Lundi 23 Avril 2018

Tchad

(AFP 09/02/18)
La grève totale des établissements publics tchadiens de santé, observée à l'appel des syndicats, a été suivie en demi-teinte jeudi à N'Djamena, a constaté l'AFP. Les deux principaux hôpitaux de la ville, l'hôpital général et l'hôpital de la Mère et de l'Enfant, gardaient jeudi un service minimum aux urgences, malgré la grève générale qui paralyse les services publics depuis le 29 janvier. Mercredi, les syndicats avaient durci la grève en demandant aux établissements de santé publique de suspendre leur service minimum. "Nous nous occupons de traiter des brûlures, des fièvres et des cas de paludisme grave ou d'autres maladies des enfants.", a confié à l'AFP un infirmier de l'hôpital de la Mère et de l'Enfant, dans le centre-ville de N'Djamena...
(Jeune Afrique 09/02/18)
Le cinéaste tchadien, notamment primé à Cannes en 2010, a été démis via un décret lu à la radio nationale. De son côté, il affirme avoir présenté sa démission. « Je me suis dit que comme ministre je pourrais agir, dans un esprit complètement tchadien et africain où l’aîné a des responsabilités. » C’est par ces mots que Mahamat Saleh Haroun expliquait à Jeune Afrique, dans une interview parue dans nos pages le 28 janvier, ce qui l’avait motivé à accepter le poste de ministre de la Culture. Portefeuille que le cinéaste vient de perdre. Il « a été appelé à d’autres fonctions », selon un décret lu à la radio nationale, qui ne précise pas les raisons de son...
(RFI 09/02/18)
Au Tchad, un décret du chef de l’Etat a annoncé jeudi 8 février le remplacement du ministre de la Culture, le cinéaste Mahamat Saleh Haroun. Une décision qui a surpris de nombreux observateurs. Mais jeudi soir, le désormais ex-ministre a indiqué qu’il avait démissionné pour des raisons personnelles. « Je n’ai ni été démis de mes fonctions de ministre de la Culture du Tchad, ni limogé. J’ai démissionné pour raisons personnelles. » Ce sont les termes du communiqué qu’à fait diffuser Mahamat Saleh Haroun jeudi soir. Plus tôt dans la journée, un décret du chef de l’Etat a annoncé la nomination d’un nouveau ministre de la Culture en remplacement de Mahamat Saleh Haroun qui « est appelé à d’autres fonctions...
(Xinhua 09/02/18)
Le réalisateur tchadien Mahamat Saleh Haroun a été démis de ses fonctions de ministre tchadien de la Jeunesse, du Tourisme, de Culture, des Sports et de l'Artisanat, selon un décret présidentiel publié jeudi par la radio publique. Le décret n'a fait d'aucun motif à ce limogeage, précisant laconiquement que M. Mahamat Saleh Haroun est "appelé à d'autres fonctions". Il est remplacé par M. Fogbou Djibert Younous qui occupait déjà ces fonctions il y a 8 ans. Le réalisateur avait été appelé au gouvernement le 5 février 2017 pour diriger le ministère du Développement touristique, de la Culture et de l'Artisanat, élargi avec la Jeunesse et les Sports après le remaniement du 24 décembre 2017. M. Mahamat Saleh Haroun, véritable icône...
(APA 08/02/18)
Le cinéaste Mahamat Saleh Haroun, primé au festival de Cannes en 2010, qui était ministre de la culture et du tourisme depuis un an au Tchad, a été démis jeudi de ses fonctions par un décret gouvernemental. M. Saleh Haroun, qui a longtemps vécu en France, "a été appelé à d'autres fonctions (…). Djibert Younous (lui même ancien ministre de la Culture, ndlr) est nommé ministre de la jeunesse, des sports, de la culture et du développement touristique", selon un décret lu à la radio nationale jeudi. Le communiqué n'indique pas les raisons de la démission de M. Haroun, qui était entré au gouvernement tchadien en février 2017. "Je ne suis pas devenu ministre pour laver la mémoire du Tchad",...
(AFP 08/02/18)
Quelques dizaines de personnes à peine se sont réunies avant de se disperser jeudi en plusieurs endroits de N'Djamena où la société civile tchadienne organisait une marche, interdite par les autorités, contre l'austérité et la mauvaise gouvernance, a constaté un journaliste de l'AFP. Une vingtaine de personnes, dont le leader de la société civile Mahamat Nour Ibedou, se sont rassemblées jeudi en début de matinée dans le centre de la capitale tchadienne pour cette "journée de la colère". Avec banderoles et entonnant l'hymne national, ils ont entamé une marche avant de se disperser. Les manifestations avaient été interdites mercredi par le gouvernement pour des raisons de "sécurité" et une forte présence...
(APA 08/02/18)
APA-N’Djamèna (Tchad) – Plusieurs Tchadiens, répondant à l’appel d’un Collectif des organisations de la société civile, sont sortis tôt le matin dans les rues de N’Djamèna pour manifester leur adhésion à cette journée décrétée «jeudi de la colère», en réaction à la politique d’austérité du pouvoir. Dans les arrondissements, les manifestants sont sortis par petits groupes. Au cinquième arrondissement, le porte-parole du collectif initiateur de la marche, Mahamat Nour Ibedou, est en tête d’une procession de quelques jeunes qui ont manifesté en brandissant des pancartes et des banderoles. Au premier arrondissement, une zone industrielle, un dispositif sécuritaire s’est installé très tôt le matin pour étouffer dans l’oeuf toute tentative de regroupement. Dans d’autres quartiers de la capitale, N’Djaména, la présence...
(APA 08/02/18)
APA-N’Djamèna (Tchad) - Le cinéaste tchadien, Mahamat Saleh Haroun, a été démis de ses fonctions de ministre de la Jeunesse, du Tourisme, de la Culture, des Sports et de l’Artisanat, aux termes d’un décret rendu public ce jeudi aux environs de midi. Aucun motif sur les raison de ce limogeage n’a été fourni par le décret qui se borne a indiquer que le célèbre cinéaste a été remplacé par un cacique du parti au pouvoir, Djibert Younous, ancien gouverneur de région et plusieurs fois ministres. Le désormais ex ministre, Mahamat Saleh Haroun, était entré, pour la première fois au gouvernement, en février 2017, comme ministre du Développement touristique, de l'Artisanat et de la culture, 23è membre de l’équipe gouvernementale suivant...
(RFI 08/02/18)
Le Collectif tchadien des organisations de la société civile (CTOSC) a appelé à mener des marches pacifiques dans plusieurs villes du pays pour dénoncer la mauvaise gouvernance. Cette initiative est baptisée le « Jeudi de la colère ». Mardi déjà, les forces de l'ordre ont dispersé des rassemblements à Ndjamena. Dix partis politiques ayant soutenu cette initiative ont été suspendus mercredi. La tension sociale est forte au Tchad où le secteur public est en grève illimitée depuis la semaine dernière. Les autorités tchadiennes ont été claires : la marche du « Jeudi de la colère » est interdite. Chaque rassemblement sera dispersé, chaque participant risquera une arrestation et les partis politiques impliqués, une suspension voire une dissolution. Et pour Ahmat...
(AFP 08/02/18)
La tension sociale est montée d'un cran mercredi au Tchad après la suspension par le gouvernement de dix partis politiques d'opposition et l'appel par les syndicats à un durcissement de la grève, à la veille d'un "jeudi de la colère" à N'Djamena. Les activités de dix partis politiques d'opposition, dont celui du député Djimet Clément Bagao, sont "suspendues pour une durée de deux mois", a indiqué le ministre de la Sécurité, Ahmat Mahamat Bachir, qui avait averti mardi que les partis qui "tenteraient de défier l'autorité de l'Etat" seraient suspendus. "Les regroupements de partis politique de l'opposition ne baisseront pas les bras face à un régime totalitaire qui viole à chaque fois les lois de la République", a réagi auprès...
(AFP 08/02/18)
Dix partis d'opposition tchadiens, qui avaient soutenu un appel à manifester mardi des syndicats, ont été suspendus pour deux mois pour "troubles à l'ordre public" et "incitation à la violence", a-t-on annoncé mercredi de source officielle. Les activités de dix partis politiques d'opposition, dont celui du député Djimet Clément Bagao, sont "suspendues pour une durée de deux mois", a indiqué dans un communiqué le ministre de la Sécurité, Ahmat Mahamat Bachir, qui avait averti mardi que les partis qui "tenteraient de défier l'autorité de l'Etat" seraient suspendus. Parmi les dix partis suspendus, figure le Parti démocratique du peuple tchadien (PDPT) du député Djimet Clément Bagao, leader politique de la marche avortée de mardi. Celle-ci avait été dispersée par les forces...
