| Africatime
Mercredi 26 Avril 2017
(Xinhua 26/04/17)
KHARTOUM-- Le Parlement soudanais a accusé mardi le Soudan du Sud de continuer à soutenir les groupes rebelles soudanais, a rapporté le Centre de presse du Soudan (SMC). "Le Soudan du Sud a répondu au soutien du gouvernement et du peuple soudanais en renforçant sa coordination avec le Mouvement populaire de libération du Soudan - Secteur nord (MPLS-N), dans le but de nuire à la sécurité et à la stabilité du Kordofan du Sud et du Nil Bleu", a déclaré le général Ahmed Imam al-Tuhami, président du Comité de sécurité et de défense du Parlement soudanais, cité par le SMC. Le général al-Tuhami a décrit les récentes rencontres entre le gouvernement du Soudan du Sud...
(AFP 25/04/17)
Le puissant Service national du renseignement et de la sécurité (NISS) du Soudan a accusé lundi le Soudan du Sud d'"accueillir" des rebelles qui combattent les forces de Khartoum. Le NISS s'en est pris au président sud-soudanais Salva Kiir, à son vice-président Taban Deng et à des commandants militaires sud-soudanais pour s'être réunis la semaine dernière avec des membres de la branche nord du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM-N) qui se bat contre les forces soudanaises dans les Etats du Nil Bleu et du Kordofan-Sud. "Ces réunions étaient destinées à entretenir la guerre au Soudan", a estimé le NISS. "Le Soudan du Sud continue à accueillir des rebelles soudanais". Khartoum reproche à son voisin d'entretenir le conflit alors...
(BBC 25/04/17)
Le rapport établi par un groupe d'experts, précise que les offensives menées par des milices et des soldats Dinka, groupe ethnique du président Salva Kiir, sont à la base de la famine au Soudan du Sud. Selon ce rapport, le gouvernement du président Salva Kiir est également responsable de la plupart des combats dans le pays. Ces combattants Dinka, indique le rapport, viennent d'acquérir de nouvelles armes. Des armes lourdes et des hélicoptères d'attaque, précise le rapport. Un porte-parole du...
(RFI 22/04/17)
Au Soudan du Sud, l’opposition accuse les autorités de chercher à exterminer les populations n’appartenant pas à l’ethnie Dinka. Une coalition de partis politiques, y compris la faction dissidente du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM), fidèle à l’ex-président Riek Machar, assure que les violences en cours s’apparentent à un «génocide». Le conflit au Soudan du Sud a une dimension ethnique depuis le début. Encore récemment, l’armée régulière et des milices dinkas se seraient livrées à des représailles contre des civils non-dinkas. Ces violences ont pris...
(Xinhua 19/04/17)
KINSHASA, (Xinhua) -- Des agents de la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO) ont été pris en otage dans la journée de mardi par les anciens rebelles sud-soudanais cantonnés dans le cadre de la mission de l'ONU dans la province du Nord-Kivu, a-t-on appris d'une source de la MONUSCO à Goma, chef-lieu de la province. A en croire cette même source, ces rebelles soudanais fidèles à l'ancien vice-président sud-soudanais Riek Machar veulent partir dans un pays...
(APA 31/03/17)
Riek Machar, le chef de l’opposition armée, a accusé l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) d’avoir trahi le Soudan du Sud dans sa quête d’une paix durable. L’ancien vice-président, qui vit dans la clandestinité après une tentative ratée d’instaurer un partage du pouvoir avec le président Salva Kiir, a publié jeudi un communiqué dans lequel il exprime une « déception profonde » face à la position de l’IGAD. Il a affirmé que l’Autorité prenait parti, pointant du doigt le processus...
