Jeudi 27 Juillet 2017

Tchad

(Xinhua 30/06/17)
Le président tchadien Idriss Déby Itno a ouvert, jeudi dans la capitale de son pays, les travaux du premier Forum panafricain de la jeunesse placé sous le thème "tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse". Plus de 200 jeunes africains, venus des 55 Etats membres de l'Union africaine (UA) et de la diaspora, plancheront sur les problèmes du continent liés à la jeunesse, et tenteront d'y proposer des pistes de solutions. Les résultats des discussions seront inclus dans un rapport qui sera présenté par le président Déby Itno au prochain sommet de l'UA à Addis-Abeba (Ethiopie). "S'il est admis que le 21ème siècle est celui de l'Afrique, ce sont les jeunes qui vont écrire les pages...
(Le Monde 30/06/17)
Notre chroniqueur s’interroge sur la volonté de Paris de déléguer la difficile tâche de stabilisation de la zone sahélienne à des pays qui n’en ont vraiment pas les moyens. Par Thomas Hofnung (chroniqueur Le Monde Afrique) Les présidents passent et le dossier de la sécurité en Afrique reste en bonne place sur leur bureau à l’Elysée. Depuis le départ de Jacques Chirac, en 2007, ses successeurs ont affiché leur détermination à transmettre le témoin de la sécurité aux Africains le plus tôt possible… Sans résultat. Bien au contraire : après une ébauche de retrait, dans les années 1990, l’armée française est revenue en force sur le continent, principalement dans le Sahel, où plus de 4 000 hommes tentent d’endiguer la...
(Xinhua 30/06/17)
Le président tchadien Idriss Déby Itno a inauguré, mercredi dans la capitale, un nouvel hôtel 5 étoiles, le Radisson Blu, d'un coût global dépassant les 60 milliards F CFA (environ 120 millions de dollars), sur fonds propres de l'Etat tchadien. Situé au bord du fleuve Chari qui traverse N'Djaména, la capitale tchadienne, le Radisson Blu compte 175 chambres (dont 38 suites) offrant notamment un accès internet Wifi gratuit. "Cet établissement vient créer au moins 300 emplois directs et améliorer la capacité d'accueil de N'Djaména . Car de moins de 200 chambres il y a une dizaine d'années, nous sommes arrivés aujourd'hui à plus de 4.000 chambres", a déclaré le président Idriss Déby Itno. "Avec ce nouvel hôtel, le Tchad est...
(Jeune Afrique 30/06/17)
Les chefs d’État des pays du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) se réunissent dimanche 2 juillet à Bamako. Principal enjeu de ce sommet : la mise sur pied d'une force conjointe anti-terroriste, annoncée depuis des mois. Quels sont les objectifs de ce sommet ? Ce sommet a pour but de concrétiser – enfin – la force conjointe du G5 Sahel. L’idée de cette force anti-terroriste, composée de troupes des cinq pays membres, avait été annoncée une première fois le 20 novembre 2015, lors d’une rencontre des chefs d’État de l’organisation sahélienne à N’Djamena. Elle était ensuite tombée aux oubliettes avant d’être réactivée le 6 février dernier, à l’occasion d’un nouveau sommet à Bamako. « Nous avons...
(Le Monde 30/06/17)
Ahmedou Ould Abdallah, ex-secrétaire général adjoint de l’ONU, rappelle aux Etats sahéliens que la victoire sur l’extrémisme passera aussi par la lutte contre la corruption. Par Ahmedou Ould Abdallah Les présidents des pays du G5 Sahel au Sommet de N’Djamena, en novembre 2015 : le Malien Ibrahim Boubacar Keïta, le Mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, le Tchadien Idriss Déby, le Nigérien Mahamadou Issoufou et le Burkinabé Michel Katando. Le sommet qui doit réunir à Bamako, dimanche 2 juillet, les chefs d’Etat des pays du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) et le nouveau président français donnera l’orientation de la lutte contre le terrorisme dans la région. Au-delà, il sera aussi un test grandeur nature des futures relations...
(AFP 29/06/17)
Le président français Emmanuel Macron se rend dimanche à Bamako au sommet du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso et Tchad) où il annoncera un effort de la France pour soutenir la force conjointe des cinq pays contre le terrorisme, a indiqué l'Elysée jeudi. Ces cinq pays avaient décidé dans un premier sommet en février le principe de la création d'une force transfrontalière de l'ordre de 5.000 hommes qui a depuis reçu plusieurs soutiens internationaux dont celui de l'Union africaine, de l'Union européenne qui a promis de débloquer 50 millions d'euros, et cette semaine des Nations Unies. "Le sommet du 2 juillet marquera une nouvelle étape avec le lancement effectif de cette force conjointe, qui pourra poursuivre les groupes...
(AFP 29/06/17)
La force française Barkhane accompagnera la future force conjointe des pays du G5 Sahel jusqu'à ce que "la situation soit pacifiée" dans la région, a déclaré le ministre français des Affaires étrangères dans une interview au Monde à paraître jeudi. "Cette force est d'abord destinée à sécuriser les frontières en particulier dans les zones où évoluent les groupes terroristes. Elle fait du contre-terrorisme. C'est une priorité pour Barkhane de l'accompagner dans la durée", a noté Jean-Yves Le Drian dans le quotidien daté du 30 juin. Jusqu'à quand? "Jusqu'à ce que la situation soit pacifiée", a répondu le chef de la diplomatie française et ex-ministre de la Défense (2012-2017).
(Le Monde 29/06/17)
Ahmedou Ould Abdallah, ex-secrétaire général adjoint de l’ONU, rappelle aux Etats sahéliens que la victoire sur l’extrémisme passera aussi par la lutte contre la corruption. Le sommet qui doit réunir à Bamako, dimanche 2 juillet, les chefs d’Etat des pays du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) et le nouveau président français donnera l’orientation de la lutte contre le terrorisme dans la région. Au-delà, il sera aussi un test grandeur nature des futures relations entre la France et les pays africains francophones. Naturellement, ce sommet sera essentiellement consacré à la lutte contre le terrorisme. Il n’est cependant pas certain que les parties accordent la même priorité à cet objectif commun. Succès rapide et retour Soucieux du redressement...
(AFP 29/06/17)
Le président de l'Union africaine (UA) Alpha Condé, en visite au Tchad, s'est prononcé pour une participation accrue des troupes africaines dans la lutte contre le terrorisme au Sahel, alors que le président tchadien a menacé dimanche de retirer ses soldats des opérations en Afrique. "L'Union africaine (UA) doit prendre en charge la lutte contre le terrorisme", a déclaré mercredi le président de l'UA Alpha Condé en marge d'un forum sur la jeunesse à N'Djamena, estimant qu'"il faut que ce soient les Africains eux-mêmes qui assument ce combat" étant donné que "la présence des Casques bleus [de la Minusma] n'a pas donné des résultats". Dimanche, le président tchadien Idriss Déby avait déclaré dans une interview à plusieurs médias français que...
(APA 29/06/17)
Les indemnités des fonctionnaires du corps de la Police nationale du Tchad ont été réduites de 50 % aux termes d’un décret rendu public ce jeudi à N’Djamèna. Les salaires des policiers avaient été augmentés en 2014 et le nouveau décret abroge celui de 2014 qui fixait l’échelonnement indiciaire et définissait les modalités de reclassement des grades et de reversement des fonctionnaires du corps de la Police nationale. Contactée par APA, une source au service de la solde a expliqué que ce décret était la suite logique de la politique d’austérité engagée par le gouvernement. ‘’Les policiers ont été épargnés depuis le rabattement des indemnités des autres agents du public. Maintenant, c’est leur tour’’, a indiqué la même source. Au...