(Le Monde 08/02/18)
La marche pacifique organisée pour protester contre l’austérité, mardi 6 février à N’Djamena, au Tchad, aura duré dix petites minutes. Le temps pour les manifestants de parcourir 200 mètres avant d’être dispersés par des gaz lacrymogènes et « par des tirs à balles réelles », selon le député Djimet Clément Bagaou, porte-parole de la coalition de partis d’opposition à l’initiative de cette action. « Nous nous étions donné rendez-vous à 7 heures dans le 9e arrondissement [sud de la capitale], mais les forces de l’ordre étaient déjà déployées et beaucoup n’ont pas pu rejoindre le point de rassemblement. » Des marches avaient également été organisées dans plusieurs villes de province. Mercredi matin, M. Bagaou dénombrait « plus de 50 blessés...
(RFI 08/02/18)
C'est un premier pas vers l'indemnisation des victimes du régime d'Hissène Habré, au pouvoir au Tchad de 1982 à 1990, avec la création d'un fonds pour les victimes. Le principe avait été validé, il y a un an et demi, par l'Union africaine, mais il aura fallu attendre jusqu'au dernier sommet de l'UA pour passer à la prochaine étape. Plusieurs organisations de défense des droits de l'homme s'en félicitent, mais rappellent qu'il reste encore beaucoup à faire pour que le travail d'indemnisation des victimes puisse vraiment commencer. Et le principal problème sera d'alimenter ce fonds.
(RFI 08/02/18)
Au Tchad, ce devait être « le Jeudi de la colère ». Le Collectif tchadien des organisations de la société civile (CTOSC) avait appelé à des marches pacifiques contre la mauvaise gouvernance et les mesures d'austérité. Une mobilisation interdite à Ndjamena, où seuls quelques petits groupes s'étaient effectivement rassemblés avant d'être dispersés. Les organisateurs du « Jeudi de la colère » le reconnaissent, la mobilisation a été très faible. Dans le Ve arrondissement, Mahamat Nour Ibedou, secrétaire général de la Convention tchadienne pour la défense des droits de l’homme (CTDDH) et un petit groupe sont sortis brièvement, le temps d’afficher une banderole. Dans le VIe, des jeunes ont aussi tenté de se rassembler avant d’être dispersés. Les activistes signalent que...
(AFP 07/02/18)
Les chefs d'Etat du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), réunis en sommet mardi à Niamey, ont réitéré leur demande à la communauté internationale d'un soutien financier supplémentaire pour leur force militaire conjointe. "Compte tenu de la pression qu'exerce la crise sécuritaire actuelle dans le Sahel sur les finances publiques des Etats membres, les chefs d'Etat invitent les institutions financières internationales (...) à mettre en place des ressources additionnelles pour y faire face", affirme le communiqué final du sommet publié mardi soir. La force du G5 Sahel, qui devrait compter 5.000 soldats des cinq pays impliqués d'ici la mi-2018, a pour mission de combattre les groupes jihadistes qui sévissent dans la région sahélienne. Les pays du G5...
(AFP 07/02/18)
Un important mouvement de grogne sociale agite le Tchad depuis plusieurs semaines après l'instauration de mesures d'austérité, et un "jeudi de la colère" a été décrété par des organisations de la société civile, alors que les autorités ont interdit tout rassemblement. "Ah, tu vois, les policiers sont beaucoup, là", commente un chauffeur de taxi, devant les portes closes des lycées de N'Djamena. Depuis deux semaines, les Tchadiens ne s'étonnent plus guère de la présence renforcée des forces de l'ordre dans les rues de la capitale d'un pays déjà fortement militarisé. "Ce n'est pas la ville morte, il y a des commerçants, mais la fonction publique est en grève +illimitée+, donc l'éducation...
(APA 07/02/18)
APA-N’Djamèna (Tchad) - Dix partis politiques tchadiens ont été suspendus d’activité pour deux mois et leurs sièges fermés durant toute cette période, aux termes d’un arrêté du ministre de l’Administration du territoire, de la Sécurité publique et de la Gouvernance locale. Selon Ahmat Mahamat Bachir dont APA a reçu, mercredi, copie de l’arrêté, les partis politiques en cause et qui sont réunis au sein de quatre regroupements de l’opposition démocratique (ADO, COPRAT, CCPOD et CPIMO), ont violé l’interdiction d’une marche du 6 février. Ce faisant, le ministre les accuse d’incitation à la violence et de trouble à l’ordre public. Le ministre de la Sécurité publique a profité de l’occasion pour interdire la marche que projette d’organiser demain jeudi un Collectif...
(Xinhua 07/02/18)
Au Tchad, l'administration publique, les écoles, les hôpitaux et la justice sont paralysés depuis fin janvier par des grèves déclenchées par des syndicats contre la politique d'austérité imposée par le gouvernement. Depuis la chute des cours du pétrole fin 2014, le gouvernement tchadien a imposé des mesures d'austérité drastiques. En août 2016, il a annoncé seize mesures d'urgence dont la suppression de 50 % des primes et des indemnités des agents de l'Etat. Cependant, "les seize mesures" (comme on les appelle à N'Djamena et partout dans le pays) n'ont pas réussi à contenir la crise. Début janvier, le gouvernement a tenté d'aller plus loin en s'attaquant directement aux salaires de base de fonctionnaires. Face au tollé général des syndicats, il...
(RFI 07/02/18)
Au Tchad, une marche pacifique initiée par quatre regroupements de partis politiques a été dispersée ce mardi 6 février dans le 9e arrondissement de la capitale. Les manifestants qui ont décidé de braver l'interdiction ont subit les représailles des forces de l'ordre, comme à Sarh dans le sud du pays, où il y'a eu plusieurs arrestations. Le gouvernement a lui décidé de mettre la barre haute. Toute association ou parti politique qui décide de braver une interdiction de manifester pourra désormais être suspendu. Ce mardi matin, les militants des quatre coalitions de partis, qui ont appelé à une marche contre les mesures d’austérité et les entorses aux droits de l’homme, ont décidé de braver l’interdiction de marcher qui leur a...
(AFP 07/02/18)
Un sommet sur le bassin du lac Tchad, victime du réchauffement climatique et repaire du groupe islamiste nigérian Boko Haram, se tiendra fin février au Nigeria, a annoncé mercredi le président nigérien Mahamadou Issoufou. Cette "conférence internationale sur la réhabilitation du Lac Tchad" se tiendra à Abuja, a déclaré M. Issoufou à l'ouverture à Niamey d'une réunion du Comité inter-États de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS - 13 Etats). Cinq autres présidents, le Sénégalais Macky Sall, le Burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, le Tchadien Idriss Déby, le mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz et le Malien Ibrahim Boubacar Keïta étaient présents pour cette réunion qui se tient à la suite du sommet du G5 Sahel mardi. La rencontre d'une journée...

Pages

(AFP 06/11/17)
Les avocats du directeur général de la compagnie aérienne tchadienne AirInter1, soupconnée par l'ex-directeur général de l'aviation civile tchadienne (Adac) d'avoir été au coeur d'un détournement présumé d'immatriculation tchadienne d'un avion retrouvé en Syrie, ont démenti dans un courrier que la compagnie soit liée à ce détournement. Selon une plainte contre X début septembre du directeur général de l'Adac, AirInter1 aurait frauduleusement attribué une immatriculation à un Airbus Cargo A340, pour être convoyé vers la Syrie. Ces faits présumés sont "faux et archi-faux", ont répondu samedi les avocats de Mathias Tsarsi, directeur général de la compagnie aérienne, dans un courrier dont l'AFP a obtenu copie dimanche. "AirInter1 ne dispose ni d'un avion de type A340, moins encore d'une immatriculation y...