(RFI 29/03/17)
Le président du Soudan du Sud Salva Kiir a annoncé ce lundi 27 mars un cessez-le-feu unilatéral de ses forces dans le pays. Il a ainsi accédé à une demande de l'Igad, l’Autorité intergouvernementale sur le développement, qui était réunie en sommet le week-end dernier à Nairobi. Il s'agit d'essayer de faire retomber la tension dans le pays ravagé par la guerre civile et la famine, pour favoriser la tenue d'un dialogue national. Mais l'opposition a aussitôt fait savoir que...
(AFP 25/03/17)
Les premiers soldats de la force militaire régionale sous mandat de l'ONU qui doit être déployée au Soudan du Sud arriveront "fin avril, début mai", a indiqué vendredi Hervé Ladsous, chef sortant des opérations de maintien de la paix de l'ONU. A ce premier contingent de soldats venus du Bangladesh et du Népal s'ajoutera une unité d'hélicoptères, a précisé M. Ladsous lors d'un point presse. D'autres troupes, notamment éthiopiennes, devraient les rejoindre "probablement fin mai, début juin", a-t-il précisé. "Nous avons remué ciel et terre pour accélérer le déploiement. Mais le gouvernement du Soudan du Sud a mis beaucoup de bâtons dans les roues du processus".
(AFP 24/03/17)
Les dirigeants sud-soudanais sont les uniques responsables de l'actuelle famine au Soudan du Sud, affirment les analystes, soulignant que si l'aide alimentaire aide à sauver des vies, seule la paix mettra fin aux souffrances de la population. Une paix qui semble plus lointaine que jamais, la communauté internationale semblant paralysée face à ceux qui ont plongé le pays dans la catastrophe et restent insensibles aux appels à déposer les armes. Il n'y a ni sécheresse catastrophique au Soudan du Sud...
(AFP 24/03/17)
Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est dit jeudi "profondément inquiet" de la dégradation de la situation humanitaire et de la famine au Soudan du Sud, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France évoquant à nouveau la possibilité de sanctions et d'un embargo sur les armes. Pillages des missions humanitaires et de l'ONU, viols en série, recrutement d'enfants soldats et famine: six ans après l'indépendance, "tout l'optimisme qui avait accompagné la naissance du Soudan du Sud a été anéanti par...
(AFP 22/03/17)
Le gouvernement sud-soudanais a accusé mardi les rebelles de l'ex-vice président Riek Machar d'avoir enlevé dimanche trois employés du secteur pétrolier, un Pakistanais et deux Sud-Soudanais, dans l'Etat du Haut-Nil (Upper Nile, Nord). Selon le ministre de l'Information du président Salva Kiir, Michael Makuei, six rebelles appartenant au mouvement de Riek Machar se sont introduits dimanche dans les champs pétroliers de Paloich, exploités par le consortium sino-malaisien Petrodar. Ils y ont "intercepté quatre" personnes "venues sur le site pour vérifier les puits de pétrole". "L'un d'eux était un policier, les trois autres, un chauffeur et deux techniciens", a affirmé M. Makuei à l'AFP.
(APA 18/03/17)
Selon un rapport publié par des observateurs des Nations Unies, bien que la famine affecte plus de 5,5 millions de personnes au Soudan du Sud, les autorités investissent plus de la moitié des revenus pétroliers dans l’achat d’armes. Une situation provoquée par la spirale de la violence entre les forces gouvernementales de Salva Kiir (photo) et les rebelles du vice-président Riek Machar, et qui aggrave la pénurie alimentaire dans le pays. La plus jeune démocratie du monde dépend quasi totalement...
(Agence Ecofin 18/03/17)
Selon un rapport publié par des observateurs des Nations Unies, malgré que la famine affecte plus de 5,5 millions de personnes au Soudan du Sud, les autorités investissent plus de la moitié des revenus pétroliers dans l’achat d’armes. Une situation qui nourrit la spirale de la violence entre les forces gouvernementales et les rebelles et qui aggrave la pénurie alimentaire dans le pays. Le plus jeune Etat du continent africain dépend, en effet, quasi totalement des revenus pétroliers et une...
