Samedi 21 Avril 2018
(APA 05/03/18)
APA-N’Djamena (Tchad)- Le Tchad sera sous une forte chaleur en 2018, a annoncé lundi, la météorologie nationale. «Le froid censé durer pendant tout le mois de février, a subitement laissé place à la chaleur. Les journées sont de plus en plus chaudes et le phénomène risque de durer encore plus», a indiqué le directeur général de la Météorologie nationale, Mbaïtoubam Elie. Il a expliqué cette situation par le retrait du noyau des anticyclones des Açores et de Libye du Tibesti (extrême nord du Tchad) vers leurs positions initiales au Maroc, dans l’océan Atlantique nord, et au dessus de la Libye, qui installe déjà des augmentations progressives de la température dans le pays, de Bardaï (nord) vers le Sud. «La déportation...
(AFP 02/03/18)
Les syndicats tchadiens ont été reçus jeudi par le président Idriss Déby Itno, alors que le secteur public achève sa cinquième semaine de grève consécutive, a-t-on appris de sources syndicales. M. Déby "nous demande de renouer le dialogue pour mettre un terme à la grève qui paralyse les secteurs vitaux, à savoir l'éducation nationale et la santé", a indiqué une source syndicale membre de la Confédération libre des travailleurs tchadiens (CLTT, réputée proche du pouvoir). Le président a indiqué que "les mesures d'austérité ont été prises en conformité avec les bailleurs de fonds", a expliqué à l'AFP la source de la CLTT. En janvier, l'Etat avait acté une coupe dans les salaires des fonctionnaires, enclenchant un important mouvement de grogne...
(La Tribune 02/03/18)
La capitale fédérale nigériane accueille depuis le 28 février et jusqu'au 1er mars une conférence internationale de haut niveau sur le Lac Tchad. Au cœur de cette rencontre, la mobilisation de la communauté internationale et principalement les bailleurs de fonds pour sauver le lac de l’assèchement et lui donner une seconde vie, avec l'objectif de lever une enveloppe de 50 milliards de dollars. Pour les pays riverains, c’est un défi stratégique au regard des enjeux socioéconomiques et sécuritaires qui caractérisent cette sous-région du Continent. C'est encore une nouvelle déclaration d'intention et des annonces solennelles, mais cette fois, les chefs d'Etat et de gouvernement des pays riverains du Lac Tchad veulent y croire. C'est en tout cas ce qui est ressorti...
(APA 02/03/18)
APA-Libreville (Gabon) - Le Sommet des chefs d’Etats membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) sur la sécurité et la paix dans la sous-région, initialement prévu les 5 et 6 mars à Libreville, a été reporté à une date ultérieure, a appris APA auprès de l’institution régionale. Ce report est annoncé alors que se tient depuis mercredi, la 19-ème session ordinaire de la commission de défense et de sécurité(CDS) du COPAX dans la capitale gabonaise. Les chefs d’Etat-major généraux, les commandants en chef de gendarmerie et de police, les hauts responsables des ministères des Affaires étrangères et des relations extérieures et les hauts responsables de la CEEAC ont planché sur le rapport de leurs travaux démarrés...
(AFP 01/03/18)
Le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé à Nouakchott une contribution de la Turquie de 5 millions de dollars pour financer la force militaire constituée par cinq pays africains pour lutter contre les groupes jihadistes actifs au Sahel. "La Turquie fait partie des pays qui comprennent le plus les dangers auxquels sont confrontés les pays du Sahel. Nous avons donc décidé de consentir une aide financière de 5 millions de dollars (4 millions d'euros) pour appuyer la force conjointe du G5 Sahel", a déclaré M. Erdogan dans la nuit de mercredi à jeudi, peu avant de quitter la Mauritanie pour le Sénégal, troisième étape d'une tournée en Afrique du Nord et de l'Ouest. "Comme vous le savez, les pays du...
(MondAfrique 01/03/18)
L’assèchement du lac Tchad est d’actualité. Est-ce une nouvelle manipulation de l’opinion publique pour détourner des milliards de dollars et conforter les autocrates de la région sur fond de changement climatique? Une conférence internationale sur l’avenir du Lac Tchad se tient du 26 au 28 février 2018 à Abuja, la capitale du Nigeria. Les chefs de gouvernement des quatre pays riverains ( Cameroun, Niger, Nigeria et Tchad), des personnalités politiques de pays voisins, Centrafrique, Libye, de nombreux représentants d’Organisations internationales vont échanger sur les conséquences sociopolitiques de l’assèchement du Lac Tchad et envisager des solutions pour redonner vie au lac qui concerne plusieurs dizaines de millions d’habitants. Un espace de non-droit, devenu invivable Il va de soi que la disparition...