(APA 06/11/17)
APA-N’Djamèna (Tchad) - Au Tchad, le nouveau taux d’inscription dans les universités fixé cette année à 50.000 FCFA retarde la rentrée dans ces établissements, malgré le coup d’envoi de celle-ci donné en mi-octobre par le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Un tour effectué lundi par le correspondant de APA dans les facultés d’Ardep-Djoumal permet de se rendre compte que les cours sont loin d’avoir démarré. Et pour cause, parents et étudiants ont du mal à accepter le nouveau taux d’inscription qui permet aux universités tchadiennes de se mettre aux normes de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC). «On ne peut pas être unanime sur cette nouvelle donne d’aligner nos universités à celles de...
(RFI 06/11/17)
Au Tchad, la défense monte au créneau dans l'affaire du trafic suspect des immatriculations d'avions qui ont provoqué, début septembre, le limogeage du ministre de l'Aviation civile et la mise aux arrêts de plusieurs fonctionnaires du ministère de l'Aviation civile et d'un responsable d'une compagnie aérienne privée tchadienne. Samedi 4 novembre, les avocats de la compagnie aérienne ont tenu à préciser les faits. Courant juillet dernier, l’ambassade des Etats-Unis alerte les autorités tchadiennes sur des risques de connexion entre une entreprise de transport aérien tchadienne et une entreprise iranienne liée à des groupes terroristes. Quelques semaines plus tard, l’entreprise tchadienne Air Inter One est accusée d’avoir immatriculé deux avions, un cargo et un Airbus, qui se livrent à des activités...
(RFI 06/11/17)
Au Mali, l'opération Haw Bi, le nom de code des premières manœuvres conjointes de la nouvelle force du G5 Sahel, se poursuit dans une zone carrefour où évoluent plusieurs groupes terroristes. Des groupes qui n'ont pas les mêmes objectifs, mais qui communiquent de plus en plus entre eux et font planer une nouvelle menace sur la région. En mars 2017, le chef terroriste malien Iyad Ag Ghaly a réussi le tour de force d'unir au sein d'une même coalition l'ensemble des katibas actives au Mali. Le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (RVIM) a depuis revendiqué près de 60 attaques sur tout le territoire et affirme détenir l'ensemble des otages occidentaux. De l'autre côté, l'organisation Etat islamique au...
(Xinhua 04/11/17)
La Commission du bassin du lac Tchad (CBLT) et l'Union africaine (UA) ont organisé une conférence de trois jours à N'Djamena au Tchad pour discuter des moyens de stabiliser les zones touchées par Boko Haram. La conférence qui s'est ouverte jeudi a pour thème "Soutenir le développement d'un cadre pour la stratégie de stabilisation régionale pour les zones touchées par Boko Haram", a déclaré vendredi l'UA dans un communiqué. Le Cadre pour une stratégie de stabilisation régionale est la première étape vers le développement d'une Stratégie de stabilisation régionale globale qui conduira et rationalisera les différentes initiatives visant à stabiliser les zones touchées par Boko Haram. Le Commissaire de l'UA pour la paix et la sécurité, Smail Chergui, et le...
(AFP 03/11/17)
Dans un nuage de poussière ocre, drapeau national claquant au vent, une colonne de pick-up maliens armés progresse lentement dans la zone frontalière avec le Burkina et le Niger, pays partenaires de la toute première opération du G5 Sahel. Dans le convoi, une vingtaine de blindés de la force française Barkhane veillent, assurant la sécurité. "Cette piste entre Tessit et Kayrougouten (centre-Mali) est un axe majeur, emprunté par les commerçants et la population", explique à l'AFP le lieutenant Gaoussou Diara, qui commande une centaine de soldats maliens mobilisés pour cette opération transfrontalière inédite.
(RFI 03/11/17)
Paris s'est félicité ce jeudi du lancement, en début de semaine, de la première opération conduite par la Force antiterroriste G5 Sahel. Cette force constituée par le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad pourrait compter jusqu'à 5 000 hommes répartis en sept bataillons. Il faudra encore des mois pour mettre à niveau les bataillons, les entraîner et les équiper correctement. La pleine capacité ne sera prononcée que début 2018. Cette opération nommée Hawbi « vient concrétiser la montée en puissance de cette Force, et la prise en main par les Etats sahéliens de la lutte contre le terrorisme »
(AFP 01/11/17)
Soutenue sur le terrain par la France, la nouvelle force anti-jihadiste G5 Sahel a lancé mercredi ses opérations aux confins du Mali, du Burkina Faso et du Niger, une zone très instable devenue un foyer pour les groupes extrémistes. Le président français Emmanuel Macron avait estimé mardi que le succès de cette force, composée de soldats du Mali, Niger, Mauritanie, Burkina Faso et Tchad, était une "obligation collective" dans la lutte contre le terrorisme au Sahel, vaste région située au sud du Sahara. "Le déploiement des Maliens, des Nigériens et des Burkinabé de la force G5 Sahel a débuté ce matin", a déclaré mercredi à l'AFP le lieutenant-colonel français Marc-Antoine depuis une base avancée française dans la région aride d'In-Tillit,...
(Le Monde 28/10/17)
L’Office français de protection des réfugiés et apatrides a sélectionné 240 Centrafricains et Soudanais dans le cadre du plan d’accueil du président Emmanuel Macron. Sur son maillot de foot, on ne voit que l’écusson de Chelsea, un club anglais. Ababar, 20 ans, en est gêné. Il aimerait tellement convaincre le représentant de la France que, avec Neymar en attaque, le PSG est l’un de ses clubs préférés… L’« instant foot » réveille un semblant de sourire chez le jeune Centrafricain et éclaircit l’air épais de poussière chaude. Dans les bureaux où l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) s’est installé, entre le 23 et le 26 octobre, à N’Djamena, la capitale du Tchad, le cliquetis des claviers des...
(RFI 27/10/17)
L'arrestation d'un journaliste tchadien suscite l'indignation de la presse. Juda Allahondoum, le directeur de publication de l'hebdomadaire Le Visionnaire, est détenu depuis le 17 octobre et devrait être jugé le 2 novembre pour « usurpation de titre de journaliste », devant un tribunal des flagrants délits de Ndjamena. Pour Reporters sans Frontières (RSF), cette affaire témoigne d'un climat hostile vis-à-vis des journalistes au Tchad. Lire sur: http://www.rfi.fr/afrique/20171027-tchad-arrestation-directeur-journal-v...
(AFP 25/10/17)
Dix personnes sont mortes dans des affrontements qui ont opposé dans la nuit de lundi à mardi des orpailleurs dans le Tibesti, massif montagneux dans le nord du Tchad, a appris mercredi l'AFP auprès d'une source sécuritaire. "Des habitants autochtones de la région ont demandé aux orpailleurs allogènes de quitter la zone. Il s'en est suivi une bagarre et les allogènes ont tué trois autochtones", a expliqué à l'AFP cette même source, qui a requis l'anonymat. "Les habitants ont tendu une embuscade aux orpailleurs qui ont quitté la zone (...), au cours des affrontements sept chercheurs d'or ont été tués alors que d'autres prenaient la fuite", a indiqué la source sécuritaire. Les affrontements, parfois meurtriers, sont fréquents entre les habitants...
(Xinhua 25/10/17)
La 18ème session ordinaire du Comité des chefs de police de l'Afrique centrale (CCPAC) s'est ouverte mardi dans la capitale tchadienne, à un moment où la sous-région est confrontée à d'innombrables défis sécuritaires, plus complexes les uns que les autres, a déclaré Sirandi Ongtoin, directeur général adjoint de la Police nationale du Tchad. "Les actes terroristes continuent à semer la désolation au sein de nos populations, la cybercriminalité s'accroît dangereusement, la prolifération des armes légères et des petits calibres continuent de favoriser la commission d'une criminalité violente, le trafic des drogues et des faux médicaments prennent des proportions inquiétantes, le braconnage et le trafic international des produits de la faune menacent dangereusement la survie de nos espèces et la liste...
(AFP 25/10/17)
Face à la déferlante d'attaques jihadistes aux frontières du Mali, du Burkina Faso et du Niger, la force conjointe du G5 Sahel, encore naissante, aura besoin de toute l'aide possible pour accomplir sa mission, selon les diplomates et les responsables militaires. Les bâtiments jaune et rose du poste de commandement de la force conjointe, à Sévaré, dans le centre du Mali, opérationnel depuis peu, abritent désormais des officiers de liaison des cinq pays (Mali, Burkina Faso, Niger, Mauritanie et Tchad), parmi les plus pauvres du monde. "Cette force conjointe est une force naissante", a expliqué son commandant, le général malien Didier Dacko, devant les ambassadeurs du Conseil de sécurité de l'ONU en visite à Sévaré, étape cruciale d'une tournée au...
