Dimanche 19 Novembre 2017
(APA 02/11/17)
APA – Douala (Cameroun) - La Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC) va débloquer 1,7 milliard de francs CFA pour accompagner l’intégration communautaire, ont décidé les chefs d’Etat de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) au terme de leur sommet extraordinaire, tenu mardi à Ndjamena, au Tchad. « Passant à l'examen des points inscrits à son ordre du jour, la Conférence a pris acte de la décision d'ouverture intégrale de leurs frontières, prise par les Etats membres en application de l'Acte additionnel N°01/13/CEMAC-070 UCCE-SE du 25 Juin 2013 portant suppression des visas pour tous les ressortissants de la CEMAC circulant dans l'espace communautaire », précise le communiqué final. D’où le satisfécit des dirigeants de...
(Jeune Afrique 02/11/17)
La quatrième édition du festival international « N'Djam s'enflamme en slam » réussit, avec peu de moyens, à créer un moment politique fort dans la capitale. Sur la scène mise à disposition par l’Institut français du Tchad, un drôle de groupe lance quelques notes hésitantes. Le bassiste ? Il s’occupe aussi de la logistique du festival. La saxophoniste est une amie hollandaise réquisitionnée pour l’occasion. Et la pianiste, une slameuse qui connaît les bases du clavier. Tandis que la formation bricolée s’ébroue, Croquemort déboule. Derrière le pseudonyme macabre se dissimule Didier Lalaye, un grand gaillard de 33 ans devenu une célébrité à N’Djaména, où il ne peut faire 100 mètres sans être salué d’un « Salut, Croque ! C’est comment...
(Agence Ecofin 02/11/17)
Au sortir du sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Cemac (Cameroun, Congo, Gabon, Tchad, RCA et Guinée équatoriale), qui s’est achevé le 31 octobre 2017, à Ndjamena, la capitale tchadienne, la décision a été prise de passer l’éponge sur une partie importante des arriérés accumulés par les Etats membres, au titre de la mise à disposition de la taxe communautaire d’intégration (TCI), mécanisme autonome de financement de la communauté. «Abordant la question du financement de la Communauté et au regard du niveau des arriérés accumulés par les Etats membres au titre de la Taxe communautaire d’intégration, la conférence a décidé d’annuler la masse d’arriérés à hauteur de 90%, afin de partir sur des bases nouvelles. Elle a invité les...
(Agence Ecofin 02/11/17)
Exit le Congolais Pierre Moussa à la tête de la Commission de la Cemac et l’Equato-guinéen Rafael Ntung Nsue à la Commission de surveillance du marché financier sous-régional. Ces deux hommes ont été remplacés à l’issue du sommet des chefs d’Etat de N’djamena respectivement par le Gabonais Daniel Ona Ondo (photo), ancien Premier ministre gabonais, et par le Tchadien Nagoum Yamassoum. Ces deux hommes vont conduire deux importants chantiers communautaires à savoir les réformes au niveau de la Commission s’agissant de l’accélération de l’intégration régionale et le transfert à Douala au Cameroun, des bureaux de la Bourse des valeurs mobilières d’Afrique centrale. Mais dans le détail, le nouveau président de la Commission de la Cemac, qui aura comme adjoint la...
(AFP 01/11/17)
Soutenue sur le terrain par la France, la nouvelle force anti-jihadiste G5 Sahel a lancé mercredi ses opérations aux confins du Mali, du Burkina Faso et du Niger, une zone très instable devenue un foyer pour les groupes extrémistes. Le président français Emmanuel Macron avait estimé mardi que le succès de cette force, composée de soldats du Mali, Niger, Mauritanie, Burkina Faso et Tchad, était une "obligation collective" dans la lutte contre le terrorisme au Sahel, vaste région située au sud du Sahara. "Le déploiement des Maliens, des Nigériens et des Burkinabé de la force G5 Sahel a débuté ce matin", a déclaré mercredi à l'AFP le lieutenant-colonel français Marc-Antoine depuis une base avancée française dans la région aride d'In-Tillit,...
(AFP 01/11/17)
Le président Emmanuel Macron a estimé mardi que "le succès de la force conjointe est une obligation collective" dans la lutte contre le terrorisme au Sahel, après une rencontre à l’Elysée avec le président malien Ibrahim Boubakar Keita. Le président français a estimé que le lancement "ces jours-ci" des "premières opérations dans la zone des trois frontières" montraient que les délais fixés au sommet du G5 Sahel (Mali, Niger, Mauritanie, Burkina Faso et Tchad) début juillet à Bamako étaient tenus. Au-delà, il s’est félicité de "quelques avancées symboliques notables depuis les combats cet été", dans le processus de paix au Mali. "Il est indispensable que l’on continue l’indispensable travail justement de lutte et de sanctions contre toutes celles et ceux...
