| Africatime
Dimanche 26 Février 2017
(Xinhua 25/02/17)
Les Etats membres de la Communauté d'Afrique de l'Est (CAE) sont en train d'accélérer un examen complet des Barrières tarifaires communes (CET) afin de protéger les industries naissantes, ont rapporté vendredi des officiels. La secrétaire permanente du ministère kenyan chargé des Affaires liées à la CAE, du Travail et de la Protection sociale, Betty Maina, a déclaré que la CAE étudiera les critères utilisés dans la classification des marchandises qui entrent dans la CAE. "L'intention de cette étude est d'établir les règles du commerce et d'attirer les investissements dans la région", a expliqué Mme Maina lors de la troisième réunion du réseau des industriels de la CAE. "L'étude incluera également des réformes des modèles d'exemption...
(AFP 24/02/17)
Le président soudanais Omar el-Béchir a ordonné aux autorités de faciliter la distribution d'aide humanitaire internationale au Soudan du Sud voisin frappé par la famine, a indiqué jeudi le ministre des Affaires étrangères. Lundi, le gouvernement du Sud-Soudan a déclaré l'état de famine dans plusieurs zones du pays. Plus de 100.000 Sud-Soudanais sont touchés, selon des organisations liées à l'ONU. "Le président Omar el-Béchir a ordonné aux autorités soudanaises d'offrir tous les services nécessaires pour garantir que l'aide humanitaire arrive au Soudan du Sud par le territoire soudanais", a déclaré dans un communiqué le ministre des Affaires étrangères Ibrahim Ghandour.
(RFI 23/02/17)
Antonio Guterres, le nouveau secrétaire général de l’ONU, lance un appel à l’aide : ses agences ont besoin d’un peu plus de 4 milliards de dollars d’ici la fin du mois de mars pour endiguer une famine qui touche le Nigeria, la Somalie, le Soudan du Sud et le Yémen. Les conflits armés et le changement climatique sont les premiers responsables. Mais l’ONU accuse aussi les parties au conflit de bloquer l’aide humanitaire. En tout ce sont 20 millions de...
(AFP 22/02/17)
Le pape François a appelé mercredi à concrétiser l'acheminement de l'aide alimentaire aux zones du Soudan du Sud où la population est menacée par la famine. "Dans ce moment, l'effort de tous est plus que jamais nécessaire, pour ne pas juste faire des déclarations, mais rendre concrètes les aides alimentaires et permettre qu'elles rejoignent les populations en souffrance", a plaidé le pape lors de son audience générale du mercredi sur la place Saint-Pierre. "Les nouvelles douloureuses en provenance du Soudan du Sud martyr soulèvent une inquiétude particulière", a commenté le pontife argentin, en soulignant "qu'à un conflit fratricide s'ajoute...
(Le Monde 22/02/17)
Le gouvernement de Juba a déclaré l’état de famine dans plusieurs zones du pays. En cause, une sécheresse grave, couplée à la guerre civile et à une économie déliquescente.Loin de sortir la tête de l’eau, le Soudan du Sud s’enfonce au contraire, par paliers, dans des abîmes de chaos. Lundi, le gouvernement de Juba a ainsi déclaré l’état de famine dans plusieurs zones du pays, notamment au sein de la région pétrolifère d’Unité (nord).Les chiffres à eux seuls reflètent la tragique réalité qui...
(AFP 21/02/17)
Le président sud-soudanais Salva Kiir a promis mardi qu'un "accès sans restriction" serait accordé aux humanitaires, dont les efforts ont été entravés depuis plus de trois ans par la guerre, pour venir en aide aux populations touchées par la famine. Le gouvernement, qui a déclaré lundi l'état de famine dans plusieurs zones du pays, "s'assurera que toutes les organisations humanitaires et d'aide au développement bénéficient d'un accès sans restriction aux populations dans le besoin dans tout le pays", a assuré le président Kiir devant le Parlement. Lundi, trois organisations de l'ONU (Unicef, FAO et PAM) avaient indiqué que 4,9 millions...