(Xinhua 25/10/17)
Le Centre régional des Nations unies pour la paix et le désarmement en Afrique (UNREC) à Lomé, en collaboration avec les autorités nationales tchadiennes, organise du 24 au 27 octobre à N'Djamena, une série d'ateliers sur le thème : "Validation des procédures standards opérationnelles (SOP) et procédures administratives". "Ces ateliers s'inscrivent dans le cadre du projet "Sécurité physique et gestion des stocks (PSSM) au Sahel" cofinancé par l'Union européenne et le Bureau des Nations unies pour les affaires de désarmement (UNODA) et qui concerne six pays du sahel à savoir : le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigeria et le Tchad", indique mardi un communiqué de l'institution onusienne basée à Lomé, capitale togolaise. Pendant quatre jours,...
(APA 24/10/17)
APA-Dakar (Sénégal) - Le Niger, la Centrafrique et le Tchad, sont les pays qui ont le plus élevé taux de prévalence des mariages des enfants, a appris APA lundi à Dakar, à l'ouverture d'une rencontre de Haut niveau consacré à ce thème. L'Afrique de l'Ouest et du Centre a le taux de prévalence de mariage des enfants le plus élevé en Afrique et dans le monde, selon un document remis à la presse en marge de l'ouverture de cette rencontre qui porte sur le thème: «Mettre Fin au Mariage des Enfants en Afrique de l'Ouest et du Centre". Six des dix pays enregistrant les taux les plus élevés au monde se trouvent dans la région: Niger (76,3%), République Centrafricaine (68%),...
(RFI 19/10/17)
Selon des sources concordantes, Mahamat Hassan Boulmaye, le secrétaire général du Conseil du commandement militaire pour le salut de la République (CCSMR), un mouvement rebelle qui s'oppose au régime tchadien d'Idriss Deby, a été arrêté avec d'autres rebelles alors qu'il se trouvait aux environs d'Agadez au Niger. Ces rebelles devraient être bientôt extradés au Tchad. Longtemps basé dans le sud-libyen, le CCSMR a dû se redéployer suite à l'arrivée dans cette zone, l'été dernier, des forces du général Khalifa Haftar. Il s‘est alors replié vers la bande d'Ouzou, au nord du Tchad, près de la frontière libyenne. Mais c'est près d'Agadez, au nord du Niger, que Mahamat Hassan Boulmaye et son porte-parole, Ahmat Yacoub Adam, ont été arrêtés, affirment des...
(Xinhua 19/10/17)
Au Tchad, la rentrée universitaire 2017-2018 a été lancée au début de la semaine par le ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Mackaye Hassan Taïsso. Mais dans la douzaine d'universités et d'instituts universitaires publics que compte le pays, les mêmes problèmes subsistent. La nouvelle année académique commence enfin (du moins théoriquement) après moult hésitations dues au retard accusé dans le paiement des arriérés des bourses des étudiants ou de divers émoluments des enseignants-chercheurs. Les étudiants, enseignants et chercheurs doivent reprendre le chemin des amphithéâtres et des laboratoires. La veille, Mackaye Hassan Taïsso a exhorté "le couple enseignants-étudiants et les autres partenaires à redoubler d'efforts pour cette cause juste et noble", "car il ne sert à rien...
(AFP 18/10/17)
Le directeur de publication d'un hebdomadaire indépendant au Tchad a été convoqué mardi par la police à N'Djamena et placé en garde à vue, a-t-on appris de sources concordantes. Juda Allahodoum, directeur de publication du journal "Le Visionnaire", a été "arrêté a la suite d'une plainte du parquet" après la parution d'un article en une consacré à une affaire de détournement présumé d'immatriculation d'avion, a indiqué à l'AFP une source policière, s'exprimant sous couvert d'anonymat. "La parution de cet article est une entrave à l'enquête ouverte par la justice" sur cette affaire d'immatriculation...
(APA 18/10/17)
APA-N’Djamèna (Tchad) - Le directeur de publication de l’hebdomadaire « Le Visionnaire », Juda Allahondoum, a été placé en garde à vue, ce mardi, au terme d’une journée passée à la police judiciaire (PJ) tchadienne. «Le fer doit passer par le feu pour être utile. A la police judiciaire pour répondre à la convocation de la justice aujourd'hui», avait écrit sur son compte Facebook, avant de se rendre à la Police judiciaire, Juda Allahondou, par ailleurs président du Patronat de la Presse Tchadienne (PPT), une organisation regroupant plusieurs journaux. Si officiellement, aucune charge n’est retenue contre M. Allahondoum, il est constant qu’il avait dans le dernier numéro de son journal, accusé un avion Airbus 340 de la compagnie tchadienne «...
(RFI 18/10/17)
APA- N’Djamèna (Tchad) - La démolition des stations-service et des points de vente de carburant non en règle à N’Djamèna, une opération initiée en début de semaine dernière par les autorités avec l’appui des forces de l’ordre, est diversement appréciée par les populations. En effet, là où beaucoup d’habitants de la capitale tchadienne saluent la détermination des autorités à mettre de l’ordre dans l’implantation anarchique des lieux de vente des carburants, partant de se soucier de leur sécurité, d’autres n’écartent pas des risques de pénurie. Et par conséquent, le renchérissement des prix des carburants, notamment l’essence et le gas-oil. Pour ces alarmistes, cette éventualité que personne ne souhaite; résultera infailliblement de la diminution drastique des points de vente. Au ministère...

Pages

(Agence Ecofin 28/09/17)
(Agence Ecofin) - Dans le cadre du processus de la mise en œuvre de la Zone de libre-échange en Afrique centrale, une délégation de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), conduite par Mfoula Marie Thérèse Chantal, secrétaire générale adjointe chargée de l’intégration physique, économique et monétaire, a échangé, ce 25 septembre 2017, avec les autorités tchadiennes. Cet échange qui s’est déroulé en marge de sa mission de relance du Programme de productivité agricole en Afrique centrale (PPAAC), avec Hamid Koua, ministre tchadien du Commerce et du Développement industriel, a porté sur l’évolution du processus d’insertion dans l’ordre juridique interne par la République du Tchad, des instruments juridiques de commerce afin de permettre à la CEEAC d’opérationnaliser la...
(Agence Ecofin 26/09/17)
(Agence Ecofin) - La Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac) prépare actuellement des textes d'application qui seront soumis à la consultation de la profession bancaire, les 15 et 16 novembre 2017 à Douala, dans le secteur de la microfinance. Le premier texte porte sur le projet de règlement Cobac relatif à la liquidation des établissements de microfinance (EMF) de petite taille. A cet effet, le gendarme du secteur bancaire prévoit une procédure dite de « liquidation simplifiée » pour les EMF de première catégorie, dont le total des dépôts n’excède pas un milliard de FCFA au moment du retrait d’agrément. Un second projet porte sur les modalités d’application des astreintes appliquées pour non-respect des injonctions de la Cobac. Il s’agira...
(Financial Afrik 20/09/17)
Le succès engrangés par le Tchad lors de sa table ronde de Paris continue de faire parler de lui. La United Bank for Africa (UBA) faisait partie du lot des banques commerciales les plus présentes à ce rendez-vous parisien du 6 au 8 septembre 2017 présidé par le président Idriss Déby. L’objectif était de mobiliser des fonds pour la période 2017-2021. A cette occasion, la banque nigériane a dépêché son top management depuis Lagos en la personne de Emeke Iweriebor, directeur d’UBA Africa Francophone. L’occasion pour ce dernier de réitérer l’engagement de la filiale locale, UBA Tchad, dans le financement du développement du pays. Pour rappel, UBA Tchad a participé au financement de la centrale électrique de 60 MW à...
(Agence Ecofin 19/09/17)
(Agence Ecofin) - Dans une publication de la Commission bancaire d’Afrique centrale (Cobac) datée du 18 septembre, l’on découvre une information plutôt inquiétante concernant le secteur bancaire dans la Cemac. En effet, Abbas Mahamat Tolli, président de la Commission bancaire d’Afrique centrale (Cobac) et gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) a révélé au cours d’une réunion tenue en juillet dernier à Ndjamena, au Tchad, que plus de la moitié des banques dans la sous-région ne disposent pas d'une surface financière suffisante. « Au plan prudentiel, sur un effectif de 52 banques en activité, 27 banques disposent de fonds propres nets, suffisants pour respecter l'ensemble des normes prudentielles assises sur cet agrégat.», a déclaré Abbas Mahamat Tolli,...
