Lundi 23 Octobre 2017

Tchad

(ATP 21/03/13)
Le Président de la République, Idriss Deby Itno, a rencontré le 11 mars 2013, au Palais présidentiel, les leaders des partis politiques de la majorité comme de l’opposition. Au des prochaines élections qui pointent à l’horizon, en particulier les régionale de 2014, les législatives de 2015 et la présidentielle de 2016. Ce nouveau cadre de concertation devant remplacer le Comité de Suivi de l’Accord politique du 13 Août 2007. Pour faciliter les discussions, le Chef de l’Etat a suggéré un présidium,dont il a confié la présidence au président de l’Union pour la Démocratie et le Renouveau (UDR), Jean Alingué Bawoyeu, secondé du président de Rassemblement pour la Démocratie et le Progrès (RDP), Lol Mahamat Choua. Le Médiateur national, Abdramane Moussa,...
(ATP 21/03/13)
C’est dans la salle des réunions du Ministère des Affaires Etrangères et de l’Intégration Africaine, pleine à craquer comme un œuf, que les militantes et militants du Mouvement Patriotique du Salut (MPS) se sont retrouvés pour célébrer le 23ème anniversaire de la création du Mouvement. Cette célébration, couplée à l’installation du Conseil Communal du MPS pour la ville de N’Djaména, rénové, a vu la présence de la Première Dame, Hinda Deby Itno, Présidente d’honneur de l’Organisation pour la participation féminine du MPS (OPF/MPS, du Premier Ministre,Joseph Djimrangar Dadnadji, du Président de l’Assemblée Nationale, Haroun Kabadi, des membres du gouvernement, des députés, les membres du Conseil permanent des Fondateurs (CPF) des membres du Bureau Politique National (BPN), ceux du Conseil national...
(France 24 20/03/13)
Parmi les pachydermes tués figuraient 33 mères porteuses et 15 éléphanteaux, rapporte l'organisation de défense de l'environnement. "Les braconniers, une cinquantaine (d'hommes) à cheval, parlaient l'arabe" selon des responsables locaux cités par le communiqué, qui ont affirmé que l'armée tchadienne avait été envoyée pour "arrêter ces criminels". "C'est l'un des pires incidents de braconnage de la région depuis le massacre de plus de 300 éléphants au Parc national camerounais de Bouba N'Djida (nord) en février 2012", souligne le WWF. "Selon toute évidence, c'est le même groupe de braconniers soudanais qui ont tué (les 300 éléphants au Cameroun), obligeant le pays à mobiliser ses forces spéciales pour protéger les éléphants", a estimé Bas Huijbregts, chef du volet Afrique Centrale de la...
(Alwihda 20/03/13)
L’armée tchadienne, ainsi que Idriss Déby lui-même, a revendiqué l’exécution des chefs islamistes, Abou Zeid et de Mokhtar Belmokhtar. Leur mort n’a pas encore été confirmée, mais cette annonce accentue la menace terroriste sur le Tchad. Et le président tchadien en a conscience. Depuis la mort annoncée d’Abou Zeid et de Mokhtar Belmokhtar, qui auraient été exécutés par l’armée tchadienne, le Tchad serait dans le collimateur des jihadistes. D’autant plus que le pays compte 2 000 militaires engagés dans la guerre au Mali. Le président tchadien Idriss Déby en a conscience et tire la sonnette d’alarme. Le Tchad menacé par le terrorisme ? C’est en tout cas ce qu’a affirmé Idriss Déby à la télévision nationale. L’occasion pour le président...
( 18/03/13)
Les nombreux biens attribués à Karim Wade par le procureur spécial Alioune Ndao, ne tiennent pas tous la route. C’est la conviction de l’avocat Me Ousmane Sèye qui dit ne pas comprendre qu’un aéroport d’un pays souverain puisse appartenir à un étranger. L’avocat qui était l’invité de l’émission Grand Jury, ce dimanche sur la Rfm estime également qu’Alioune Ndoa a violé la procédure de l’enquête en rendant publique la mise en demeure de l’ancien ministre d’Etat. « C’est gros d’entendre que Karim Wade est propriétaire de l’aéroport de Maloba. Cela fait vraiment rigoler », a dit Me Ousmane Sèye, réagissant sur l’annonce de la fortune colossale de l’ancien ministre d’Etat. « Comment expliquer que l’aéroport d’un pays souverain puisse appartenir...
