| Africatime
Mardi 25 Avril 2017
(Alwihda 27/05/13)
Les députés Gali Ngotté Gata, Routang Yoma Golong, le général Weiding Assoue et le colonel Amadou Ahidjo sont les quatre personnes qui viennent de bénéficier de cette remise en liberté provisoire. Au Tchad, deux députés et deux militaires ont été remis en liberté provisoire dans l'affaire de complot présumé visant à déstabiliser, selon les autorités, les institutions de la République. Les députés Gali Ngotté Gata, Routang Yoma Golong, le général Weiding Assoue et le colonel Amadou Ahidjo sont les quatre personnes qui viennent de bénéficier de cette remise en liberté provisoire. Une décision prise après des auditions sur le fond par le juge d'instruction en charge du dossier. Le 1er mai, le gouvernement tchadien avait affirmé avoir déjoué un complot...
(Tchadanthropus 27/05/13)
La défense du Président Hissein Habré porte à la connaissance de l’opinion publique africaine et internationale, qu’elle a saisi, le 23 Avril 2013, une nouvelle fois, la Cour de Justice de la CEDEAO en vue de faire constater la violation, par l’Etat du Sénégal, de ses droits humains. Faut-il ici rappeler que, dans son précédent Arrêt en date du 18 Novembre 2010, cette haute juridiction a déjà jugé que l’Etat du Sénégal devrait « se conformer au respect des Décisions rendues par ses Juridictions Nationales notamment au respect de l’autorité de la chose jugée. » ; dans le dispositif de la même décision, il a été ordonné « au Sénégal de respecter le principe absolu de non rétroactivité ». La...
(L'Express 25/05/13)
Les célébrations du Cinquantenaire de la naissance de l'OUA, ancêtre de l'UA, ont commencé ce samedi matin. C'est dans ce contexte qu'un réquisitoire anonyme étrille la gestion de la Sud-africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission. C'est un document qui ne circule que sous le boubou ou sous le costard et, dès lors, ne devrait pas perturber outre mesure le bel ordonnancement des célébrations, ce week-end, du 50e anniversaire de la création de l'Organisation de l'unité africaine (OUA), devenue depuis lors Union africaine (UA). Lire la suite sur: http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/du-rififi-dans-les-coulis...
( 25/05/13)
Le génie de notre peuple vient encore d’être magnifié, hors de nos frontières. Le président Idriss Déby Itno vient, en effet, de confier le marché de construction de la Cité internationale des affaires de Ndjamena à notre compatriote, Pierre Goudiaby Atépa. La livraison de ce mégaprojet qui va coûter 240 milliards de nos francs, est prévue pour fin 2015. C’est à la fin du mois d’avril dernier que le président tchadien avait instruit son Premier ministre de prendre toutes les dispositions pour le lancement rapide des activités de la Cité internationale des affaires. Le site devant abriter une gigantesque tour avait été trouvé, et il ne voulait pas traîner les pieds. La mise sur pied de ce centre d’affaires devait...
(Tchadanthropus 24/05/13)
L’internationale de la déportation, de l’enlèvement, de la traque des opposants et réfugiés politiques a été condamnée, de manière sélective, par les organisations, mouvements et coalitions politiques qui se positionnent pour proposer une alternative à Idriss Déby Itno. Ainsi, à bien comprendre leur prise de position, les personnes du régime de Hissein Habré ou plutôt, certaines personnes de ce régime pouvaient être purement et simplement liquidées par Idriss Déby. Au moins, sur ce point, ces organisations sont en totale phase avec Idriss Deby. La belle alternative ! Qu’on nous comprenne bien, nous n’avons pas la naïveté de croire, qu’il faille attendre des dirigeants et membres de ces chapelles politiques, une indignation même feinte à titre individuel; mais lorsqu’un régime pose...