(Agence Ecofin 19/09/17)
(Agence Ecofin) - Le siège de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac) a abrité le 15 septembre à Libreville, le lancement de l’Accord sur la facilitation des échanges de l’Organisation Mondiale pour le commerce (OMC) en Afrique centrale. Claude Sinzogan, représentant de la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique présent à la cérémonie, a expliqué que globalement, le projet vise à renforcer l’intégration régionale à travers des actions visant à stimuler le commerce et la compétitivité. Ceci, afin de contribuer à une croissance économique inclusive dans les pays membres de la Communauté. Cet Accord entend également renforcer les capacités du Secrétariat général de la Ceeac en matière de facilitation des échanges afin de lui permettre...
(Financial Afrik 18/09/17)
Abidjan, Côte d’Ivoire, le 13 septembre 2017 – Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) contribuera au nouveau Plan national de développement (PND) du Tchad à hauteur de 540 millions de dollars américains. En outre, la BAD offre au pays la possibilité de mobiliser des financements additionnels à travers son guichet réservé au secteur privé, et ce, en faveur des projets à haute viabilité commerciale purement privés ou en partenariat public-privé. La BAD aidera au renforcement des capacités institutionnelles du Tchad et au développement des projets bancables. L’engagement en a été pris lors de la table ronde internationale organisée par le Tchad à Paris, du 6 au 8 septembre 2017, dans le but de réunir les financements nécessaires...
(Agence Ecofin 18/09/17)
(Agence Ecofin) - Le Fonds monétaire international (FMI) craint une nouvelle baisse des réserves des pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) au niveau de leur banque centrale, la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac). C’est le message passé par Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint de l’institution, alors en visite au Cameroun du 14 au 15 septembre. « Les réserves de la Beac se sont stabilisées, mais elles demeurent faibles. Les retards observés dans la conclusion d’un accord sur un programme appuyé par le FMI avec la République du Congo et la Guinée Equatoriale pourraient entraîner une nouvelle baisse des réserves », a déclaré Mitsuhiro Furusawa. Il a rappelé qu’en décembre 2016, lors du sommet...
(Agence Ecofin 15/09/17)
(Agence Ecofin) - Invitée à participer au Forum « Investir au Tchad » à Paris, du 6 au 8 septembre 2017, la société pétrolière camerounaise, Tradex, a été conviée à présenter son expérience au Tchad dans le cadre d’une table ronde intitulée «Conversation avec les acteurs économiques ». Stéphane K. Soumahoro, le directeur général adjoint de Tradex-Tchad a assuré que la société poursuivra le maillage du territoire tchadien en s’installant dans 22 régions du pays. Et qu’elle poursuivra le déploiement de l’ensemble de ses produits et services dans son réseau de distribution. Par ailleurs, Tradex renforcera sa capacité de stockage de produits pétroliers et vulgarisera l’usage du gaz domestique par les ménages, en construisant, à terme, au Tchad, une usine...
(Le Point 14/09/17)
Le Tchad a levé plus de 20 milliards de dollars de promesses pour un Plan national de développement pour la mise en oeuvre duquel la société civile a des doutes. Trois fois plus. C'est ce que le gouvernement tchadien estime avoir obtenu à l'issue de la table ronde organisée à Paris. Le pays avait requis plus de 7 milliards de dollars pour financer son PND 2017-2021. Il aura finalement obtenu une intention d'investissement de l'ordre de 20 milliards de dollars. Que cache cette forte générosité des bailleurs de fonds ? Existe-t-il un deal pour mettre en œuvre un agenda international en matière de politique migratoire et de lutte contre le terrorisme, terrain sur lequel le président Idriss Déby Itno est...
(Financial Afrik 13/09/17)
La Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), Vera Songwe, a pris part ce jeudi, à une table ronde de deux jours sur le financement du Plan national de développement 2017-2021 du Tchad ; et a promis à ce pays du Nord-centre de l’Afrique, le soutien de la CEA le pays, car ce dernier cherche à transformer son économie et à attirer les investisseurs internationaux. Mme Songwe, qui s’est entretenue avec le Président Idriss Déby, à ladite table ronde, dit que le Tchad est à l’aube d’une ère et ajoute qu’il est nécessaire que ses dirigeants maintiennent une discipline macroéconomique stricte pour engendrer une croissance, fassent respecter la bonne gouvernance et favorisent l’intégration économique. « Il existe un...
(Agence Ecofin 12/09/17)
(Agence Ecofin) - Le Groupe de la Banque mondiale s’est engagé à hauteur de 1,1 milliard $ (environ 600 milliards FCFA) pour le financement du Programme national de développement (PND) du Tchad, pour la période 2017-2021. C’était à l’occasion de la table ronde des bailleurs de fonds organisé les 7 et 8 septembre derniers à Paris. Plus précisément, cet engagement financier qui s’étalera sur les trois prochaines années, comprend un appui de 1 milliard $ de l’Association internationale de développement (IDA), le fonds de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres, et 100 millions $ de la Société financière internationale (IFC), filiale dédiée au secteur privé. Pour rappel, la récente table ronde des bailleurs organisée par le gouvernement...
(Le Point 11/09/17)
Revigoré par l'engouement autour du Plan national de développement (2017-2021) présenté à Paris, le ministre tchadien de l'Économie s'est confié au Point Afrique. Plus de 20 milliards de dollars. C'est le montant estimé des engagements que le Tchad a récoltés pour financer son programme quinquennal 2017-2021 de son nouveau plan de développement « Vision 2030 : le Tchad que nous voulons ». Initialement, le pays entendait lever 6,73 milliards de dollars. « C'est presque quatre fois plus que ce que nous attendions », s'exclame Ngueto Tiraina Yambaye, le ministre de l'Économie et de la Planification du développement, à peine sorti de la salle de conférence d'un grand hôtel parisien où s'est tenue la table ronde de Paris. Sur l'ensemble des...
(RFI 11/09/17)
Le Tchad a fait plus que carton plein au bout de trois jours d’une opération séduction auprès des investisseurs internationaux à Paris. Le gouvernement tchadien a annoncé hier soir avoir obtenu 20 milliards de dollars de promesses d'investissements, soit 10 897 milliards de francs CFA. C’est trois fois plus que ce qu’il espérait. Notre invité ce matin a été la cheville ouvrière du Plan national d’investissement 2017-2021. Interrogé par Stanislas Ndayishimiye, le ministre tchadien de l’Economie et de la Planification du développement, Nguéto Tiraïna Yambaye, ne cache pas sa satisfaction. Nguéto Tiraïna Yambaye: Mon sentiment, en tant que ministre en charge d’organiser ce grand événement, est un sentiment de fierté parce que les résultats que nous avons obtenus, pendant les...
(Agence Ecofin 11/09/17)
(Agence Ecofin) - La table ronde des bailleurs de fonds organisée par l’Etat tchadien, à Paris les 7 et 8 septembre, en vue de mobiliser des financements pour son Programme national de développement (PND) 2017-2021, a été couronnée de succès. En effet, alors que le Tchad entendait mobiliser 3710,88 milliards FCFA (environ 6,74 milliards $) pour financer le gap prévisionnel de son PND 2017-2021, ce sont environ 10 000 milliards FCFA (environ 18 milliards $) d’intentions de financement qui ont été annoncés par les « bailleurs de fonds, partenaires techniques et financiers ainsi que les pays amis » lors de cette table ronde. Soit le triple du montant recherché. L’information est donnée par un communiqué préliminaire de la Présidence de...
(RFI 11/09/17)
Le Tchad a obtenu la semaine dernière à Paris des promesses de financement de son plan national de développement 2017-2021 de 20 milliards de dollars, soit 10 895 milliards de francs CFA… Le gouvernement tchadien avait convié dans la capitale française des bailleurs internationaux et des investisseurs publics et privés pendant 3 jours (du 6 au 8 septembre). En parallèle à cette conférence de recherche de financement, quelques sociétés publiques et privées ont exposé leurs activités.
