| Africatime
Dimanche 30 Avril 2017
(AFP 26/11/16)
Le gouvernement du Sud Soudan a annoncé vendredi avoir accepté le déploiement d'une force militaire régionale sous mandat de l'ONU, après plusieurs mois d'hésitation. "Je veux informer le peuple qu'au nom du gouvernement transitoire d'unité nationale notre cabinet a décidé à l'unanimité d'autoriser le déploiement d'une force régionale de protection", a affirmé à la presse vendredi soir le ministre adjoint de l'Information Akol Paul Kordit. Aucun détail n'a été apporté par les autorités sud-soudanaises sur les modalités de cet éventuel déploiement, son calendrier ou sa localisation. L'annonce est intervenue à l'issue de...
(Xinhua 25/11/16)
L'armée sud-soudanaise (SPLA) a démenti jeudi le rapport de l'organisation Human Rights Watch (HRW), selon laquelle elle aurait commis des viols des droits de l'Homme et des sévices sur les civils dans la ville frontalière de Yei. Le porte-parole de l'armée, Lul Ruai Koang, a déclaré à Xinhua que l'Armée populaire de libération du Soudan - En opposition (APLS-IO), dirigée par le premier vice-président limogé, Riek Machar, était responsable des viols et meurtres rapportés par HRW. "Ce rapport n'est pas objectif, ils auraient dû être plus courageux en déclarant que les rebelles sont responsables des atrocités commises à Yei et le long de la route Juba-Yei", a déclaré M. Koang. Selon ce rapport, l'APLS et l'APLS-IO ont toutes deux commis...
(Xinhua 25/11/16)
L'Armée populaire pour la libération du Soudan - Opposition (SPLA-IO), a réfuté jeudi les informations selon lesquelles le dirigeant rebelle Riek Machar était détenu et menacé de déportation par l'Éthiopie ou le Soudan alors qu'il était en chemin vers le Soudan du Sud au début de cette semaine. Un porte-parole de la SPLA-IO, Dickson Gatluak, a déclaré que M. Machar avait été empêché d'entrer au Soudan en raison d'un retard dans la procédure de visa, soutenant que l'incident ne signifiait pas le déni de leur chef par Addis-Abeba ou Khartoum. "M. Machar était venu de l'Afrique du Sud en transit vers l'Ethiopie et était censé obtenir un visa à l'arrivée à Khartoum mais ceci n'a pas eu lieu comme prévu",...
(Xinhua 25/11/16)
Le gouvernement du Soudan du Sud a déclaré jeudi qu'il n'était pas préoccupé par les déplacements du chef rebelle Riek Machar dans la région, suite à une nouvelle annonçant que l'ex-premier vice-président s'était vu refuser l'entrée en Éthiopie et au Soudan. Le porte-parole du ministère sud-soudanais des Affaires étrangères, Mawien Makol Arik, a déclaré à Xinhua que le gouvernement n'avait pas reçu d'informations officielles sur ce supposé refus d'entrée sur le territoire de ces deux pays qu'aurait rencontré M. Machar. "Nous avons également appris ce qui lui est arrivé la semaine dernière...
(Xinhua 25/11/16)
Les autorités de l'Etat de Jonglei, dans l'est du Soudan du Sud, ont annoncé jeudi qu'au moins 25 personnes ont été tuées et 2.100 troupeaux de bovins ont été attaqués lors d'une série d'attaques menées par un groupe rebelle lié au chef de l'opposition sud-soudanaise Riek Machar. Le député local Philip Thon Leek a déclaré aux journalistes à Juba que des hommes armés ont lancé une série d'attaques entre le 11 et le 19 novembre, tuant au moins 25 personnes et blessant 17 autres dans le comté de Duk. Il a poursuivi que les attaquants avaient également chassé 2.100 bétail et déplacé plus de 50.000 civils de 35 villages ruraux depuis octobre. "Les gens vivent dans l'isolement et dans les...
(Agence Ecofin 25/11/16)
Les députés sud-soudanais ont suggéré l’arrêt de la production pétrolière du pays car elle constitue une aide financière inappropriée que leur pays offre au Soudan, rapporte le quotidien d’information soudanais Sudan Tribune. Pour les représentants du peuple, les droits d’acheminement du pétrole extrait au Soudan du sud vers le marché international, via les pipelines soudanais, sont excessivement élevés et il urge de les réexaminer afin d’adopter une approche plus équilibrée. « La commission des finances de l’assemblée nationale a observé avec consternation que le Soudan prend 80,33% des recettes...
(RFI 24/11/16)
Au Soudan du Sud, les exactions contre les civils continuent discrètement dans plusieurs provinces du pays, selon le constat alarmant dressé par l'organisation Human Rights Watch, à l'occasion de la publication mercredi 23 novembre de leur dernier rapport d'enquête basé sur des centaines de témoignages de victimes. Leur principale conclusion est que, depuis la reprise du conflit en juillet dernier, la crise s'est étendue à de nouvelles provinces et que la communauté internationale n'a toujours rien mis en œuvre pour tenter de stopper les massacres.