(La Tribune 31/10/17)
Entre 2009 et ce jour, le montant cumulé des arriérés de cotisations des six pays membres de la Communauté économique et monétaire des Etats de l'Afrique centrale s'élève à plus de 200 milliards de francs CFA, soit plus de 350 millions de dollars, a annoncé le ministre tchadien de l'économie et de la planification du développement, Nguéto Tiraïna Yambaye. Le montant cumulé des arriérés de cotisation des six pays membres de la Communauté économique et monétaire des Etats de l'Afrique centrale (CEMAC), Cameroun, le Congo Brazzaville, le Gabon, la Guinée équatoriale, la République centrafricaine et le Tchad...
(APA 31/10/17)
APA-N’Djamèna (Tchad) - Le président tchadien, Idriss Déby Itno, a plaidé mardi à N’Djamèna pour ‘’une Communauté des Etats et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) forte et audacieuse’’ dont l’avènement, a-t-il souligné, ne pourra se faire que dans le cadre d’une levée des barrières douanières et économiques. ‘’Les populations attendent de nous des actes forts’’ et il urge de renforcer la politique d’intégration grâce surtout à l’accélération de la mise en place des passeports numérisés et de l’identification des postes de contrôle à travers Interpol, a indiqué Idriss Déby, en ouvrant le 31ème sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEMAC.
(APA 31/10/17)
APA NDjamena (Tchad) - Le sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de la communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC 6 Etats membres), s’est ouvert ce mardi, dans la capitale tchadienne, N’Djaména, autour du président en exercice de l’institution, le Tchadien Idriss Déby Itno. Les chefs d’Etat du Cameroun, Paul Biya, de la République Centrafricaine, Archange Faustin Touadéra, l’Equato-guinéen, Théodoro Obiang Nguema, le Premier ministre du Congo Brazzaville, M. Clément Mouamba et son homologue du Gabon, M. Emmanuel Ngondet Isosset assistent à ce conclave. Les six chefs d’Etat et de gouvernements, planchent sur le thème «Intégration accélérée pour une CEMAC émergente». Mais, le terrain a été déjà balisé par le conseil des ministres tenu dimanche qui a...
(Le Monde 31/10/17)
Washington a annoncé une aide de 51 millions d’euros aux pays de cette force africaine antiterroriste, mais s’oppose toujours à un soutien accru de l’ONU comme le souhaitait Paris. Sur le fond, la force conjointe dite « G5 Sahel » bénéficie d’un soutien unanime. Mais des divergences subsistent sur la forme que doit prendre cet appui. Washington a promis, lundi 30 octobre, une aide financière qui pourra atteindre jusqu’à 51 millions d’euros aux pays qui composent cette force (Mali, Mauritanie, Burkina Faso, Niger et Tchad).
(Xinhua 31/10/17)
Le président camerounais, Paul Biya, se rend lundi à N'Djamena au Tchad où il prendra part à un sommet extraordinaire de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) portant sur la libre circulation et des questions économiques et financières dans un contexte de crise dans cette région. Le dirigeant camerounais avait reçu une invitation de son homologue tchadien, Idriss Déby Itno, président en exercice de la CEMAC, à participer à ce sommet la semaine dernière. Cette invitation lui avait été portée par le ministre tchadien de la Production, de l'Irrigation et des Équipements agricoles. Le sommet programmé mardi est consacré à une évaluation des mesures visant à rendre effective la libre circulation des personnes et des biens au...
(RFI 31/10/17)
La France avait fait du G5 Sahel le dossier clé de sa présidence du conseil de sécurité mais elle n'a toujours pas réussi à faire plier son allié américain. Lors d'une réunion lundi 30 octobre consacrée à un soutien de l'ONU à cette force antiterroriste africaine, Washington a préféré annoncer une aide bilatérale conséquente de 60 millions de dollars. Mais les Etats-Unis refusent toujours d'accéder à la demande du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, des cinq pays du Sahel, de la France et d'une majorité du Conseil de sécurité d'autoriser un soutien de l'ONU. Paris estime cependant qu'il y a eu une inflexion dans la position américaine. Sur le fond, l'inflexion est notable. Washington menaçait de mettre son veto...
(RFI 31/10/17)
Les économies africaines sont trop dépendantes des cours des produits de base et les économies ne sont pas assez diversifiées. Le constat n'est pas nouveau, mais la Banque africaine de développement (BAD) le répète constamment. Un message qui commence à passer. Ainsi le Tchad qui sort à peine d'une grave crise des cours du pétrole tente de diversifier son économie. A cet égard, le pays mise sur son nouveau ministre de la Culture, le cinéaste Mahamat Saleh Haroun, et le développement d'une industrie culturelle. Comment éviter la répétition de phases successives de croissance et de récession en Afrique ? La BAD recommande aux pays du continent de procéder d’urgence à la diversification et à la transformation structurelle de leurs économies...
(Agence Ecofin 31/10/17)
Entre Glencore et le Tchad, plus rien ne va. Trois sources gouvernementales ont confié à Reuters que l’exécutif prévoit de retirer au négociant suisse ses droits d’exportation du brut extrait dans le pays pour les attribuer à l’Américain ExxonMobil. La décision qui devrait être mise en application dès janvier 2018, trouve son origine dans un différend sur la restructuration de la dette tchadienne envers Glencore. En effet, l’entreprise suisse a prêté 1,4 milliard de dollars au Tchad et en échange ce dernier lui a offert les droits d’exportation sur son pétrole. Mais, en raison des difficultés économiques que rencontre le pays et des pressions du FMI, le Tchad veut renégocier sa lourde dette commerciale avec ses différents créanciers. Donc, il...