(RFI 21/02/17)
L’état de famine est déclaré par le gouvernement du Soudan du Sud. Après trois ans de guerre civile, les populations de plusieurs zones de la région d'Unité dans le Nord risquent à présent de mourir de faim. Ils sont 100 000 à être directement menacés, à avoir besoin d'une aide d'urgence pour ne pas mourir au Soudan du Sud. Et la situation risque d'empirer rapidement : la famine pourrait toucher un million de personnes dans les mois qui viennent. Le problème est encore plus large : la moitié des Sud-Soudanais n'ont pas un accès régulier...
(AFP 20/02/17)
Le gouvernement sud-soudanais a pour la première fois déclaré l'état de famine dans plusieurs zones du pays, une situation que les agences humanitaires déplorent d'autant plus qu'elle est "causée par l'homme", à savoir par la guerre qui ravage le pays depuis plus de trois ans. Plusieurs zones de la région d'Unité (nord) sont désormais "classifiées comme étant en famine (...) ou courant le risque d'être en famine", a déclaré à la presse Isaiah Chol Aruai, président du Bureau national des statistiques, se basant sur l'échelle IPC, le standard le plus utilisé pour classifier la sécurité alimentaire.
(AFP 14/02/17)
L'armée du Soudan du Sud, réagissant à la récente démission d'un influent général critique envers le régime, a accusé le haut gradé d'avoir fui le pays pour échapper à des poursuites pour malversations, dans un communiqué transmis mardi à l'AFP. Le général Thomas Cirillo Swaka, numéro deux de la division logistique au sein de l'état-major, reproche au président et à la SPLA (l'armée gouvernementale) d'avoir "systématiquement torpillé" un accord de paix signé en août 2015 pour mettre fin à la...
(AFP 08/02/17)
Plus de 52.000 personnes ont fui le Soudan du Sud durant le seul mois de janvier, la plupart vers l'Ouganda, pour échapper aux incessants combats qui minent le plus jeune pays du monde et font planer des menaces de génocide, selon l'ONU mardi. Les déplacés viennent pour beaucoup des villes au sud de la capitale Juba, dans l'Etat méridional d'Equatoria-Central, a précisé le conseiller spécial pour la prévention des génocides des Nations unies, Adama Dieng. Et de nombreux réfugiés font...
(RFI 07/02/17)
Les Sud-Soudanais continuent de fuir la violence dans leur pays. Environ 2 000 d’entre eux arrivent chaque jour au camp de réfugiés de Bidi Bidi, en Ouganda, après plusieurs jours de marche. A ce rythme, ce camp, où sont déjà entassées plus de 270 000 personnes, pourrait bientôt devenir le plus peuplé au monde.
(Jeune Afrique 31/01/17)
Dans la Corne de l’Afrique, la sécheresse menace la sécurité alimentaire de 17 millions de personnes, indique l’agence des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). L’organisation évoque “une situation d’urgence humanitaire”. C’est un cri d’alarme qu’a lancé la FAO, en marge du 28ème Sommet de l’Union Africaine qui se déroule en ce moment à Addis-Abeba. D’après les estimations de l’organisation onusienne, près de 17 millions de personnes risquent de faire face à de...
(Le Monde 30/01/17)
Harcelés par l’armée de Juba, décimés par la faim, Riek Machar et 600 de ses hommes ont marché 400 km. Bloqués au Nord-Kivu sans statut juridique, ils sont haïs par la population. Coincés entre une colline verdoyante et une base militaire de casques bleus indiens, de redoutables combattants sud-soudanais s’impatientent. « Nous n’avons pas perdu la guerre et on veut continuer à combattre sur le plan politique ou militaire, assure Wang Chany Thian, brigadier général de l’Armée de libération du...