(AFP 19/11/16)
Les Etats-Unis ont proposé vendredi à leurs partenaires du Conseil de sécurité d'imposer des sanctions à deux dirigeants sud-soudanais ainsi qu'au chef des rebelles Riek Machar, selon des diplomates. Outre Machar, les noms du chef d'état-major de l'armée gouvernementale Paul Malong et du ministre de l'Information du président Salva Kiir, Michael Makuei, ont été communiqués au Conseil, qui devra décider de les ajouter ou non à une liste noire. Les sanctions consistent généralement en un gel des avoirs et une interdiction de voyager. Les Etats-Unis ont annoncé jeudi qu'ils allaient proposer au Conseil d'imposer un embargo sur les armes au Soudan
(AFP 18/11/16)
Les Etats-Unis ont annoncé jeudi qu'ils allaient proposer au Conseil de sécurité d'imposer un embargo sur les armes au Soudan du Sud pour empêcher des "atrocités de masse" mais la Russie a rejeté l'idée et la Chine s'est montrée réticente. Ces deux pays pourraient utiliser leur droit de veto pour bloquer l'initiative américaine, soutenue par le Royaume-Uni et la France. Dans les jours à venir, a indiqué l'ambassadrice américaine auprès des Nations unies, Samantha Power, "les Etats-Unis vont soumettre une proposition pour imposer un embargo sur les armes au Soudan du Sud ainsi que des sanctions ciblées aux individus qui s'opposent le plus à une paix durable", sous forme de gel d'avoirs financiers et d'interdiction de voyager. "Le Soudan du...
(Jeune Afrique 18/11/16)
L’afflux de réfugiés sud-soudanais dans les camps ougandais ne tarit pas, alimentant l’inquiétude des ONG et des institutions. Ces dernières ont cependant accueilli avec soulagement l’annonce, vendredi 11 novembre, d’une aide supplémentaire de 78 millions d'euros par le commissaire européen en charge de l'humanitaire, Christos Stylianides. Reportage. Baluchons de fortune, matelas, bassines en plastique : ils ont pris tout ce qu’ils ont pu avant de partir. Dans le centre de transit de Kuluba, ils sont enregistrés et passent des contrôles sanitaires. Les enfants sont vaccinés. Depuis juillet dernier, près de 240 000 Sud-Soudanais ont traversé la frontière pour trouver refuge en Ouganda, selon le UNHCR. La reprise des combats entre les troupes loyalistes et les rebelles fidèles à Riek Machar...
(AFP 16/11/16)
Au terme d'un périple harassant et semé d'embûches, des habitants de Yei, au Soudan du Sud, sont récemment parvenus à gagner le nord de l'Ouganda, avec pour tout bagage quelques vêtements réunis à la hâte et des récits glaçants d'assassinats sur des lignes ethniques ou d'enrôlement forcé dans la rébellion. Depuis plusieurs semaines, la ville de Yei, dans l'Etat méridional d'Equatoria-Central, est un des principaux foyers de la guerre larvée que continuent de se mener les forces gouvernementales du président Salva Kiir et celles de son ancien vice-président Riek Machar, désormais en exil. Selon plusieurs habitants...
(AFP 12/11/16)
L'Union européenne va accorder une aide d'urgence de 78 millions d'euros aux déplacés du conflit sud-soudanais, a annoncé vendredi le commissaire européen à l'Aide humanitaire depuis l'Ouganda, où s'est formé en quelques mois à peine un des plus grands camps de réfugiés au monde. "Notre nouveau financement va aider les organisations humanitaires partenaires à fournir une aide vitale à ceux qui en ont le plus besoin", a déclaré Christos Stylianides à l'occasion d'une visite dans plusieurs camps de réfugiés sud-soudanais dans le nord de l'Ouganda, frontalier avec...
(RFI 12/11/16)
Achevant une visite au Soudan du Sud, le conseiller spécial de l'ONU pour la prévention du génocide a affirmé, vendredi 11 novembre 2016 à Juba, craindre une flambée de violences ethniques dans le pays. Adama Dieng appelle à la réconciliation pour éviter un génocide. Indépendant depuis 2011, le Soudan du Sud a plongé en décembre 2013 dans une guerre civile ayant fait des dizaines de milliers de morts et plus de 2,5 millions de déplacés. L'accord de paix trouvé signé en août 2015 avait fait naître de timides espoirs de pacification.