( 18/03/13)
Fin de cavale pour Jean-Jacques. Ainsi pourrait se résumer la dernière mésaventure de l’opposant centrafricain, Jean-Jacques Demafouth. Tout a commencé mercredi dernier alors qu’en sa qualité de vice-président du comité de pilotage du programme de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR), l’ex-ministre s’était rendu à Paoua (Nord-Ouest) pour y distribuer des primes aux troupes rebelles de l’Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD) dont il fut chef de file. Profitant d’un moment de flottement, Demafouth avait pris la poudre d’escampette en direction du Tchad, au guidon d’une simple moto. Sans doute était-ce la frontière la plus proche, car dans sa fuite éperdue ; l’homme, qui se dit victime de menaces dans son pays ; avait oublié les collusions qui...
(Journal du Tchad 14/03/13)
Initiée par le Chef de l’Etat Idriss Déby, la réunion a porté sur la paix dans le pays et le remplacement de l’accord politique du 13 août 2007 arrivé à échéance C’est le Palais présidentiel qui a abrité la rencontre réunissant le 11mars denier les présidents et secrétaires généraux des partis politiques de la majorité et ceux de l’opposition. De nombreux membres du gouvernement ont également participé à cette rencontre dont le but était pour les deux parties, de s’entendre sur la stabilité et la paix au sahel et aux frontières. Mais plus que tout de discuter de la mise en place d’une nouvelle structure en lieu et place de l’accord du 13 août 2007 arrivé à expiration. Le chef...
(Journal du Tchad 14/03/13)
Admis à l’hôpital national de Niamey la capitale nigérienne, ces soldats ont été blessés lors des affrontements avec des jihadistes. Les huit militaires soldats blessé par balles encore hospitalisés au Niger ont reçu le 11 mars dernier la visite de Issoufou Mahamadou, le Président de la république du Niger. 53 au départ à être arrivée au Niger, il n’en reste plus que huit. Quatre de ces soldats sont en convalescence, trois autres en salle de réveil et un autre en salle de réanimation. Le Président Nigérien est venu s’enquérir de leur état de santé, et leur apporter son soutien et ses encouragements. Au cours de cette visite, Issoufou Mahamadou a reçu d’amples explications sur les conditions de leur évacuation, mais...
(Maliweb 12/03/13)
Une réunion du Comité restreint des chefs d’Etat-major de la CEDEAO (CCEM) s’est tenue le vendredi 8 mars à l’Ecole de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye. Le but de cette rencontre était d’examiner les modalités de la transformation de la Mission internationale de soutien au Mali sous la conduite africaine (MISMA) en une opération de maintien de la paix des Nations unies telle que proposée lors de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement des 27 et 28 février à Yamoussoukro. Au terme de cette réunion, le président du comité des chefs d’Etat-major de la CEDEAO, le général de corps d’armée, Soumaïla Bakayoko a affirmé l’adhésion du Tchad à la MISMA et la nomination très prochaine d’un...
(Tchadactuel 11/03/13)
Le contingent tchadien de quelque 2 000 hommes envoyé au Mali, où il combat avec les troupes françaises les groupes jihadistes dans l'extrême nord, fait désormais partie de la mission africaine dans ce pays, la Misma. C’est ce qu’a annoncé samedi devant la presse le chef d'état-major ivoirien, le général Soumaïla Bakayoko, dont le pays préside actuellement la Cédéao. Annonce faite à la fin, ce samedi à Bamako, de la réunion du comité des chefs d'état-major des pays de la Cédeao sur la crise malienne. L'une des principales décisions, c'est donc l'intégration des troupes tchadiennes au sein de la Misma. Le Tchad ne fait plus bande à part, son contingent dans le nord du Mali intègre la Misma. Et dans...
