Dimanche 23 Juillet 2017
(RFI 03/07/17)
Au Mali, la force du G5 Sahel a été officiellement lancée dimanche 2 juillet. Les chefs d'Etat du Mali, du Tchad, de la Mauritanie, du Niger et du Burkina Faso étaient à Bamako tout comme le président français Emmanuel Macron qui s'est déplacé lui avec le président de l'Agence française de développement. Il a annoncé le déblocage de 200 millions d'euros d'aide au développement pour les pays du G5 qui seront étalés sur 5 ans. Emmanuel Macron et les présidents du G5 Sahel ont insisté sur la nécessité de combiner contre-terrorisme et aide au développement. « Il est indispensable de gagner la paix et cela se joue au plus près des populations ». La France va donc contribuer à hauteur...
(Agence Ecofin 03/07/17)
(Agence Ecofin) - En moins d’une semaine, le Tchad est devenu le troisième pays producteur de pétrole dans l’espace CEMAC à bénéficier d’un tel programme, après le Cameroun et le Gabon. Le premier a bénéficié d’un prêt de 666 millions de dollars et le second de 642 millions de dollars. Durement frappée par la chute des prix du pétrole dont elle dépend énormément, l’économie tchadienne va bénéficier d’un prêt de 312 millions $ du FMI, qui s’étendra sur les trois prochaines années. Cette facilité est destinée à stimuler les recettes publiques en soutenant le programme national de diversification de l’économie. Selon Reuters, 48,8 millions de dollars seront immédiatement débloqués mais aucune information n’a filtré concernant les prochains versements des comptes...
(Agence Ecofin 03/07/17)
(Agence Ecofin) - Le sommet extraordinaire des chefs d’Etat du « G5 Sahel » s’est tenu ce dimanche à Bamako au Mali avec la présence effective des Présidents nigérien, malien, tchadien, burkinabè, mauritanien et français. Cette rencontre est la toute première après la salutation de la mise en place de la force « G5 Sahel » par le Conseil de sécurité de l’Onu. L’occasion pour le Président malien Ibrahim Boubacar Keïta de déclarer que la force « G5 Sahel » aura pour mission de combattre le terrorisme ; le trafic de drogue et d’êtres humains; de faciliter les opérations humanitaires et d’aides aux populations ; de contribuer à la restauration de l’autorité de l’Etat et le retour des réfugiés. Le...
(Xinhua 03/07/17)
Les chefs d'Etat du G5 Sahel et de la France ont souligné "le lien intrinsèque" entre les actions de sécurité et de défense, les efforts politiques et les initiatives en faveur du développement, dans une déclaration adoptée à l'issue d'un sommet extraordinaire tenu ce dimanche à Bamako. Pour les chefs d'Etat du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanien, Niger, Tchad), le président de la République française, Emmanuel Macron, ces trois axes se soutiennent mutuellement et doivent donc progresser en parallèle. Conscients des liens indissociables entre sécurité et développement, ajoute le texte, les chefs d'Etat sont convenus de la nécessité d'assurer l'accompagnement des opérations militaires et sécuritaires par des actions économiques, sociales, culturelles, d'éducation et de dé-radicalisation pour attaquer les causes...
(Xinhua 03/07/17)
Invité d'honneur du sommet extraordinaire du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) à Bamako, le président français Emmanuel Macron, a annoncé ce dimanche un soutien logistique de la France à une force conjointe anti-terroriste dans la région. "La France apportera 70 véhicules tactiques et un appui opérationnel", a précisé Emmanuel Macron dans un discours prononcé à l'ouverture du sommet ce dimanche. "Sur le volet militaire, c'est un effort équivalant à plus de 8 millions d'euros que nous consacrons d'ici la fin de l'année" à la force conjointe, "une dynamique, un mouvement de fond que la France est fière d'accompagner", a ajouté le président Macron. "J'ai bon espoir que le 13 juillet prochain (date du Conseil franco-allemand à...
