Samedi 18 Novembre 2017

Après une prévision de 1,6% en début d’année, le taux de croissance dans la Cemac s’établira finalement à 0,2% en 2017, comme en 2016

Après une prévision de 1,6% en début d’année, le taux de croissance dans la Cemac s’établira finalement à 0,2% en 2017, comme en 2016
(Agence Ecofin 07/11/17)

Les différentes mesures prises par la Beac, la Banque centrale des Etats de l’Afrique centrale (réduction des coefficients des réserves obligatoires des banques, réduction des plafonds de refinancement de certains Etats, etc.), ainsi que par les Etats membres (resserrement des dépenses publiques, élargissement de l’assiette fiscale, priorisation de certains investissements, conclusion de programme d’ajustement avec le FMI, etc.) de la Cemac (Cameroun, Gabon, Congo, Guinée équatoriale, Tchad et RCA), n’ont pas réussi à faire redécoller la croissance économique dans cet espace communautaire en 2017.

En effet, selon un communiqué ayant sanctionné la 3ème session ordinaire du Comité de politique monétaire (CPM) de la Beac pour l’année 2017, tenue le 2 novembre dernier à Ndjamena, la capitale tchadienne, en dépit d’«un renforcement du cadre macroéconomique par rapport à 2016», la croissance du PIB dans l’espace Cemac s’établira finalement à 0,2% en fin d’année 2017 (comme en 2016), contre une prévision initiale de 1,6%, en début d’année.

Selon ces mêmes prévisions de la Beac, l’on note cependant un recul des tensions inflationnistes qui s’établissent à 1% cette année, contre 2% l’année dernière.

Le déficit budgétaire global est, lui aussi, en recul (-3% du PIB) dans cet espace communautaire, une baisse certainement catalysée par l’amélioration de la dépense publique dans les Etats, la hausse modérée des prix du brut à l’international et l’agressivité des services fiscaux dans la collecte des recettes hors pétrole.

BRM

Commentaires facebook