Mercredi 18 Octobre 2017

Tchad: le gouvernement ouvre deux informations judiciaires contre X

Tchad: le gouvernement ouvre deux informations judiciaires contre X
(AFP 16/06/17)
L'armée tchadienne.

Le Tchad a annoncé vendredi l'ouverture de deux informations judiciaires concernant, d'une part un rapport de l'ONU qui accuse ses soldats d'exactions en Centrafrique, de l'autre une enquête journalistique sur des présumés biens immobiliers acquis par des Tchadiens au Canada.

"Nous avons ouvert une information judiciaire contre X au sujet de l'accusation des soldats tchadiens dans le rapport Mapping publié le 24 mai 2017 à Genève", a annoncé le ministre de la Justice et des droits de l'Homme, Ahmat Mahomet Hassan.

L'enquête de l'ONU détaille 620 crimes commis par des militaires ou des groupes rebelles en Centrafrique entre 2003 et 2015, dont de nombreuses exactions avec morts de civils impliquant des soldats tchadiens entre 2013 et 2014.

Début juin, les autorités tchadiennes s'étaient vivement opposées à la publication de ce rapport, le jugeant "à charge" et "truffé d'allégations mensongères, diffamatoires et attentatoires à la dignité des soldats tchadiens".

"Nous sollicitons la coopération de la République centrafricaine avec qui nous avons signé un accord de coopération en 1970", a ajouté vendredi le ministre.

Les forces tchadiennes formaient le plus important contingent de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (Misca) de décembre 2013 à mi-avril 2014, date de leur retrait prématuré à la suite d'accusations d'exactions.

"Nous avons eu des informations, par voie de presse, selon lesquelles des citoyens tchadiens qui ont eu des responsabilités, ont acquis d'importants biens matériels" au Canada, a par ailleurs déclaré le ministre, ajoutant avoir "ouvert une information pour vérifier, (et) si cela est avéré, ils seront poursuivis".

Mi-juin, le quotidien canadien Le Journal de Montréal avait publié une enquête concernant des Tchadiens proches du pouvoir, les accusant d'avoir acquis entre 2012 et 2016 des biens immobiliers au Canada, sans prêt hypothécaire, alors qu'ils étaient à des postes à responsabilité.

Commentaires facebook