(Xinhua 03/07/17)
Réunis ce dimanche à Bamako (Mali), les chefs d'Etat du G5 Sahel et de la France se sont engagés à unir leurs efforts dans la lutte commune contre le terrorisme. Ce sommet extraordinaire du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad), qui enregistre la participation du président Emmanuel Macron de la France, marque le lancement officiel d'une force conjointe contre le terrorisme dans la bande sahélo-saharienne. Dans son discours d'ouverture, le président Ibrahim Boubacar Kéita du Mali a souligné que "la situation sécuritaire dans le Sahel est caractérisée par une sédimentation de la menace terroriste qui s'appuie sur des ramifications transfrontalières". Et cela à travers différents groupes "dotés d'importants moyens militaires, logistiques et financiers", entretenant entre eux des...
(AFP 02/07/17)
Les dirigeants du G5 Sahel, réunis en sommet dimanche à Bamako avec le président français Emmanuel Macron, sont convenus d'un budget de 423 millions d'euros pour la force conjointe régionale qu'ils veulent déployer contre les jihadistes, a annoncé le président malien Ibrahim Boubacar Keïta. "Chacun de nos Etats (Mali, Niger, Burkina Faso, Mauritanie, Tchad) va faire l'effort de 10 millions d'euros", a souligné M. Keïta lors d'une conférence de presse conjointe avec M. Macron. "La question du financement a pris la plus grande place, presque tout le temps" des discussions à huis clos, a-t-il relevé. "Le financement tel que nous l'avons évalué est de 423 millions d'euros"...
(AFP 02/07/17)
Le président français Emmanuel Macron a promis dimanche à Bamako une aide financière et militaire à la force du G5 Sahel mais a exhorté ces pays à en démontrer l'efficacité face aux jihadistes. La France apportera 70 véhicules tactiques et un appui opérationnel, a-t-il précisé à l'ouverture d'un sommet du G5 Sahel, dont il est invité d'honneur, aux côtés d'Ibrahim Boubacar Keïta (Mali), Idriss Déby Itno (Tchad) Mohamed Ould Abdelaziz (Mauritanie), Roch Marc Christian Kaboré (Burkina Faso) et Mahamadou Issoufou (Niger). "Sur le volet militaire, c'est un effort équivalent à plus de de 8 millions d'euros que nous consacrons d'ici la fin de l'année" à ce projet, qualifié d'"alliance pour le Sahel", a indiqué M. Macron, saluant "une dynamique, un...
(AFP 02/07/17)
Les chefs d'État de cinq pays du Sahel se réunissent dimanche à Bamako en présence du président français Emmanuel Macron pour concrétiser leur projet de force régionale contre les groupes jihadistes. Le dirigeant français est arrivé dans la nuit, rejoignant son homologue malien Ibrahim Boubacar Keïta, président en exercice du G5 Sahel, qui avait accueilli samedi ses pairs Idriss Déby Itno (Tchad) Mohamed Ould Abdelaziz (Mauritanie), Roch Marc Christian Kaboré (Burkina Faso) et Mahamadou Issoufou (Niger). Objectif: lutter ensemble contre les attaques jihadistes qui visent le Mali et gagnent les Etats voisins, en pouvant poursuivre leurs auteurs au-delà des frontières, avec un démarrage sur le terrain avant la fin de l'année. Dans un nouveau geste de défi aux dirigeants de...
(Jeune Afrique 01/07/17)
Les chefs d'États des pays du G5 Sahel se rencontrent dimanche 2 juillet à Bamako pour peaufiner les modalités de mise en place d'une force conjointe de 10 000 hommes pour combattre les groupes terroristes qui sévissent dans la région. Le ministre burkinabè des Affaires étrangères, Alpha Barry, revient pour JA sur les enjeux de ce sommet. Jeune Afrique : le G5 Sahel se réunit dimanche 2 juillet à Bamako. Quel est l’enjeu de cette rencontre qui intervient après la résolution du Conseil de Sécurité de Nations-Unies ? Alpha Barry : Ce sommet va se pencher sur l’accompagnement que la France pourrait apporter au G5 Sahel...