(AfricaNews 29/06/17)
Idriss Déby Itno, le chef de l‘État tchadien était lui-même aux manettes de l’inauguration du Radisson Blu, hôtel cinq étoiles dont l’inauguration s’est déroulée ce mercredi à N’Djaména. D’un coût global de 60 milliards de francs CFA (environ 120 millions de dollars), entièrement supportés par l‘État tchadien cette réalisation dotée de 175 chambres dont 38 suites, vient renforcer la compétitivité de N’Djaména, la capitale, dans le secteur de l’hôtellerie haut de gamme. Mieux, le président tchadien Idriss Déby y voit une opportunité pour booster le monde de l’emploi en dépit de la crise économique que traverse le pays. “Cet établissement vient créer au moins 300 emplois directs et améliorer la capacité d’accueil de N’Djaména. Car de moins de 200 chambres...
(APA 29/06/17)
La société des hydrocarbures du Tchad (SHT) va se lancer dés octobre prochain à la production du pétrole par la mise en développement des champs de Sidigui, localité située à quelque 200 kilomètres de la capitale N’Djaména, a-t-on appris à l’issue du conseil d’administration de la société tenu récemment. Selon le président statutaire de la SHT, Nagoum Yamassoum, par ailleurs secrétaire général de la présidence de la République, le conseil a approuvé un accord de coopération globale signé entre la SHT et le...
(Jeune Afrique 29/06/17)
En difficulté, le Cameroun bénéficie d'une aide du FMI de 666,2 millions de dollars assortie d'un ajustement peu douloureux. Le Fonds lui demande de moins emprunter et de mieux choisir ses investissements. Avec un budget et des réserves mis à mal par la chute des cours du pétrole et par ses efforts militaires contre Boko Haram, le Cameroun s’est vu accorder, lundi 26 juin, par le Conseil d’administration du Fonds monétaire internationale (FMI) un prêt de 666,2 millions de dollars, dont 171,3 millions immédiatement disponibles, au titre de la « Facilité élargie de crédit ». Il est le deuxième pays de la CEMAC après le Gabon a bénéficié d’une telle aide. En contrepartie, il s’est engagé à mener à bien...
(APA 29/06/17)
Le chef de l’Etat guinéen, également président en exercice de l’Union africaine (UA), M. Alpha Condé est arrivé ce mercredi après-midi dans la capitale tchadienne, N’Djaména ou il a va présider, demain, jeudi, la cérémonie d’ouverture du premier Forum panafricain de la jeunesse. A son arrivée à l’aéroport international Hassan Djamous de N’Djaména, il a été accueilli par son homologue tchadien, Idriss Déby Itno.avec qui il a brièvement échangé, avant de regagner les villas des hôtes qui accueillent les invités de marque du pays. Le président de la commission de l’UA, Moussa Faki, est également attendu à ce forum qui a pour thème : « Tirer pleinement du dividende démographique en investissant dans la jeunesse ». Plusieurs autres délégations sont...
(APA 29/06/17)
Le premier forum panafricain de la jeunesse s’ouvre jeudi à N’Djamèna avec la participation de 200 délégués issus des 54 pays du continent africain ainsi que de la diaspora, a-t-on appris mercredi auprès du comité d’organisation de cet évènement Selon la même source contactée à N’Djamèna, le président en exercice de l’Union africaine, Alpha Condé, et le président de la commission de l’UA, Moussa Faki, sont attendus au forum qui a pour thème central : «Tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse». «Les jeunes africains vont bel et bien se retrouver à N’Djaména pour parler de leur avenir, parler de la feuille de route de l’Union africaine qui a plusieurs piliers. A travers cet événement, les...
(Jeune Afrique 29/06/17)
En se rendant à Bamako, le 2 juillet 2017, pour assister à un sommet du G5 Sahel avec le Malien IBK, le Burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, le Mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, le Nigérien Mahamadou Issoufou et le Tchadien Idriss Déby Itno, le Français Emmanuel Macron va sans doute adresser deux messages : l’un à Donald Trump, via son représentant à Bamako, et l’autre à IBK. Au président américain, il veut faire savoir que les jihadistes ne cessent de gagner du terrain dans le centre du Mali, aux confins du Niger et du Burkina Faso, et qu’il faut appuyer financièrement la force de 5 000 militaires, policiers et civils que viennent de créer les chefs d’État du G5 Sahel. Parce que son...
(Xinhua 28/06/17)
Les travaux de développement intégré du champ pétrolier et gazier de Sédigui, dans la région du Lac Tchad, démarreront en octobre 2017, a annoncé mardi à Xinhua Nagoum Yamassoum, président du conseil d'administration de la Société des hydrocarbures du Tchad (SHT), l'entreprise publique qui détient le permis d'exploitation. Le conseil d'administration de la SHT a approuvé l'accord de coopération globale signé entre la société publique et deux groupes étrangers dont le chinois Panjin Liaohe Oilfield Chenyu Group, a précisé Nagoum Yamassoum, par ailleurs Secrétaire général de la présidence de la République du Tchad. Cet important projet ...
(APA 28/06/17)
L’achat du sac de ciment à la cimenterie de Baoré (sud-ouest) est suspendu et, en outre, toutes les autorisations d’achat accordées au sein de la cimenterie sont annulées, selon une décision rendue publique, ce mardi, par le ministre du Pétrole, Béchir Madet, assurant l’intérim de son collègue de Mines, de la Géologie et des Carrières. Le prix du sac du ciment à la cimenterie est fixé à 3000 FCFA contre 9000 FCFA sur les marchés et 7000 FCFA le petit sac. A l’inauguration de la cimenterie en 2013, le chef de l’Etat tchadien, Idriss Déby Itno, avait déclaré que le ciment de Baoré n’était pas destiné à l’exportation car la production ne suffit pas au besoin national. Idriss Déby Itno...
(Le Monde 28/06/17)
Les technologies de pointe ne sont pas la panacée du développement, soutient l’économiste en chef de l’Agence française de développement, Gaël Giraud. Par Gaël Giraud Quelles sont les priorités du Tchad sur le moyen terme ? On l’a dit, la sécurité alimentaire y est devenue un enjeu vital. La tragédie que traverse aujourd’hui la Corne de l’Afrique témoigne de ce que la désertification et l’érosion des sols induits par le dérèglement climatique sont susceptibles d’avoir, dès à présent, des conséquences dramatiques, qui ne pourront que s’aggraver aux cours des prochaines décennies. Quels sont les atouts naturels dont dispose le Tchad pour y échapper ? L’un des taux d’ensoleillement les plus élevés de la planète et des ressources aquifères souterraines abondantes,...
(Xinhua 28/06/17)
Plus de 200 jeunes, issus de 55 Etats membres de l'Union africaine et de la diaspora, participeront au premier forum panafricain de la jeunesse qui s'ouvre le 29 juin 2017 dans la capitale tchadienne, a déclaré mardi à Xinhua Youssouf Abassallah, ministre tchadien de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs. Pendant trois jours, ces jeunes plancheront autour du thème "tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse". Avec le délai imparti et le contexte économique et financier difficile, la tenue de ce forum inédit est un véritable défi pour le gouvernement tchadien qui doit "être à la hauteur de cet évènement et de ce grand honneur fait par les dirigeants africains au chef de l'Etat, partant...

