Mardi 19 Septembre 2017
(La Tribune 19/08/17)
La banque de l’habitat du Tchad (BHT) a officiellement lancé ses activités le mercredi 16 Août, devenant ainsi le 9e établissement bancaire du pays. D’un capital initial de 10 milliards de Fcfa, cette banque publique entend ainsi contribuer au développement économique du Tchad en mettant l’accent sur l’accès des populations aux logements conformément à la stratégie nationale du pays en la matière. C'est parti pour la Banque de l'Habitat du Tchad (BHT). Depuis ce mercredi 16 Août, le neuvième établissement bancaire du pays a en effet démarré ses activités à partir de son siège de N'Djamena. « Le lancement officiel des activités de la BHT intervient dans un contexte économique particulier mais nous avons des ambitions et des objectifs que...
(Alwihda 19/08/17)
Les Chefs d’Etat tchadien et égyptien ont convenu hier, à l'issue de la visite d'Abdel Fattah Al-Sissi à N'Djamena, de réactiver dans les meilleurs délais la commission mixte de coopération pour évaluer, accélérer la mise en œuvre des différents accords conclus entre les deux pays. Les deux dirigeants ont passé en revue les différents domaines de coopération qui lient les deux pays et qui nécessitent une redynamisation, selon un communiqué conjoint dont Alwihda a obtenu une copie. La commission mixte Tchad-Egypte a été installée le 22 février 1973. Depuis cette date, de nombreux accords ont été conclus entre les deux pays mais beaucoup n'ont pas vu le jour. Du côté égyptien, on explique que cela est dû "aux multiples remaniements...
(Financial Afrik 19/08/17)
La Banque de l’habitat du Tchad (BHT) a lancé, mercredi 16 août, ses activités, devenant ainsi le 9e établissement bancaire du pays. D’un capital initial de 10 milliards de Fcfa, l’institution entend contribuer au développement économique du pays en mettant l’accent sur l’accès des populations aux logements conformément à la stratégie nationale du pays en la matière. « L’ambition de la Banque Tchadienne de l’Habitat (BHT) est comme toutes les banques de la place, d’œuvrer à soutenir l’économie et le développement», a déclaré Hicham Ibni Oumar, directeur général de l’institution. Libellée sous forme d’une société anonyme avec conseil d’administration, la BHT est une banque publique puisque son tour de table est réparti entre l’Etat qui est l’actionnaire majoritaire avec 50%...
(Financial Afrik 18/08/17)
Les entreprises tchadiennes ont remporté des marchés d’ infrastructures dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun pour un montant total de 500 milliards de francs Cfa. Selon le comité régional de suivi de l’exécution physico-financière du Budget d’investissement public (BIP) 2017, on retrouve les entreprises tchadiennes sur les travaux d’infrastructures du Projet d’urgence de lutte contre les inondations (Pulci) dans les localités de Maga et de Yagoua ; les travaux relatifs au Projet d’aménagement des périmètres hydro-agricoles sur une surface de 130 hectares dans le Logone et Chari ; la construction des tronçons routiers Maroua-Mora, Maroua-Bogo, Tchéré-Meri ; ainsi que l’entretien de la route Gaklé-Mokolo et de la voirie urbaine de Yagoua. D’après le député Zondol Hersesse, président du comité...
(Xinhua 18/08/17)
Le ministère tchadien de la Santé publique a lancé jeudi dans la capitale une campagne de chimio-prévention du paludisme saisonnier, a appris jeudi Xinhua. Cette campagne consiste à donner aux enfants âgés de 3 à 59 mois, un traitement complet afin de réduire considérablement la morbidité et la mortalité liées au paludisme chez cette tranche d'âge. Pendant cette campagne, les cibles recevront trois doses de comprimés simultanément, soit neuf par mois, durant seize semaines. "La dose du premier jour sera administrée par les distributeurs communautaires et celles des deuxième et troisième jours par les mères ou tutrices des ...
(Le Griot 18/08/17)
Après la Tanzanie et le Rwanda en début de semaine, le Gabon, hier mercredi, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi est attendu ce jeudi au Tchad, dans le cadre d’une tournée africaine, avec à l’ordre du jour la coopération économique et la lutte antiterroriste. Dans la capitale Libreville, Abdel Fattah al-Sissi et sa délégation ont signé des accords après avoir été accueillis par le président gabonais Ali Bongo Ondimba, qui s’est rendu à deux reprises en Egypte ces dernières années. Les deux chefs d’Etats en ont profité pour consolider les rapports bilatéraux entre leurs deux pays et évoqué les questions d’intérêt commun surtout celle relatives à la sécurité et à la paix en Afrique. L’Egypte siège au conseil de sécurité...
(Alwihda 18/08/17)
La presse libre et écrite tchadienne est parfois truffée d'amateurisme à cause de certaines plumée innocemment cruelles, trempées sans vergogne dans le sang de l'infamie et dans la sueur nauséeuse du racisme ambiant. Le N°176 d'Abba-Garde du 10 Août intitule dans une de ses pages " les descendants de colons colonisent toujours" et au bougre plumier de descendre très bas pour épigrammatiser sur les femmes et les tchadiens d'origine métisse. Je suis tout à fait d'accord si le faux-journaliste s'en tint à des reproches de ces personnes dans leur gestion de la République mais hélas l'antibalaka moderne, "pur sang africain sans mélange selon lui et pedigree tarés aux rythmes de sa pureté des gamètes qui l'ont conçu, dans son euphorie...
