| Africatime
Samedi 21 Janvier 2017
(TelQuel 20/01/17)
Attendu à Juba le 20 janvier, le roi Mohammed VI a décidé de reporter sa visite au Soudan du Sud. Pour la deuxième fois en 48 heures, un déplacement africain de Mohammed VI est reporté. La visite du souverain au Soudan du Sud, annoncée par le porte-parole du gouvernement sud-soudanais le 18 janvier et prévue pour le 20 janvier, a été reportée selon le site d’informations Medias24 qui cite une "source sûre". Le roi devait, lors de cette visite, rencontrer le président de la République du Soudan du Sud et présider la signature de mémorandums d’entente. Le 18 janvier, c’était la présidence ghanéenne qui annonçait le report de la visite royale prévue le jour même...
(AFP 12/01/17)
Après avoir brièvement entrevu la fin de la guerre civile déclenchée le 15 décembre 2013, le Soudan du Sud a assisté ces derniers mois à l'implosion du processus de paix et au retour de violences à grande échelle qui font maintenant craindre une dérive génocidaire. L'espoir d'un règlement du conflit, qui a fait des dizaines de milliers de morts et plus de trois millions de déplacés, et a été marqué par des atrocités à caractère ethnique, aura duré à peine deux mois. Entre le retour fin avril à Juba du chef rebelle Riek Machar, pour former un gouvernement d'union nationale avec le président Salva Kiir, dans le cadre de l'accord de paix signé en août 2015, et les violents affrontements...
(RFI 12/01/17)
La crise sud-soudanaise est-elle en train de déborder sur l’Est de la République démocratique du Congo ? Les Nations unies avaient désarmé et cantonné des centaines de combattants de Riek Machar en août 2016. Près de 65 000 réfugiés sud-soudanais ont déjà traversé la frontière et d’autres se présentent chaque jour. Les combats se déroulent aussi tout près. Et l’ONU dit avoir des rapports faisant état d’infiltrations d’hommes en armes sur le sol congolais. C’est une inquiétude réelle, personne ne...
(Radio Okapi 12/01/17)
Le représentant de la RDC à l’ONU, Ignace Gata Mavita, a invité mercredi 11 janvier les Nations unies à tout faire pour que les combattants sud-soudanais et les rebelles rwandais FDLR présents dans l’est de la RDC soient rapatriés dans leurs pays respectifs. La RDC avait demandé en octobre dernier à la MONUSCO d’ «évacuer rapidement ces combattants de notre territoire», a rappelé Ignace Gata Mavita. Il a par ailleurs estimé que la reprise en 2016 de la coopération entre...
(Xinhua 09/01/17)
KINSHASA, (Xinhua) -- Plus de deux millions de réfugiés du Soudan du Sud ont fui leur pays en 2016 à cause de la guerre civile, pour se réfugier en République démocratique du Congo (RDC) et en Ouganda, a affirmé samedi à Kinshasa le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR). Selon Eric Ngala du HCR, il s'agit là du plus grand exode en Afrique depuis le génocide de 1994 au Rwanda. "La cause principale de cet exode de milliers...
(France 24 30/12/16)
Un projet américain de résolution imposant un embargo sur les armes au Soudan du Sud a été rejeté vendredi par le Conseil de sécurité de l'ONU. Plusieurs États veulent donner du temps au président Kiir qui promet un dialogue national. Éclipsé par le vote le même jour de la résolution condamnant la colonisation israélienne, le rejet de la résolution imposant un embargo sur les armes au Soudan du Sud, par le Conseil de sécurité de l’ONU, vendredi 23 décembre, a enterré l’espoir d’un sursaut d’intérêt de la communauté internationale pour ce pays. Le rejet du texte proposé...
(AFP 24/12/16)
Un projet américain de résolution imposant un embargo sur les armes au Soudan du Sud et des sanctions contre certains dirigeants de ce pays a été rejeté vendredi lors d'un vote au Conseil de sécurité de l'ONU. Washington a sonné l'alarme: des atrocités de masse sont sur le point d'être commises dans le pays en proie à une guerre civile depuis 2013. Mais son projet de résolution n'a rassemblé que sept votes favorables, face à huit abstentions parmi les 15 membres du Conseil. "Cela n'aurait pas dû être une résolution controversée", a regretté l'ambassadrice américaine auprès des Nations unies, Samantha Power.
(Xinhua 24/12/16)
NEW YORK (Nations Unies), -- Vendredi, le Conseil de sécurité de l'ONU n'est pas parvenu à adopter le projet de résolution visant à imposer un embargo sur les armes à l'encontre du Soudan du Sud car le nombre de votes suffisant n'a pas été réuni parmi les quinze pays membres du conseil. Le document a été élaboré par les Etats-Unis, et appelait à un embargo sur les armes à l'encontre du Soudan du Sud ainsi qu'à des sanctions ciblées contre...
(AFP 23/12/16)
Un projet américain de résolution imposant un embargo sur les armes au Soudan du Sud et des sanctions contre certains dirigeants de ce pays a été rejeté vendredi lors d'un vote au Conseil de sécurité de l'ONU. Le projet de Washington, qui estime que des atrocités de masse sont sur le point d'être commises dans le pays en proie à une guerre civile depuis 2013, a rassemblé sept votes favorables et huit abstentions -- dont la Russie, la Chine et...
(AFP 22/12/16)
Le Conseil de sécurité des Nations unies devrait voter vendredi sur un projet de résolution américaine qui imposerait un embargo sur les armes au Soudan du Sud et des sanctions contre certains dirigeants de ce pays ravagé par une guerre civile depuis 2013. Il plane toutefois encore une certaine incertitude et il n'est pas sûr que la mesure sera adoptée. Washington estime urgent de couper les possibilités d'approvisionnement en armes, affirmant que des atrocités de masse sont sur le point...
