Vendredi 22 Septembre 2017
(AFP 15/09/17)
La force antijihadiste du G5 Sahel, en voie de formation, "prouvera son efficacité dans un futur proche", a affirmé jeudi le président malien Ibrahim Boubacar Keïta en visite à Ouagadougou. "Nous avons compris que notre défense et notre sécurité ont des prérogatives et des devoirs qui nous incombent en tout premier chef. Dès lors, il fallait trouver le système et il est trouvé. Il est cohérent, il est pertinent et il prouvera son efficacité dans un futur proche", a déclaré M. Keita, en compagnie du président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré. M. Keita s'exprimait au terme d'une visite à Ouagadougou où il était arrivé mercredi soir pour la dernière étape d'une "tournée de travail" dans les pays membres du G5...
(RFI 15/09/17)
Le Tchad « entre récession et répression », c'est le titre d'un rapport publié ce jeudi par Amnesty International. L'ONG met en lumière le coût payé par les dissidents tchadiens, ces deux dernières années en particulier : interdiction de manifester, harcèlement, agression physique. Selon l'organisation, depuis 2016 - année de la réélection du président Deby - les autorités ont accentué leur répression, et ce par toute sorte de moyens. Amnesty International parle de « tactique répressive » mise en place par les autorités tchadiennes d'abord via un arsenal juridique redoutable. Pour la seule année 2016, Amnesty a compté au moins 12 décrets interdisant des manifestations. Des décrets qui s'appuient sur des textes « archaïques », selon l'organisation, qui imposent une...
(RFI 15/09/17)
Le Tchad « entre récession et répression », c'est le titre d'un rapport publié ce jeudi par Amnesty International. L'ONG met en lumière le coût payé par les dissidents tchadiens, ces deux dernières années en particulier : interdiction de manifester, harcèlement, agression physique. Selon l'organisation, depuis 2016 - année de la réélection du président Deby - les autorités ont accentué leur répression, et ce par toute sorte de moyens. Amnesty International parle de « tactique répressive » mise en place par les autorités tchadiennes d'abord via un arsenal juridique redoutable. Pour la seule année 2016, Amnesty a compté au moins 12 décrets interdisant des manifestations. Des décrets qui s'appuient sur des textes « archaïques », selon l'organisation, qui imposent une...
(APA 15/09/17)
APA NDjamena (Tchad) - Dans un rapport intitulé “entre récession et répression, le coût élevé de la dissidente au Tchad”, rendu public, jeudi, à N’Djaména, Amnesty International, dénonce que l’usage des lois répressives sur fond de répression brutale des défenseurs des droits humains. Au cours d’une conférence de presse, les responsables d’Amnesty International, dont le directeur du programme Afrique de l’ouest et Afrique centrale, M. Alioune Tine, ont présenté les résultats de cette enquête sur le Tchad. Selon Amnesty, en deux ans, 65 associations se sont vues refuser l’autorisation d’organiser des manifestations, 13 décrets ministériels interdisant des manifestations ont été publiés pour la seule année 2016 et plus de 10 sites Internet critiques ont été bloqués. Alioune Tine déclare que,...
(RFI 15/09/17)
La réunion du Comité de défense et de sécurité du G5 a débuté à Bamako et s'est terminée jeudi à Sévaré (centre) au quartier général de la force conjointe, composée des armées du Mali, du Niger, du Burkina Faso, du Tchad et de la Mauritanie. Tous les chefs d'état-major des pays membres du G5 et le patron de la force française Barkhane ont participé aux travaux. La réunion du Comité de défense et de sécurité (CDS) était estampillée « secret militaire », mais on sait avec précision qu'au moins trois sujets ont été au centre des discussions. Il y a la planification des opérations futures...
(Jeune Afrique 15/09/17)
Les cinq présidents du G5 Sahel tiendront une réunion de haut niveau avec Emmanuel Macron le 18 septembre, à New-York, en marge de l'assemblée générale des Nations unies. Objectif : résoudre le casse-tête du financement de leur force conjointe. Ils avaient convenu de se revoir rapidement à l’issue de leur dernier sommet, à Bamako, le 2 juillet dernier, pour faire un nouveau point sur la mise en place de la force conjointe du G5 Sahel. Ibrahim Boubacar Keïta (Mali), Mohamed Ould Abdelaziz (Mauritanie), Mahamadou Issoufou (Niger), Roch Marc Christian Kaboré (Burkina Faso) et Idriss Déby Itno (Tchad) retrouveront leur homologue français Emmanuel Macron lundi 18 septembre, à New-York, pour évoquer l’opérationnalisation de cette force commune, qui devrait compter à terme...
(APA 15/09/17)
APA- N’Djaména (Tchad) – Environ 4500 pèlerins tchadiens ayant fini d’effectuer le cinquième pilier de l’Islam, sont toujours bloqués à la Mecque en Arabie Saoudite. Ainsi, sur les 4786 Tchadiens partis cette année en pèlerinage, seuls 200 sont officiellement rentrés depuis la semaine dernière, une situation qui fait polémique, surtout que jusqu’ici le comité du hajj se mure dans un silence. Selon plusieurs sources contactées par APA depuis la Mecque, le comité du hajj qui avait accompagné les pèlerins a pratiquement disparu. «Personne d'entre nous ne sait quant-est-ce que nous retournerons au pays. Depuis quelques jours, nous vivons l'enfer à la Mecque. Le repas coûte cher. Il faut débourser entre 5000 FCFA à 10 000 FCFA pour manger. On craint...