Pages

(Agence Ecofin 16/05/17)
Les autorités parlent d’un accord historique à la signature de cette convention judiciaire à Niamey hier jeudi. Le but est de renforcer la sécurité et le contrôle aux frontières par le partage d’information, l’inculpation des terroristes et trafiquants transfrontaliers. Par cette convention, les frontières physiques entre les trois pays n’existent plus en matière judiciaire, selon le ministre nigérien de la Justice, Marou Amadou (photo) pour qui l’entraide sera totale : « Si nous pouvons faire extrader un détenu là où on peut mieux le juger, là où on a plus d’information, c’est déjà bien. S’il y a des avis de condamnation, on sait qui séjourne dans quel pays, les échanges de casiers judiciaires ». « Concrètement aujourd’hui, nous irons plus...
(APA 12/05/17)
Le Haut conseil de la communication (HCC), organe de régulation des médias au Tchad, annonce la suspension de la délivrance de la carte de presse à compter de ce jeudi et ce pendant une période de trois mois. Selon un communiqué signé du président du HCC, Dieudonné Djonabaye, la mesure s’explique par le fait que beaucoup des personnes étrangères au métier, donc qui ne sont pas des journalistes, sont détentrices d’une carte de presse. M. Djonabaye rassure que la période de trois mois de suspension permettra au HCC d’éditer une nouvelle carte de presse. Délivrée par le HCC, la carte de presse qui porte la signature du directeur de l’Intérieur du ministère de la Sécurité publique, a une validité d’une...
(RFI 12/05/17)
Face aux menaces terroristes, le Mali, le Niger et le Tchad ont décidé de s'unir en signant une convention judiciaire à Niamey, ce jeudi 11 mai. Elle vise notamment à renforcer la sécurité et le contrôle aux frontières. Ce sont les trois ministres de la Justice du Niger, du Mali et du Tchad qui ont signé cette convention de coopération judiciaire. Des « accords historiques », disent-ils, au moment où ces mêmes pays sont menacés par le terrorisme transfrontalier. « Il a fallu attendre le développement du terrorisme dans le Sahel pour qu’avec l’aide de nos partenaires, on puisse mettre en place ce mécanisme juridique », explique le professeur Ahmat Mahamat Hassan, ministre tchadien de la Justice. Les frontières entre...
(AFP 11/05/17)
Le Niger, le Mali et le Tchad, confrontés aux attaques jihadistes et trafics de toutes sortes, ont signé mardi à Niamey un accord "historique" de coopération judiciaire, a rapporté mercredi la radio publique nigérienne. "Les frontières entre le Mali, le Tchad et le Niger n'existent plus en matière judiciaire", a commenté le ministre tchadien de la Justice, Mahamat Hassan, qui salue "un accord historique" dans "la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière". "La signature de l’accord intervient à un moment où nos Etats sont confrontés aux grands défis de l’heure, le terrorisme...
(La Voix de l'Amérique 11/05/17)
Le 7 mai dernier, des militaires camerounais ont été interpellés par les propriétaires de troupeaux, victimes d’agressions, aux alentours du village Foulwayna, près de Gobo, dans le département du Mayo Danay. A la poursuite de voleurs de bétail, les militaires ont franchi la frontière non matérialisée. Il s’agit des militaires du 1er bataillon d’intervention rapide (BIR) qui avait en charge la couverture de la région de l’extrême-Nord. Les militaires se sont lancés à la poursuite de voleurs de bétail, franchissant la frontière non matérialisée. La réaction des autorités administratives a été rapide : dès le 9 mai, les négociations pour la libération des militaires camerounais ont eu lieu entre les deux parties. La patrouille du 1er BIR a pris en...
(APA 10/05/17)
Les agents du Haut comité national pour le déminage (HCND) ont entamé, ce mercredi, une grève pour réclamer dix mois d’arriérés des salaires. Au nombre de 755, les démineurs qui dépendent du ministère de l’Economie et de la planification du développement, menacent de descendre dans la rue pour une marche pacifique s’ils n’obtiennent pas satisfaction dans un bref délai. Le porte-parole des grévistes, Daleng Tampi, regrette que rien ne soit fait jusqu’ici pour les payer, malgré les assurances données dans ce sens par leur ministère. «Quand votre bailleur vous attend chaque fin de mois et que vous ne payez pas le loyer jusqu’à six à neuf mois, il ne va jamais vous croire. Certains d’entre nous sont expulsés de leurs...
(APA 10/05/17)
APA – Douala (Cameroun) - Neuf militaires camerounais du Bataillon d’intervention rapide (BIR), une unité d’élite de l’armée nationale qui lutte du l’Extrême-nord du pays, contre Boko Haram, sont ‘’retenus’’ au Tchad depuis dimanche, a appris jeudi APA de sources concordantes. Selon de fiables informations, c'est dimanche dernier aux alentours du village Foulwayna, non loin de Gobo dans le département du Mayo Danay, région de l’Exytrême-nord que la patrouille du BIR avait pris en chasse quatre hommes qui s'étaient emparé d'un troupeau de 26 bœufs après avoir ligoté le berger. Alertés, les éléments du BIR se sont lancés aux trousses des voleurs qu’ils pensaient rattraper quand ils ont été arrêtés par des forces tchadiennes. Les Camerounais n’ont opposé aucune résistance...
(AFP 10/05/17)
Thierry Frezier, ex-otage français enlevé en mars au Tchad et libéré le 6 mai au Soudan voisin, est arrivé en France mercredi matin, a appris l'AFP de source aéroportuaire. Son avion en provenance de la capitale tchadienne N'Djamena s'est posé peu avant 6H00 locales à l'aéroport parisien de Roissy-Charles de Gaulle. M. Frezier, 60 ans et travaillant pour une compagnie minière, a voyagé en compagnie de son employeur, a précisé cette source. Il n'a pas fait de déclaration à son arrivée, a-t-elle ajouté. Il a été accueilli à sa descente d'avion par la "cellule de crise et de soutien du ministère des Affaires étrangères" et sa compagne. Il devait ensuite se rendre à l'hôpital militaire Bégin, pour un "examen de...
(Afrique sur 7 10/05/17)
Huit militaires camerounais demeurent introuvables en ce moment au Tchad, après qu’ils aient pourchassé des voleurs de bétail et par ailleurs des coupeurs de route tchadiens jusqu’à leur dernier retranchement, c’est-à-dire au Tchad leur pays natal. Arrêtés par les autorités tchadiennes une fois passés la frontière, l’état-major de l’armée camerounaise attend en vain des nouvelles de ses soldats. Là dessus, une déclaration officielle de l’Armée camerounaise fut produite mentionnant que huit militaires camerounais sont portés disparus au Tchad. En retour, l’Armée tchadienne dans les coulisses négocie avec leurs frères d’armes du Cameroun pour trouver une issue douce à cette affaire qui dérange l’éthique entre les deux pays, si bien engagés pourtant dans la lutte commune contre le terrorisme de Boko...
(APA 10/05/17)
L’association SOS Eléphants a lancé une opération consistant à soigner les éléphants blessés au Tchad par les braconniers qui traquent les pachydermes dans certaines régions du pays, notamment au Mayo Kebbi (Sud) et à Chari Baguirmi (centre). L’équipe de secours, spécialisée en faune sauvage, est venue de l’Afrique du Sud et du Zimbabwe, a confié, à APA, mercredi, un membre de l’association. L’équipe médicale s’engage à soigner les éléphants blessés, notamment, ceux victimes de braconnage en faisant des interventions chirurgicales pour extraire des balles des pieds et autres parties du corps des pachydermes. La présidente de l’association SOS Eléphants, Stéphanie Vergniault, reconnait que, même si «l’opération est compliquée, elle sera, au final un succès». «C’est la toute première mission qui...
