Eau potable : Zanzibar mobilise des financements pour faire face à la pénurie | Africatime
Jeudi 30 Mars 2017

Eau potable : Zanzibar mobilise des financements pour faire face à la pénurie

Eau potable : Zanzibar mobilise des financements pour faire face à la pénurie
(La Tribune 16/03/17)

D'après une déclaration rendue publique, la banque indienne d'import et d'export vient d'octroyer au gouvernement tanzanien un prêt de 92,18 millions de dollars. Cet appui financier devrait servir à réhabiliter et améliorer le système d'approvisionnement en eau à Zanzibar.
La banque indienne d'import et export, Exim India vient de se manifester aux côtés de la population du Zanzibar. Selon une déclaration rendue publique de l'institution bancaire, elle a octroyé à l'archipel un prêt de 92,18 millions de dollars en fin de semaine dernière. Cette aide financière servira à prendre en charge l'aménagement, la réhabilitation et l'amélioration du système d'approvisionnement en eau à Zanzibar, la ville la plus importante de l'archipel. La ville est confrontée depuis quelques années à des problèmes d'eau. Fréquemment victime de la montée de la mer, la population arrive difficilement à avoir accès à une eau potable.

« L'eau est très salée, alors elle ne peut pas être utilisée pour quoi que ce soit. Vous utilisez beaucoup d'eau et de savon si vous l'employez pour laver le linge ou la vaisselle. L'autre difficulté est que vous ne pouvez pas l'utiliser pour cuisiner ou boire. C'est pourquoi nous devions marcher sur de longues distances pour chercher de l'eau dans des puits d'eau douce », a déclaré une jeune maman à IPS.
Selon elle, il faut passer une grande partie de sa journée à marcher pour se rendre à la source d'eau douce la plus proche pour chercher de l'eau potable. Le ministère de l'Environnement de Zanzibar a expliqué que la montée du niveau de la mer a entraîné le mélange de l'eau de mer avec les sources d'eau douce et la contamination des puits dans la ville. Zanzibar n'a pas de fleuves et la principale source d'eau qui demeure souterraine, dépend des précipitations actuellement irrégulières.

Afin de venir à bout du problème, en octobre 2012, le Programme d'adaptation en Afrique (PAA) du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a construit un pipeline de huit kilomètres depuis le village de Kilimani, à l'intérieur, jusqu'au village de Nungwi. Un grand réservoir d'eau près du village de Kilimani maintient la fourniture d'eau. Cette solution a permis de fournir près 15.000 villageois. Un système qui doit aujourd'hui, être mis à jour, d'où le financement de Exim India.

Commentaires facebook