(RFI 12/11/16)
Silence depuis vendredi 11 novembre sur les ondes d'Eye Radio. Les autorités ont procédé à la fermeture de cette radio respectée de Juba sans donner d'explication. En visite vendredi à Juba, le conseiller spécial de l'ONU sur la prévention du génocide, Adama Dieng, a appelé le gouvernement à rouvrir au plus vite la station : « Elle promeut la paix, le gouvernement devrait plutôt les encourager, et les montrer en exemple ». Ce n'est pas le premier média à se retrouver dans le collimateur des autorités sud-soudanaises. Du sport, de la musique et surtout des journaux d'information, en anglais, en arabe, Eye Radio, appuyée par la coopération américaine, est populaire à Juba. Vendredi 11 novembre, des témoins le racontent, des...
(RFI 12/11/16)
Le commissaire européen en charge de l’aide humanitaire et de la gestion des crises, Christos Stylianides, était en visite en Ouganda vendredi 11 novembre. Il a été dans le nord du pays près de la frontière avec le Soudan du Sud. La région fait face à une grave crise humanitaire. Depuis la reprise des combats cet été, ce sont plus de 240 000 personnes qui ont trouvé refuge en Ouganda, la plupart se trouvent actuellement dans le camp de Bidi Bidi. Le commissaire européen est venu faire une annonce particulière. Reportage. Christos Stylianides est venu à Bidi Bidi rencontrer les réfugiés. « Nous continuerons à vous aider le temps qu’il faudra. Vous n’êtes pas seuls. » Il est visiblement conscient...
(AFP 11/11/16)
Le conseiller spécial de l'ONU sur la prévention du génocide, Adama Dieng, a affirmé vendredi craindre une flambée de violences ethniques au Soudan du Sud, et appelé à la réconciliation pour éviter un génocide. "Une polarisation extrême au sein de groupes tribaux a augmenté à certains endroits" dans la foulée de combats ayant opposé début juillet à Juba les forces fidèles au président Salva Kiir, de l'ethnie dinka, et celles fidèles au chef rebelle Riek Machar, un Nuer, a déclaré M. Dieng lors d'une conférence de presse dans la capitale sud-soudanaise. "Une rhétorique inflammatoire, ciblée et pleine de stéréotypes s'est accompagnée de...
(AFP 11/11/16)
Une chaîne de radio populaire auprès des Sud-soudanais a été fermée vendredi par le gouvernement, a annoncé la direction de ce média financé par les Etats-Unis et qui soupçonne les autorités de sanctionner Eye Radio pour la diffusion jeudi d'une interview avec un responsable de la rébellion. "La direction de Eye Radio souhaite informer le public qu'elle a été fermée cet après-midi par les autorités", a indiqué Eye Radio dans un communiqué, précisant être en contact avec les autorités en vue de "résoudre cette question". Aucune raison n'a été fournie par les autorités pour justifier la fermeture de la radio, mais des responsables de la radio, souhaitant garder l'anonymat, soupçonnent que la décision est une conséquence de la diffusion jeudi...
(RFI 10/11/16)
Au Soudan du Sud, la reprise du conflit entre Riek Machar et Salva Kiir en juillet continue de faire rage, créant un afflux incessant de réfugiés en Ouganda (plus de 330 000 depuis janvier 2016). Mercredi matin 9 novembre, de nouvelles échauffourées ont éclaté entre les forces loyalistes et les rebelles, et ceci à quelques mètres du poste frontière ougandais d’Oraba, obligeant l’UNHCR et les ONG sur le terrain à stopper leurs activités pendant quelques heures. Reportage. Dans le centre de transit de Kuluba, c’est le calme avant la tempête. Depuis plusieurs heures...
(Xinhua 10/11/16)
Le premier contingent de soldats kenyans qui ont servi dans la mission de maintien de la paix au Soudan du Sud est arrivé mercredi à Nairobi suite à l'ordre du président Uhuru Kenyatta de les retirer. Une centaine de soldats qui faisaient partie d'un millier de soldats kenyans détachés à la Mission des Nations Unies dans la République du Soudan du sud (UNMISS) dans la région de Wau, ont été reçus par le commandant du commandement oriental de l'armée de terre du Kenya, Benjamin Biwott. "Aujourd'hui, nous avons commencé notre retrait du Soudan du Sud", a déclaré M. Biwott aux journalistes à Nairobi, notant que d'autres groupes de soldats d'environ 1.000 soldats kenyans retourneraient dans les prochains jours. M. Biwott...
(AFP 09/11/16)
Le Kenya a débuté mercredi le rapatriement de ses Casques bleus déployés au Soudan du Sud, en réponse au limogeage du commandant kényan de la mission onusienne dans ce pays en guerre (Minuss). Ce dernier avait été démis de ses fonctions début novembre après qu'une enquête de l'ONU eut accablé les Casques bleus pour leur inaction lors des violences de juillet à Juba ayant opposé les forces du président sud-soudanais, Salva Kiir, à celles de l'ex-chef rebelle et alors vice-président du pays, Riek Machar. "Nous avons entamé notre retrait du Soudan du Sud...

Pages