(Alwihda 10/05/17)
Les enseignants chercheurs ont entamé depuis hier, une grève de 3 jours, afin de faire pression sur le gouvernement, pour le contraindre à payer des arriérés de primes. Les enseignants chercheurs ont entamé depuis hier, une grève de 3 jours, afin de faire pression sur le gouvernement, pour le contraindre à payer des arriérés de primes. "Tant que le gouvernement ne trouve pas de solution, les plaignants continueront leur protestation", assure-t-on du côté des enseignants-chercheurs.
(APA 10/05/17)
APA-Niamey (Niger) - Le ministre de la Justice du Niger, Marou Amdou, et ses homologues du Mali, Me Mamadou Ismael, et du Tchad le Pr Ahamat Mahamat Hassan, ont signé mardi à Niamey une convention de coopération judiciaire en vue de régir les préoccupations communes en matière d’entraide et d’échange entre les services judiciaires de leurs pays. Cet accord, dont la signature s’est déroulée en présence du ministre nigérien des Affaires Étrangères, Ibrahim Yacoubou, interviendra spécifiquement, selon le ministre Marou Amadou, dans le domaine du terrorisme, du crime organisé, notamment le trafic de drogue, la traite des personnes et le trafic des armes. Selon ce dernier, l’accord prend en compte la coopération judiciaire tant en matière pénale que civile, sociale...
(Alwihda 09/05/17)
La cellule syndicale ONDR/PNSA a organisé, ce vendredi 5 mai 2017, dans la cour du Ministère de la Production, de l’Irrigation et des Equipements Agricoles, un sitting pour réclamer le paiement de 13 mois d’arriérés de salaire de conseillers agricoles, sous financement du Programme Nationale de la Sécurité Alimentaire (PNSA) et de 11 contractuels de l’Office National de Développement Rural (ONDR). Une dizaine d'agents présents dans la cour brandissaient des papiers sur lesquels étaient écrits, au stylo bleu ou noir : "ONDR ou PNSA payer nos arriérés de salaires". Deux de leurs représentants, de retour, du bureau du secrétaire général ont transmis fidèlement leur compte rendu à leurs collègues et promettent d’attendre le retour du ministre au bureau pour le...
(Alwihda 09/05/17)
Hisseini Moussa Habre Michalami ( Fils du grand frère de l'ex président Tchadien Hissein Habre) a froidement assassiné, hier, lundi 1 mai 2017, sa propre épouse Herde Hamidi Lembeymi, à l'aide d'un couteau, à Djourab, zone désertique, située à 800 km de la capitale. Hisseini Moussa Habre Michalami ( Fils du grand frère de l'ex président Tchadien Hissein Habre) a froidement assassiné, hier, lundi 1 mai 2017, sa propre épouse Herde Hamidi Lembeymi, à l'aide d'un couteau, à Djourab, zone désertique, située à 800 km de la capitale Tchadienne, d'après une source concordante recueillie par Alwihda Info. Ce forcené, après avoir commis cette forfaiture sur la mère de ses trois enfants, a disparu dans la nature sans laisser de traces,...
(APA 09/05/17)
L’ex otage français Thierry Frezier enlevé le 23 mars dernier à l’Est du Tchad, libéré dimanche au Darfour, dans l’ouest soudanais, est arrivé ce lundi à N’Djaména, la capitale tchadienne. Accueilli à l’aéroport international Hassan Djamous de N’Djamena par leministre tchadien de la Sécurité Ahmat Mahamat Bachir, l’ex otage, a ensuite prisl’avion pour son pays. Ahmat Mahamat Bachir, met en garde toutes les personnes qui s’hasardent, unenouvelle fois, à commettre de kidnapping en territoire tchadien. «Les forces de défense et de sécurité seront là pour traquer tout bandit outerroriste», avertit le ministre Ahmat Bachir. L’ex otage français, Thierry Frezier, a une fois de plus rassuré qu’il n’apas subi des traitements dégradants de ses ravisseurs. Selon les autorités françaises, Thierry Frezier,...
(BBC 09/05/17)
Au Tchad, neuf militaires camerounais du Groupement d'intervention rapide (BIR) et deux civils ont été arrêtés par l'armée tchadienne dans la région du Mayo Kebbi-Est, frontalière avec le Cameroun et située à près de 300 km au sud de N'Djamena la capitale. Ces militaires camerounais étaient en opération à la frontière avec le Tchad. Neuf armes de marque Famas et une Pik-up Toyota équipée d'une mitrailleuse ont été saisies, selon un responsable militaire. Contacté par la BBC, ce responsable a indiqué que les militaires ont franchi la frontière et sont entré à 45 kilomètres en territoire tchadien.
(Alwihda 09/05/17)
Deux autres fonctionnaires de Police ont été révoqués, il y a une quinzaine de jours, par un décret en date du 14 avril 2017, en plus du commissaire Mahamat Youssouf Molly (matricule 67810). Il s'agit du commissaire de Police, Kamai Salah Adiguei et du Gardien de la Paix, Ahmat Togoi Maide. S'agissant du Commissaire de Police, Kamai Salah Adiguei (matricule 67918), il est accusé, d'après une fiche n°319 d'information de l'ANS (DFG) en date du 27 mars dernier, de "tentative d'assassinat, coups et blessures volontaires commis sur son chef hiérarchique". Le Gardien de la Paix, Ahmat Togoi Maide (matricule 130774), d'après une fiche n°49 des renseignements généraux, en date du 3 mars dernier, est accusé d'avoir "abandonné son poste", après...
(Xinhua 08/05/17)
Un otage français, qui avait été enlevé le 23 mars dernier dans l'est du Tchad puis emmené par ses ravisseurs au Soudan, a été libéré, a annoncé dimanche l'Elysée dans un communiqué. Le président français François Hollande "a appris avec grande satisfaction la libération de notre compatriote", indique le communiqué. François Hollande a félicité l'ensemble des acteurs qui se sont impliqués pour donner une heureuse issue à cet enlèvement, ajoute le communiqué. Cet ressortissant français travaillant pour une compagnie...
(APA 08/05/17)
L’otage français Thierry Frezier, enlevé le 23 mars dernier à l’Est du Tchad, a été libéré ce dimanche par les forces tchadiennes et soudanaises dans le Darfour. L’information a été confirmée par l’Elysée, la présidence française. Le chef de l’Etat, François Hollande, « a appris avec grande satisfaction la libération de notre compatriote qui avait été enlevé dans l’est du Tchad le 23 mars puis emmené par ses ravisseurs au Soudan », écrit l’Elysée dans son communiqué. Pour le moment, les autorités tchadiennes qui avaient annoncé l’enlèvement du français n’ont fait aucune déclaration. Mais, selon des sources sécuritaires soudanaises, les ravisseurs du français sont des éléments rebelles opérant dans le Darfour. Selon les autorités françaises, Thierry Frezier, la soixantaine, est...
(Reuters 08/05/17)
L’Elysée a confirmé dans un communiqué la libération de l’homme d’une soixantaine d’années, dont l’identité n’a pas été divulguée. Le Soudan a annoncé, dimanche 7 mai, la libération d’un ressortissant français enlevé le 23 mars au Tchad. L’Elysée a confirmé dans un communiqué la libération de Thierry Frezier, un ancien militaire employé d’une société minière. Libéré samedi, Thierry Frezier a fait une une brève déclaration à la presse à l’aéroport international de Khartoum où il a été transféré dimanche. L’ex-otage a dit avoir été « bien traité » par ses ravisseurs. « Je n’ai rien à dire de ce côté-là. Donc j’ai pas à me plaindre, dans mon malheur j’ai eu un peu de bonheur », a-t-il déclaré. « Je...

