| Africatime
Lundi 27 Février 2017
(Le Monde 27/02/17)
Vingt millions de personnes ont besoin d’assistance en raison de la sécheresse mais aussi des guerres. Les Nations unies lancent un cri d’alarme pour éviter « une catastrophe ». Triste constat et sombres souvenirs : la famine est bel et bien de retour en Afrique de l’Est. La sécheresse frappe depuis fin 2016 plusieurs pays de la région (Somalie, Kenya, Ethiopie, Djibouti, Ouganda, Soudan du Sud, et dans une moindre mesure Tanzanie), où 20 millions de personnes auraient aujourd’hui besoin d’une assistance humanitaire d’urgence, selon les chiffres rendus publics par l’ONU. Les plus affectés demeurent la Somalie – 2,9 millions de personnes en état de crise alimentaire – et le Soudan du Sud – 4,9...
(RFI 23/02/17)
Antonio Guterres, le nouveau secrétaire général de l’ONU, lance un appel à l’aide : ses agences ont besoin d’un peu plus de 4 milliards de dollars d’ici la fin du mois de mars pour endiguer une famine qui touche le Nigeria, la Somalie, le Soudan du Sud et le Yémen. Les conflits armés et le changement climatique sont les premiers responsables. Mais l’ONU accuse aussi les parties au conflit de bloquer l’aide humanitaire. En tout ce sont 20 millions de personnes qui sont menacées de mort dans les six prochains mois. C’est la première fois en plusieurs décennies que quatre alertes à la famine sont lancées en même temps. Elles touchent le Nigeria, la Somalie, le Soudan du Sud et...
(Le Monde 22/02/17)
Le gouvernement de Juba a déclaré l’état de famine dans plusieurs zones du pays. En cause, une sécheresse grave, couplée à la guerre civile et à une économie déliquescente.Loin de sortir la tête de l’eau, le Soudan du Sud s’enfonce au contraire, par paliers, dans des abîmes de chaos. Lundi, le gouvernement de Juba a ainsi déclaré l’état de famine dans plusieurs zones du pays, notamment au sein de la région pétrolifère d’Unité (nord).Les chiffres à eux seuls reflètent la tragique réalité qui...
(RFI 21/02/17)
L’état de famine est déclaré par le gouvernement du Soudan du Sud. Après trois ans de guerre civile, les populations de plusieurs zones de la région d'Unité dans le Nord risquent à présent de mourir de faim. Ils sont 100 000 à être directement menacés, à avoir besoin d'une aide d'urgence pour ne pas mourir au Soudan du Sud. Et la situation risque d'empirer rapidement : la famine pourrait toucher un million de personnes dans les mois qui viennent. Le problème est encore plus large : la moitié des Sud-Soudanais n'ont pas un accès régulier...
(RFI 07/02/17)
Les Sud-Soudanais continuent de fuir la violence dans leur pays. Environ 2 000 d’entre eux arrivent chaque jour au camp de réfugiés de Bidi Bidi, en Ouganda, après plusieurs jours de marche. A ce rythme, ce camp, où sont déjà entassées plus de 270 000 personnes, pourrait bientôt devenir le plus peuplé au monde.
(RFI 03/02/17)
Fraîchement auréolé de sa victoire diplomatique par le retour du Maroc au sein de l'Union africaine, Mohammed VI poursuit son offensive sur le continent avec un déplacement au Soudan du Sud. Lors de cette visite d'Etat de deux jours, le roi était accompagné d'une importante délégation d'affaires. Le Maroc s'est engagé à participer à la construction de la prochaine capitale administrative du pays. L’axe Rabat-Juba devrait se concrétiser par de grands chantiers d’infrastructures en direction du plus jeune Etat du...
(Jeune Afrique 31/01/17)
Dans la Corne de l’Afrique, la sécheresse menace la sécurité alimentaire de 17 millions de personnes, indique l’agence des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). L’organisation évoque “une situation d’urgence humanitaire”. C’est un cri d’alarme qu’a lancé la FAO, en marge du 28ème Sommet de l’Union Africaine qui se déroule en ce moment à Addis-Abeba. D’après les estimations de l’organisation onusienne, près de 17 millions de personnes risquent de faire face à de...
(Le Monde 30/01/17)
Harcelés par l’armée de Juba, décimés par la faim, Riek Machar et 600 de ses hommes ont marché 400 km. Bloqués au Nord-Kivu sans statut juridique, ils sont haïs par la population. Coincés entre une colline verdoyante et une base militaire de casques bleus indiens, de redoutables combattants sud-soudanais s’impatientent. « Nous n’avons pas perdu la guerre et on veut continuer à combattre sur le plan politique ou militaire, assure Wang Chany Thian, brigadier général de l’Armée de libération du...
(RFI 12/01/17)
La crise sud-soudanaise est-elle en train de déborder sur l’Est de la République démocratique du Congo ? Les Nations unies avaient désarmé et cantonné des centaines de combattants de Riek Machar en août 2016. Près de 65 000 réfugiés sud-soudanais ont déjà traversé la frontière et d’autres se présentent chaque jour. Les combats se déroulent aussi tout près. Et l’ONU dit avoir des rapports faisant état d’infiltrations d’hommes en armes sur le sol congolais. C’est une inquiétude réelle, personne ne...
(Radio Vatican 31/12/16)
Le Soudan du Sud encore bien loin de la paix et de la stabilité. La ville de Yei, dans le sud de ce pays en guerre, a vécu de terribles épisodes de violences ces derniers mois. Des massacres et des meurtres contre des civils ont été commis, semble-t-il, par des milices armées qui pourchassent les partisans présumés de l’ancien vice-président Riek Machar. Des centaines de personnes seraient mortes suites à ces violences, mais également par manque de nourriture et de...