(AFP 27/01/17)
Un tribunal kényan a bloqué vendredi l'expulsion de deux opposants sud-soudanais après une campagne menée par des ONG défense des droits de l'homme qui redoutaient qu'ils soient détenus arbitrairement et torturés une fois à Juba. Les familles de Dong Samuel Luak - avocat et activiste des droits de l'homme sud-soudanais ayant rejoint l'opposition de ce pays en guerre depuis décembre 2013 - et d' Aggrey Idri - autre responsable de l'opposition sud-soudanaise- avaient saisi la justice pour réclamer l'annulation de...
(Xinhua 18/01/17)
Le nouveau gouverneur de la banque centrale du Soudan du Sud, Othom Rago Ajak, récemment nommé, a déclaré mardi qu'il ferait sa priorité de la lutte contre l'hyperinflation, un fléau qui ralentit l'activité économique dans ce pays ravagé par la guerre civile. "Le problème du Soudan du Sud est l'inflation, et l'instabilité des taux de change. Nous travaillerons à régler ces problèmes et si tout va bien nous devrions pouvoir y faire quelque chose", a déclaré M. Ajak aux journalistes à Juba. M. Ajak, banquier de formation, remplace Kornelio Koryom à la tête de la Banque...
(AFP 18/01/17)
Des retards administratifs et des désaccords autour de la sécurité de l'aéroport de Juba freinent le déploiement au Soudan du Sud d'une nouvelle force militaire régionale sous mandat de l'ONU, selon un rapport confidentiel obtenu par l'AFP mardi. Après un accès de violences entre rebelles et forces régulières en juillet dernier, les Nations unies avaient autorisé le déploiement de 4.000 soldats supplémentaires, devant s'ajouter aux 13.000 Casques bleus déjà présents au Soudan du Sud dans le cadre de la Minuss. Le gouvernement du Soudan du Sud
(AFP 17/01/17)
Deux groupes rebelles poussés hors du Darfour par une offensive de l'armée soudanaise opèrent désormais principalement depuis la Libye et le Soudan du Sud, selon un rapport de l'ONU publié lundi. Le gouvernement de Khartoum, contre lequel des sanctions américaines ont été allégées vendredi par l'administration de Barack Obama, a désormais "davantage de marges de manoeuvre pour dicter les termes d'un accord sur le Darfour", selon le panel d'experts auteurs du rapport. Le conflit qui frappe la vaste région désertique...
(Xinhua 12/01/17)
Le Soudan du Sud a déclaré mercredi que la date limite pour le déploiement d'une force de protection régionale au Soudan du Sud, très attendue dans ce pays en proie au conflit, avait expiré à moins que le Conseil de sécurité des Nations unies n'émette une nouvelle résolution à cet effet. L'échéance du 15 décembre 2016 pour le déploiement de forces de paix africaines à Juba, la capitale du pays, a expiré, a déclaré à Xinhua le ministre de l'Information, Michael Makuei. "Nous avons prouvé sans doute raisonnable que Juba et sa région environnante étaient sûres", a déclaré...
(Radio Vatican 31/12/16)
Le Soudan du Sud encore bien loin de la paix et de la stabilité. La ville de Yei, dans le sud de ce pays en guerre, a vécu de terribles épisodes de violences ces derniers mois. Des massacres et des meurtres contre des civils ont été commis, semble-t-il, par des milices armées qui pourchassent les partisans présumés de l’ancien vice-président Riek Machar. Des centaines de personnes seraient mortes suites à ces violences, mais également par manque de nourriture et de...
(RFI 27/12/16)
L'aviation soudanaise a repris ses bombardements sur les monts Nuba, une zone entre le Soudan et le Soudan du Sud contrôlée par des rebelles sud-soudanais mais que Khartoum tente de reprendre depuis maintenant cinq ans. Dans cette zone difficile d'accès et très escarpée, les militaires soudanais tentent de couper les voies d'approvisionnement. Depuis le marché de Hadra, on distingue la ligne de front où les combattants du Mouvement de libération des peuples du Soudan Nord affrontent l'armée soudanaise. C'est par...

Pages