Pages

(Agence Ecofin 05/04/17)
(Agence Ecofin) - Le secrétariat général de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac) en partenariat avec le Fonds mondial pour la nature (WWF) a réuni les 30 et 31 mars à Yaoundé, une trentaine d’organisations et entreprises de la sous-région qui ont validé un Document de stratégie régionale de développement durable de la filière huile de palme. L’opportunité d’une telle initiative, a relevé Ludovic Miaro, représentant de WWF, tient au fait que, les Etats de l’Afrique centrale font face à un sérieux problème de déficit (>50%) d’huile de palme et ont recours à l’importation des pays d’Asie du Sud-est pour satisfaire les demandes nationales. Ainsi, le document validé à Yaoundé est une des solutions pour remédier à...
(Agence Ecofin 04/04/17)
Le Secrétaire général de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale(Ceeac), Ahmad Allam-Mi (photo), a reçu le 30 mars à Libreville, l'ancien directeur du Bureau international des ressources animales de l'Union africaine (UA-Bira), Modibo Traore, en sa qualité de consultant pour la réalisation du processus d'opérationnalisation du Centre régional de santé animale de l'Afrique Centrale (Crsa-AC). S'agissant de la domiciliation du Centre, Ahmad Allam-Mi a appuyé l'idée de transformer les locaux de la Commission économique du bétail, de la viande et des ressources halieutiques en siège du Centre régional de santé animale de l'Afrique centrale (Cebevirha). « A la lumière de la rationalisation en cours entre la Ceeac et la Cemac, l'utilisation par la Ceeac du siège de la...
(Le Point 04/04/17)
En prenant ses fonctions de nouveau gouverneur de la Banque des États de l'Afrique centrale (BEAC) à Yaoundé, au Cameroun, ce vendredi 31 mars, le Tchadien Abbas Mahamat Tolli sait que de nombreux dossiers l'attendent avec une certaine urgence. Au programme de ces tout prochains mois, notamment, il est attendu pour relever le défi du retour de la croissance, le débat sur l'avenir du franc CFA. Mais plusieurs autres chantiers font encore du surplace dans la sous-région. Succédant à Lucas Abaga Nchama à la tête de la banque des six États d'Afrique centrale (Cameroun, Gabon, Congo, Centrafrique, Tchad et Guinée équatoriale), Abbas Mahamat Tolli doit gérer les conséquences de la baisse des cours du baril de pétrole pour les six...
(Xinhua 03/04/17)
YAOUNDE, (Xinhua) -- Le Tchadien Mahamat Abbas Tolli a pris officiellement les fonctions de gouverneur de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) vendredi à Yaoundé en remplacement de l'Equato-guinéen Lucas Abaga Nchama avec pour mission d'accélérer les réformes macroéconomiques et structurelles. A bientôt 45 ans, M. Abbas Tolli prend la tête de la banque centrale des pays membres de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) dans un contexte marqué par une grave crise économique qui frappe la plupart de ces pays du fait de la baisse continue des prix du pétrole et de la menace sécuritaire due à Boko Haram.
(APA 03/04/17)
APA-Douala (Cameroun) - Le nouveau gouverneur de la Banque des Etats de de l’Afrique centrale (BEAC) Abbas Mahamat Tolli, a officiellement été installé à la tête de l’institut d’émission monétaire sous-régionale, au terme du Comité ministériel de l’Union monétaire d’Afrique centrale (UMAC) vendredi à Yaoundé. En l’installant dans ses nouvelles fonctions, ainsi que l’ensemble du gouvernement de la BEAC, dont le vice-gouverneur Dieudonné Evou Mekou, le président en exercice de l’UMAC et ministre Congolais des Finances, du Budget et du Portefeuille public, Calixte Nganogo, a prescrit dynamisme, efficacité et collégialité dans la conduite des affaires de la banque centrale. “La BEAC est le symbole et le fleuron de l’intégration régionale. La longévité, la crédibilité de la BEAC sont le symbole...
(Agence Ecofin 30/03/17)
La Commission économique pour l’Afrique (CEA), organe des Nations unies, a présenté le 27 mars au Sénégal, ce qu’elle appelle « profils de pays » 2016 en matière de développement. C’est-à-dire, les rapports orientations économiques des Etats africains dans l'avenir. Ces rapports montrent que la République centrafricaine (RCA), le Tchad, la Guinée équatoriale, le Gabon sont conscients que les perspectives pessimistes des cours mondiaux des produits de base dont dépendent leurs recettes fiscales et les revenus d'exportations, représentent un risque pour leur économie et justifient le besoin d'accélérer la transformation structurelle. Selon le profil de pays du Gabon, les autorités locales se sont aperçues de la nécessité de développer durablement le potentiel de l'industrie du bois, de créer des sources...
(Financial Afrik 30/03/17)
La Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) menace de sévir sur le mobile money. Le gouverneur de la BEAC, Abbas Mahamat Tolli, lors d’une conférence de presse le 22 mars dernier à Yaoundé a indiqué que la Banque centrale reconnaît les transferts qui se font dans la zone CEMAC. « Mais logiquement, ce sont les banques qui doivent se charger des transferts en dehors de cette zone. Vous avez des opérateurs de téléphonie mobile qui, sans avoir l’autorisation, ou les contraintes auxquelles sont soumises les banques, font exactement l’activité des banques. Il faut mieux assurer ça », a dénoncé Abbas Tolli. Pour le gouverneur, la BEAC compte sévir dans ce domaine pour éviter des risques de blanchiment et d’évasion...
(Xinhua 30/03/17)
L'Union africaine (UA) va s'efforcer d'établir au sein de ses pays membres des normes communes dans le domaine de l'électricité, de l'électronique et de toute autre technologie associée afin de garantir un accès rapide et universel à l'énergie. Une norme électricité continentale se prépare, a confié mercredi à Xinhua le secrétaire général de la Commission électrotechnique africaine de normalisation (AFSEC) de l'UA, Paul Johnson. L'AFSEC facilitera un accès universel à l'énergie à travers le continent et la mise en oeuvre de l'Agenda 2063 de l'Afrique - un cadre de développement visant à parvenir à un continent intégré, pacifique, prospère et axé sur les populations, a estimé M. Johnson. Cette commission compte actuellement 13 pays membres et tente de mobiliser la...
(APA 29/03/17)
Des experts camerounais et tchadiens sont en conclave ce mardi à N’Djaména, dans le cadre d’un atelier organisé par le pool énergétique de l’Afrique centrale, pour plancher sur une étude relative au projet d’interconnexion des réseaux électriques entre les deux pays. Les travaux consistent à examiner le rapport provisoire de l’étude d’impact environnemental et social du plan de gestion et du plan d’action et de réinstallation. La rencontre se déroule après celle tenue il y a quelques mois à Yaoundé, au Cameroun. Le secrétaire permanent du pool énergétique de l’Afrique centrale, M...
(Agence Ecofin 29/03/17)
(Agence Ecofin) - Au sortir de la première session de son Comité de politique monétaire (CPM) de l’année 2017, tenue à Yaoundé le 22 mars dernier, la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), institut d’émission des six pays de la Cemac que sont le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, la République centrafricaine et le Tchad, a décidé de relever de 50 points son principal taux directeur. Ce dernier passe ainsi de 2,45 à 2,95%, rejoignant son niveau d’avant le 9 juillet 2015, date de sa dernière baisse. Cette décision de la BEAC rencontre ainsi les prévisions de la firme d’analyse BMI Research qui, en février dernier, annonçait déjà une revalorisation du principal taux directeur de la...
