Mercredi 21 Février 2018

Togo : Quatre pays dynamisent le système d'alerte sur les catastrophes dans le bassin Oti

Togo : Quatre pays dynamisent le système d'alerte sur les catastrophes dans le bassin Oti
(Xinhua 14/02/18)
Le Colonel Damehane Yark, ministre togolais de la Sécurité et de la Protection civile.

Le Bénin, le Burkina Faso, le Ghana et le Togo ont réexaminé, avec l'Autorité du Bassin de la Volta (ABV), le système d'alerte précoce "FEWS Oti" couvrant tout le bassin de la rivière Oti du Togo et du Ghana, a appris mardi l'agence de presse Xinhua auprès de la représentation de la Banque mondiale au Togo.

Du 8 au 9 février à Lomé, les experts des pays concernés ont discuté des progrès réalisés dans le cadre de la prévision des crues dans le bassin de la rivière Oti, un affluent du fleuve Volta, au Ghana et au Togo, a-t-on appris d'un communiqué de la représentation de la BM.

Ainsi, les experts ont évalué les rapports et spécifications techniques du système d'alerte précoce "FEWS Oti" qui a été développé et testé pendant la saison des crues de 2017.

L'étude sur le renforcement de la gestion des inondations dans le bassin de la Volta a été soutenue par le Programme Japon-GFDRR/Banque mondiale pour l'intégration de la gestion des risques des catastrophes dans les pays en développement.

Le système "FEWS Oti" a permis, rappelle-t-on, de fournir des informations précises sur les niveaux d'eau dans le bassin de la rivière Oti au Nord du Togo et du Ghana avec une avance de 1 à 2 jours sur la survenue des crues.

Cela a permis "une meilleure coordination de l'assistance et des secours aux communautés vulnérables et victimes des inondations", a-t-on souligné.

On apprend que déjà, des cartes des risques d'inondation sont élaborées pour l'ensemble du bassin de l'Oti, favorisant ainsi la planification et la prise de décision éclairées en fonction des risques au niveau local.

La rencontre de Lomé intervient à un moment où les inondations sont principalement un phénomène transfrontalier dans les principaux bassins fluviaux en Afrique de l'ouest comme le bassin de la Volta et demandent une approche régionale pour une meilleure prévision et gestion des inondations, a-t-on expliqué.

"La mise à l'essai réussie des tests de prévisions des crues dans le bassin de la rivière Oti nous a maintenant fourni un outil important pour comprendre plus rapidement la situation d'inondation et prendre des décisions pour des interventions plus rapides en cas de besoin ", a dit le Colonel Damehane Yark, ministre togolais de la Sécurité et de la Protection civile, cité par le communiqué.

Selon la représentation de la Banque mondiale, le projet FEWS Oti a été initié dans le cadre du Projet de gestion intégrée des catastrophes et des terres (PGICT), clôturé en juin 2017 et qui a financé des actions prioritaires en matière de gestion durable et intégrée des terres et de l'eau, ainsi que la prévision et la préparation pour la gestion des risques de catastrophe.

D'après la même source, le PGICT a appuyé le gouvernement togolais à mieux planifier et se préparer à faire face à des catastrophes naturelles pour lesquels les services hydrométéorologiques adéquats sont importants.

Commentaires facebook