(AFP 31/10/17)
Soutenue notamment par la France, la nouvelle force anti-jihadiste G5 Sahel, formée de soldats de cinq pays de la région (Mali, Niger, Mauritanie, Burkina Faso et Tchad), manque encore d'un financement et d'un mandat clairs, objets d'une réunion lundi du Conseil de sécurité de l'ONU. Voici ce que l'ont sait jusqu'à présent de cette force qui doit lancer sa première opération dans les tous prochains jours: - Composition et fonctionnement - La force conjointe doit atteindre d'ici mars 2018 sa pleine capacité de 5.000 hommes, répartis en sept bataillons: deux pour le Mali et le Niger, et un pour le Tchad, le Burkina Faso et la Mauritanie. Les soldats ne se mélangeront pas, à part pour quelques officiers de liaison...
(Xinhua 31/10/17)
Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a débuté lundi une visite officielle de deux jours en Afrique du Sud, pour discuter de questions comprenant la Zone de libre-échange continentale (ZLEC). Le président doit s'entretenir en personne avec le président sud-africain Jacob Zuma, ainsi que la ministre des Relations et de la Coopération internationale, Maïté Nkoana-Mashabane, et deux autres hauts responsable du gouvernement, selon un communiqué publié lundi par le bloc panafricain. Les discussions porteront sur les efforts pour régler certains des conflits et situations de crise du continent, ainsi que sur les projets d'intégration économique et de développement, parmi lesquels figure notamment la Zone de libre-échange continentale, le marché aérien commun, et l'Institut panafricain...
(Jeune Afrique 31/10/17)
Dans son dernier rapport sur les perspectives régionales de l'économie de l'Afrique subsaharienne, le Fonds monétaire international confirme la reprise économique dans la zone, mais s'inquiète de voir dans certains pays le revenu par habitant se dégrader et l'endettement augmenter. C’est un tableau en demi-teinte que dresse le Fonds monétaire international (FMI) de l’économie de l’Afrique subsaharienne en cette fin d’année. Dans ses Perspectives régionales intitulées « Ajustement budgétaire et diversification économique » publiées le 30 octobre, le Fonds confirme que la zone est en cours de rétablissement. Son taux de croissance annuel se raffermit de 1,4% en 2016, à 2,6% en 2017 et à 3,4% en 2018. Si l’on exclut les deux géants malades que sont le Nigeria et...
(La Tribune 31/10/17)
Les américains font désormais partis des alliés de la France qui soutiennent financièrement le G5 Sahel. Jean Yves Le Drian, lui qui connait bien les rouages de la diplomatie, a pu convaincre Washington de mettre la main à la poche afin d’apporter son soutien à la force régionale. Mais la victoire semble amer car les américains n’ont pas encore précisé la nature de leur aide. Pari réussi ou presque pour la France à Washington. La mission qui paraissait impossible a été partiellement accomplie. Les États-Unis se sont engagés, lundi 30 octobre, à apporter jusqu'à 60 millions de dollars d'aide au G5 Sahel, force conjointe de lutte contre le terrorisme. Une victoire à mettre au crédit de la France et notamment...
(AFP 30/10/17)
Les Etats-Unis se sont engagés lundi à apporter jusqu'à 60 millions de dollars à la force antijhadiste pour le Sahel, a annoncé le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson. La France dirige lundi une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU pour tenter de consolider l'aide à ce G5 Sahel, une force conjointe formée de soldats du Mali, du Niger, du Tchad, du Burkina Faso et de Mauritanie. "Pour vaincre le terrorisme, il faut s'assurer que les organisations terroristes ne bénéficient d'aucun refuge sur aucun continent", estime Rex Tillerson dans un communiqué. "Dans cette optique, sous réserve de l'issue des consulations avec le Congrès, les Etats-Unis s'engagent aujourd'hui à soutenir pour un montant pouvant atteindre 60 millions de dollars les efforts...
(La Tribune 30/10/17)
Après avoir attendu très longtemps, le Tchad vient de lancer les travaux de développement intégré du champ pétrolier et gazier de Sédigui, dans la région du Lac Tchad. La livraison du projet qui inclut des équipements de raffinage, est prévue dans un an. Détails. C'est un vieux rêve de plus de 40 ans qui prend forme. Le président tchadien Idriss Deby Itno a procédé ce samedi 28 octobre 2017, à la pose de la première pierre pour la construction d'un nouveau complexe pétrolier et gazier à Sedigui, dans la région de Kanem située à 350 km au Nord-ouest de N'Djaména, la capitale du Tchad. « Lorsque le pétrole de Sédigui a été découvert, beaucoup de vous ici présents, ne sont...

Pages