(Alwihda 24/05/13)
Pourquoi le Tchad n'aurait-il pas le droit à une contrepartie financière ? Les élus de l'ancienne Métropole ne se gênent pas de salir allègrement l'image de notre pays (et notamment de notre président) alors qu'il n'a pas hésité une seconde à la soutenir dans la lutte contre le terrorisme et à la sauvegarde de ses intérêts majeurs dans la Région. (au Niger notamment avec le nucléaire) La Côte d'Ivoire a obtenu de la France il y a un an après que la paix soit revenue dans ce pays , une annulation de la dette à son égard d'un montant de "3,76 milliards d'euros" , soit deux fois les recettes budgétaires annuel du Tchad ! (Le contribuable français va être content)...
(Fasozine 24/05/13)
Le conseil de ministre du 22 mai, a adopté trois rapports portant sur l’ouverture d’une nouvelle ambassade au Tchad et de consulats au Maroc et en Espagne. C’est pour renforcer la coopération entre le Burkina Faso et le Tchad qu’une ambassade du Burkina sera ouverte à N’djamena. Selon le gouvernement burkinabè, l’initiative va fluidifier les relations sur les plans politique et économique des deux pays, liés depuis 2005 par un Accord cadre de coopération. En outre un Consulat honoraire du Burkina Faso sera ouvert à Berkane, au Royaume du Maroc. Noureddine Bachiri a été désigné en qualité de Consul honoraire à ce poste, avec pour circonscription consulaire la Wilaya d’Oujda. Le troisième rapport concerne l’ouverture d’un Consulat honoraire du Burkina...
(Tchadanthropus 24/05/13)
“L'ancien Président-Poète doit se retourner dans sa tombe devant l'association de son nom à celui d'un des dirigeants africains les plus incultes que l'Histoire politique du Continent ait produite“. Il est, décidément, des leçons qu'on n'est plus prompt à réciter qu'à mettre en application. S'exprimant à New York le 25 septembre 2012 à la 67ème session de l'Assemblée Générale des Nations Unies, le tout nouveau Président sénégalais disait « En Afrique et dans le reste du monde, le Sénégal salue et soutient l'avancée de la démocratie et des libertés fondamentales. Nous déplorons que certains, refusant l'évidence que le destin de l'homme est de vivre libre, n'offrent, en réponse aux aspirations légitimes de leur peuple, que la violence atroce contre des...
(Journal du Tchad 24/05/13)
La cérémonie officielle des obsèques du vice-président de l'Assemblée nationale du Tchad a eu lieu hier à la place de la nation De nombreuses personnalités tchadiennes et étrangères se sont réunies ce mercredi 22 mai sur la place de la Nation pour dire adieu à Idriss Ndélé Moussa Yayami. Le président Idriss Deby Itno, tous les membres du gouvernement, l'Assemblée Nationale au grand complet, des diplomates accrédités au Tchad, une trentaine de délégations étrangères, des proches du défunt, des centaines d'anonymes, ont tenu à accompagner l’ancien président du Parlement panafricain à sa dernière demeure. A titre posthume, Idriss Deby a élevé le défunt au rang de Grand officier de l’Ordre National du Tchad. De nombreuses personnalités se sont succédées à...
(RFI 23/05/13)
A Ndjamena avait lieu, mercredi 22 mai, le deuxième jour des auditions sur le fond par le juge d’instruction en charge du dossier de la tentative de déstabilisation des institutions de la République que les autorités disent avoir déjouée le 1er mai dernier. Les députés Routouang Yoma Golom, Gali Ngoté Gata, le général Weidding Assi Assoué et le colonel Ngaro Ahidjo bénéficient d’une liberté provisoire mais restent inculpés. Le rendez-vous des quatre personnalités avec le juge d’instruction s’est passé très vite et dans une ambiance détendue. Quatre auditions ont eu lieu en une journée alors que mardi, un seul prévenu, Moussa Mahamat Tao, a passé la journée au cabinet du juge d’instruction. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/afrique/20130523-conspiration-presumee-tchad-deputes-m...