(RFI 01/03/18)
La conférence pour le lac Tchad s'est achevée le 28 février à Abuja, au Nigeria. Le président-hôte Muhammadu Buhari et les chefs d'États de la commission du bassin du lac Tchad étaient réunis pour l'occasion. Ces trois jours de débats entre chercheurs, ingénieurs et responsables politiques s'achèvent par la signature de la déclaration d'Abuja censée incarner une feuille de route pour la suite. Le mot d'ordre de la fin de la conférence d'Abuja est : « passer à l'action ». Les élites politiques au chevet du lac Tchad ont réaffirmé leur volonté de concrétiser un plan de sauvetage. « Il est temps de franchir le cap des intentions », a martelé le président tchadien Idriss Déby. Même discours du côté...
(Jeune Afrique 01/03/18)
Une conférence internationale sur la sauvegarde du lac Tchad s'est achevée mercredi à Abuja, au Nigeria. Les discussions sur l'avenir de ce bassin menacé par l'insécurité et la sécheresse, ont été marquées par la relance du projet controversé de remplissage du lac par transfert des eaux du bassin du Congo. Une entreprise colossale, envisagée de longue date, mais qui divise. Le projet intrigue autant qu’il fascine. Abuja accueillait, du 26 au 28 février, une conférence consacrée à la préservation du lac Tchad. Réunis autour d’experts scientifiques, les présidents des quatre pays frontaliers (Nigeria, Niger, Tchad et Cameroun) devaient échanger sur de potentielles solutions pour stopper l’assèchement du bassin, également menacé par l’insurrection des jihadistes de Boko Haram. Ces discussions ont...
(APA 28/02/18)
APA - NDjamena (Tchad) - Une trentaine d’agents des banques commerciales du Tchad sont conviés ce mardi, à une formation sur la bancarisation des recettes de l’Etat. La formation porte sur les nouvelles méthodes de perception des recettes des douanes, des impôts, des domaines et des recettes administratives. Les participants vont échanger avec les techniciens du ministère des finances et du budget sur des stratégies en vue d’éviter la déperdition et la dilapidation des recettes de l’Etat.
(AFP 28/02/18)
Eviter la disparition du Lac Tchad: l'urgence est bien réelle, et pour y faire face, des experts réunis à son chevet ont exhumé Transaqua, un mégaprojet imaginé dans les années 80 et controversé, qui consiste à remplir l'immense oasis asséchée. L'idée, particulièrement ambitieuse, est de creuser un canal de 2.600 km depuis la République démocratique du Congo (RDC), puis à travers la Centrafrique, jusqu'au lac d'eau douce. Transaqua a été ces trois derniers jours au coeur d'une conférence organisée par le gouvernement nigérian et l'Unesco, qui a réuni des dizaines d'experts et diplomates à Abuja. Le lac Tchad - à cheval sur le Cameroun, le Niger, le Nigeria et le Tchad - est depuis quelques années synonyme de Boko Haram,...
(RFI 28/02/18)
La conférence pour le lac Tchad bat son plein à Abuja, la capitale du Nigeria. Depuis lundi 26 février, l'avenir de cet espace sahélien, menacé par la sécheresse et l'insécurité, est entre les mains des experts scientifiques, ingénieurs et décideurs politiques. Lors du deuxième jour de conférence, ce mardi, une dynamique s'est créée autour du projet de transfert des eaux du bassin du Congo vers le lac Tchad. Trop ambitieux, trop risqué, trop coûteux ? Les raisons de s'y opposer ne manquent pas, mais le projet de remplir le lac Tchad est bel est bien de retour. Mardi 27 février à Abuja, au Nigeria, la titanesque ambition de transférer les eaux du bassin du Congo était sur toutes les lèvres,...
(AFP 26/02/18)
Les fonctionnaires tchadiens ont entamé lundi une cinquième semaine consécutive de grève pour obtenir le rétablissement du versement intégral de leurs salaires, a constaté l'AFP. L'administration tournait lundi au ralenti et les établissements scolaires comme administratifs étaient fermés, a constaté un correspondant de l'AFP. Vendredi, le Premier ministre tchadien Albert Pahimi Padacké a affirmé que, selon la loi tchadienne, les centrales syndicales ne peuvent lancer un mot d'ordre de grève de plus de 3 jours par mois. Selon le texte de loi, "après trois jours de grève les centrales syndicales sont tenues de payer les jours" non travaillés des grévistes.
(AFP 26/02/18)
Les poursuites judiciaires au Tchad contre le directeur de publication d'un journal arrêté jeudi, et le militant d'un mouvement citoyen arrêté le 19 février, ont été abandonnées lundi par le procureur de la République, selon leurs avocats. Alain Kemba Didah, membre du mouvement citoyen Iyina (On est fatigués), "a été libéré pour infraction non constituée", a déclaré à l'AFP l'un de ses avocats, Me Kindjaou Gai. M. Didah avait été arrêté lundi à N'Djamena alors qu'il s'apprêtait à brûler un tas de pneus avec une bouteille d'essence, selon le porte-parole de la police, Paul Manga. Vendredi, il avait été libéré provisoirement pour raisons de santé. "Il a subi des tortures, il a les pieds enflés", avait affirmé à l'AFP un...