(La Tribune 09/09/17)
La conférence organisée par le Tchad à Paris du 6 au 8 septembre pour mobiliser près de 4 000 milliards de Fcfa pour financer des centaines des projets de développement vient de clôturer ses travaux sur une bonne nouvelle : les promesses et les annonces faites par les bailleurs ont largement dépassé les attentes du gouvernement tchadien. De nombreuses annonces et de belles promesses... Idriss Deby ne rentrera pas au Tchad les mains vides de la Table ronde organisée du 6 au 8 septembre à Paris. La conférence qui a mobilisé près de 500 bailleurs et investisseurs privés et publics a été un succès. Les attentes du Tchad sont largement dépassées à l'issue de la rencontre, affirme la présidence tchadienne,...
(RFI 07/09/17)
Le gouvernement tchadien est à Paris depuis mercredi 6 septembre pour mobiliser, pendant 3 jours, les bailleurs de fonds publics et les investisseurs privés, afin de financer le Plan national de développement (PND) 2017-2021. Un plan adopté en juillet dernier, dont le tiers du financement est déjà acquis. Avec 300 projets regroupés en quatre axes, la diversification de l’économie notamment, le Tchad espère boucler le financement d’un plan de développement de 5 ans. La somme recherchée est d’un peu plus de 5 500 milliards de francs CFA (soit près de 8,5 milliards d’euros).
(Autre média 07/09/17)
En déplacement à Paris depuis mercredi, le gouvernement tchadien est mobilisé, pendant trois jours, pour tenter de convaincre les investisseurs français de financer le plan de développement quinquennal au Tchad, au moment où le pays subit les contrecoups de la chute des prix du pétrole, au milieu des critiques de l’opposition qui appelle à un dialogue inclusif. Le gouvernement tchadien tente de rectifier sa trop grande dépendance au pétrole, sa principale source de revenus avec le production de coton. Le Plan national de développement (PND) 2017-2021, adopté en juillet dernier, tend à amorcer la diversification de l’économie du Tchad. Le PND monté par N’Djamena est évalué à près de 8,5 milliards d’euros, (5500 milliards de francs CFA) et comporte quelque...
(RFI 06/09/17)
Le Tchad organise du 6 au 8 septembre 2017 une table ronde pour le financement de son plan national de développement. Il s’agira pour le pays de mobiliser plus de 3 000 milliards de francs CFA pour combler le gap d’un plan estimé à 5 000 milliards de francs CFA. Pour les autorités, le pays qui a été secoué par la chute de cours du pétrole s’inscrit dans une démarche de diversification de son économie. C’est un plan composé de projets publics et privé estimé à plus de 5 000 milliards de francs CFA qui sera présenté sur trois jours aux bailleurs de fonds et investisseurs. 47% du montant attendu est composé de projets privés qui cherchent des partenaires. Une...
(Jeune Afrique 05/09/17)
Alors que N’Djamena va tenter de collecter 3 milliards d’euros à Paris début septembre, le ministre tchadien de l'Économie et de la Planification du développement défend les efforts engagés par le pays pour relancer son économie. Plus de 2 000 milliards de F CFA (3 milliards d’euros). C’est le montant qui manque au Tchad, sur un total de 5 000 milliards, pour boucler le financement du programme quinquennal 2017-2021 de son nouveau plan de développement « Vision 2030 : le Tchad que nous voulons ». Alors que l’économie du pays est malmenée par l’effondrement du cours du pétrole, qui représentait 70 % de ses recettes budgétaires, son gouvernement tentera de collecter cette somme auprès d’investisseurs à Paris, du 6 au 8 septembre...

Pages

(Tchadanthropus 24/05/13)
“L'ancien Président-Poète doit se retourner dans sa tombe devant l'association de son nom à celui d'un des dirigeants africains les plus incultes que l'Histoire politique du Continent ait produite“. Il est, décidément, des leçons qu'on n'est plus prompt à réciter qu'à mettre en application. S'exprimant à New York le 25 septembre 2012 à la 67ème session de l'Assemblée Générale des Nations Unies, le tout nouveau Président sénégalais disait « En Afrique et dans le reste du monde, le Sénégal salue et soutient l'avancée de la démocratie et des libertés fondamentales. Nous déplorons que certains, refusant l'évidence que le destin de l'homme est de vivre libre, n'offrent, en réponse aux aspirations légitimes de leur peuple, que la violence atroce contre des...
(Le Parisien 22/05/13)
Le cinéma africain "a besoin" du festival de Cannes pour "banaliser" sa présence et lutter contre son "invisibilité" à l'étranger, a affirmé mercredi le cinéaste tchadien Mahamat-Saleh Haroun, en compétition officielle avec son film "Grigris", renvoyant aussi les cinéastes de son continent à leur "responsabilité". "Je pense que c'est important que l'Afrique soit présente à Cannes. Et il faut que l'on se batte pour faire des films importants, qui soient présents dans les grands rendez-vous cinématographiques. Le cinéma a besoin d'Afrique, et l'Afrique a besoin de ces rendez-vous importants comme Cannes. Il faut que notre présence soit vraiment banalisée", a indiqué le réalisateur. "J'estime que ces festivals là sont importants, parce que nos films sont déjà invisibles. Il n'y a...
(Journal du Tchad 17/05/13)
Le livre de l’universitaire française a été publié aux Editions Karthala à Paris La note de l’éditeur Comment vit-on du métier des armes dans un pays marqué par la récurrence des rébellions et des répressions? Que font les combattants quand ils ne sont pas mobilisés par la guerre? Et, au fond, qu’est-ce qu’être un combattant ou un ancien combattant? A partir d’une enquête menée au Tchad auprès de ces hommes, ce livre interroge le recours aux armes quand celui-ci devient à la fois une forme ordinaire de la lutte politique et un métier. En suivant les trajectoires des combattants qui passent d’une faction à une autre, de la rébellion à l’armée, et empruntent parfois des chemins qui mènent en Libye,...
( 17/05/13)
Des organisations sénégalaises, regroupées au sein de la coalition Droit d’asile et la liberté d’expression (DALE), ont réclamé, jeudi à Dakar, le retour au Sénégal du journaliste-blogueur et réfugié tchadien Makaïla Nguebla, expulsé du pays en raison de « son engagement en faveur de la démocratie et des droits humains ». « Nous condamnons avec la dernière énergie cet acte et réclamons son retour (M. Nguebla) au Sénégal, le pays de la Téranga et terre d’asile depuis des millénaires », a déclaré Mamadou Mignane Diouf, coordonnateur du Forum social sénégalais (FSS) et membre de la coalition DALE, au cours d’une conférence de presse. Par la voix de M. Diouf, les organisations concernées ont menacé de monter « d’un cran dans...
( 17/05/13)
Après un premier communiqué adressé á la presse nationale et internationale, le comité DALE qui regroupe des associations, organisations, activistes et blogueurs avertit les autorités sénégalaises sur le cas de Makaila, expulsé du Sénégal vers la Guinée le 07 mai dernier. En conférence de presse ce matin à Dakar, les membres du DALE (Droit d'asile et la liberté d'expression) ont déroulé leur plan d'action pour le retour du journaliste blogueur qui vivait à Dakar depuis 2005. Ainsi donc, une rencontre avec le président de la République, le Pm, le ministre de l'Intérieur et de la justice est prévue dans les jours à venir. Au cas où cette rencontre n'aura pas lieu, une marche de protestation sera organisée par le comité...
(Tchadactuel 08/05/13)
Eric Topona, secrétaire général de l’Union des journalistes tchadiens, s’était vu convoqué à 8h, au palais de justice, lundi 6 mai. Il en est ressorti encadré par les gendarmes et inculpé pour atteinte à l’ordre constitutionnel. Le journaliste Eric Topona, fils d’un opposant politique, est actuellement détenu à la maison d’arrêt d’Amsinene, dans la banlieue de Ndjamena. Il est poursuivi dans le cadre des suites de l’affaire Jean Laokolé, un jeune blogueur, également fils d’opposant, accusé de diffamation et lui aussi en prison. Ce n’est pas la première fois qu’Eric Topona a des ennuis avec le pouvoir. RSF (Reporters sans frontières), l’organisation de défense de la liberté de la presse, s’en était inquiété à plusieurs reprises. Cette fois encore, elle...