(Agence Ecofin 15/09/17)
(Agence Ecofin) - Invitée à participer au Forum « Investir au Tchad » à Paris, du 6 au 8 septembre 2017, la société pétrolière camerounaise, Tradex, a été conviée à présenter son expérience au Tchad dans le cadre d’une table ronde intitulée «Conversation avec les acteurs économiques ». Stéphane K. Soumahoro, le directeur général adjoint de Tradex-Tchad a assuré que la société poursuivra le maillage du territoire tchadien en s’installant dans 22 régions du pays. Et qu’elle poursuivra le déploiement de l’ensemble de ses produits et services dans son réseau de distribution. Par ailleurs, Tradex renforcera sa capacité de stockage de produits pétroliers et vulgarisera l’usage du gaz domestique par les ménages, en construisant, à terme, au Tchad, une usine...
(AFP 14/09/17)
La répression envers les acteurs de la société civile a augmenté au Tchad ces dernières années, dénonce dans un rapport publié jeudi l'ONG Amnesty international, qui appelle les autorités à modifier ces pratiques. "Les défenseurs des droits humains, les membres de mouvements citoyens, les syndicalistes et les journalistes qui critiquent le régime sont de plus en plus menacés", s'inquiète dans son communiqué de presse l'ONG de défense des droits de l'homme, qui demande aux autorités de "modifier les lois restrictives" et de libérer les "prisonniers d'opinion". Amnesty dénonce l'arrestation et la détention de membres de la société civile, l'interdiction croissante des manifestations et les restrictions...
(Le Monde 14/09/17)
L’ONG déplore une dégradation des droits humains depuis la réélection contestée d’Idriss Déby Itno, en 2016, et demande aux Occidentaux de ne pas fermer les yeux. Alors qu’Idriss Déby Itno vient de se voir conforté par les promesses d’aide des bailleurs de fonds étrangers, Amnesty International dresse un nouveau bilan sévère de la situation des droits humains au Tchad. Dans le rapport d’une cinquantaine de pages, présenté jeudi 14 septembre à N’Djamena, l’ONG déplore une dégradation notable à partir de 2015 puis avec la réélection contestée de M. Déby pour un cinquième mandat, en avril 2016.
(Le Point 14/09/17)
Le Tchad a levé plus de 20 milliards de dollars de promesses pour un Plan national de développement pour la mise en oeuvre duquel la société civile a des doutes. Trois fois plus. C'est ce que le gouvernement tchadien estime avoir obtenu à l'issue de la table ronde organisée à Paris. Le pays avait requis plus de 7 milliards de dollars pour financer son PND 2017-2021. Il aura finalement obtenu une intention d'investissement de l'ordre de 20 milliards de dollars. Que cache cette forte générosité des bailleurs de fonds ? Existe-t-il un deal pour mettre en œuvre un agenda international en matière de politique migratoire et de lutte contre le terrorisme, terrain sur lequel le président Idriss Déby Itno est...
(Autres 14/09/17)
Le président tchadien Idriss Déby Itno vient d’être invité par la France d’annoncer «prochainement » la date des élections législatives, dans un appel formulé de manière diplomatique quelques jours seulement après l’obtention par N’Djamena de 20 milliards de dollars de promesses de financement auprès des bailleurs internationaux, avec le précieux soutien français. Paris, dont le président Déby est un allié clé dans la lutte antiterroriste au Sahel, bat ainsi en brèche l’argument du chef de l’État tchadien qui avait tenté de repousser les élections législatives jusqu’en 2019 au prétexte d’un manque de moyens, au grand dam de l’opposition. « Quand nous aurons des ressources, on pourra organiser des élections législatives », avait fait prévaloir le président Idriss Déby Itno, au...
(Xinhua 14/09/17)
NEW YORK (Nations Unies), (Xinhua) -- Le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, Jeffrey Feltman, a appelé mercredi à des efforts robustes pour l'éradication du groupe terroriste Boko Haram au Bassin du Lac Tchad. Devant le Conseil de sécurité de l'ONU, M. Feltman a salué de progrès encourageants dans la lutte contre Boko Haram, grâce aux efforts déployés par les gouvernements de la région du Bassin du Lac Tchad dans le cadre de la Force multinationale mixte qui a affaibli les capacités de l'organisation terroriste. "Mais en réponse, Boko Haram a changé de tactique, multipliant les attaques suicides", a prévenu M. Feltman, rappelant que les 130 attaques attribuées à Boko Haram dans les quatre pays du Bassin du Lac Tchad...
