Mercredi 25 Avril 2018
(Xinhua 07/02/18)
Le président nigérien Mahamadou Issoufou, qui prend la tête du G5 Sahel, a lancé un appel mardi, à l'occasion de l'ouverture du 4ème sommet des chefs d'Etats et de gouvernement de l'organisation, pour une opérationnalisation d'urgence de la force conjointe G5 Sahel. La force conjointe G5 Sahel est constituée des armées de la Mauritanie, du Mali, du Tchad, du Burkina Faso et du Niger pour faire face à la recrudescence des attaques terroristes meurtrières et dévastatrices perpétrées par les mouvements djihadistes et autres terroristes, notamment dans les pays riverains du bassin du lac Tchad, au Mali et dans les Etats voisins. La rencontre de Niamey à laquelle prennent part les présidents des cinq pays membres, les représentants des partenaires et...
(Xinhua 07/02/18)
La croissance du PIB en Afrique était estimée à 3,6% en 2017, selon la Banque africaine de développement (BAD) qui voit des perspectives "beaucoup plus prometteuses" avec un taux de croissance de 4,1% en 2018 et 2019. "Les perspectives de croissance sont beaucoup plus prometteuses et nous prévoyons une accélération de la croissance du PIB de l'Afrique à 4,1% en 2018 et 2019", a déclaré le président de la BAD, Akinwumi Adesina, lors d'une cérémonie officielle pour présenter les progrès et les perspectives de développement de l'Afrique mardi à Abidjan. "Nous avons la tête hors de l'eau et les économies africaines progressent fortement et sereinement", a commenté Akinwumi Adesina faisant remarquer que "la croissance du PIB réelle était estimée à...
(AFP 06/02/18)
De petits rassemblements de manifestants ont été dispersés par la police mardi à N'Djamena, où les appels à manifester contre les mesures d'austérité se multiplient, a constaté l'AFP. Le secteur public ainsi que certains agents du secteur privé ont entamé lundi un mouvement de grève illimitée; Certains regroupements de manifestants ont été, selon Djimet Clément Bagao, porte-parole de six partis politiques d'opposition, visés par des tirs de la police. Des manifestants, dont Amine Djibrine Alwali, président du Parti pour la justice et le développement (PJD), ont été blessés, selon la même source. "Il n'y a eu aucun tir à balle réelle, nous ignorons l'existence de personnes blessées", a répondu à l'AFP le porte-parole de la police. Selon la police, un...
(AFP 06/02/18)
Un sommet des chefs d'Etat du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), s'est ouvert mardi à Niamey pour boucler le financement de la force militaire conjointe et assurer sa montée en puissance, a constaté un journaliste de l'AFP. Les présidents burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, tchadien Idriss Déby, mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, malien Ibrahim Boubacar Keïta et nigérien Mahamadou Issoufou étaient présents à l'ouverture du sommet, ainsi que la ministre française de la Défense Florence Parly. Lancée début 2017, la force conjointe, dont la mission est de combattre les groupes jihadistes qui sévissent dans la région sahélienne, "sera opérationnelle à la fin du mois de mars", a affirmé dimanche devant la presse le ministre malien des Affaires...
(RFI 06/02/18)
Après les chefs d'état-major des pays du G5 Sahel, lundi 5 février, ce sont les chefs d'Etat qui sont réunis à Niamey depuis ce matin. De nombreux partenaires de l’organisation participent aussi à ce nouveau sommet qui devrait notamment permettre de faire un point sur le financement de la force militaire. Les chefs d'Etat vont plancher sur la recherche de financements complémentaires. En janvier, à Bamako, ils ont décidé de mettre en place un fonds fiduciaire pour accueillir les contributions, mais malgré les engagements de l'Union européenne et de plusieurs pays, comme l’Arabie saoudite, le compte n’y est toujours pas. Ce matin, le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, l'a rappelé à la tribune, seuls 294 millions d'euros ont été mobilisés...
(La Tribune 06/02/18)
Effet domino ou effet surprise ? En grève depuis une semaine pour protester contre les ponctions de salaires, les fonctionnaires tchadiens ont été rejoints par les travailleurs du secteur privé. La pilule de l’austérité que distribue Idriss Deby pour espérer une sortie de crise a du mal à passer. «En proie à une crise sociale interminable qui semble entretenue et qui fait descendre le plus grand nombre de nos concitoyens dans les profondeurs de la misère, nous risquons d'entrer dans l'impasse». Ce sont peut-être ces mots de Mgr Edmond Djitangar, l'archevêque de N'djamena, rapportés par nos confrères de RFI, qui résument le mieux l'ébullition du front social au pays d'Idriss Deby. Les «jeudis de la colère» contre l'austérité La colère...
