Lundi 22 Janvier 2018

Tchad : Plus de diminution des salaires des fonctionnaires (officiel)

Tchad : Plus de diminution des salaires des fonctionnaires (officiel)
(APA 12/01/18)

APA- N’Djamèna (Tchad) - Le gouvernement tchadien, au terme de deux rencontres avec les centrales syndicales, a décidé d’abandonner le projet de diminution des salaires des fonctionnaires, une mesure qui avait été envisagée dans l’optique de répondre aux exigences de ses partenaires techniques et financiers, notamment le Fonds monétaire international (FMI).

Toutefois, selon le Premier ministre, Pahimi Padacké Albert, qui s’exprimait mercredi soir lors d’une rencontre sans débat avec les syndicats, le renoncement à la diminution des salaires n’empêchera pas au gouvernement de faire une économie des 30 milliards FCFA sur la masse salariale conformément à l’exigence de ses bailleurs des fonds.

Ainsi, à en croire M. Pahimi, l’application du décret 687 portant retenue de 50% sur les indemnités et primes des agents sera maintenue. Cette coupe des primes et indemnités engagées depuis novembre 2016 concerne 40% des fonctionnaires tchadiens. Dans le projet de diminution des salaires qui vient d’être abandonné, tous les agents de l’Etat étaient concernés pour la coupure des primes et indemnités.

Le président du cadre national du dialogue social (CNDS), Abbas Ali Seitchi, interrogé par APANEWS, a déclaré que le gouvernement a appelé les partenaires sociaux à réfléchir sur les pistes probables afin de lui permettre d’économiser 30 milliards FCFA par an.

Il s’est dit confiant que les négociations à venir aboutiraient à une solution durable pour la paix sociale au Tchad.

Les différents responsables des centrales syndicales présentes à la rencontre, même s’ils saluent le recul du gouvernement, se disent toujours sur leurs gardes, jusqu’à ce le gouvernement trouve une solution à la crise qui frappe tous les ménages tchadiens.

Selon des chiffres rendus publics, jeudi, par les services du ministère des Finances, le nombre des fonctionnaires tchadiens est passé en cinq ans de 40 000 à 150 000. Leur paiement nécessite une masse salariale annuelle de 378 milliards FCFA, soit 30 milliards par mois.

Les recettes nationales de deux dernières années sont quasiment orientées vers les salaires.

Les pistes pour faire des économies portent, entre autres, sur la suppression des postes de secrétaires généraux des ministères et leur remplacement par des directeurs généraux.

Le projet de diminution des salaires prévoyait des abattements allant de 5% (SMIG) à 45% (salaire le plus élevé). Lors des concertations, le gouvernement avait fait aux syndicats deux nouvelles propositions : l’une portait sur des taux de diminution allant de 10% à 15% et l’autre consistait au maintien de la coupe des indemnités et primes à hauteur de 50% (pour 40 % des agents) doublé d’une réduction de 15 % sur les salaires du reste des agents (60%).

Les syndicats ont rejeté toutes ces deux propositions.

Commentaires facebook