Jeudi 21 Septembre 2017
(AFP 21/09/17)
Les partisans de l'opposition se préparaient à manifester au Togo jeudi pour le deuxième jour consécutif, réclamant le départ du président Faure Gnassingbé, au lendemain de manifestations qui, selon l'opposition, ont été "sauvagement" réprimées dans le nord du pays. En ouverture de la marche, les représentants de 14 partis d'opposition ont donné une conférence de presse dans la capitale de Lomé, lors de laquelle ils ont rappelé le décès d'un enfant de 9 ans à Mango (extrême nord), et ont regretté la répression "sauvage" des manifestations dans le "grand nord" que "le pouvoir a toujours considéré comme sa chasse gardée".
(APA 21/09/17)
Un enfant de 10 ans a été tué lors des violents affrontements entre des partisans de l’opposition et du pouvoir survenus ce mercredi dans la ville de Mango située à environ 590 km au nord de Lomé, a annoncé le ministre togolais de la sécurité, le colonel Yark Damehane mercredi soir au cours d’une conférence de presse. « Des tirs d’armes à feu ont été effectués à partir des rangs des manifestants du PNP et le bilan est lourd: un enfant de 10 ans a été tué », a déclaré le ministre. « Nous avons dénombre plus de 24 blessés dont 6 par balles 4 par billes, c’est à dire les fusils de chasses. 7 maisons des responsables du parti...
(AFP 21/09/17)
Une personne a été tuée mercredi dans le nord du Togo lors de manifestations de l'opposition qui ont rassemblé des milliers de personnes à travers le pays, a-t-on appris de sources concordantes. A Mango, dans l'extrême-nord du pays, "un enfant d'une dizaine d'années a été tué et 25 personnes blessées, dont 10 par balles" lors d'une manifestation de l'opposition, a déclaré à l'AFP une source proche de la présidence togolaise. Les blessures auraient été causées par des "fusils de chasse" et "des fusils à balles" selon cette source s'exprimant sous couvert d'anonymat...
(AFP 21/09/17)
Plusieurs milliers de personnes ont manifesté mercredi dans les rues de la capitale togolaise Lomé ainsi que dans d'autres villes du centre et nord du pays, à l'appel de l'opposition pour demander le départ du président Faure Gnassingbé. A Mango, dans l'extrême-nord du pays, un enfant a été tué lors d'une manifestation qui n'avait pas été autorisée, selon une source proche de la présidence qui met en cause un parti d'opposition. Une ONG togolaise proche de l'opposition, les Observateurs des...
(RFI 21/09/17)
Au Togo, la réforme de la Constitution sera soumise à un référendum. Le projet de loi du gouvernement a été voté ce mardi 19 septembre à l’Assemblée nationale. Cette réforme limite à deux le nombre de mandats du chef de l’Etat et instaure un scrutin présidentiel à deux tours. Mais l’opposition estime que le texte ne va pas assez loin. La crise politique n’est donc toujours pas résolue. L’opposition manifestait ce mercredi 20 septembre en espérant réunir autant de monde...
(Le Monde 21/09/17)
Nouvelle figure de l’opposition, Tikpi Atchadam souhaite « une union d’action autour d’un seul et même objectif pour faire tomber le régime ». Inconnu du grand public il y a quelques semaines encore, l’opposant togolais Tikpi Salifou Atchadam, 50 ans, fondateur en 2014 du Parti national panafricain (PNP), a déboulé sur la scène politique au début de l’été. Originaire du centre-nord du pays, jusqu’alors considéré comme une chasse gardée du pouvoir, il a réuni plusieurs milliers de personnes dans un...
(Le Point 21/09/17)
En retrait depuis le début des manifestations dans son pays, l'homme politique franco-togolais annonce son retour au Togo, où il compte se joindre à l'opposition dans la rue. Il n'a pas pu se présenter aux présidentielles du Togo en 2005 ni 2010, en 2015 il a fait place au candidat choisi par l'opposition Jean-Pierre Fabre. Un temps empêtré dans les méandres de la justice togolaise, et mis en examen en France pour "trafic d'influence dans une des affaires impliquant "l'escroc...
(APA 21/09/17)
APA Lome (Togo) - Un enfant de 10 ans a été tué lors des violents affrontements entre des partisans de l’opposition et du pouvoir survenus ce mercredi dans la ville de Mango située à environ 590 km au nord de Lomé, a annoncé le ministre togolais de la sécurité, le colonel Yark Damehane mercredi soir au cours d’une conférence de presse. « Des tirs d’armes à feu ont été effectués à partir des rangs des manifestants du PNP et le...
(RFI 21/09/17)
Au Togo, Faure Gnassingbé est à la tête du pays depuis 2005. Et avant lui, c'était son père. Pour l'opposition, cela suffit. Elle ne cesse de réclamer une réforme de la Constitution qui limiterait le nombre de mandats présidentiels, avec effet immédiat. Après une mobilisation hier, mercredi 20 septembre, une nouvelle manifestation a lieu aujourd’hui, notamment à Lomé, la capitale du pays. Après un tour à Bè-Gakpoto, et à Agoé plus au nord de la capitale Lomé, les manifestants continuaient...
(Financial Afrik 21/09/17)
Mauvaise nouvelle pour les autorités togolaises. Le pays vient de recevoir une « gifle » sur le marché des titres publics, avec seulement 16,34 milliards glanés contre 30 milliards sollicités, soit un taux de couverture de moins de 55%. Il s’agit, en effet, des résultats des émissions simultanées des Obligations Assimilables du Trésor à 3 ans, 5 ans et 7UMO, organisées ce mardi par l’Agence UMOA-Titres (AUT), en collaboration avec la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)...
