Dimanche 24 Septembre 2017
(Guinea Ecuatorial Press 22/10/15)
Le Roi Mswati III a présidé l’événement, qui a eu lieu dans les installations de l’école de la police, auquel ont participé les membres du gouvernement, le corps diplomatique, du public en général et une délégation de la Guinée équatoriale dirigée par Teodoro Nguema Obiang Mangue et intégrée par le ministre de la Sécurité nationale, Nicolás Obama Nchama, et le ministre délégué de la Défense, Vicente Eya Olomo. Lors de son discours, le Roi Mswati III a informé que l’école prétend en 2022 mettre en œuvre certaines innovations technologiques et un corps spécial destiné à lutter contre le cyberattaque. Lors de cet événement, certains officiers de la police retraités ont reçu leurs certificats de reconnaissance pour leur travail ; des...
(RFI 19/10/15)
Sans surprise, les équipes du Swaziland et du Nigeria s’affronteront au deuxième tour des éliminatoires de la Coupe du monde 2018, entre le 9 et le 17 novembre 2015. Les Swazis ont battu les Djiboutiens 2-1, ce 17 octobre 2015 à Lobamba, après avoir déjà gagné 6-0 à l’aller. Ce match, comptant pour le premier tour retour, était initialement prévu le 13 octobre mais avait dû être reporté. Les Nigérians, eux, étaient dispensés de ce premier tour.
(BBC 15/10/15)
La manche retour Swaziland vs Djibouti du premier tour éliminatoire de la Coupe du monde 2018 ne s’est pas jouée comme toutes les autres mardi dernier à cause d’un « problème logistique » puisque la sélection Djiboutienne était bloquée au Kenya. Finalement, la Fifa a reprogrammé ce match pour Samedi à 14h00 Gmt au Somhlolo National Stadium de Lobamba. Il n’y a presque pas de suspense dans cette opposition vu que le Swaziland a largement remporté la première manche en déplacement 6 buts à 0. A noter que le Vainqueur de cette confrontation rencontrera au 2e tour le Nigéria à partir du 9 Novembre 2015.
(AFP 02/10/15)
Un diadème en plastique posé à l'envers sur sa chevelure nattée, des baskets blanches aux pieds et le corps enveloppé d'un tissu traditionnel swazi, la princesse Sikhanyiso Dlamini, fille aînée du roi Mswati III, se lance dans un rap, la main droite battant la mesure. "Où est ma prochaine respiration, celle que tu m'as promise ? Majesté, de ta fidélité et de ton honnêteté, je parlerai", scande la jeune femme de 28 ans dans un flot ininterrompu de mots quasi incompréhensibles. Pashu - c'est son nom de scène - se présente comme une gardienne de la culture du Swaziland, un minuscule Etat africain qui abrite la dernière monarchie absolue du continent. C'est pourtant un torrent de rimes, entre soul et...
(RTL 02/10/15)
 
00:00
Un diadème en plastique posé à l'envers sur sa chevelure nattée, des baskets blanches aux pieds et le corps enveloppé d'un tissu traditionnel swazi, la princesse Sikhanyiso Dlamini, fille aînée du roi Mswati III, se lance dans un rap, la main droite battant la mesure. "Où est ma prochaine respiration, celle que tu m'as promise ? Majesté, de ta fidélité et de ton honnêteté, je parlerai", scande la jeune femme de 28 ans dans un flot ininterrompu de mots quasi incompréhensibles. Pashu - c'est son nom de scène - se présente comme une gardienne de la culture du Swaziland, un minuscule Etat africain qui abrite la dernière monarchie absolue du continent. C'est pourtant un torrent de rimes, entre soul et...
(Agence Ecofin 25/09/15)
Jouissant d'une immunité constitutionnelle dans son pays, le Roi Mswati III du Swaziland (photo) est personnellement poursuivi devant la justice des Îles Vierges Britanniques, pour avoir occasionné la faillite d'une exploitation minière dans son pays, a-t-on appris des médias swazilandais. Il est rapporté, que l'autorité traditionnelle a reçu 1,5 million $ de compagnie exploitant la mine de Nagwenya et que le non remboursement de cette somme a entrainé la faillite de l’entreprise, la disparition de 700 emplois et un passif de 4 millions $. Toutefois, les dessous de l'affaire sont beaucoup plus complexes et mettent au grand jour un ensemble de pratiques qui entourent l'attribution des permis miniers au Swaziland.
(Autre média 16/09/15)
Des milliers de jeunes femmes vierges ont participé à la Danse des roseaux à la fin du mois d’août, une cérémonie folklorique qui célèbre la virginité au Swaziland. Mais entre tradition, sexisme et abus, ce "rite" n'a pas que des adeptes. La cérémonie annuelle de la "Danse des roseaux" ou "Umhlanga", qui se tient à la fin du mois d'août dans le royaume du Swaziland, en Afrique australe, est officiellement décrite comme une fête folklorique destinée à célébrer la virginité. Une tradition des plus paradoxales puisque les jeunes femmes vierges sont invitées à danser seins nus pour signifier leur allégeance au roi Mswati III et à entonner des chants pendant de longues heures. Une toute autre vérité accompagne donc cette...