(Agence Ecofin 28/03/17)
(Agence Ecofin) - Abbas Mahamat Tolli, gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac), s’est exprimé sur les transferts d’argent via le Mobile Money au sein de la Commaunuté économique des Etats de l’Afrique centrale (Cameroun, Congo, Centrafrique, Gabon, Guinée équatoriale, Tchad). C’était au cours d’une conférence de presse organisé le 22 mars 2017 à Yaoundé. « Vous avez des opérateurs de téléphonie mobile qui, sans avoir l’autorisation, ou les contraintes auxquelles sont soumises les banques, font exactement l’activité des banques. Il faut mieux assurer ça », a déclaré Abbas Tolli. Pour qui, il faut prendre des mesures pour éviter des risques de blanchiment et d’évasion fiscale. Ou même le financement du terrorisme. « Nous allons avoir des...
(APA 25/03/17)
APA-Dakar (Sénégal) - La campagne agricole 2016 a été satisfaisante dans les pays membres du Comité permanent Inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS), a affirmé vendredi à Dakar, Mouhamadou Hamadoun, coordonnateur du Programme régional de sécurité alimentaire de cette organisation, soulignant que ce sont plus de 67 millions de tonnes qui ont été produites. "La campagne agricole a été satisfaisante. En novembre 2016, nous estimions la production céréalière à 66 millions de tonnes. Mais, le bilan définitif fait état de 67,2 millions de tonnes de céréales produites", a expliqué M. Hamadoun. Il s'adressait à la presse au terme d'une Concertation régionale sur la situation alimentaire et nutritionnelle au Sahel et en Afrique de l'Ouest du CILSS...
(Agence Ecofin 24/03/17)
La Banque africaine de développement (BAD) et l’Union européenne (UE) ont exprimé leur volonté d’accompagner la construction d’infrastructures transfrontalières entre le Tchad et le Cameroun. Au cours d’une visite conjointe de leurs experts dans les deux pays, le 22 mars, les deux institutions se sont mises au fait des avancées de deux projets essentiels visant à relier Ndjamena et Yaoundé. Il s’agit de l’aménagement d’un chemin de fer entre Ngaoundéré et Ndjamena et de la construction du pont frontalier entre Yagoua, côté camerounais et Bongor, côté tchadien. L’UE a marqué son accord pour cofinancer, à hauteur de 26,2 milliards de francs CFA, la construction de ce pont frontalier, prévu pour coûter 72 milliards de francs CFA au total. Quant au...
(Agence Ecofin 24/03/17)
(Agence Ecofin) - La Banque africaine de développement (BAD) et l’Union européenne (UE) ont exprimé leur volonté d’accompagner la construction d’infrastructures transfrontalières entre le Tchad et le Cameroun. Au cours d’une visite conjointe de leurs experts dans les deux pays, le 22 mars, les deux institutions se sont mises au fait des avancées de deux projets essentiels visant à relier Ndjamena et Yaoundé. Il s’agit de l’aménagement d’un chemin de fer entre Ngaoundéré et Ndjamena et de la construction du pont frontalier entre Yagoua, côté camerounais et Bongor, côté tchadien. L’UE a marqué son accord pour cofinancer, à hauteur de 26,2 milliards de francs CFA, la construction de ce pont frontalier, prévu pour coûter 72 milliards de francs CFA au...
(Jeune Afrique 24/03/17)
La Banque des États de l’Afrique centrale (Beac) infléchit sa politique monétaire, en relevant son taux directeur de 50 points de base, au terme de son premier comité de politique monétaire de l’année, tenu le 22 mars. Une première depuis 2008. La Beac infléchit sa politique monétaire. Elle a relevé son taux directeur de 50 points de base le 22 mars, au terme de son premier Comité de politique monétaire (CPM) de l’année. Le taux d’intérêt des appels d’offres (TIAO) — l’un de ses taux directeurs — remonte ainsi à 2,95%. Dans le sillage de la crise des subprimes, la banque centrale commune au Cameroun, au Gabon, au Congo, à la République Centrafricaine, au Tchad et à la Guinée Equatoriale...
(APA 23/03/17)
APA-Yaoundé (Cameroun) - La croissance économique réelle de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) devrait se situer à 1,6% en 2017 contre 0,2% un an auparavant, selon les prévisions du Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque des États de la sous-région (BEAC). Au terme de sa première session de l’année, tenue mercredi dans la capitale camerounaise, Yaoundé, cette instance a mis cette reprise sur le compte de la remontée des cours du pétrole ainsi que la mise en œuvre des réformes actées dans le programme des réformes économiques et financières. Le CPM table également sur une amélioration dans la gestion des finances publiques, avec un recul du déficit budgétaire base engagements, hors dons à hauteur...
(Agence Ecofin 23/03/17)
Le Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque des États de l'Afrique centrale (Beac) réuni à Yaoundé, au Cameroun le 22 mars, a indiqué que la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) connaîtra une reprise de la croissance économique réelle, avec un taux de 1,6% en 2017 contre 0,2% en 2016. Selon Abbas Mahamat Tolli (photo), gouverneur de la Beac, « cette reprise de la croissance est en lien avec la remontée des cours du brut et la mise en œuvre des réformes actées dans le programme des réformes économiques et financières de la Cemac ». Il a par ailleurs indiqué que le CPM prévoit dans la zone (Gabon, Cameroun, Guinée équatoriale, Tchad, Centrafrique et le Congo)...
(Xinhua 23/03/17)
Plongée dans une profonde crise économique, la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) a enregistré une décélération plus marquée de la croissance de son produit intérieur brut (PIB) à 0,2% en 2016, révèle mercredi une analyse de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) qui table cependant sur une reprise de 1,6% en 2017. Selon les récentes estimations publiées en décembre par la BEAC, la CEMAC, espace communautaire composé du Cameroun, du Congo-Brazzaville, du Gabon, de la Guinée équatoriale, de la République centrafricaine (RCA) et du Tchad, des pays en majorité producteurs et exportateurs nets de pétrole, était créditée d'un taux de croissance aux environs de 1% de son PIB au terme de l'année 2016. Cette contreperformance...
(APA 22/03/17)
APA-Douala (Cameroun) – Des experts de la Banque africaine de développement (BAD) et de l’Union européenne (UE) ont, au terme d’une mission au Cameroun et au Tchad, plaidé pour le renforcement des infrastructures routières en vue d’améliorer les échanges entre les deux ays, a-t-on appris mercredi. La mission portait sur deux projets qui concourent à l’intégration régionale : la construction du pont frontalier entre Yagoua (Cameroun) et Bongor (Tchad) et l’aménagement d’un chemin de fer entre Ngaoundéré et Ndjamena. Les représentants de la BAD et ceux de l’UE ont notamment exprimé leur satisfaction au regard de l’avancée du projet de construction du pont frontalier devant relier les villes de Yagoua et Bongor. Le projet est à un niveau de maturité...
(Xinhua 20/03/17)
BRAZZAVILLE, (Xinhua) -- Les dirigeants de la Banque de développement de l'Afrique centrale (BDEAC), entendent, sous la conduite de leur nouveau président, mobiliser plus de nouvelles ressources en vue d'appuyer la relance économique des pays de la communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEMAC), durement touchés par la chute des cours des matières premières. Cet engagement a été pris samedi à Brazzaville à l'issue de l'assemblée générale extraordinaire et du conseil d'administration de cette banque, couplée avec l'installation de son nouveau président, Fortunato Ofa Mbo Nchama, originaire de la Guinée équatoriale pour un mandat de cinq ans. Il remplace à ce poste, le Tchadien Abbas Mahatma Tolli qui occupe depuis février dernier le poste de gouverneur de la Banque...