(Jeune Afrique 06/02/18)
Une cinquantaines de militants tchadiens se sont réunis à la Fondation Jean Jaurès, en compagnie de socialistes français, pour saluer la mémoire de la plus célèbre figure de l'opposition tchadienne, Ibni Oumar Mahamat Saleh, disparu le 3 février 2008. « Depuis sa disparition, l’opposition tchadienne est plongée dans la crise… » Parmi la cinquantaine de convives réunis pour commémorer les dix ans de la disparition d’Ibni Oumar Mahamat Saleh, ce samedi 3 février, beaucoup ne cachent pas leur désarroi. Les murs de la Fondation Jean Jaurès, proche du Parti socialiste français (PS), sont recouverts de portraits de l’opposant, mathématicien, ancien ministre de l’Enseignement supérieur puis du Plan et de la coopération, disparu depuis le 3 février 2008. Une opposition qui...
(RFI 06/02/18)
Au Tchad, depuis plus d'une semaine, les administrations, les écoles et divers établissements du service public sont paralysés par une grève générale pour dénoncer une baisse des primes et indemnités des salaires des fonctionnaires depuis ce mois de janvier, conséquence de la loi de finances 2018. Les employés du secteur privé ont également rejoint le mouvement ce lundi pour deux jours. Le collectif des syndicats du secteur privé et parapublic proteste ainsi contre des augmentations d'impôt prévues dans cette même loi de finances 2018. Le panier de la ménagère est déjà trop faible. Nous n’avons pas un pouvoir d’achat capable de supporter les deux bouts. Donc, si on continue à nous imposer des lois qui touchent nos salaires, sans notre...
(RFI 06/02/18)
En prélude à la réunion des chefs d’Etat du G5 Sahel qui s’ouvre, ce mardi 6 février, à Niamey, les chefs d’état-major des cinq armées se sont réunis pour dégager les conclusions de la seconde opération sur les frontières du Mali et du Burkina Faso. Lors d’une conférence de presse, le général Didier Dacko, commandant de cette force, a donné des précisions. Selon le général Didier Dacko, commandant de la Force conjointe G5 Sahel, la seconde opération baptisée Pagnali (« tonnerre », en langue peul), a concerné deux zones frontalières du Mali et du Burkina Faso.
(Agence Ecofin 06/02/18)
Les investisseurs actifs sur le marché des titres publics de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac), institut d’émission des six pays de la Cemac, n’auront que l’embarras du choix, le 7 février prochain. Ce jour-là en effet, trois Etats de la Cemac sur six, notamment le Cameroun, le Tchad et le Gabon émettront à nouveau, des titres publics afin de tenter de mobiliser des financements permettant de résoudre leurs problèmes ponctuels de trésorerie. Principal animateur de ce marché des titres depuis sa création en 2011, le Cameroun tentera de mobiliser 5 milliards de francs Cfa, au moyen d’une émission de bons du Trésor assimilables (BTA) à 13 semaines. Le Trésor public gabonais lui, recherche 8,5 milliards de francs...
(Le Point 06/02/18)
Une saison en France, c'est l'hiver d'une famille d'exilés à Paris : Abbas (Ériq Ebouaney) a fui avec ses enfants la guerre civile en République centrafricaine et attend la décision des autorités françaises pour obtenir son statut de réfugié. Pendant ce temps, le quotidien s'écoule au fil des instants ordinaires, dans l'intimité de leur foyer précaire, éphémère, constamment menacé. Les enfants vont à l'école, Abbas travaille au marché et y noue une relation amoureuse avec Carole (Sandrine Bonnaire), partage sa passion des livres avec son ami et compatriote Étienne, également réfugié… Au plus près de ses personnages, de leurs visages souvent gagnés par l'angoisse, le film suit leur parcours au jour le jour, quand les moments simples, partagés, deviennent un...
(AFP 05/02/18)
La grève "générale" au Tchad, décrétée il y a une semaine par les fonctionnaires pour protester contre les mesures d'austérité du gouvernement, touche désormais le secteur privé et a été massivement suivie ce lundi à N'Djamena, a constaté un journaliste de l'AFP. Le personnel des banques privées, des opérateurs de téléphonie mobile et autres secteurs ont cessé le travail ce lundi, en solidarité avec les travailleurs du public, en "grève générale illimitée" depuis une semaine. "La grève (du privé, ndlr) est bien suivie. Même s'il y a des endroits ouverts, les travailleurs sont absents", dans l'ensemble du pays...
(APA 05/02/18)
APA - NDjamena (Tchad) - Les magistrats tchadiens sont en grève sans service minimum à partir de ce lundi, pour s’offusquer contre l’abattement des salaires des fonctionnaires, effectif à partir de janvier A l’issue d’une assemblée générale de leur syndicat (SMT), tenue ce lundi, au palais de justice de N’Djaména, les magistrats ont analysé la situation socioéconomique du pays, plus précisément l’application du décret 687 qui réduit de 50% tous les avantages des agents du public. Après relecture, les magistrats tchadiens estiment que, le décret 687 qui entre en vigueur le 1er nombre 2016, est ‘’illégal, tant sur la forme que sur le fond’’. Le président du syndicat des magistrats tchadiens, le juge Allarakete Sanengar, déclare que, ce décret a...
