Mercredi 20 Septembre 2017

Pourparlers prévus entre le Kenya et la Tanzanie pour éliminer les barrières tarifaires

Pourparlers prévus entre le Kenya et la Tanzanie pour éliminer les barrières tarifaires
(Xinhua 23/08/17)
Mombassa.

Le Kenya et la Tanzanie doivent mener des discussions en septembre prochain en vue d'éliminer les barrières tarifaires entre eux, a rapporté mardi un responsable gouvernemental.

Le secrétaire principal du ministère de l'Industrie, du Commerce et des Coopératives, Chris Kiptoo, a déclaré aux journalistes à Nairobi que cette réunion aurait lieu en Tanzanie et ferait suite à une rencontre précédente qui a permis de résoudre une impasse sur les échanges de blés et de gaz de pétrole liquéfié (GPL).

"Cet entretien se concentrera sur la fluidification des échanges transfrontaliers de matières premières agricoles essentielles afin de renforcer les échanges à l'intérieur de la Communauté d'Afrique de l'Est", a déclaré M. Kiptoo lors d'un point presse sur la participation du Kenya à l'exposition mondiale 2017.

Il y a des deux côtés une bonne volonté politique de trouver une solution durable aux litiges commerciaux récurrents, a dit M. Kiptoo.

L'objectif de ces pourparlers est de s'assurer que les produits de tabac et de lait du Kenya puissent circuler librement vers la Tanzanie, et que le blé et le GPL de Tanzanie puissent atteindre le Kenya sans restrictions superflues.

Le Kenya et la Tanzanie sont tous deux dépendants des importations de blé du marché international, a observé M. Kiptoo.

"Toutefois, une partie du blé importée en Tanzanie est exportée au Kenya ce qui place les agriculteurs kenyans en position de désavantage", a-t-il ajouté.

"Nous voulons donc discuter des sauvegardes qui doivent être mises en place pour s'assurer que les agriculteurs kenyans ne souffrent pas d'un impact négatif du blé de Tanzanie", a-t-il observé.

M. Kiptoo a également souligné que les exportations de tabac vers la Tanzanie souffraient actuellement d'entraves liées à des barrières non-tarifaires aux frontières entre les deux pays.

"Par conséquent, nous allons mettre de l'ordre dans nos normes pour supprimer les restrictions à la libre circulation des biens", a-t-il dit.

Commentaires facebook