(RFI 26/02/18)
Au Tchad, les travailleurs du secteur public entrent dans une cinquième semaine de grève. Cela fait un mois que les travailleurs du secteur public ont arrêté de travailler pour protester contre les coupes de salaires dans le cadre des mesures d'austérité prises par le gouvernement. Vendredi au cours d'un point de presse, le Premier ministre a annoncé que le gouvernement va couper les salaires des grévistes en application de la règlementation en cours et leur a rappelé tout de même qu'il fait des efforts pour répondre ...
(Le Monde 26/02/18)
Blanche et un peu rouillée, elle se dresse héroïquement dans le sable comme une ultime relique. A Bol, la seule échelle de crue du lac Tchad est à la fois un objet de fierté et de désolation pour les techniciens de la Sodelac (Société de développement du lac Tchad), l’organisme public chargé de la mise en valeur agricole des rives tchadiennes. « Il n’y a pas si longtemps, nous en avions deux autres mais les hippopotames ont tout cassé », raconte Kabdana Abougteou, le chef des services des études, en regardant le bout de métal auquel il lui faut désormais se fier. « Ce n’est pas facile pour avoir des données mais on s’arrange avec nos limites. » Lire aussi...
(Xinhua 26/02/18)
Pour sortir de la crise socio-économique résultant de la chute des prix du pétrole depuis 2014, le gouvernement tchadien a lancé une série d'actions économiques, visant à la rationalisation des dépenses et des recettes et à la diversification de l'économie nationale. Pour réduire le train de vie de l'Etat, le gouvernement a accru les efforts de prohibition des dépenses non prioritaires, en privilégiant l'affectation des ressources aux urgences identifiées comme incompressibles. Il a également procédé à une restructuration rationnelle des structures et organes pour plus d'économie, de cohérence et d'efficacité. La réduction de la taille du gouvernement et la suppression des postes de secrétaires généraux et la réduction à un seul poste de directeur général dans chaque ministère relèvent de...
(AFP 26/02/18)
Une conférence pour le lac Tchad, organisée sur trois jours par le gouvernement nigérian et l'Unesco, s'est ouverte lundi à Abuja dans le but de lancer un projet de préservation de cette région dévastée par le changement climatique et les conflits. De nombreux représentants des quatre pays qui bordent le lac (Cameroun, Tchad, Niger et Nigeria), ainsi que de Centrafrique, sont attendus pour discuter de solutions pour "revitaliser l'écosystème du bassin pour un subsistance durable, la sécurité et le développement", selon le communiqué de présnetation de l'Unesco. Le changement climatique, aggravé par une très mauvaise gestion des ressources hydrauliques au fil des ans, a conduit à la disparition de 90% de la surface du lac en 40 ans. Les Nations...
(Jeune Afrique 26/02/18)
Pour sortir du franc CFA, le fondateur de CGF Bourse et de CGF Gestion Gabriel Fal propose la création d'un Fonds monétaire africain, dont le rôle serait de garantir les parités des différentes monnaies membres, de mutualiser les réserves de change et de contrôler strictement l'inflation. Il me semble évident que les pourfendeurs et les défenseurs du franc CFA ne s’entendront jamais. Pourquoi ? Tout simplement parce que les premiers sont persuadés que la légitimité de leur démarche, vue comme une quête de souveraineté, ne peut qu’être victorieuse et constructive. Les pro-CFA, eux, se fondent sur les statistiques mondiales et les expériences diverses et variées vécues sur l’ensemble des continents pour dire que, dans les réformes monétaires, il y a eu...
(AFP 24/02/18)
Un militant de la société civile a été remis en liberté vendredi pour des raisons de santé, mais devrait revenir lundi au commissariat où il était détenu cinq jours, a appris l'AFP de source judiciaire. "J'ai obtenu du Procureur qu'il le sorte et l'amène se faire soigner avant de le ramener lundi" a indiqué à l'AFP Me Midaye Guerimdaye, l'avocat de M. Alain Kemba Didah, porte-parole du mouvement citoyen tchadien Iyina, qui appelle à manifester depuis fin janvier contre la mauvaise gouvernance au Tchad. "Il a subi des tortures, il a des pieds enflés", explique l'avocat. "C'est une méthode de torture bien connue. On attache la victime et on frappe la plante de ses pieds avec un bâton ou câble...
(Jeune Afrique 24/02/18)
La justice tchadienne a accordé vendredi la liberté provisoire à Alain Didah Kemba, qui avait été arrêté lundi 19 février dans les rues de N’Djamena. Cet activiste affirme avoir été torturé lors de sa détention, rapporte Amnesty International. « Alain Didah Kemba vient d’être libéré, affirme à Jeune Afrique la chercheuse Balkissa Ide Siddo, membre de l’ONG Amnesty International. Le procureur a décidé sa libération provisoire, en constatant son état de santé très faible – il avait même entamé hier [jeudi 22 février] une grève de la faim. » Porte-parole du mouvement citoyen « Iyina » (« On est fatigué » en arabe dialectal), Alain Didah Kemba avait été interpellé lundi, à N’Djamena. Détenu depuis au commissariat central de la...

Pages