(Maliweb 08/03/13)
François Hollande a fait état mercredi de la mort de « chefs terroristes » au Mali, sans les identifier. Le chef de l’Etat, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse à Varsovie en Pologne. Même s’il n’a pas donné de précision, sa déclaration semble confirmer les morts, annoncées ces jours derniers par le Tchad, des chefs islamistes Mokhtar Belmokhtar et Abou Zeïd lors des combats. Le chef de l’Etat, qui s’exprimait devant la presse à l’occasion d’un sommet avec l’Allemagne et des pays d’Europe de l’Est à Varsovie, a évoqué la situation au Mali.»Nous sommes dans la phase ultime de notre engagement au Mali, la phase la plus difficile, celle qui nous met en contact avec les groupes terroristes eux-mêmes...
(Maliweb 07/03/13)
Au nord du Mali, dans le massif des Ifoghas, la bataille fait rage depuis dix jours. De l’aveu des militaires français et tchadiens, les jihadistes se battent avec beaucoup de détermination. Et selon l’état-major français, la bataille risque de durer encore plusieurs jours. « Ce sont des combats au sol à moins de cent mètres. Les jihadistes vont d’une grotte à l’autre. Et malgré leurs pertes, ils ne renoncent pas », confie un membre de l’état-major français. Pourquoi une telle opiniâtreté ? « Parce qu’ils sont dans une forteresse naturelle de 25 km sur 25 km, et que leurs chefs sont sans doute avec eux », souligne ce haut-responsable, qui se dit incapable de confirmer la mort d’Abou Zeid et...
(Journal du Tchad 06/03/13)
Un responsable militaire a organisé une visite à l’attention des journalistes tchadiens dans la région de Tessalit L’armée tchadienne a fait huit prisonniers à l’issue des violents combats qui l’avaient opposée aux jihadistes dans le massif des Ifoghas, dans l’extrême nord du Mali. «Les opérations ont commencé le 22 février, nous avons eu des casses à l’entrée de leur sanctuaire (des jihadistes), mais nous sommes arrivés à bout d’eux et avons détruit toute la base», a assuré à des journalistes le général Oumar Bikimo, commandant de l’armée tchadienne au Mali, dans une déclaration dont l’AFP a écouté un enregistrement. «Nous avons eu la victoire et c’est ça le plus important (…) Nous avons tués 80 jihadistes, fait huit prisonniers et...
(Investir au Cameroun 06/03/13)
Selon le quotidien public camerounais Cameroon Tribune, Gérard Quentin, le Dg de Camrail, la société concessionnaire du chemin de fer camerounais, au cours d’une séance de travail entre le ministre des Transport du Cameroun (Robert Nkili) et le ministre des Infrastructures et des Equipements publics du Tchad (Gata Ngoulou), a présenté le projet d’extension du chemin de fer camerounais au Tchad. Un projet en deux hypothèses. Première hypothèse, une ligne de chemin de fer de 400 km qui partirait du terminus Camrail de Ngaoundéré au Cameroun, pour aboutir à la ville industrielle tchadienne de Moundou. Coût des investissements nécessaires pour ce premier tracé : 1160 milliards de FCFA. Ce tracé, slon Cameroon Tribune, remporte la préférence des autorités tchadiennes. La...
(France24 05/03/13)
RFI a publié lundi sur son site Internet une photo présentée comme celle du cadavre du chef islamiste Mokhtar Belmokhtar. Le Tchad a annoncé sa mort à plusieurs reprises, malgré un démenti d'Al-Qaïda au Maghreb islamique. Sur le fond d’écran du téléphone portable d’un militaire tchadien, on aperçoit la photo d’un cadavre en treillis, la tête maculée de sang ceinte d’un foulard noir. Il est censé s'agir de Mokhtar Belmokhtar, dit "le Borgne", ce chef islamiste qui aurait été tué samedi soir dans la vallée d’Ametetai, selon l’état-major de l'armée tchadienne, sans qu’aucune autre source ne confirme ces dires. La photo a été prise par l'envoyé spécial de RFI au Mali, Madjiasra Nako, à Tessalit, dans l'extrême nord-est du pays,...