(AFP 20/09/17)
Quelques milliers de personnes se sont rassemblées mercredi dans les rues de la capitale togolaise Lomé à l'appel de l'opposition pour demander le départ du président Faure Gnassingbé et, dans d'autres quartiers, à la demande du parti au pouvoir pour lui témoigner leur soutien. L'opposition, qui a connu un succès historique lors de marches les 6 et 7 septembre en rassemblant plus de 100.000 personnes à travers le pays, a prévu deux nouveaux jours de manifestations mercredi et jeudi. Le...
(La Tribune 20/09/17)
Ce mardi 19 septembre 2017, les parlementaires togolais du parti au pouvoir en l'absence de leurs pairs de l'opposition, ont voté en totalité l'avant-projet de loi portant les réformes introduit par le gouvernement. Ce dernier se voit ainsi ouvrir la voie vers le référendum, alors que ce mercredi 20 septembre, des manifestations sont prévues de chaque côté. La majorité gouvernementale a fait fi du nouveau boycott de l'opposition ce mardi 19 septembre 2017 au parlement togolais. Alors que leurs pairs...
(RFI 20/09/17)
Au Togo, la réforme constitutionnelle ne pourra être votée que par référendum populaire. L'Assemblée s'est réunie en session plénière mardi 19 septembre pour examiner le projet du gouvernement. Un texte qui prévoit entre autres la limitation des mandats présidentiels. L'opposition, qui dénonce la non-rétroactivité de cette mesure, a boycotté la session parlementaire. Du coup, le parti au pouvoir n'a remporté que deux tiers des voix et non les quatre cinquièmes requis, ouvrant la voie à un possible vote par référendum. Le gouvernement y voit une main tendue, les opposants un passage en force.
(RFI 20/09/17)
Au Togo, la réforme de la Constitution sera soumise à un référendum. Le projet de loi du gouvernement a été voté ce mardi 19 septembre à l’Assemblée nationale. Cette réforme limite à deux le nombre de mandats du chef de l’Etat et instaure un scrutin présidentiel à deux tours. Mais l’opposition estime que le texte ne va pas assez loin. La crise politique n’est donc toujours pas résolue. L’opposition manifeste ce mercredi 20 septembre en espérant réunir autant de monde...
(Le Monde 20/09/17)
Le ministre de la communication Guy Lorenzo défend la réforme constitutionnelle en cours qui permettrait au président Gnassingbé de se représenter en 2020 et en 2025. Guy Lorenzo est le ministre de la communication, de la culture, des sports et de la formation civique. Formé en France, ancien cadre de la Compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur (Coface), il a été nommé au gouvernement togolais après la réélection, en 2015, de Faure Gnassingbé, pour un troisième mandat de cinq ans. L’opposition demande le départ du président et boycotte les débats au Parlement sur la réforme constitutionnelle proposant
(Jeune Afrique 20/09/17)
L’opposition et le parti au pouvoir manifestent pendant deux jours à travers le pays, les uns pour réclamer le retour à la Constitution de 1992, les autres pour soutenir le chef de l’État. La veille, le Parlement a voté le projet de loi portant réforme Constitutionnelle, sans atteindre le quorum requis mais en ouvrant la voie à un référendum. L’arithmétique est claire comme de l’eau de roche. Avec 91 inscrits, 62 voix pour, 0 contre et 1 abstention, l’Assemblée nationale...
(Jeune Afrique 20/09/17)
Selon Payadowa Boukpessi, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales, les opposants qui invoquent la Constitution de 1992 pour rejeter une éventuelle nouvelle candidature de Faure Gnassingbé à la présidentielle en 2020 se livrent à "un faux procès". Jeune Afrique : À quelques heures de marches éclatées de l’opposition, diriez-vous que la situation est grave au Togo ? Payadowa Boukpessi : Le gouvernement, dans son ensemble, prend au sérieux la situation. À partir du moment où...
(APA 20/09/17)
L’opposition togolaise s’est abstenue de voter ce mardi, le projet de révision constitutionnelle soumis par le gouvernement, au cours d’une session extraordinaire de l’Assemblée nationale, ouvrant ainsi la voie à un possible vote par référendum. Seuls les 62 députés du parti au pouvoir au Togo, Union pour la République (UNIR) ont voté le texte, alors que, selon la loi togolaise, il faut le vote des 4/5 des députés. La députée indépendante de « Sursaut Togo » présente s’est abstenue. Dama...
(Agence Ecofin 20/09/17)
Selon un rapport retraçant les exportations nigérianes de pétrole entre janvier et mai 2017, le Togo est devenu l’un des plus importants clients du Nigéria avec 999 006 barils importés en avril, et 6,7 millions de barils achetés en mai. Le document a été publié par la société publique nigériane du pétrole (NNPC). Pour le Togo, cette hausse des importations s’explique par l’importance de plus en plus marquée du pays comme point de transit sous-régional. Sur cette période, deux autres...
(AFP 19/09/17)
L'opposition togolaise ayant boycotté le vote parlementaire de la révision constitutionnelle, le texte proposé par le gouvernement n'a remporté que deux tiers des voix et non les quatre-cinquième requis, le renvoyant de facto à un vote par referendum. Le projet de loi, qui propose notamment une limitation du nombre mandats présidentiels, n'a remporté que 62 voix sur 91 (et une abstention), soit le nombre exact des députés représentants le parti présidentiel au Parlement. "Selon l'article 144 de la Constitution, le...

Pages