Mercredi 25 Avril 2018

Tchad: un accord signé, mais trop de méfiance demeure

Tchad: un accord signé, mais trop de méfiance demeure
(RFI 17/03/18)

Deux jours après l'accord entre le gouvernement et les syndicats, les fonctionnaires grévistes n'avaient pas repris le travail. Ils attendaient toujours l'application de la mesure phare de l'accord a minima, censé mettre fin à sept semaines de grève : le paiement des salaires du mois de février. Un accord qui prévoit en outre un moratoire de trois mois sur les crédits contractés par les fonctionnaires auprès des banques. Parmi les choses obtenues également : la fin du recensement des fonctionnaires lancé pendant la grève. Les syndicats veulent bien un audit, mais à condition d'y participer. Toutefois l'accord suscite scepticisme et critiques, en particulier sur le règlement des problèmes qui ont déclenché la grève.
Au-delà de la défiance envers un gouvernement suspecté de ne pas vouloir appliquer cet énième accord, les critiques portent surtout sur le fond. Les causes qui ont conduit au lancement de la grève de sept semaines n'ont pas été réglées estime par exemple l'opposant Mahamat Ahamat Alhabo du PLD. « Si on a signé cet accord pour permettre aux enfants d'aller à l'école, pour permettre aux malades de se soigner, pour relancer l'administration, c'est une bonne chose. Mais les vrais problèmes n'ont pas été posés. Donc on va purement et simplement retomber et revenir à la case départ. »

Lire sur: http://www.rfi.fr/afrique/20180317-tchad-accord-signe-mefiance-demeure

Commentaires facebook