(AFP 05/02/18)
Une centaine d'amis et de sympathisants ont réclamé samedi à Paris une enquête "sérieuse" sur la disparition de l'opposant tchadien Ibni Oumar Mahamat Saleh, dix ans jour pour jour après les faits. "Il faudrait une enquête sérieuse", a estimé Jean-Pierre Sueur, sénateur du Loiret, dans l'ouest de la France, où l'opposant tchadien avait enseigné. "Il faut la vérité et non une parodie de justice", a-t-il insisté lors d'une conférence organisée à Paris à l'initiative du Parti pour les libertés et de développement (PLD, opposition), dont Ibni Saleh était le fondateur.
(RFI 05/02/18)
Chose rare, l'archevêque de Ndjamena Monseigneur Edmond Djitangar est sorti de sa réserve pour dénoncer l'absence de dialogue dans la crise que traverse que pays. Cela fait une semaine que l'administration publique est à l'arrêt suite à une grève des travailleurs du secteur public après avoir constaté que des coupes ont été opérés sur leurs salaires. Le gouvernement indique que les réductions des salaires sont inévitables. Mais pour Monseigneur Edmond Djitangar, archevêque de la capitale, qui représente une frange importante de la société tchadienne, les Tchadiens souffrent et l'Eglise est de leur côté.
(Agence Ecofin 05/02/18)
Les 78 000 camions en activité sur le corridor Douala-Ndjamena, desservant la capitale tchadienne, à partir du port situé dans la capitale économique camerounaise, doivent traverser, par voyage, 120 postes de contrôle érigés par la police, la gendarmerie, la douane et les agents de la prévention routière. Selon les syndicalistes du transport, qui révèlent ces statistiques dans un rapport sur l’ampleur de la corruption dans leur secteur d’activité, lequel document devrait être remis au gouvernement camerounais, tous ces camionneurs doivent montrer patte blanche à tous ces contrôles, non pas en ayant tous leurs papiers en règle, mais en versant automatiquement une «motivation» qui oscille entre 1000 et 5000 francs CFA, à chaque poste. A en croire les syndicalistes, la centaine...
(RFI 03/02/18)
C'était le 3 février 2008, l'opposant Ibni Oumar Mahamat Saleh est enlevé chez lui, après un raid rebelle sur N'Djaména. Depuis, famille et amis ont tout tenté pour connaître la vérité sur son sort, en vain. Retour sur les principaux événements qui ont marqué cette affaire. Il y a dix ans jour pour jour, l'opposant Ibni Oumar Mahamat Saleh est enlevé en fin de journée, des heures après une attaque rebelle sur N'Djaména. A l'époque, ses proches et des témoins disent à RFI que ce sont des militaires tchadiens qui l'ont enlevé. Depuis, plus personne ne l'a revu, mais deux autres opposants enlevés en même temps que lui sont libérés quelques semaines plus tard. Ils confirmeront avoir été arrêtés par...
(APA 03/02/18)
APA-N’Djamèna (Tchad) - Les jours de grève ne seront pas payés conformément à la loi en vigueur au Tchad, a déclaré la porte-parole du gouvernement, Madeleine Alingué, citant une annonce faite en Conseil des ministres par le Premier ministre, Pahimi Padacké Albert. S’exprimant au terme d’un conseil des ministres tenu jeudi à N’Djaména, la porte-parole du gouvernement a indiqué que le Premier a insisté sur l’obligation signifiée à tous les chefs de département ‘’de faire un recensement obligatoire et hebdomadaire des agents absents’’ pour que les jours non travaillés soient automatiquement soustraits des salaires du mois de février. Tout en soulignant que les instruments et les mécanismes normatifs sont en place pour permettre le contrôle et une gestion objective et...
(APA 03/02/18)
APA-N’Djamèna (Tchad) - La Société nationale des mines et de la géologie (SONAMIG) a vu le jour au Tchad, annonce le communiqué du Conseil des ministres, expliquant que cette nouvelle entité a pour objectif de booster le secteur minier resté depuis longtemps «inexploré et inexploité». Selon le communiqué du Conseil des ministres dont APA a reçu copie vendredi, ‘’la création de la SONAMIG permettra, d’organiser et de gérer la participation de l’Etat dans l’exploitation à travers la protection minière, la réalisation des cartes géologiques, la réalisation des projets d’inventaire minier, la mobilisation financière rationnelle et la mise en place des comptoirs d’achat des métaux précieux’’. Le Tchad regorge d’énormes potentialités minières (sel, natron, calcaire, fer, plomb, étain, bauxite, uranium, or...
(RFI 03/02/18)
Il y a dix ans, le 3 février 2008, l'opposant Ibni Oumar Mahamat Saleh est enlevé, quelques heures après une attaque rebelle sur N’Djamena. A l'époque, ses proches et des témoins disent à RFI que ce sont des militaires tchadiens qui l'ont enlevé. Plus personne ne l'a revu depuis. Porte-parole de l'opposition tchadienne et chef du Parti pour les libertés et le développement, Ibni Oumar Mahamat Saleh était alors l'un des principaux opposants au président Deby. Au Tchad, la justice a rendu un non-lieu, alors qu'une enquête est ouverte en France depuis en juin 2013... Dix ans après la disparition de l'opposant tchadien, des voix continuent de s'élever pour que justice soit rendue. Jean-Pierre Sueur est l'invité de Esdras Ndikumana...

Pages