(APA 01/07/17)
APA NDjamena Tchad - Les participants au premier forum panafricain de la jeunesse, dont les travaux ont pris fin ce vendredi à N’Djaména, ont appelé les chefs d’Etat africains à rendre opérationnel d’ici janvier 2018 le fonds Africain pour le développement de la Jeunesse Cette décision avait été adoptée par les ministres Africains de la Jeunesse et le Conseil Exécutif de l’Union Africaine lors du Sommet de l’UA tenu à Kigali en juillet 2016. Les jeunes venus de 54 pays d’Afrique et de la diaspora, recommandent l'institutionnalisation juridique de l’Union Panafricaine de la Jeunesse (UPJ) en tant qu’Agence spécialisée de l'UA et qui regroupe toutes les structures officielles des jeunes des Etats membres Ils demandent aussi aux chefs d’état africains...
(AFP 30/06/17)
Le président français Emmanuel Macron assistera dimanche à Bamako au sommet du G5 Sahel, pour apporter le soutien de Paris à la force conjointe de ces cinq pays (Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso et Tchad) contre la menace jihadiste. Face à la dégradation de la situation dans le centre du Mali, limitrophe du Burkina Faso et du Niger, gagnés à leur tour par les violences jihadistes, ces cinq pays ont décidé lors d'un sommet en février, également dans la capitale malienne, de réactiver le projet de création de cette force.
(Le Figaro 30/06/17)
Le 6 février 2017 les cinq pays membres du G5 Sahel - Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad- ont pris la décision sans précédent de mettre en place une force conjointe capable d'intervenir à leurs frontières pour lutter contre le terrorisme et les trafics illicites de toutes sortes. La volonté de l'Union européenne d'apporter un soutien fort et concret à cette initiative, avec une contribution de 50 millions d'euros, est un message clair au continent africain et à toute la communauté internationale. Il s'agit également et surtout d'un message de détermination et d'unité destiné aux groupes terroristes et organisations criminelles de trafiquants. Ces dernières années, plusieurs groupes terroristes, réseaux criminels et trafiquants ont ravagé les villes, les trésors culturels,...
(APA 30/06/17)
Le chef de l’Etat centrafricain, M. Faustin-Archange Touadéra s’est démarqué du contenu du rapport des Nations unies accusant l’armée tchadienne d’avoir commis des exactions sur des populations centrafricaines entre 2003 et 2013. «Le rapport n’engage que ses auteurs », a dit le président Touadera, recu en audience, jeudi à Ndjamena, par le président tchadien Idriss Déby. Rappelant que le gouvernement centrafricain n’a été informé que 48h avant la publication du rapport, il a souligné que le Tchad a aidé son pays dans des ‘’moments difficiles’’ et la RCA n’oubliera pas cette ‘’inestimable contribution’’.
(Alwihda 30/06/17)
Le Président centrafricain Faustin-Archange Touadéra a effectué une visite de quelques heures à N'Djamena, où il s'est entretenu au Palais présidentiel avec son homologue tchadien Idriss Déby pendant 90 minutes. Le dirigeant centrafricain a réagi au rapport de la commission des droits de l'homme de l'ONU qui accuse notamment l'armée tchadienne d'avoir commis de nombreuses exactions en RCA. « Le rapport n’engage que ses auteurs, le gouvernement centrafricain a été informé 48 heures avant sa publication. Le Tchad a aidé mon pays dans des moments difficiles et nous n’oublions pas cette inestimable contribution», a déclaré le Chef de l’Etat centrafricain. "Le Tchad a aidé mon pays dans des moments difficiles et nous n’oublions pas cette inestimable contribution" Le 30 mai...