(France 24 30/12/16)
Un projet américain de résolution imposant un embargo sur les armes au Soudan du Sud a été rejeté vendredi par le Conseil de sécurité de l'ONU. Plusieurs États veulent donner du temps au président Kiir qui promet un dialogue national. Éclipsé par le vote le même jour de la résolution condamnant la colonisation israélienne, le rejet de la résolution imposant un embargo sur les armes au Soudan du Sud, par le Conseil de sécurité de l’ONU, vendredi 23 décembre, a enterré l’espoir d’un sursaut d’intérêt de la communauté internationale pour ce pays. Le rejet du texte proposé...
(RFI 27/12/16)
L'aviation soudanaise a repris ses bombardements sur les monts Nuba, une zone entre le Soudan et le Soudan du Sud contrôlée par des rebelles sud-soudanais mais que Khartoum tente de reprendre depuis maintenant cinq ans. Dans cette zone difficile d'accès et très escarpée, les militaires soudanais tentent de couper les voies d'approvisionnement. Depuis le marché de Hadra, on distingue la ligne de front où les combattants du Mouvement de libération des peuples du Soudan Nord affrontent l'armée soudanaise. C'est par...
(RFI 24/12/16)
Le projet de résolution à l’ONU pour un embargo sur les armes au Soudan du Sud, en proie à la guerre civile depuis trois ans, a été rejeté ce vendredi 23 décembre par le Conseil de sécurité. Il n'a obtenu que sept votes sur les neuf nécessaires à son adoption. Un revers pour la diplomatie américaine sur le départ. Pas d'embargo sur les armes pour le Soudan du Sud. Et pas de sanctions non plus pour trois dirigeants contre lesquels Washington préconisait un gel des avoirs et une interdiction de voyager : à savoir le leader des rebelles, Riek Machar, actuellement en exil en Afrique du Sud, Paul Malong, le chef d'état-major de l'armée...
(RFI 15/12/16)
Le président sud-soudanais Salva Kiir a appelé mercredi 15 décembre à la tenue d'un «dialogue national» ouvert à tous. S'exprimant devant le Parlement, il a exhorté ses opposants - y compris ceux en exil - à y participer afin de rétablir la paix. Le Soudan du Sud entre dans sa quatrième année de conflit entre les troupes fidèles au président et celles fidèles à son ancien vice-président Riek Machar. Ce dernier a fui le pays en juillet dernier et se...
(RFI 15/12/16)
Deux semaines après l’annonce par des experts de l’ONU d’un « nettoyage ethnique » en cours dans plusieurs régions du Soudan du Sud, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU organise mercredi 14 décembre une session spéciale pour tenter de prévenir un génocide. Déjà à la mi-novembre, Adama Dieng, le conseiller spécial de l’ONU sur la prévention du génocide, avait affirmé devant le Conseil de sécurité avoir vu au Soudan du Sud « tous les signes qui montrent que...
(RFI 13/12/16)
L’Ouganda fait face à l’arrivée massive de réfugiés, surtout depuis la reprise du conflit au Soudan du Sud. Depuis juillet, plus de 300 000 réfugiés ont traversé la frontière dans le Nord du pays. Une vague de migration qui pourrait faire peur d’un point de vue économique dans ce pays où le taux de chômage est déjà très important. Mais loin d’être un handicap, l’arrivée de ces réfugiés semble dynamiser l’économie locale. A quelques kilomètres de la frontière sud-soudanaise se...
(RFI 05/12/16)
Au Soudan du Sud, les combats opposants les hommes de Kiir et de Machar se poursuivent, poussant des milliers de personnes à fuir leur pays. Aux derniers décomptes du UNHCR, ils sont plus de 300 000 à avoir trouvé refuge en Ouganda depuis début juillet (marquant la reprise de la crise). Dans ce flux incessant, 60% sont des enfants de moins de 18 ans, plus de 90 000 sont en âge d’aller à l’école. Un public qui demande une attention...
(La Voix de l'Amérique 03/12/16)
Le mouvement de libération du peuple soudanais SPLM/SPLA sous le leadership de Riek Machar a restructuré l’équipe de sa direction. Le groupe rebelle a nommé un vice-président, un secrétaire général et trois départements ont été attribués à de nouveaux individus. Ces nominations ont été décidées à l’issue de la rencontre du bureau politique du SPLM/SPLA dirigé par Riek Machar. Désormais, Henry L. Odwar est devenu le numéro deux du groupe rebelle comme vice-président et Commandant en chef adjoint. Le secrétariat général a été attribué à Tingo Peter Regbigo. M. Machar a aussi...
(Le Monde 30/11/16)
Des soldats japonais vont être déployés au Soudan du Sud au sein de la même mission de maintien de la paix que leurs « frères ennemis » chinois. Le bras de fer sino-japonais peut-il s’étendre à l’Afrique ? C’est l’une des questions que pose le déploiement simultané de troupes chinoises et japonaises, sous la bannière de l’ONU, au Soudan du Sud. Il y a d’abord eu les promesses d’investissement sonnantes et trébuchantes des deux pays : 60 milliards de dollars pour la Chine au sommet de Johannesburg de 2015 quand le Japon...
(RFI 24/11/16)
Au Soudan du Sud, les exactions contre les civils continuent discrètement dans plusieurs provinces du pays, selon le constat alarmant dressé par l'organisation Human Rights Watch, à l'occasion de la publication mercredi 23 novembre de leur dernier rapport d'enquête basé sur des centaines de témoignages de victimes. Leur principale conclusion est que, depuis la reprise du conflit en juillet dernier, la crise s'est étendue à de nouvelles provinces et que la communauté internationale n'a toujours rien mis en œuvre pour tenter de stopper les massacres.

Pages