(Alwihda 23/05/13)
Q – Concernant la vague récente d’arrestations, vous avez appelé au respect des droits de la défense et à la présomption d’innocence. Avez-vous le sentiment que la France a été entendue ? R – Nous avons marqué notre préoccupation en effet à la suite de ces arrestations d’opposants et de journalistes. C’est une position de principe et générale qui concerne, au-delà du Tchad, tous les pays : nous avons demandé le plein respect des droits de l’homme, des droits de la défense et de la présomption d’innocence. Q – Est-ce suffisant ? R – Suffisant, je ne sais pas, mais nécessaire en tout cas. Nous avons rappelé un certain nombre de principes essentiels qui trouvent à s’appliquer au Tchad comme...
(Dakaractu 23/05/13)
D’après des sources de bonne foi, une colossale somme de cinquante (50) milliards de nos francs a été débloquée de manière clandestine dans le trésor public tchadien. D’après les mêmes sources tenues très secrètes, la dite somme a été dérobée par la première dame (Hinda) en connivence avec le TPG (gendre de Deby). Actuellement, les cinquante (50) milliards FCFA ont été interceptés par les services secrets égyptiens dans un avion spécial sur l’aéroport de Caire. Les autorités égyptiennes ont été surprises du montant colossal de l’argent et n’ont pas su détecter la destination finale de cette somme. Par la même occasion, les autorités égyptiennes ont saisies l’Etat tchadien du trafic transfrontalier et illégal de la somme. Très surprit par la...
(Journal du Tchad 23/05/13)
Idriss Deby Itno a visité il y a quelques jours, la centrale de production de Réchauds Toumaï industrie à Diguel Ngabo dans le 8ème arrondissement de N’Djaména C’est très admiratif que le président de la république du Tchad, Idriss Deby est sorti de la visite des locaux de l’unité de production de réchauds à pétrole, qu’il a effectué le 17mai dernier. C’est extraordinaire. J’encourage les jeunes d’être créatifs. Je vais le soutenir pour lui permettre de s’installer. C’est une très belle idée, c’est une licence tchadienne, il faut la protéger, a déclaré le président. Il encourage alors les populations tchadiennes à consommer des produits locaux tels que ces réchauds à pétrole. Aussi, a-t-il décidé de passer une commande de 1000...
(Tchadanthropus 23/05/13)
Le Tchad a connu début mai une vague d’arrestation d’opposants accusés de fomenter un complot contre Idriss Déby. Le blogueur Makaila Nguebla a quant à lui été contraint, sous pressions tchadiennes, à quitter le Sénégal, où il était exilé. Pendant ce temps, les relations avec Paris sont au beau fixe. Nul ne saurait ternir la belle image d’un Tchad accouru aux côtés des Français pour « sauver le Mali ». Au téléphone, la voix de Makaila Nguebla est toujours aussi enthousiaste et déterminée. On a du mal à croire que ce jeune blogeur tchadien vient tout juste d’être expulsé du Sénégal, où il vivait depuis 2005 en exil (mais sans statut de réfugié), vers la Guinée Conakry, pays qu’il ne...
(RFI 22/05/13)
Au Tchad, les auditions des suspects présumés d'une tentative de déstabilisation, que les autorités disent avoir déjouée le 1er mai dernier, ont commencé ce mardi 21 mai. C’est le cerveau présumé de cette affaire qui a été entendu le premier. Moussa Mahamat Tao, tout de blanc vêtu, la tête couverte d’un chèche, est arrivé vers 9 heures ce mardi, en toute discrétion au bureau du juge. Le rendez-vous a été long. Plus de cinq heures pendant lesquelles le magistrat a essayé de le pousser à une explication de texte. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/afrique/20130521-destabilisation-tchad-cerveau-presume...