(Journal du Tchad 08/05/13)
Moussa Avenir DELA Tchiré, Directeur de Publication de l’Abba Garde a été placé en détention pour incitation à la haine Si l’arrestation du Secrétaire Général de l’Union des Journalistes Tchadien, Eric Topona surprend jusqu’aujourd’hui, celle du Directeur de Publication de l’Abba Garde ne surprend pas, mais elle pousse à la panique chez l’ensemble des journalistes tchadiens. Moussa Avenir DELA Tchiré était dans le collimateur du pouvoir dès le début de la création de son journal. Pour de nombreux confrères, cette arrestation était prévisible, car depuis un an que ce journal existe, il n’a jamais fait cadeau tant du côté du pouvoir que de l’opposition. Abba Garde qui n’a jamais été tendre et ne cessait de dénoncer les tares, les détournements...
(Soir Info 19/04/13)
Les mamans de Côte d'Ivoire et d’Afrique seront célébrées à la clôture du Salon africain de la femme (Saf), le 25 mai 2013, au Plateau, lors d'un dîner gala. Le Saf organisé par la structure d' événementiel et de communication Ozivoire et destiné à la femme âgée de 18 ans et plus, ouvrira ses portes au grand public, du 22 au 25 mai 2013, à la Caistab. Ces informations ont été données par la directrice générale de la structure organisatrice, Marie Thérèse Boua, lorsqu’elle était face à la presse, récemment, à Cocody. Selon elle, ce salon sera un espace ou la cible trouvera des réponses à toutes ses préoccupations concernant la mode et le style, la beauté et l’esthétique, la...
(22 Septembre 21/02/13)
Pour le Cinéma Numérique Ambulant (CNA), le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou est désormais un rendez-vous incontournable. Pour sa cinquième participation consécutive au Fespaco, le CNA a choisit de prendre ses quartiers au «Maquis du Festival» à la Cité An III en plein cœur de Ouagadougou, où il a installé un Village CNA. C’est sur ce site que se tiendront les activités du CNA. Pour ce 23ème Fespaco, le CNA initie le projet «Fespaco classique » et revisite, en cinq soirées thématiques, les classiques du cinéma africain plébiscités par les publics des villages d’Afrique. Ainsi, du dimanche 25 février au vendredi 1er mars, six films seront projetés. Il s’agit de Yaaba d’Idrissa Ouédraogo (Burkina Faso)...

Pages

(RFI 24/11/17)
« A l'occasion du sommet Afrique-Europe, la semaine prochaine à Abidjan, il faut organiser en urgence une réunion avec l'ONU sur l'esclavage en Libye », déclare Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l'Union africaine. De passage à Paris, où il a rencontré jeudi Emmanuel Macron, le chef de l'exécutif de l'organisation régionale répond aux questions de Christophe Boisbouvier. « Je dois avouer que la situation (esclavage en Libye, NDLR) n’est pas sous le contrôle total du gouvernement libyen. C’est la raison pour laquelle j’ai demandé qu’on puisse tenir, à Abidjan, une réunion avec les Nations unies et l’Union européenne, avec les instruments dont nous disposons tous, pour pouvoir urgemment secourir ces gens qui sont en danger. (...) J’ai...
(RFI 23/11/17)
Le gouvernement tchadien réagit au communiqué du ministère américain de la Justice annonçant l'interpellation de l'ancien ministre sénégalais des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio, dans une affaire de corruption internationale. Il aurait remis la somme de 2 millions de dollars à Idriss Déby Itno, président du Tchad. Pour la porte-parole du gouvernement, Madeleine Alingué, il ne s'agit ni plus ni moins que d'un acharnement contre le Tchad et son président. Lire sur: http://www.rfi.fr/afrique/20171123-affaire-gadio-le-tchad-denonce-acharn...
(Le Monde 22/11/17)
Un ex-chef de la diplomatie sénégalaise et un ancien premier ministre de Hongkong sont soupçonnés d’avoir versé des pots-de-vin aux chefs d’Etat contre des avantages commerciaux. Les noms des présidents tchadien, Idriss Déby Itno, et ougandais, Yoweri Museveni, apparaissent en rouge dans un acte d’inculpation dressé le 16 novembre par la justice américaine dans le cadre d’une vaste affaire de corruption.
(Le Point 20/11/17)
Le Tchad avait obtenu pour près de 17 milliards d'euros de promesses d'engagements auprès de ses partenaires en septembre. Le point deux mois après. « La mise en œuvre du plan national de développement (PND) est en marche », lance le ministre de l'Économie tchadien, Ngueto Tiraina Yambaye, contacté par Le Point Afrique. En septembre, le gouvernement avait alors annoncé avec enthousiasme avoir levé plus de 17 milliards d'euros d'engagements auprès des bailleurs de fonds venus assister à la table ronde organisée à Paris. Une somme dédiée au financement de son programme quinquennal 2017-2021 de son nouveau plan de développement, « Vision 2030 : le Tchad que nous voulons ». Deux mois plus tard, l'heure est aux peaufinages des projets...
(RFI 18/11/17)
Trente-sept ministres des Affaires étrangères africains se sont réunis ce vendredi 17 novembre à Washington à l’invitation du secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson. Il s’agissait du premier grand rendez-vous diplomatique entre l’administration Trump et le continent. Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson, ancien patron d’une grande compagnie pétrolière, a résolument orienté les débats sur le développement économique et les investissements. Mais le préalable pour assurer le développement c’est la sécurité. Et les Africains ont insisté sur la question du Sahel. Soulemane Zeraboussa, ministre du Commerce, représentait la Côte d’ivoire à ce rendez vous : « Nous souhaitons que les Etats Unis en fassent plus pour le G5 Sahel. Nous en parlons avec beaucoup...
(Jeune Afrique 16/11/17)
La ministre française des Armées était à Dakar au Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique. Mise en place de la force conjointe du G5 Sahel, évolution de l'opération Barkhane, lutte contre le terrorisme... Florence Parly répond aux questions de Jeune Afrique. C’était sa première visite à Dakar en tant que ministre des Armées. Les 13 et 14 novembre, Florence Parly, 54 ans, s’est rendue dans la capitale sénégalaise pour assister à la quatrième édition du Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique, organisé avec le soutien des autorités françaises. Elle y a notamment rencontré les présidents sénégalais et malien, Macky Sall et Ibrahim Boubacar Keïta, avec lesquels il a largement été question de...
(RFI 14/11/17)
Il est temps de penser le Tchad sans le pétrole. Le président Idriss Déby l'a répété ce week-end à Ndjamena, lors d'une conférence économique. La chute des cours de l'or noir qui représente 70% des recettes budgétaires du pays a propulsé l'année dernière le Tchad dans la récession. Alors que Ndjamena vient de renégocier un programme de prêt avec le Fonds monétaire internationale, le président montre patte blanche pour conserver le soutien des bailleurs internationaux. Coupes budgétaires, réduction du train de vie de l'Etat, fin des augmentations pour les fonctionnaires, retrait de certains privilèges de la fonction publique... le Tchad ne sait plus quel fond de tiroir racler pour grappiller quelques revenus.
(RFI 13/11/17)
Au Tchad, Idriss Déby annonce un retour aux années avant pétrole. Ce week-end, alors qu'il prenait la parole à une assemblée générale des opérateurs économiques du parti au pouvoir, le président tchadien a appelé à investir dans le monde rural et oublier le pétrole. Le chef de l'Etat a aussi indiqué que pour les fonctionnaires, il faut envisager la fin des augmentations de salaire. Le chef de l’Etat est revenu longuement sur la nécessité pour les opérateurs économiques d’investir dans le secteur rural et d’oublier le pétrole qui a alimenté les rêves depuis 2003. Pour les travailleurs...
(RFI 13/11/17)
Trois dirigeants d'une rébellion tchadienne arrêtés en octobre au Niger seront-ils extradés vers leur pays d'origine ? C'est ce que demande Ndjamena, qui fait valoir une convention d'extradition signé avec Niamey, et rappelle que leur mouvement, le Conseil du commandement militaire pour le salut de la République, le CCMSR, actif en Libye, a revendiqué une attaque qui a coûté la vie à 12 soldats. Décryptage avec Me Bernard Schmid, avocat au barreau de Paris et spécialiste du droit d'asile. Me Bernard Schmid a participé à une conférence de presse, samedi 11 novembre à Paris, au cours de laquelle il a rappelé qu'on pouvait légitimement craindre pour la vie de ses clients s'ils étaient extradés vers le Tchad. Il en appelle...
