Jeudi 27 Juillet 2017

Tchad : Utilisation nuisible des réseaux sociaux ?

Tchad : Utilisation nuisible des réseaux sociaux ?
(Alwihda 16/05/17)

Le président de l’Alliance des Jeunes pour la Paix, le Développement et l’Appui à la Renaissance du Tchad (AJPDAR-Tchad), Mahamat El-Mahadi Ali a fait, hier, samedi 13 mai 2017, à la Maison des Medias du Tchad, un point de presse. Il a articulé son point de presse autour de 5 axes à savoir, la mauvaise utilisation des réseaux sociaux, la lutte contre l’insécurité, le procès d'Hissein Habré, les activités de la fondation "Grand Cœur", le dialogue social et la revalorisation de la culture Kotoko.

Le président de l’Alliance des Jeunes pour la Paix, le Développement et l’Appui à la Renaissance du Tchad (AJPDAR-Tchad), Mahamat El-Mahadi Ali a affirmé que l’internet qui doit être un outil de rapprochement est malheureusement utilisé par certaines personnes malintentionnées, pour se livrer à des propos calomnieux vis-à-vis de leur concitoyens.

Il a appelé les concitoyens qui s’adonnent à cette pratique de cesser immédiatement avec leurs sales besognes et d’interpeller l’ARCEP, d’assumer ses responsabilités pour sanctionner les auteurs de cette mauvaise utilisation de l’internet.

Par ailleurs, il condamne l’attaque perpétrée contre les positions de l’armée Tchadienne dans la région du Lac Tchad et en appelle la population à la vigilance pour ne pas faire le plan macabre de Boko Haram.

Le président de l’AJPDAR-Tchad, Mahamat El-Mahadi exhorte les enseignants-chercheurs du supérieur, signataire de la plate-forme syndicale à cesser avec cette grève et reprendre leurs activités académiques pour sauver l’année en cours, tout en appelant le gouvernement à procéder dans un bref délai au paiement des primes des enseignants.

L’Alliance des Jeunes pour la Paix, le Développement et l’Appui à la Renaissance du Tchad (AJPDAR-Tchad), souhaite apporter sa contribution à la fondation « Grand Cœur » dans ses activités de sensibilisation et se réjouit du verdict infligé à l’ancien président Habré par la cour d’assises. Toutefois, elle encourage les Kotoko du Tchad, du Cameroun et du Niger à préserver cette noble vision de recherche identitaire, gage d’un développement durable et harmonieux.

Commentaires facebook