(Xinhua 14/09/17)
Le président tchadien Idriss Déby Itno et son homologue malien Ibrahim Boubacar Keïta ont décidé de mettre en application, pour compter du 30 septembre 2017, une exemption de visa pour les citoyens des deux pays, selon un communiqué publié mercredi dans la capitale tchadienne N'Djamena. "Les deux chefs d'Etat se sont félicités de l'excellence des relations entre les deux pays et les deux peuples qui sont liés par une communauté de destin. Cette coopération exemplaire se traduit notamment par la concertation permanente entre les deux chefs d'État", indique le communiqué. Ils ont réaffirmé leur engagement commun à donner plus de dynamisme et d'impulsion à cette coopération bilatérale au bénéfice de leurs peuples. Les présidents tchadien et malien ont également évoqué...
(Le Monde 13/09/17)
Analyse. Le spectre d’un effondrement du Tchad a eu raison des réticences à venir de nouveau en aide à un pays qui, jusqu’à présent, n’a jamais mis en œuvre les politiques promises et dont la mauvaise gouvernance comme la violation des droits humains sont notoires. En février, les élections législatives ont été reportées sine die. Mais, en pleine crise migratoire, le président Idriss Déby Itno, dont l’armée se bat pour maintenir la paix au Sahel et repousser Boko Haram dans la région du lac Tchad, est devenu un allié incontournable. Il vient d’en être récompensé. le troisième pays le plus pauvre du monde s’enfonce dans la crise Vendredi 8 septembre, les principaux bailleurs de fonds se sont engagés à financer...
(RFI 13/09/17)
Ibrahim Boubacar Keïta a reçu lundi 11 septembre à Bamako son homologue mauritanien. Il se trouvait mardi au Tchad avant de se rendre ce mercredi au Niger. Au menu des discussions de cette mini-tournée régionale : la coopération entre les pays membres du G5 Sahel, avant l'Assemblée générale des Nations unies dans quelques jours. L'idée de ces rencontres bilatérales, c'est de faire le point sur les contributions de chacun des pays, sur leurs besoins aussi, et sur leur positionnement plus général, pour pouvoir parler d'une même voix à New York la semaine prochaine lors l'assemblée générale de l'ONU. Une Assemblée générale à laquelle certains présidents ne participeront pas.
(Financial Afrik 13/09/17)
La Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), Vera Songwe, a pris part ce jeudi, à une table ronde de deux jours sur le financement du Plan national de développement 2017-2021 du Tchad ; et a promis à ce pays du Nord-centre de l’Afrique, le soutien de la CEA le pays, car ce dernier cherche à transformer son économie et à attirer les investisseurs internationaux. Mme Songwe, qui s’est entretenue avec le Président Idriss Déby, à ladite table ronde, dit que le Tchad est à l’aube d’une ère et ajoute qu’il est nécessaire que ses dirigeants maintiennent une discipline macroéconomique stricte pour engendrer une croissance, fassent respecter la bonne gouvernance et favorisent l’intégration économique. « Il existe un...
(Le Monde 12/09/17)
Août 2017 : N’Djamena ferme son ambassade à Doha après seulement sept ans de présence. Au prétexte d’une « tentative de déstabilisation » de l’émirat du Golfe, décrypte notre chroniqueur Benjamin Augé. Le communiqué tchadien du ministre des affaires étrangères daté du 23 août ne laisse aucune place au dialogue. Le président Idriss Déby ferme son ambassade au Qatar, pays où il avait pourtant fait le choix d’ouvrir une représentation en 2010. Les diplomates qataris à N’Djamena ont été également invités à quitter le sol tchadien sous dix jours. L’ambassadeur tchadien avait déjà été rappelé à N’Djamena dès les premiers jours de la crise qui secoue la péninsule Arabique depuis le mois de juin.
(BBC 12/09/17)
La France a appelé lundi le président tchadien Idriss Déby à annoncer "prochainement" un calendrier pour les élections législatives. Au pouvoir depuis 1990 et réélu pour un cinquième mandat en avril 2016 à l'issue d'un scrutin contesté; Idriss Déby avait repoussé les législatives sine die en février dernier. Le chef de l'Etat avait déclaré que les élections législatives n'auraient pas lieu avant 2019 en raison d'un manque de moyen. "Les élections législatives sont un moment important dans la vie démocratique. Nous espérons à cet égard que les autorités tchadiennes, dont c'est la responsabilité exclusive, seront en mesure d'annoncer prochainement un calendrier"...
(Agence Ecofin 12/09/17)
(Agence Ecofin) - Le Groupe de la Banque mondiale s’est engagé à hauteur de 1,1 milliard $ (environ 600 milliards FCFA) pour le financement du Programme national de développement (PND) du Tchad, pour la période 2017-2021. C’était à l’occasion de la table ronde des bailleurs de fonds organisé les 7 et 8 septembre derniers à Paris. Plus précisément, cet engagement financier qui s’étalera sur les trois prochaines années, comprend un appui de 1 milliard $ de l’Association internationale de développement (IDA), le fonds de la Banque mondiale pour les pays les plus pauvres, et 100 millions $ de la Société financière internationale (IFC), filiale dédiée au secteur privé. Pour rappel, la récente table ronde des bailleurs organisée par le gouvernement...

Pages