Mercredi 28 Juin 2017

Le Tchad s'insurge contre le rapport de Swissaid sur le secteur pétrolier

Le Tchad s'insurge contre le rapport de Swissaid sur le secteur pétrolier
(Alwihda 17/06/17)

Le ministère de la communication et porte-parole du gouvernement a réagi aujourd'hui à la publication d'un récent rapport de Swissaid sur la gestion des ressources pétrolières au Tchad, "présenté sous le prisme trompeur de la transparence".

Le rapport de l'ONG Swissaid s'intéresse au secteur tchadien du pétrole et aux activités de la multinationale suisse Glencore, négociant exclusif de l'Etat tchadien. Swissaid fait état d'une mauvaise gestion des millions de dollars de revenus tirés de l'exploitation du pétrole tchadien.

"Ce document n'a en réalité d'autres objectifs que de nuire à l'image du Tchad, de celle du Président de la République et de sa famille, sans considération aucune de la réalité du fonctionnement des institutions et de l'administration de notre pays. Le gouvernement dénonce vivement ce rapport dont la violence et le caractère tendancieux trahissent les intentions de ses rédacteurs", selon la ministre de la communication Madeleine Alingué.

Elle ajoute que "les tchadiens sauront certainement faire la part entre la réalité incontestable et l'imagination des donneurs de leçons et autres procureurs moraux pourtant bien mal placés pour occuper cette fonction. Nous tenons à rappeler les efforts considérables réalisés par l'Etat tchadien dans le cadre de la paix et la stabilité, mais également dans le cadre de l'amélioration des conditions de vies de nos populations grâce aux ressources pétrolières en dépit de l'immensité des besoins et de la modestie de ces ressources."

"​Caractère hasardeux de cette coïncidence curieuse"

"Il n'a pas échappé au gouvernement qu'il s'agit du troisième rapport dénonciateur et accusateur produit contre notre pays en l'espace de quelques jours, à ce moment où le Tchad à l'instar de tous les pays producteurs de pétrole traverse une crise économie profonde due à la baisse du prix du pétrole", a souligné Madeleine Alingué.

"Le gouvernent est en droit de s'interroger sur le caractère hasardeux de cette coïncidence curieuse et sur l'objectif réel poursuivi par les auteurs des différents rapports. En tout état de cause, le gouvernement assure de sa totale sérénité et se réserve le droit de donner les suites qui s'imposent à toutes les formes d'accusations susceptibles de porter atteinte à l'image et à l'intérêt de notre cher pays", a conclue la ministre de la communication.

Commentaires facebook