(RFI 10/11/17)
Au Tchad, l'Union nationale des étudiants tchadiens durcit le ton suite à la décision des autorités fixant les inscriptions à 50 000 francs CFA. Alors que leur marche, prévue pour ce vendredi, est interdite par le gouvernement, les étudiants qui n'entendent pas se plier à la décision rendent responsable le gouvernement de tout ce qui adviendra. Au cours de la conférence de presse de ce jeudi 9 novembre, l’Union nationale des étudiants tchadiens (Unet) s’est montrée circonspecte vis-à-vis de la décision des autorités de l’enseignement supérieur de fixer les inscriptions à l’université, à 50 000 francs CFA (environ 76 euros). « Jusqu’à preuve du contraire, il n’y a aucun document juridique indiquant une inscription des étudiants à 50 000 francs...
(RFI 09/11/17)
Au Tchad, cela fait dix jours que les tribunaux du pays sont à l'arrêt à cause d'une grève « sèche » et illimitée des magistrats. Depuis, le nombre de détenus qui attendent d'être présentés à un juge, des affaires pendantes qui devraient être traitées, s'accumulent. Une situation qui risque de perdurer parce que la plupart des revendications des magistrats attendent, elles, toujours. Depuis une dizaine de jours, des détenus en garde à vue, des prisonniers qui attendent d’être fixés sur leur sort croupissent dans les commissariats et prisons parce que les magistrats sont en grève. Une situation inconfortable aussi bien pour les citoyens que pour l’image du pays, selon maître Athanase Mbaigangnon, bâtonnier de l’Ordre des avocats du Tchad :...
(La Tribune 09/11/17)
Très loin de ses prévisions de 1,6% en début d'année, le taux de croissance économique dans la Communauté économique et monétaire de l'Afrique de centrale (CEMAC) ne devrait pas dépasser 0,2% cette année, a-t-on appris d'un communiqué du Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque centrale des Etats de l'Afrique centrale. C'est presqu'un aveu d'échec pour la Banque centrale des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) et les Etats de la zone de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC). Les différentes mesures prises, dont la réduction des coefficients des réserves obligatoires des banques, la réduction des plafonds de refinancement de certains Etats, le resserrement des dépenses publiques, l'élargissement de l'assiette fiscale, la priorisation de certains investissements, la...
(Jeune Afrique 09/11/17)
Réunis à N’Djamena, les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale sont parvenus à régler nombre de dossiers épineux… À commencer par la suppression des visas. Une conjoncture économique défavorable peut avoir des vertus. En butte à des difficultés budgétaires et en quête de relance, l’Afrique centrale bouge enfin. Le 31 octobre, au cours d’un sommet convoqué à N’Djamena, au Tchad, les chefs d’État ont fait aboutir en quelques traits de plume une pile de dossiers pourtant bloqués depuis plus d’une décennie. Conséquence, le lendemain, 1er novembre, à la suite des autres pays membres, le Cameroun a été le dernier de la Cemac à supprimer l’exigibilité du visa aux ressortissants des autres pays membres. Ironie de...
(RFI 09/11/17)
Au Sahel, l'opération Hawbi, « Vache noire », débutée la 27 octobre, se termine dans la zone des trois frontières entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger, le 11 novembre, plus exactement dans une zone s'étendant entre Anssongo et Dori. Il s'agit de la première opération de la force conjointe du G5 Sahel, lancée au mois de juillet dernier. Selon l'armée française, cette vaste opération de « contrôle de zone » a réuni 350 soldats du Burkina, 200 soldats nigériens et 200 militaires maliens. Barkhane était toujours présente en appui avec 180 militaires, mais assure vouloir s’effacer petit à petit au profit des partenaires locaux. Un véritable défi pour les pays de la région. De notre envoyé spécial...
(La Tribune 08/11/17)
Le lancement de la première opération de la force anti-terroriste du G5 Sahel ce 31 octobre au Mali, au Burkina Faso et au Niger, avait suscité beaucoup d’espoir. Mais c’était sans compter sur la dure réalité du terrain. Les 500 militaires mobilisés dans le cadre de cette opération baptisée « Hawbi » butent en effet sur de sérieux « problèmes logistiques ». Détails. Des opérations ciblées aux conséquences désastreuses pour l'ennemi... Sur le papier, le plan d'attaque de la première opération de la force conjointe du G5Sahel, lancée ce 31 octobre au Mali...
(RFI 08/11/17)
Au Tchad, la Fédération africaine des journalistes (FAJ) demande la libération immédiate de Juda Allahondoum. Directeur de publication du magazine Le Visionnaire, il a été arrêté mi-octobre après un article sur une affaire d'immatriculation frauduleuse d'un avion vers la Syrie. Au Tchad, le directeur de la publication de l'hebdomadaire Le Visionnaire a été arrêté le 17 octobre dernier puis inculpé et incarcéré pour avoir publié un article consacré à une affaire d'immatriculation d'avion qui défraye la chronique à Ndjamena. Un Airbus A-340 américain a été utilisé à Damas par la compagnie nationale du régime syrien, après avoir reçu une immatriculation du Tchad. Plusieurs hauts-responsables, dont la ministre de l'Aviation civile et des dirigeants de l'Autorité du secteur ont été limogés...
(La Tribune 07/11/17)
Le Niger compte relancer les négociations sur l'acheminement de son pétrole brut via le pipeline Tchad-Cameroun en 2018, a-t-on appris du ministre nigérien des finances. D'après le responsable gouvernemental, cette option s'avère moins coûteuse pour le pays par rapport au pipeline Niger-Bénin. A partir de 2018, les autorités nigériennes voudraient acheminer leur pétrole brut via le pipeline Tchad-Cameroun lequel à leurs yeux est le plus court pour le convoi. Dans cette perspective, le Niger vient de révéler qu'il comptait relancer les discussions afin de concrétiser ce projet. L'information a été révélée par le ministre nigérien des finances, Hassoumi Massaoudou. « Dans un premier temps, il s'agit de 60 000 barils par jour; et il fallait pour la valoriser, choisir le...
(RFI 06/11/17)
Au Tchad, la défense monte au créneau dans l'affaire du trafic suspect des immatriculations d'avions qui ont provoqué, début septembre, le limogeage du ministre de l'Aviation civile et la mise aux arrêts de plusieurs fonctionnaires du ministère de l'Aviation civile et d'un responsable d'une compagnie aérienne privée tchadienne. Samedi 4 novembre, les avocats de la compagnie aérienne ont tenu à préciser les faits. Courant juillet dernier, l’ambassade des Etats-Unis alerte les autorités tchadiennes sur des risques de connexion entre une entreprise de transport aérien tchadienne et une entreprise iranienne liée à des groupes terroristes. Quelques semaines plus tard, l’entreprise tchadienne Air Inter One est accusée d’avoir immatriculé deux avions, un cargo et un Airbus, qui se livrent à des activités...
(Jeune Afrique 06/11/17)
Depuis le 1er novembre, le G5 Sahel a lancé aux frontières du Mali, du Niger et du Burkina Faso l’opération Hawbi, au sein de laquelle militaires maliens, burkinabè, nigériens et français collaborent. Une première victoire pour les Ouest-Africains, qui sont confiants dans l’évolution de cette force, notamment d’un point de vue financier. La réunion qui, le 30 octobre, a réuni à l’ONU les ministres des Affaires étrangères du G5 Sahel (Burkina, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad), ainsi que Rex Tillerson, le secrétaire d’État américain, et Thomas Shannon, son adjoint chargé des Affaires politiques, a ainsi été fructueuse, aux dires d’un participant. Non seulement Washington a promis une aide de 60 millions de dollars, après une forte pression de la France, mais...
(RFI 03/11/17)
Paris s'est félicité ce jeudi du lancement, en début de semaine, de la première opération conduite par la Force antiterroriste G5 Sahel. Cette force constituée par le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad pourrait compter jusqu'à 5 000 hommes répartis en sept bataillons. Il faudra encore des mois pour mettre à niveau les bataillons, les entraîner et les équiper correctement. La pleine capacité ne sera prononcée que début 2018. Cette opération nommée Hawbi « vient concrétiser la montée en puissance de cette Force, et la prise en main par les Etats sahéliens de la lutte contre le terrorisme »

Pages