(Autre média 17/08/17)
Le président du Tchad, Idriss Deby Itno est actuellement, le président en exercice de la Communauté Économique et Monétaire des États de l’Afrique Centrale (CEMAC). Il vient a pris une décision importante pour la sous-région. Par ces fonctions, le président du Tchad fait preuve d’exemplarité en appliquant l’une des décisions prises par les chefs d’Etat de l’organisation sous-régionale, il y a plus de quatre ans. A savoir l’ouverture des frontières aux ressortissants de la communauté contrairement à ses pairs. Ainsi, les Camerounais, Gabonais, Congolais, Centrafricains et Equato-Guinéens peuvent se rendre au Tchad sans visa à condition d’avoir un passeport ou une carte nationale d’identité informatisée de son pays. Mais le gouvernement tchadien précise que les personnes n’ayant pas de visa...
(APA 17/08/17)
Depuis le double attentat-suicide qui a frappé N’Djamena, le 15 juin 2015, les dispositifs de sécurité se sont renforcés notamment au niveau des lieux publics notamment les hôtels fréquentés par les expatriés. Les entrées sont toujours filtrées à l’entrée des hôtels et les préposés à la sécurité veillent au grain. «Toutes les voitures sont filtrés. Les fouilles sont minutieuses. Aucune personne ne peut franchir le grand portail sans que tout métal ne soit détecté», explique Débaïbé Honoré, un vigile posté devant l’hôtel Novotel. Avec quatre de ses collègues, Débaïbé, ne laisse aucune voiture entrer sans être fouillé de fond en comble. Les piétons sont aussi fouillés à l’aide d’appareils détecteurs de métaux. Le même dispositif est observé dans presque tous...
(APA 17/08/17)
APA - Bamako (Mali) - La force conjointe de pays du G5 sahel (Burkina, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad), se met progressivement en place et les attentats terroristes survenus dimanche soir au Burkina, pourraient accélérer le processus, même si le financement nécessaire au fonctionnement de la force est loin d’être bouclé. Forte de 5000 hommes au départ, la force conjointe du G5 sahel devrait être prioritairement déployé dans zones frontalières des pays membres et dans le nord du Mali, particulièrement touché par les actes terroristes. Aujourd’hui, les préparatifs de la mise en place de la force conjointe avance et selon le ministre secrétaire général de la présidence, le président Ibrahim Boubacar se rendra d’ici la fin du mois d’août à...
(AFP 16/08/17)
Le Tchad a appelé à son tour la communauté internationale à "redoubler de vigilance et d'engagement" en Centrafrique, après les mises en garde d'un haut responsable des Nations unies sur des "signes avant-coureurs de génocide" dans le pays voisin. "Tout comme Monsieur Stephen O'Brien, le Tchad exprimé ses vives inquiétudes et estime qu'une telle perspective pourrait avoir des conséquences sécuritaires et humanitaires dramatiques pour toute la région et en particulier sur le Tchad qui abrite déjà des centaines de milliers de réfugiés, dont des Centrafricains", a déclaré le ministre des Affaires étrangères tchadien Hissein Brahim Taha dans un communiqué de presse reçu mercredi par l'AFP. Lundi 8 août, Stephen O'Brien, secrétaire général adjoint de l'ONU pour les Affaires humanitaires, a...
(RFI 16/08/17)
48 heures après les attaques terroristes qui ont endeuillé le Burkina Faso et le Mali, le conseil de sécurité de l'ONU a souligné mardi 15 Août l'urgence de déployer la force anti-terroriste du G5 Sahel dans les zones transfrontalières. L'ONU avait voté à l'unanimité une résolution le 21 juin dernier saluant l'initiative des cinq pays du Sahel (Burkina Faso, Niger, Tchad, Mauritanie, Mali). Mais si tout le monde s'accorde sur l'importance politique d'une telle force, les financements eux restent encore très insuffisants pour que le G5 Sahel devienne pleinement opérationnel.
(Le Monde 16/08/17)
Notre chroniqueur souligne la prédation des élites ouest-africaines et l’aveuglement – voire l’approbation – de la communauté internationale. Par Laurent Bigot (chroniqueur Le Monde Afrique) Lorsque les médias parlent du Sahel, c’est pour évoquer la menace terroriste sous toutes ses formes – une menace bien réelle, comme l’ont récemment montré l’attentat à Ouagadougou, le 13 août, ou les attaques contre les Nations unies au Mali, le lendemain. C’est également le cas pour les autorités françaises, qui communiquent abondamment sur le sujet afin de vanter et de justifier le déploiement de l’opération militaire « Barkhane » dans la bande sahélo-saharienne (BSS en langage militaire). Or le sujet central du Sahel n’est pas celui-là. Le terrorisme, ou plutôt la montée en puissance...
