Mardi 27 Juin 2017
(RFI 07/02/17)
Les Sud-Soudanais continuent de fuir la violence dans leur pays. Environ 2 000 d’entre eux arrivent chaque jour au camp de réfugiés de Bidi Bidi, en Ouganda, après plusieurs jours de marche. A ce rythme, ce camp, où sont déjà entassées plus de 270 000 personnes, pourrait bientôt devenir le plus peuplé au monde.
(Agence Ecofin 03/02/17)
Le gouvernement sud-soudanais vient de signer une extension de cinq ans des permis d’exploration et de production détenus par les compagnies pétrolières asiatiques opérant sur le territoire. L’objectif est de favoriser l’accroissement de la production pétrolière du pays. Celle-ci devrait passer de 130 000 b/j actuellement à 290 000 b/j, avant juillet 2018, selon Stephen Dheiu (photo), le ministre sud-soudanais de l’énergie. Les bénéficiaires de cette mesure sont Petronas (la société d’Etat Malaisienne du pétrole), la CNPC (société d’Etat chinoise du pétrole) et l’ONGC (compagnie publique indienne du pétrole).
(Libération (ma) 03/02/17)
S.M le Roi Mohammed VI, accompagné de S.A le Prince Moulay Ismail, est arrivé mercredi après-midi à Juba, pour une visite officielle en République du Soudan du Sud, la première effectuée par le Souverain dans ce pays, et a eu, le même jour, des entretiens en tête à tête avec le Président Salva Kiir Mayardit. Qualifiée d’historique par de nombreux observateurs, cette visite, qui ne manquera pas d’ouvrir une nouvelle page dans les relations entre Rabat et Juba, vient conforter la vision Royale d’une Afrique capable d’assurer son propre développement et de changer par elle-même son destin, grâce à la forte détermination de ses peuples, à leurs potentialités humaines et à leurs ressources naturelles. Elle intervient au lendemain du retour...
(MAP 03/02/17)
Un communiqué conjoint a été publié au terme de la visite officielle du roi Mohammed VI en république du Soudan du sud. Il insiste sur la volonté du Maroc de contribuer à la consolidation de la stabilité et au processus de construction de la paix au Soudan du Sud. Voici le texte intégral du communiqué conjoint: «1- Sur invitation de SE Salva Kiir Mayardit, Président de la République du Soudan du Sud, Sa Majesté le Roi Mohammed VI du Maroc a effectué une visite officielle à Juba, les 1er et 2 février 2017. Sa Majesté le Roi Mohammed VI était accompagné d'une délégation de haut niveau. 2- La visite de deux jours symbolise l'engagement de Sa Majesté le Roi Mohammed...
(Autre média 03/02/17)
Le Maroc a réintégré, le 30 janvier, l’Union africaine. Quel est l’intérêt stratégique de cette réintégration pour le Maroc et pour les membres de l’UA ? Après trente ans d’absence, les Marocains ont pris conscience de l’importance de réintégrer l’institution panafricaine. Bien qu’elle pèse peu sur la vie des peuples africains, elle a une véritable influence sur le plan diplomatique et politique. En restant en dehors de l’Union africaine, le Maroc ne participait ni au débat ni au vote. Pour le Maroc, cette réintégration constitue donc un succès diplomatique. Cela fait cinq ans que ses dirigeants œuvrent pour un retour. Ils ont mis en place une stratégie diplomatique en se réappropriant son espace stratégique. Le Maroc a notamment renforcé ses...
(APA 03/02/17)
Le Maroc et le Soudan du Sud ont exprimé leur détermination à promouvoir une coopération Sud-Sud mutuellement bénéfique et génératrice de richesses, identifiant un nombre de domaines à même de donner l'élan espéré au développement des relations entre les deux pays. Les deux Chefs d’Etat ont souligné le rôle important des organisations régionales subsahariennes africaines pertinentes, à savoir l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) et la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC), notamment dans la mise en œuvre des stratégies du développement durable dans la région de l’Afrique de l’Est, lit-on dans le communiqué conjoint ayant sanctionné la visite officielle du Roi Mohammed VI au Soudan du Sud. Ils ont également salué le processus d’intégration initié par ces deux groupements subrégionaux,...
(TelQuel 03/02/17)
"La question du Sahara est différente dans sa genèse et sa nature juridique et politique de celle du Soudan du Sud", reconnaît la plus jeune nation africaine. Une formulation plus favorable au Maroc que les positions passées du pays de Salva Kiir. Mohammed VI a quitté Juba ce 2 février au terme d'une visite officielle effectuée sur les terres de la plus jeune nation africaine. Le roi n'est pas reparti les mains vides, dans la mesure où le communiqué conjoint publié au terme de ses entretiens avec le président du Soudan du Sud Salva Kiir Mayardit comprend une évolution de la position de ce pays concernant la question du Sahara. "Tout en considérant que la question du Sahara est différente...