Pages

(22 Septembre 21/02/13)
Pour le Cinéma Numérique Ambulant (CNA), le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou est désormais un rendez-vous incontournable. Pour sa cinquième participation consécutive au Fespaco, le CNA a choisit de prendre ses quartiers au «Maquis du Festival» à la Cité An III en plein cœur de Ouagadougou, où il a installé un Village CNA. C’est sur ce site que se tiendront les activités du CNA. Pour ce 23ème Fespaco, le CNA initie le projet «Fespaco classique » et revisite, en cinq soirées thématiques, les classiques du cinéma africain plébiscités par les publics des villages d’Afrique. Ainsi, du dimanche 25 février au vendredi 1er mars, six films seront projetés. Il s’agit de Yaaba d’Idrissa Ouédraogo (Burkina Faso)...

Pages

(La Tribune 05/05/17)
2016 a été conclue sur de bons résultats pour la Banque des Etats de l'Afrique centrale, en comparaison à l'année 2015. Ainsi, l'exercice de l'année dernière dégage un bénéfice net de 164,177 milliards de Fcfa, contre 160 milliards, enregistrés une année auparavant. Grande nouvelle pour les promoteurs de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC). L'institution a réalisé de très bons résultats au cours de l'année 2016. Selon le rapport général des commissaires aux comptes KPMG Afrique centrale et Mazars Cameroun, portant sur l'exercice 2016, la BEAC a réalisé un bénéfice net de 164,177 milliards de francs CFA. Une progression en volume par rapport à l'exercice précédent, établi à 160,7 milliards de francs CFA. Le document révèle également que...
(Jeune Afrique 04/05/17)
Après un quart de siècle d’une lutte judiciaire acharnée, le verdict définitif est enfin tombé : l’ex-président tchadien, Hissène Habré finira ses jours en prison. Il s’est une fois encore abstenu de paraître devant ses juges. Mais cela n’a rien enlevé à la joie et au soulagement des victimes présentes au palais de justice de Dakar. Car la peine prononcée le 27 avril contre leur ancien bourreau est définitive : le Tchadien Hissène Habré passera bien la fin de ses jours en prison. Les Chambres africaines extraordinaires (CAE) ont confirmé sa condamnation à la prison à perpétuité pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et actes de torture. L’accusation de viol, retenue en première instance, le 30 mai 2016, a en revanche...
(RFI 04/05/17)
Aujourd'hui au Tchad s'ouvre le procès de deux activistes, figures de proue du mouvement citoyen Iyina. Ils ont été arrêtés et détenus au secret par les services de renseignement tchadien début avril. Ils ont témoigné auprès de leurs avocats avoir subi des traitements inhumains pendant cette détention. Pendant longtemps, ils n’ont eu ni accès à leurs avocats ni à leur famille. Ils étaient détenus dans des cellules séparées, à l’isolement le plus total. Et lors de cette détention, ils ont notamment subi des envois de jets d’eau à forte pression...
(France TV Info 04/05/17)
Abdelkerim Yacoub Koundougoumi est un acteur de la société civile tchadienne. Coordinateur du mouvement citoyen Projet pour une alternance crédible au Tchad (PACT), il revient sur la répression systématique dont sont victimes ceux qui dénoncent les abus du régime Déby, notamment sur la Toile, nouvel espace de liberté au Tchad. Entretien. L’affaire Zouhoura (viol collectif d'une jeune fille par les fils des barons du régime tchadien) et la dernière présidentielle ont été l'occasion pour les Tchadiens d'être confrontés aux coupures d'Internet. Le phénomène semble nouveau au Tchad. Comment l’expliquez-vous? Internet a permis aux Tchadiens de pouvoir communiquer et de se mobiliser sans que le pouvoir ne puisse les contrôler. Le gouvernement s'est très vite rendu compte qu'il était dépassé parce...
(RFI 04/05/17)
Au Tchad, Nadjo Kaïna et Bertrand Sollo, membres de la coalition « Tournons la page » et militant de Iyina, ont été condamnés à six mois de prison avec sursis ce jeudi. Ils ont été arrêtés le mois dernier et inculpés pour « tentative de complot et incitation à un attroupement ». Leur avocat Maître Frédéric Dainonet annonce son intention de faire appel. Nous ne sommes pas véritablement satisfaits. Nous estimons que le juge a simplement coupé la poire en deux.
(Autre média 04/05/17)
Plusieurs organisations de droits humains et de mouvements citoyens d’Afrique et d’Europe demandent aux autorités tchadiennes la libération immédiate de deux activistes de la société civile qui ont été torturés pendant leur détention en secret et dont le procès s’ouvre ce 4 mai 2017. Communiqué interassociatif : Nadjo Kaïna Palmer et Bertrand Solloh Gandere, figures de proue du mouvement de jeunes « Iyina » et membres de la campagne internationale « Tournons la page », ont été torturés avec des sacs de piment sur la tête et des jets d’eau à forte pression. Le 26 avril dernier, le procureur de la République les a inculpés pour « tentative de complot » et « provocation à l’attroupement » et a requis...
(Le Monde 03/05/17)
Jugé par les Chambres africaines extraordinaires à Dakar, l’ancien dirigeant a été condamné à verser plus de 120 millions d’euros aux rescapés des geôles du régime. Par Christophe Châtelot (Dakar, envoyé spécial) Abdourahmane Gueye (à gauche) et Souleymane Guengueng, deux survivants du régime de Hissène Habré, le 27 avril 2017, devant le palais de justice de Dakar, après la confirmation de la condamnation de l’ex-dictateur à la prison à perpétuité. Après dix-sept années de combat juridique toujours acharné, souvent décourageant, les victimes de l’ancien dictateur tchadien...
(RFI 02/05/17)
Au Tchad, après la communauté des diplomates occidentaux, c'est l'ordre des avocats qui s'insurge contre les arrestations, en dehors de tout cadre juridique des leaders de la société civile qui dénoncent les mauvaises pratiques du régime. Ces arrestations constituent des actes de violation des droits humains que les avocats du Tchad ne comptent plus tolérer prévient Me Atanase Mbaigangnon, bâtonnier de l'ordre des avocats du Tchad. Il est temps que le barreau s’associe aux autres organisations éprises de justice et de liberté
(RFI 02/05/17)
Au Niger, les chefs d'Etat-major du G5 Sahel qui rassemble le Niger, le Mali, le Burkina Faso, la Mauritanie et le Tchad étaient réunis, ces derniers jours, à Niamey. Une réunion de haut niveau avec, à l’ordre du jour, la sécurisation de la zone sahélo-saharienne, en proie à la menace terroriste. La création d'un groupe d'intervention rapide est notamment prévue. A noter que le commandant du dispositif français antiterroriste, Barkhane, avait fait le déplacement. Pendant trois jours, les officiers supérieurs des armées et de la sécurité du G5 Sahel ont fait le point des opérations militaires conjointes transfrontalières. « Il y a beaucoup d’actions qui sont en cours au sein du G5 Sahel pour une synergie d’action au niveau des...
(RFI 02/05/17)
La Banque de développement des Etats de l'Afrique centrale (BDEAC) dispose, depuis le 29 avril, d'un plan stratégique 2017-2021 qui va mettre un accent particulier sur le financement de l'agriculture, en vue de limiter les importations qui coûtent 3 000 milliards de FCFA par an à six pays de l’Afrique centrale. Cette institution a pour rôle essentiel de financer le développement du Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad qui composent la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC). Dans son plan stratégique quinquennal arrêté, la BDEAC entend financer prioritairement l’agriculture, l’agro-industrie, la pêche, la pisciculture et l’élevage. Le but visé est de limiter les importations des denrées alimentaires, des produits laitiers et autres, que ces six pays...