(Autre média 16/09/15)
Le Swaziland, ce pays africain des résidus de la monarchie absolue, feint d’ignorer que sa cérémonie des roseaux, l’une de ses coutumes les plus prisées, qui consiste à faire défiler des milliers de jeunes filles vierges devant des officiels, dont le roi lui-même, plus qu’un rituel traditionnel est aussi du voyeurisme béant. Cette année, ce sont à peu près 60000 vierges qui ont égayé de leurs charmes innocents les regards et les cœurs de suspectes autorités comme le rapporte RFI. Une tradition à haut risque L’umhlanga ou la cérémonie des roseaux est une tradition au Swaziland d’exhibition des jeunes filles » sans enfant ni mari » et vierges, âgées de 8 à 22 ans. Cette cérémonie dure une semaine au...
(Africa Top sports 07/09/15)
Pas de vainqueur dans le match qui a opposé le Swaziland au Malawi. Les deux équipes, qui jouaient dans le groupe L des éliminatoires de la CAN 2017, se sont séparées sur le score de deux buts partout. Le Malawi croyait avoir fait le plus dur en menant au score dès la 8ème minute. Mais l’équipe locale va égaliser à la 15ème minute et faire de même en seconde période arrachant à la 60ème minute, l’égalisation du deuxième but concédé à la 17ème minute. Vainqueur de la Guinée lors de la première journée, le Swaziland continue de surprendre. Avec 4 points, il est à égalité...
(BFM TV 01/09/15)
Dimanche et lundi, des milliers de jeunes femmes ont dansé pour le roi du Swaziland, Mswati II, durant la fête annuelle de « la danse des roseaux », où des femmes parfois à peine pubères dansent seins nus. Le roi polygame se réserve le droit de choisir l'une d'entre elles pour la marier. La fête a été couplée d’un événement tragique, qui a conduit à la mort au moins 38 jeunes filles vendredi dans un accident de la circulation, en se rendant au festival.
(AFP 31/08/15)
La police swazie a démenti dimanche le bilan de 38 morts dans l'accident de la route impliquant des jeunes filles qui se rendaient à la fête annuelle de la danse des roseaux, comme l'avait annoncé samedi un mouvement d'opposants qui évoque désormais un chiffre de 65 victimes. "Treize personnes sont mortes et le bilan n'a pas augmenté" depuis l'accident, a affirmé dimanche à l'AFP le porte-parole de la police nationale Khulekani Mamba démentant "les spéculations sur un bilan de 38 morts", annoncé samedi par le groupe d'opposants pro-démocratie Swaziland Society Network (SSN). "Ce sont des mensonges. C'est une situation embarrassante pour le roi qui essaie de minimiser le bilan"...
(RFI 31/08/15)
Dans le royaume du Swaziland, au moins 38 jeunes filles sont mortes et des dizaines d'autres ont été grièvement blessées dans un accident de la route alors qu'elles se rendaient à la fête traditionnelle de la danse des roseaux, organisée ce dimanche 30 août. Avec notre correspondante à Johannesburg,Liza Fabbian Vendredi 28 août au soir plusieurs camions (deux ou trois selons les sources) qui transportaient des dizaines de jeunes filles à la danse des roseaux sont entrés en collision sur la chaussée menant au lieu de la réunion. Les médias locaux décrivent une scène d'une extrême violence, avec notamment la voie couverte de sang. Les jeunes femmes qui voyageaient dans la benne ouverte des camions ont été projetées sur la...
(AFP 29/08/15)
Trente-huit jeunes filles sont mortes et vingt autres ont été grièvement blessées vendredi soir dans un accident de la circulation au Swaziland, alors qu'elles se rendaient à la fête annuelle de la danse des roseaux, où des femmes parfois à peine pubères dansent seins nus devant le roi, a rapporté un mouvement d'opposants pro-démocratie. "Trente-huit jeunes filles sont mortes et 20 autres grièvement blessées alors qu'elles se rendaient à la danse des roseaux" qui doit se tenir lundi, a affirmé à l'AFP Lucky Lukhele, porte-parole de l'organisation Swaziland Solidarity Network (SSN) qui milite pour la démocratie dans le petit royaume niché entre l'Afrique du Sud et le Mozambique...