(RFI 03/02/17)
Fraîchement auréolé de sa victoire diplomatique par le retour du Maroc au sein de l'Union africaine, Mohammed VI poursuit son offensive sur le continent avec un déplacement au Soudan du Sud. Lors de cette visite d'Etat de deux jours, le roi était accompagné d'une importante délégation d'affaires. Le Maroc s'est engagé à participer à la construction de la prochaine capitale administrative du pays. L’axe Rabat-Juba devrait se concrétiser par de grands chantiers d’infrastructures en direction du plus jeune Etat du continent. Parmi les neuf conventions du partenariat signées avec le Maroc, un vaste programme d’accompagnement à la construction de la nouvelle capitale administrative du Soudan du Sud. Montant de ce projet : plus de cinq milliards de dollars. Sur le...
(AFP 02/02/17)
Le roi du Maroc, Mohammed VI, a entamé mercredi soir une visite d'Etat de deux jours au Soudan du Sud, après le récent retour de son pays au sein de l'Union africaine avalisé par les chefs d'Etat du continent réunis en sommet à Addis Abeba. Mohammed VI a été accueilli à Juba par Salva Kiir, président du plus jeune pays du continent africain en proie depuis trois ans à d'intenses violences entre rebelles et forces gouvernementales, dont souffrent les populations civiles. "Le Maroc est un pays avancé en plusieurs domaines, il dispose d'un meilleur savoir, d'une meilleure expertise dont nous allons bénéficier", a déclaré le ministre sud-soudanais des Affaires étrangères, Deng Alor. Lundi, au terme d'une intense campagne diplomatique, 39...
(Jeune Afrique 31/01/17)
Dans la Corne de l’Afrique, la sécheresse menace la sécurité alimentaire de 17 millions de personnes, indique l’agence des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). L’organisation évoque “une situation d’urgence humanitaire”. C’est un cri d’alarme qu’a lancé la FAO, en marge du 28ème Sommet de l’Union Africaine qui se déroule en ce moment à Addis-Abeba. D’après les estimations de l’organisation onusienne, près de 17 millions de personnes risquent de faire face à de...
(Le Monde 30/01/17)
Harcelés par l’armée de Juba, décimés par la faim, Riek Machar et 600 de ses hommes ont marché 400 km. Bloqués au Nord-Kivu sans statut juridique, ils sont haïs par la population. Coincés entre une colline verdoyante et une base militaire de casques bleus indiens, de redoutables combattants sud-soudanais s’impatientent. « Nous n’avons pas perdu la guerre et on veut continuer à combattre sur le plan politique ou militaire, assure Wang Chany Thian, brigadier général de l’Armée de libération du peuple soudanais en opposition (SPLM/IO). On poursuit notre mission. Mais on se sent un peu en prison ici et on veut retrouver notre liberté. » Son autorité militaire reste intacte et, avec son supérieur, le général Dhilling Keah, la discipline...
(AFP 27/01/17)
Un tribunal kényan a bloqué vendredi l'expulsion de deux opposants sud-soudanais après une campagne menée par des ONG défense des droits de l'homme qui redoutaient qu'ils soient détenus arbitrairement et torturés une fois à Juba. Les familles de Dong Samuel Luak - avocat et activiste des droits de l'homme sud-soudanais ayant rejoint l'opposition de ce pays en guerre depuis décembre 2013 - et d' Aggrey Idri - autre responsable de l'opposition sud-soudanaise- avaient saisi la justice pour réclamer l'annulation de leur déportation. Les deux hommes avaient été arrêtés en début de semaine au Kenya. La juge Luka Kimaru de la Haute cour de justice à Nairobi a tranché en leur faveur et ordonné aux enquêteurs de lui soumettre leur rapport...
(AFP 25/01/17)
Un activiste et responsable de l'opposition sud-soudanaise a été arrêté au Kenya et risque d'être expulsé vers le Soudan du Sud, a affirmé mercredi l'ONG Human Rights Watch, qui craint qu'il soit détenu arbitrairement et torturé une fois à Juba. Dong Samuel Luak, un avocat et activiste des droits de l'Homme sud-soudanais ayant rejoint l'opposition de ce pays en guerre depuis décembre 2013, a été arrêté lundi par les autorités kényanes, a indiqué HRW...