(RFI 29/04/17)
Le procès à Ndjamena de trois militants tchadiens arrêtés début avril et détenus arbitrairement pendant plusieurs jours a abouti à une mise en délibéré du jugement pour deux d'entre eux et à une relaxe pour le troisième. Le procureur a requis cinq ans de prison ferme et le verdict du tribunal de grande instance de la capitale est attendu le 4 mai pour Nadjo Kaïna et Bertrand Sollo tandis que M. Dingamnayal Nely Versinis a été relaxé pour « infraction non constituée ». Ce n’est pas la première fois que nous avons l’impression que les instances judiciaires sont utilisées afin de valider une situation de forgeture.
(Jeune Afrique 28/04/17)
Sur les trois activistes tchadiens arrêtés au début du mois d'avril, un a été relaxé jeudi et deux autres sont toujours détenus à la maison d'arrêt de AmSinene à N'Djamena. Dingamnayal Nely Versinis, président du Collectif tchadien contre la vie chère a été relaxé et libéré jeudi 27 avril au motif que l’infraction n’était « pas constituée », a indiqué vendredi 28 avril Balkissa Ide Siddo, chercheuse sur l’Afrique centrale à Amnesty International, jointe par téléphone par Jeune Afrique. Cet activiste tchadien avait été arrêté le 15 avril après avoir appelé les commerçants du marché de mil de N’Djamena à participer à une grève pour protester contre l’augmentation des frais de stand. Le procureur avait requis 6 mois de prison...
(RFI 28/04/17)
Pour l’ancien président tchadien Hissène Habré, le jugement est définitif : la Cour d’appel du tribunal spécial de Dakar l’a condamné hier à la prison à vie pour crimes contre l’humanité. Parmi les acteurs clés de ce procès, il y a l’ancien prisonnier tchadien Clément Abaïfouta, qui préside l’association des victimes des crimes du régime de Hissène Habré, et l’avocat américain Reed Brody, qui travaille aux côtés des victimes depuis 1999. En duplex de Dakar, ils répondent tous deux aux questions de RFI. Reed Brody : « On avait des préoccupations concernant la peine, car on avait des pressions pour qu'elle soit diminuée. »
(RFI 28/04/17)
Le verdict du procès en appel de Hissène Habré est tombé jeudi matin 27 avril. L'ancien dictateur tchadien a été condamné à l'emprisonnement à perpétuité pour crime de guerre et crime contre l'humanité par les Chambres africaines extraordinaires. Ce jugement a mis un terme à dix-sept années de batailles judiciaires. Réactions de l’opposition tchadienne et de la porte-parole du gouvernement. Saleh Kebzado, leader de l'opposition tchadienne et chef de l'Union nationale de la démocratie et du renouveau.
(Le Point 28/04/17)
La réalité africaine bouge, les approches aussi. Hautes autorités africaines et partenaires étrangers s'évertuent à mieux adapter discours et actes. Trois chefs d'État africains, réunis en mini-sommet extraordinaire à Conakry en Guinée, réfléchissent à un plan. Il s'agit d'Alpha Condé, président de la Guinée et président en exercice de l'Union africaine, Paul Kagame, chef d'État du Rwanda, et Idriss Déby Itno, celui du Tchad. Que veulent-ils faire ? Ils sont chargés de lancer le chantier d'une réforme en profondeur de l'institution panafricaine. Faut-il y voir un parallèle avec les nouvelles approches développées par les institutions de développement internationales, comme l'Agence française de développement ? Du côté de ces pairs africains, on ne cache pas que la situation confine à l'urgence...
(RFI 28/04/17)
La Cour d'appel des Chambres africaines extraordinaires, le tribunal spécial africain à Dakar, a tranché jeudi 27 avril 2017. Hissène Habré, ex-président du Tchad, est définitivement condamné à la prison à vie pour crimes contre l'humanité. Alioune Seck de la fondation TrustAfrica, qui soutient les Ong qui travaillent sur la justice en Afrique, réagit pour RFI à cette condamnation. « C’est un jour de célébration. La première décision, qui a été rendue il y a maintenant un an, a été confirmée aujourd’hui. C’est une victoire pour les organisations de la vie civile, c’est une victoire pour tous les défenseurs des droits de l’homme, c’est aussi une victoire pour les victimes qui ont combattu pendant plus de deux décennies. Cela ne...
(RFI 28/04/17)
Au Sénégal, les Chambres africaines extraordinaires ont confirmé jeudi 27 avril les charges qui pèsent contre Hissène Habré. Ce tribunal spécial l'a condamné à la perpétuité pour crimes contre l'humanité, crimes de guerre et actes de torture commis entre 1982 et 1990 lorsqu'il était au pouvoir au Tchad. La Cour a aussi ordonné le paiement de 123 millions d'euros par Habré aux victimes. C'est donc l'issue d'un long feuilleton politico-judiciaire, marqué par la création d'un tribunal spécial issu d'un accord entre l'Union africaine et le gouvernement sénégalais. Les Chambres africaines extraordinaires ont été créées le 8 février 2012. C’est un tribunal spécial, dont l'architecture a été conçue par des experts de l'Union africaine. Sur le fond, ce tribunal est habilité...
(RFI 27/04/17)
L'ex-président tchadien Hissène Habré, déjà condamné en 2016, a été fixé sur son sort ce jeudi avec l'annonce du verdict de son procès en appel devant un tribunal spécial africain à Dakar. M. Habré a été définitivement condamné à la prison à vie pour crimes contre l'humanité. Après son silence en première instance, Hissène Habré a en effet marqué par son absence. Le juge Wafi Ougadèye a décidé que sa présence n’était pas essentielle. La Cour d'appel a donc confirmé le jugement rendu en première instance par la Cour d'assises des Chambres africaines extraordinaires : la perpétuité pour les crimes de guerre, crimes contre l'humanité et actes de torture. En revanche, la Cour d'appel a abandonné le motif de viol...
(Jeune Afrique 27/04/17)
Reporté d'une semaine, le procès de l'ancien président burkinabè Blaise Compaoré, soupçonné d'être impliqué dans la répression de l'insurrection populaire de 2014, doit s'ouvrir jeudi 4 mai à Ouagadougou. Avant lui, près de 20 autres ex-chefs d'État africains ont eu maille à partir avec la justice nationale ou internationale. Sans surprise, Blaise Compaoré ne compte pas se présenter, le jeudi 4 mai, devant la Haute Cour de justice du Burkina Faso. En exil dans la Côte d’Ivoire voisine, l’ex-chef d’État, jugé au titre de ministre de la Défense au moment des faits, sera représenté par son avocat français Pierre Olivier Sur à l’ouverture du procès du gouvernement Tiao sur la répression sanglante de l’insurrection populaire d’octobre 2014 à Ougadougou. Mais...
(RFI 27/04/17)
Au Tchad, les représentants de la communauté internationale s'inquiètent des violations des droits de l'homme et des libertés. Dans une déclaration diffusée mardi 25 avril, les ambassadeurs de l'Union européenne, de la France, de l'Allemagne, de la Suisse et des Etats-Unis se disent préoccupés. Dans ce qu’ils appellent une « déclaration locale conjointe », les représentants des puissances se disent préoccupés par la détention de plusieurs militants de la société civile, par l’absence d’information sur les charges retenues contre eux, ainsi que les conditions de leur détention. Une allusion sans les citer à Nadjo Kaina, Bertrand Solloh Ngandjeï du mouvement citoyen Iyina et Dingamnayel Nely Versinis du Collectif tchadien contre la vie chère, trois militants de la société civile arrêtés...

Pages