(RFI 30/06/17)
Au Tchad, le maire de Moundou, principale ville du Sud, Médard Laokein, a été destitué par le conseil municipal réuni en session extraordinaire, ce mercredi soir. Médard Laokein est une figure de l'opposition tchadienne. Il est arrivé 3eme lors de la dernière présidentielle. Son avocat dénonce une «décision illégale, résultat de manœuvres politiques». Ce sont des manœuvres politiques. Lui, il est le maire de l’opposition. Depuis toujours, on a cherché à lui mettre des bâtons dans les roues. Me Boniface Mouandilmadji, avocat de Médard Laokein. Lire sur: http://www.rfi.fr/afrique/20170630-tchad-le-maire-moundou-destitue
(Xinhua 30/06/17)
Au Tchad, les pouvoirs publics et la société civile misent sur la sensibilisation et la formation pour venir à bout des phénomènes qui minent l'épanouissement de la jeune fille: mariage précoce, mutilations génitales et sous-scolarisation. Depuis lundi, des dizaines de femmes, venues de différentes régions du pays, sont formées sur les techniques de communication interpersonnelle et sur les pratiques familiales qui favorisent la santé de la mère et de l'enfant, de la famille et de leur protection contre les maladies contagieuses. La formation est l'initiative de l'Union des associations féminines arabophones du Tchad (UAFAT). "Cet atelier de formation se justifie à plus d'un titre d'autant plus que certaines données statistiques sont déplorables et méritent une telle action. Près de 9...
(Xinhua 30/06/17)
Le gouvernement tchadien et l'Agence néerlandaise pour l'entreprise ont signé, mercredi à N'Djaména, une convention de don d'un million d'euros pour le financement des études pour la réhabilitation et l'extension des adductions d'eau potable de la capitale tchadienne. Ces études qui dureront un an, permettront d'élaborer un plan de projet complet pour la réhabilitation et l'extension du système d'eau potable dans la zone urbaine et périurbaine de N'Djaména à l'horizon 2021. "Les réformes structurelles de la Société tchadienne des eaux (STE) ont permis de convaincre les bailleurs à financer l'hydraulique urbaine auparavant désertée", a déclaré Siddick Abdelkérim Haggar, ministre tchadien de l'Eau et de l'Assainissement. La ville de N'Djaména n'est desservie actuellement qu'à hauteur de 30% et ce projet vise...
(Xinhua 30/06/17)
Le président tchadien Idriss Déby Itno a ouvert, jeudi dans la capitale de son pays, les travaux du premier Forum panafricain de la jeunesse placé sous le thème "tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse". Plus de 200 jeunes africains, venus des 55 Etats membres de l'Union africaine (UA) et de la diaspora, plancheront sur les problèmes du continent liés à la jeunesse, et tenteront d'y proposer des pistes de solutions. Les résultats des discussions seront inclus dans un rapport qui sera présenté par le président Déby Itno au prochain sommet de l'UA à Addis-Abeba (Ethiopie). "S'il est admis que le 21ème siècle est celui de l'Afrique, ce sont les jeunes qui vont écrire les pages...
(Le Monde 30/06/17)
Notre chroniqueur s’interroge sur la volonté de Paris de déléguer la difficile tâche de stabilisation de la zone sahélienne à des pays qui n’en ont vraiment pas les moyens. Par Thomas Hofnung (chroniqueur Le Monde Afrique) Les présidents passent et le dossier de la sécurité en Afrique reste en bonne place sur leur bureau à l’Elysée. Depuis le départ de Jacques Chirac, en 2007, ses successeurs ont affiché leur détermination à transmettre le témoin de la sécurité aux Africains le plus tôt possible… Sans résultat. Bien au contraire : après une ébauche de retrait, dans les années 1990, l’armée française est revenue en force sur le continent, principalement dans le Sahel, où plus de 4 000 hommes tentent d’endiguer la...

Pages