(Jeune Afrique 14/03/17)
Alors que, le 7 mars, l’épiscopat catholique de la RD Congo, en première ligne dans la crise politique, dénonçait les « manœuvres visant à retarder la mise en application de l’accord du 31 décembre », le pape François a laissé entendre que le voyage qu’il envisageait de faire en 2017 dans ce pays, ainsi qu’au Congo-Brazzaville, n’était plus d’actualité. Dans une interview au journal allemand Die Zeit, parue le 9 mars, le souverain pontife en exprime le regret : « Il...
(The Associated Press 09/03/17)
L'enquête menée pendant sept mois par la Commission des droits de la personne des Nations unies est la plus complète jamais réalisée au Soudan du Sud concernant le nettoyage ethnique et une situation qui pourrait mener à un génocide dans ce pays déchiré par la guerre civile, selon des dirigeants onusiens. Le rapport détaille notamment les bombardements délibérés de civils et la famine. Il décrit également le recours au discours haineux par plusieurs dirigeants, dont le président Salva Kiir. Le document affirme que les crimes ont principalement été commis par l'armée gouvernementale, des membres des forces nationales de sécurité, des policiers et des milices affiliées...
(AFP 07/03/17)
Un influent général sud-soudanais, en exil depuis sa démission de l'armée gouvernementale en février, a annoncé la création d'un nouveau groupe rebelle, dans le but de renverser le président de ce pays en guerre depuis plus de trois ans. Dans une lettre de démission, le 12 février, le général Thomas Cirillo Swaka, qui était numéro deux de la division logistique au sein de l'état-major, avait accusé le président Salva Kiir de "nettoyage ethnique" et d'avoir transformé peu à peu l'armée...
(Apa 24/02/17)
Le président du Souda du Sud, Salva Kiir, devrait arriver jeudi à Addis-Abeba pour une visite officielle de trois jours, selon le ministère éthiopien des Affaires étrangères. Les deux pays vont signer un certain nombre d’accords de coopération, notamment en ce qui concerne les questions de sécurité, a déclaré mercredi à APA, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Tewolde Mulugeta. “La visite permettra d’améliorer les relations bilatérales et la coopération entre les deux pays”, a déclaré Tewolde. L’Ethiopie a...
(BBC 18/02/17)
La ministre sud soudanais dut travail, Gabriel Duop Lam, a présenté vendredi sa démission et a annoncé qu'il rejoignait le mouvement rebelle dirigé par l'ex-vice-président Riek Machar. Gabriel Duop Lam a été nommé à ce poste l'année dernière dans le cadre du gouvernement d'union formée au lendemain de la signature d'un accord entre le gouvernement et les factions rebelles. Il avait décidé de ne pas suivre M. Machar quand ce dernier a fui le pays après les violents affrontements entre...
(AFP 17/02/17)
Le ministre sud-soudanais du Travail a annoncé vendredi sa démission et affirmé sa "pleine allégeance" au chef de l'opposition de ce pays déchiré par une guerre civile depuis plus de trois ans. "Par la présente, je démissionne officiellement de mon poste de ministre du Travail (...) à compter du 17 février 2017 et je réaffirme ma pleine allégeance et mon engagement envers le SPLM/SPLA-IO (l'opposition, ndlr) sous la sage direction de Riek Machar", a indiqué Gabriel Duop Lam dans sa...
(AFP 15/02/17)
Un rapport confidentiel de l'ONU avertit que la guerre au Soudan du Sud a atteint des "proportions catastrophiques pour les civils" et que l'emprise des milices risque de devenir incontrôlable et d'alimenter les combats pour de nombreuses années. Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres écrit dans ce rapport, obtenu mardi par l'AFP, que les civils fuient villes et villages "en nombre record" et que le risque d'atrocités de masse "est réel". "La situation sécuritaire continue de se détériorer dans...

Pages