Mercredi 21 Février 2018

Crise sociale au Tchad: les chefs religieux confiants en leur médiation

Crise sociale au Tchad: les chefs religieux confiants en leur médiation
(APA 13/02/18)
L’archevêque métropolitain de N’Djaména, Monseigneur Edmond Djitangar

APA-N’Djamèna (APA) - Les chefs religieux tchadiens, qui mènent depuis jeudi une médiation entre les syndicats et le gouvernement, ont fait part de leur optimisme quant à une sortie de crise, notamment la fin de la grève générale qui paralyse le pays.

Réagissant après une première rencontre à la bourse du travail avec les centrales syndicales, l’archevêque métropolitain de N’Djaména, Monseigneur Edmond Djitangar, a appelé les deux parties à faire des concessions.

L’archevêque a ajouté qu’il ne pouvait y avoir accord sans un vrai dialogue.

«Si un accord n’est pas trouvé, cela veut dire qu’il y a échec de dialogue. En tant que religieux, nous pouvons dire que nous n’acceptons pas l’échec, tant qu’il y a la vie et l’espérance», a-t-il souligné.

Le Secrétaire général du Conseil supérieur des affaires islamiques du Tchad, Cheikh Abdoudayim Abdallah Ousman, a, tout en reconnaissant l’ouverture au dialogue des deux parties, déclaré : «nous allons faire en sorte que la grève soit levée et que le dialogue soit permanent pour qu’une solution soit trouvée».

Pour sa part, le porte-parole de la plateforme revendicative (UST, CIST et Synecs), Barka Michel, a relevé le fait que les religieux ont voulu comprendre les raisons de l’attitude des syndicats.

«Nous leur avons expliqué les raisons de la grève. Les chefs religieux nous ont appelés à réfléchir vers les possibilités qui vont conduire à la paix», a-t-il dit, ajoutant qu’il compte sur les chefs religieux pour ‘’dire la vérité’’ à chacune des parties.

Peu après le déclenchement de la grève générale, ponctuée par de violentes manifestations, le Conseil supérieur des affaires islamiques avait appelé les élèves et les étudiants au calme.

L’archevêque de N’Djaména, lui, a fait savoir que « l’Eglise est à côté de ceux qui souffrent, à côté des pauvres ».

Commentaires facebook