Faure, depuis 2005. Les élections organisées dans ce pays relèvent plus de la farce électorale que d’une consultation du peuple, la dernière élection présidentielle en 2015 officiellement remportée par le président sortant, Faure Gnassingbé illustre à elle seule la mascarade : les résultats sont proclamés alors que le dépouillement est effectué à...
(Agence Ecofin 17/10/17)
Le Groupement togolais d’assurances compagnie africaine d’assurances (GTAC2A-VIE), filiale du groupe marocain Banque centrale populaire (BCP) a remporté deux trophées décernés par Europe Business Assembly (EBA), le 6 octobre dernier à Cannes, en France. En effet, GTAC2A-VIE, leader du marché de l’Assurance Vie au Togo, s’est vue décernée le prix de la « meilleure entreprise régionale ». Tandis que son Directeur général, Claude Gbikpi a été sacré « meilleur manager de l’année ». Pour la direction de GTAC2A-VIE, l’intérêt du comité de sélection de ces prix a été suscité par la démarche de transformation de leur compagnie d’assurance. Celle-ci ayant répondu à tous les critères de positionnement sur son marché, de notoriété, de compétitivité technologique, de professionnalisme et d’attractivité. «...
(Agence Ecofin 17/10/17)
Invité du journaliste Alain Foka sur le plateau de l’émission « Media d’Afrique », le Gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO), Tiémoko Meyliet Koné a tenté de donner la réplique aux critiques toujours plus nombreuses sur la question du Franc CFA. Expliquant le bien-fondé actuel de cette monnaie pour le niveau des économies des pays l’utilisant, Tiémoko Meyliet Koné s’est appesanti sur le grief formulé par les pourfendeurs du FCFA en ce qui concerne le fait qu’il soit fabriqué à Chamalières, dans une imprimerie de la Banque de France. Une situation qui, selon eux, serait un témoignage de plus du caractère colonial de cette monnaie. Pour le gouverneur de la BCEAO, les pays utilisant...

Pages