(Xinhua 16/08/17)
Le sous-secrétaire général des Nations Unies aux opérations de paix, El-Ghassim Wane, a appelé mardi le Conseil de sécurité à saisir l'occasion unique qu'offre la mise sur pied de la Force conjointe du G5 Sahel (Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad et Mauritanie) pour répondre aux défis de cette région africaine. A travers une approche régionale, cette force conjointe est en mesure d'apporter une contribution significative à la stabilisation du Sahel, en synergie avec d'autres initiatives, a-t-il affirmé lors d'une réunion du Conseil consacrée à la paix et à la sécurité en Afrique. Cette séance du Conseil intervenait à la suite de l'adoption, le 21 juin, d'une résolution par laquelle le Conseil disait "se féliciter du déploiement de la Force conjointe...
(APA 14/08/17)
Le ministre de l’Elevage et des Productions animales, Abdérahim Younous Ali, a été limogé du gouvernement tchadien, selon un décret lu samedi soir à la télévision nationale. Aucune explication officielle n’a été donnée à cette mesure mais selon des sources concordantes il est reproché à l’ex-ministre de ne s’être pas occupé du complexe industriel d’exploitation des ruminants à Djermaya (trentaine de kilomètres de N’Djamena) dont la construction est en chantier depuis des mois. Dans la journée de samedi, le chef de l’Etat tchadien, Idriss Déby, avait fait une visite inopinée sur le site du complexe industriel d’exploitation des ruminants à Djermaya et sur place il avait lui-même constaté le retard pris dans l’exécution des travaux. Lancés depuis septembre 2014 pour...
(APA 14/08/17)
Les résultats du baccalauréat tchadien session de juillet 2017, publiés samedi par l’Office national des examens et concours du supérieur (ONECS), font état de 15 364 admis d’office sur un total de 71 902 candidats, soit 21,37% de réussite. Par ailleurs, selon le directeur général de l’ONECS, professeur Bakary Abbo, qui communiquait les résultats, 17 127 candidats, soit 23,82%, sont admissibles et doivent composer pour la seconde session dans une semaine. Les résultats montrent également que les arabophones comptent le plus d’admis (G2A 91,67%), même s’ils sont moins nombreux que les francophones. Les admis d’office et les admissibles se recrutent plus dans les séries littéraires que celles scientifiques.
(RFI 14/08/17)
Le Tchad a annoncé, jeudi 10 août, sa décision de supprimer l'obligation de visas pour les ressortissants des Etats membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac). Joint par RFI, Hissein Brahim Taha, ministre tchadien des Affaires étrangères, souligne que son pays devient ainsi le premier à mettre en application une décision prise par les chefs de l’État de l'organisation régionale, il y a plus de quatre ans.
(Xinhua 14/08/17)
Le ministre tchadien de l'Elevage et des Productions animales, Abderahim Younous Ali, a été limogé du gouvernement, selon un décret présidentiel publié samedi soir à la radiotélévision publique. Abderahim Younous Ali est remplacé par le désormais ex-secrétaire d'Etat à la Santé publique, Mahamat Annadif Youssouf. Aucune raison n'a été donnée pour justifier ce limogeage qui intervient quelques heures après une visite inopinée du président Idriss Déby Itno sur le chantier du complexe industriel d'exploitation des ruminants de Djarmaya, à une soixantaine de kilomètres au nord de N'Djamena, capitale du Tchad. Les travaux de ce complexe moderne, qui devaient durer 18 mois, traînent depuis trois ans. Abderahim Younous Ali est le deuxième membre du gouvernement à être démis de ses fonctions,...
(AFP 12/08/17)
L'Afrique centrale continue de marcher à petit pas vers la libre-circulation avec l'accord du Tchad annoncé vendredi mais un nouveau refus de la Guinée équatoriale la veille. Le Tchad a accepté de supprimer le 8 août l'obligation de visa pour les ressortissants des pays de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (Cémac, Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon et Guinée équatoriale et Tchad), selon une note ministérielle parvenue à l'AFP vendredi. La veille, la Guinée équatoriale avait réitéré son refus, sauf pour les détenteurs de "passeports diplomatiques, officiels et de service (...) si le séjour a une durée de moins de trois mois". Les six membres de la Cémac étaient parvenus en 2013 à un accord sur la libre-circulation, en vigueur...
(Agence Ecofin 12/08/17)
La libre circulation des personnes en zone CEMAC vient de connaître un nouvel envol. En fait, depuis le 8 août 2017, les autorités tchadiennes ont informé la Commission de la CEMAC à Bangui, de l’ouverture des frontières du pays aux ressortissants de l’espace communautaire en séjour sur leur sol. «Les autorités tchadiennes instruisent les services d’emi-immigration et missions diplomatiques qu’en application des instructions des chefs d’Etat de la CEMAC, la libre circulation des ressortissants des six États membres de la Communauté est intégrale», apprend-on dans l’une des notes circulaires parvenues au secrétariat de la Commission à Bangui. A cet effet, poursuit la note, «tout ressortissant d’un Etat membre de la communauté, détenteur d’une pièce d’identité sécurisée (passeport ou carte d’identité)...

Pages