(Le Nouvel Observateur 05/03/13)
Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, ne confirme toujours pas les déclarations du président tchadien qui assure que les deux chefs islamistes ont été tués dans le nord du Mali. Le président tchadien Idriss Deby a réaffirmé lundi 4 mars que les deux chefs islamistes Abou Zeïd et Mokhtar Belmokhtar avaient été tués dans des combats dans le nord du Mali, assurant que les corps n'avaient pas été exposés par respect "des principes de l'islam", dans un discours retransmis à la télévision tchadienne. Mais le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a de son côté assuré lundi soir ne pas avoir de "preuve de la mort" des chefs islamistes, Abou Zeid et Mokhtar Belmokhtar. "Je n'ai...
(Francetv info 05/03/13)
Abou Zeid et Mokhtar Belmokhtar ont-ils été tués au cours de l'opération française au Mali ? L'information est toujours difficile à confirmer, lundi 4 mars. Le ministre de la Défense français, Jean-Yves Le Drian, a répété lundi soir, sur France 2, ne pas avoir "de preuve de mort" des chefs islamistes. Un peu plus tôt, le président tchadien a maintenu que les deux hommes avaient été tués. De son côté, la radio RFI publie une photo présentée comme étant celle du cadavre de Belmokhtar. Francetv info revient sur ces informations contradictoires. Acte 1 : la France se veut très prudente sur leur mort Lundi matin, le chef d'état-major des armées françaises, Edouard Guillaud, affirme sur Europe 1 que la mort...
( 04/03/13)
L'élite des troupes du président Idriss Déby affronte en première ligne, avec une grande efficacité, les djihadistes dans les contreforts du nord malien. Début février, dans le Gao tout juste libéré des forces islamistes, les soldats tchadiens restaient discrets. Tout juste voyait-on de temps à autre un de leur pick-up sable monté d'une dizaine hommes puissamment armés, un chèche remonté jusqu'aux yeux. Sans doute cette avant-garde du plus puissant contingent étranger au Mali derrière l'armée française, avec quelque 2 000 militaires, savait-elle qu'elle ne resterait pas longtemps dans cette ville. L'objectif était déjà le grand Nord, le combat au près contre les islamistes. Désormais, le gros des Fatim (Forces armées tchadiennes en intervention au Mali) s'engage au plus profond des...
(22 Septembre 01/03/13)
Une étude socio-anthropologique sur les déterminants liés à la santé de la mère et du nouveau-né réalisée par la Croix-Rouge française en Mauritanie, au Mali, au Niger et au Tchad montre que le taux de mortalité maternelle et infantile reste élevé dans ces pays à cause d’une faible utilisation des services de planification familiale et d’un mauvais suivi de la grossesse. L’Agence française de développement (Afd) a constaté dans certains pays du Sahel comme la Mauritanie, le Mali, le Niger et le Tchad des taux inquiétants de mortalité maternelle et infantile, malgré les actions engagées par les différents Etats. Au Tchad, par exemple, il y a 1200 cas de décès sur 100.000 naissances vivantes. Ce constat a été fait après...
( 01/03/13)
Décidément ces derniers temps, le Tchad à travers son président, Idriss Déby Itno, nous surprend agréablement. Il est déjà au Mali avec 1800 hommes. Le contingent tchadien dans le bourbier malien est dirigé par son fils le général Mahamat. Son père a invité les soldats maliens à être sur le front plutôt que de se mêler de la politique… En raison du respect et des exigences de la rigueur diplomatique, on peut comprendre aisément la sortie du président tchadien. Au-delà des militaires du Mali, c’est en réalité à ses pairs que Déby s’en prend. Eux qui, au lieu d’agir franchement, perdent le temps dans de vains discours lors de leurs multiples et coûteux sommets. Invité spécial à la 42e session...

Pages