(Fifa 23/07/15)
Les amateurs de football du Swaziland n'ont d'ordinaire que de rares succès à célébrer, que ce soit avec leur équipe nationale ou leurs clubs engagés dans les compétitions internationales. Les choses ont néanmoins commencé à changer cette année. Grâce à ses Sihlangu, mais aussi à ses clubs, le petit pays du sud de l'Afrique est en train de se faire une place sur la carte du football mondial. Le Swaziland occupait le 164ème rang du Classement mondial FIFA/Coca-Cola au début de l'année et deux défaites en amical (5:1 au Burkina Faso et 3:1 à domicile contre l'Afrique du Sud) l'ont fait descendre en mai jusqu'à...
(AFP 15/07/15)
La Cour suprême du Swaziland a ordonné mardi la libération sous caution de deux membres importants de l'opposition, arrêtés il y a un an pour avoir prétendument appelé au renversement du roi Mswati III, ont annoncé leurs familles et des militants des droits de l'Homme. "Ce matin la Cour suprême, qui étudiait l'appel, a décidé à l'unanimité de relâcher sous caution les deux hommes", a affirmé Wandile Dludlu qui est à la tête d'une coalition de groupes pro-démocratie. Mario Masuku, 63 ans, et Maxwell Dlamini, 24 ans, avaient été arrêtés après avoir critiqué le gouvernement au cours d'un meeting organisé par des syndicats swazis en mai 2014. Joint au Swaziland par l'AFP à Johannesburg, le fils de Mario Masuku a...
(AFP 14/07/15)
La fraude fiscale des multinationales fait perdre des dizaines de milliards d'euros par an aux pays pauvres. Mais les acteurs du financement du développement, réunis depuis lundi à Addis Abeba, peinent à s'entendre sur les moyens d'enrayer cette évasion. Plusieurs chefs d’Etat africains ont exigé lundi, au premier jour d'une conférence internationale sur le financement du développement dans la capitale éthiopienne, de nouvelles normes fiscales mondiales. Mais les pays riches refusent leur proposition d’un organisme fiscal international sous l’égide de l'ONU. "Les flux illicites et l’évasion fiscale font perdre entre 30 et 60 milliards de dollars par an à l’Afrique. C’est plus que le montant de l’aide publique au développement", s’est exclamé le président sénégalais, Macky Sall. "Un régime d’imposition...
(Le Matinal 09/07/15)
Maurice et le Swaziland vont renforcer davantage leur coopération dans des domaines d’intérêts mutuels et vont mettre en œuvre des programmes communs dans les domaines de la santé et de l’éducation. Cette coopération était à l’avant des discussions entre le haut-commissaire désigné du Royaume du Swaziland à Maurice, avec résidence à Maputo, Christian M. Nkambule, et le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, au Bâtiment du Trésor à Port-Louis. Les autres questions abordées portent sur la promotion du commerce et de l’investissement entre les deux pays ainsi que la mise en place...
(AFP 30/06/15)
La Cour suprême du Swaziland a ordonné mardi la remise en liberté d'un journaliste et d'un avocat des droits de l'Homme condamnés en juillet 2014 à deux ans de prison après avoir publié des articles critiquant le gouvernement et le système judiciaire du pays. Thulani Maseko, membre de l'association des avocats des droits de l'Homme du Swaziland, et Bheki Makhubu, rédacteur en chef de la revue politique The Nation, étaient en détention depuis mars 2014. Les articles incriminés, publiés le mois précédent, critiquaient la détention pendant une semaine d'un inspecteur gouvernemental...
(Africa Top sports 22/06/15)
En déplacement au Swaziland cet après-midi en match comptant pour le premier tour des qualifications pour le CHAN, qui se tiendra au Rwanda en 2016, l’Angola n’a pu faire mieux qu’un match nul. Après avoir longtemps mené au score par 2-0, les Palancas Negras ont finalement été rejoint par le Swaziland. Darius et Ary ont été les auteurs des buts des Palancas Negras. Mais le retour des vestiaires va marquer le réveil des locaux, qui vont revenir au score et éviter un revers, mais ils sont toutefois en ballottage défavorable avant la manche retour avec deux buts encaissés à domicile. Le CHAN est une compétition réservée aux joueurs qui jouent dans leurs pays respectifs.
(Agence d'information d'afrique centrale 15/06/15)
L'effet Luis Fernandez, nommé à la tête du Syli national de Guinée fin avril, n'aura pas eu lieu. Après un stage perturbé par des tensions entre « locaux » et binationaux et les défections de plusieurs cadres et ponctué par un revers en amical face au Tchad, le Syli s'est incliné « à domicile » (le matchs se jouait au Maroc en raison de l'épidémie d'Ebola) face au modeste Swaziland Dans l'autre rencontre, les Warriors du Zimbabwe se sont imposés sur le terrain du Malawi et s'annoncent comme des concurrents très sérieux pour la Guinée, favorite, en théorie, de ce groupe. Guinée-Swaziland : 1-2 (0-1) Buts : Kamano (67e) pour la Guinée, Tshabedze (11e et 83e) pour le Swaziland Malawi-Zimbabwe...

Pages