(Congo-Liberty 22/05/13)
L’observation des comportements du dictateur africain nous amène à faire un exercice psychologique c’est-à-dire essayer de se mettre dans sa tête afin de déceler ce qui l’empêche à agir normalement comme on attendrait de lui. Les dictateurs africains viennent généralement des couches pauvres de la population, peu éduqués et le plus souvent militaires de bas rang. À la différence des grands hommes qui militent pour un idéal et qui voient leur accession au pouvoir comme l’aboutissement des années de lutte et qui désormais ont la chance de réaliser leurs desseins et ambitions pour leurs peuples, les dictateurs africains accèdent au pouvoir grâce aux forces étrangères colonialistes. C’est ici qu’il faut dénoncer l’intelligence cynique de ces forces qui généralement portent leurs...
(Le Soleil 22/05/13)
Le Tchad a confié à l’architecte sénégalais, Pierre Goudiaby Atépa, la construction de la Cité internationale des affaires (Cia) de Ndjaména, d’un coût d’environ 240 milliards de FCfa. La pose de la première pierre a été effectuée le mardi dernier par le président tchadien, Idriss Déby Itno, annonce un communiqué de presse. La durée initiale d’achèvement du Cia qui était de trois ans, a été ramenée à deux ans, « probablement en raison de la tenue en 2015, dans la capitale tchadienne, du Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine ». « Ce projet, un des plus importants d’un ensemble de réalisations en cours, dénommées « Grands projets présidentiels », avait été présenté l’année dernière, début septembre,...
(Pressafrik 22/05/13)
Au Tchad, le collectif d'avocats qui défend les personnes inculpées dans le cadre de l'affaire de complot présumé a finalement été autorisé à rendre visite à ses clients. Depuis leurs inculpations, il y a près de 15 jours, ces personnes sont détenues aux renseignements généraux. Elles n'avaient accès ni à leur famille, ni à leurs conseils. Leurs avocats ont finalement pu s'entretenir près d'une heure avec eux lundi 20 mai. C'était l'un des points d'achoppement entre la défense et le ministère public : le placement des personnalités inculpées aux renseignements généraux plutôt qu'à la prison de Ndjamena. Le ministre de la Justice avait justifié cette décision par l'importance de ces personnalités et les mauvaises conditions de détention dont elles auraient...
(Journal du Tchad 22/05/13)
L’annonce a été faite par Alhaji Sanusi Abdullahi, Secrétaire exécutif de la Commission du Bassin du lac Tchad (LCBC) à Abudja au Nigéria. Le projet de transfert des eaux du lac Tchad qui vise à ramener ce fleuve à son niveau normal devrait démarrer en 2017, avec un apport hydraulique du Bassin du fleuve Congo. M. Alhaji Sanusi Abdullahi, Secrétaire exécutif de la Commission du Bassin du lac Tchad (LCBC), qui s’exprimait à Abuja a confié aux hommes des médias que la Commission avait élaboré un plan quinquennal d’investissement pour les gros travaux et pour l’actualisation du projet. Le projet cherche à travers l’apport d’eau en provenance du Bassin du fleuve Congo, à redonner à ce fleuve sa taille d’antan,...
(Le Parisien 22/05/13)
Le cinéma africain "a besoin" du festival de Cannes pour "banaliser" sa présence et lutter contre son "invisibilité" à l'étranger, a affirmé mercredi le cinéaste tchadien Mahamat-Saleh Haroun, en compétition officielle avec son film "Grigris", renvoyant aussi les cinéastes de son continent à leur "responsabilité". "Je pense que c'est important que l'Afrique soit présente à Cannes. Et il faut que l'on se batte pour faire des films importants, qui soient présents dans les grands rendez-vous cinématographiques. Le cinéma a besoin d'Afrique, et l'Afrique a besoin de ces rendez-vous importants comme Cannes. Il faut que notre présence soit vraiment banalisée", a indiqué le réalisateur. "J'estime que ces festivals là sont importants, parce que nos films sont déjà invisibles. Il n'y a...

Pages