(AFP 19/12/16)
Les Etats-Unis vont demander au Conseil de sécurité des Nations unies de se prononcer prochainement sur l'instauration d'un embargo sur les armes au Soudan du Sud, ravagé par une guerre civile depuis 2013. "Il est extrêmement important de voter cela avant la fin de l'année", a estimé lundi Samantha Power, ambassadrice américaine à l'ONU, en amont d'une réunion à huis clos prévue dans la journée pour évoquer la crise sud-soudanaise qui est entrée ce mois-ci dans sa quatrième année. Le...
(AFP 17/12/16)
Les quinze membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont renouvelé à l'unanimité vendredi le mandat des Casques bleus au Soudan du Sud pour un an, malgré des réserves exprimées par la Russie notamment. Le Conseil avait dû prolonger de 24 heures ce mandat arrivé à expiration jeudi, le temps d'apaiser les objections russes. En vertu de la résolution adoptée vendredi, la mission des Casques bleus (Minuss) reste axée sur la protection des civils, la défense des droits de l'homme...
(AFP 16/12/16)
L'opposition sud-soudanaise a salué vendredi l'appel du président Salva Kiir à un "dialogue national" visant à rétablir la paix, trois ans après le début de la guerre civile, mais a exclu qu'il soit mené par le chef de l'Etat. "La direction du SPLM/A-IO (opposition) salue le dialogue national comme un moyen de parvenir à la paix, mais il ne doit pas être mené par le président Salva Kiir", a déclaré dans un communiqué Nyarji Roman, porte-parole de l'opposition. Mercredi, le président Kiir avait lancé un "dialogue national" ouvert à tous. Il avait promis de...
(RFI 15/12/16)
Le président sud-soudanais Salva Kiir a appelé mercredi 15 décembre à la tenue d'un «dialogue national» ouvert à tous. S'exprimant devant le Parlement, il a exhorté ses opposants - y compris ceux en exil - à y participer afin de rétablir la paix. Le Soudan du Sud entre dans sa quatrième année de conflit entre les troupes fidèles au président et celles fidèles à son ancien vice-président Riek Machar. Ce dernier a fui le pays en juillet dernier et se...
(AFP 14/12/16)
Le président sud-soudanais Salva Kiir a appelé mercredi à la tenue d'un "dialogue national", ouvert à tous, y compris les opposants en exil, et visant à rétablir la paix trois ans après le début de la guerre civile. "Aussi longtemps que je serai président, je ne permettrai pas à la souffrance qui touche notre peuple de continuer et je ne permettrai pas à ce pays de se désagréger", a déclaré M. Kiir devant le Parlement. "Afin de consolider la paix...
(RFI 13/12/16)
L’Ouganda fait face à l’arrivée massive de réfugiés, surtout depuis la reprise du conflit au Soudan du Sud. Depuis juillet, plus de 300 000 réfugiés ont traversé la frontière dans le Nord du pays. Une vague de migration qui pourrait faire peur d’un point de vue économique dans ce pays où le taux de chômage est déjà très important. Mais loin d’être un handicap, l’arrivée de ces réfugiés semble dynamiser l’économie locale. A quelques kilomètres de la frontière sud-soudanaise se...
(AFP 07/12/16)
L'un des derniers journalistes étrangers basés au Soudan du Sud a annoncé mercredi avoir été expulsé de ce pays déchiré par la guerre civile depuis 2013, en raison d'articles jugés trop critiques. Dans un message publié sur son compte Twitter, le journaliste américain Justin Lynch, âgé de 25 ans, affirme avoir été "arrêté et déporté" mardi par les services de sécurité sud-soudanais, sans aucune explication...
(La Voix de l'Amérique 03/12/16)
Le mouvement de libération du peuple soudanais SPLM/SPLA sous le leadership de Riek Machar a restructuré l’équipe de sa direction. Le groupe rebelle a nommé un vice-président, un secrétaire général et trois départements ont été attribués à de nouveaux individus. Ces nominations ont été décidées à l’issue de la rencontre du bureau politique du SPLM/SPLA dirigé par Riek Machar. Désormais, Henry L. Odwar est devenu le numéro deux du groupe rebelle comme vice-président et Commandant en chef adjoint. Le secrétariat général a été attribué à Tingo Peter Regbigo. M. Machar a aussi...
(Xinhua 25/11/16)
L'armée sud-soudanaise (SPLA) a démenti jeudi le rapport de l'organisation Human Rights Watch (HRW), selon laquelle elle aurait commis des viols des droits de l'Homme et des sévices sur les civils dans la ville frontalière de Yei. Le porte-parole de l'armée, Lul Ruai Koang, a déclaré à Xinhua que l'Armée populaire de libération du Soudan - En opposition (APLS-IO), dirigée par le premier vice-président limogé, Riek Machar, était responsable des viols et meurtres rapportés par HRW. "Ce rapport n'est pas...
(Xinhua 25/11/16)
L'Armée populaire pour la libération du Soudan - Opposition (SPLA-IO), a réfuté jeudi les informations selon lesquelles le dirigeant rebelle Riek Machar était détenu et menacé de déportation par l'Éthiopie ou le Soudan alors qu'il était en chemin vers le Soudan du Sud au début de cette semaine. Un porte-parole de la SPLA-IO, Dickson Gatluak, a déclaré que M. Machar avait été empêché d'entrer au Soudan en raison d'un retard dans la procédure de visa, soutenant que l'incident ne signifiait...

Pages