(AFP 24/01/17)
Le Conseil de sécurité des Nations unies a réclamé une nouvelle fois lundi le "déploiement rapide" au Soudan du Sud d'une force militaire régionale sous mandat de l'ONU, a indiqué son président à l'issue de consultations à huis clos. Après un accès de violences entre rebelles et forces régulières en juillet dernier, les Nations unies avaient autorisé le déploiement de 4.000 soldats supplémentaires, devant s'ajouter aux 13.000 Casques bleus déjà présents au Soudan du Sud dans le cadre de la mission de l'ONU au Soudan du Sud (Minuss). Selon l'ambassadeur suédois Olof Skoog, qui préside le Conseil...
(TelQuel 20/01/17)
Attendu à Juba le 20 janvier, le roi Mohammed VI a décidé de reporter sa visite au Soudan du Sud. Pour la deuxième fois en 48 heures, un déplacement africain de Mohammed VI est reporté. La visite du souverain au Soudan du Sud, annoncée par le porte-parole du gouvernement sud-soudanais le 18 janvier et prévue pour le 20 janvier, a été reportée selon le site d’informations Medias24 qui cite une "source sûre". Le roi devait, lors de cette visite, rencontrer le président de la République du Soudan du Sud et présider la signature de mémorandums d’entente. Le 18 janvier, c’était la présidence ghanéenne qui annonçait le report de la visite royale prévue le jour même à Accra. Le report de...
(Xinhua 18/01/17)
Le nouveau gouverneur de la banque centrale du Soudan du Sud, Othom Rago Ajak, récemment nommé, a déclaré mardi qu'il ferait sa priorité de la lutte contre l'hyperinflation, un fléau qui ralentit l'activité économique dans ce pays ravagé par la guerre civile. "Le problème du Soudan du Sud est l'inflation, et l'instabilité des taux de change. Nous travaillerons à régler ces problèmes et si tout va bien nous devrions pouvoir y faire quelque chose", a déclaré M. Ajak aux journalistes à Juba. M. Ajak, banquier de formation, remplace Kornelio Koryom à la tête de la Banque...
(AFP 18/01/17)
Des retards administratifs et des désaccords autour de la sécurité de l'aéroport de Juba freinent le déploiement au Soudan du Sud d'une nouvelle force militaire régionale sous mandat de l'ONU, selon un rapport confidentiel obtenu par l'AFP mardi. Après un accès de violences entre rebelles et forces régulières en juillet dernier, les Nations unies avaient autorisé le déploiement de 4.000 soldats supplémentaires, devant s'ajouter aux 13.000 Casques bleus déjà présents au Soudan du Sud dans le cadre de la Minuss. Le gouvernement du Soudan du Sud
(AFP 17/01/17)
Deux groupes rebelles poussés hors du Darfour par une offensive de l'armée soudanaise opèrent désormais principalement depuis la Libye et le Soudan du Sud, selon un rapport de l'ONU publié lundi. Le gouvernement de Khartoum, contre lequel des sanctions américaines ont été allégées vendredi par l'administration de Barack Obama, a désormais "davantage de marges de manoeuvre pour dicter les termes d'un accord sur le Darfour", selon le panel d'experts auteurs du rapport. Le conflit qui frappe la vaste région désertique du Darfour, grande comme l'Espagne, a éclaté en 2003 lorsque des minorités ethniques rebelles ont pris les armes contre le gouvernement du président soudanais, Omar el-Béchir. Mais une offensive récente des troupes gouvernementales dans la région montagneuse du Jebel Marra...
(AFP 12/01/17)
Après avoir brièvement entrevu la fin de la guerre civile déclenchée le 15 décembre 2013, le Soudan du Sud a assisté ces derniers mois à l'implosion du processus de paix et au retour de violences à grande échelle qui font maintenant craindre une dérive génocidaire. L'espoir d'un règlement du conflit, qui a fait des dizaines de milliers de morts et plus de trois millions de déplacés, et a été marqué par des atrocités à caractère ethnique, aura duré à peine deux mois. Entre le retour fin avril à Juba du chef rebelle Riek Machar, pour former un gouvernement d'union nationale avec le président Salva Kiir, dans le cadre de l'accord de paix signé en août 2015, et les violents affrontements...
(Xinhua 12/01/17)
Le Soudan du Sud a déclaré mercredi que la date limite pour le déploiement d'une force de protection régionale au Soudan du Sud, très attendue dans ce pays en proie au conflit, avait expiré à moins que le Conseil de sécurité des Nations unies n'émette une nouvelle résolution à cet effet. L'échéance du 15 décembre 2016 pour le déploiement de forces de paix africaines à Juba, la capitale du pays, a expiré, a déclaré à Xinhua le ministre de l'Information, Michael Makuei. "Nous avons prouvé sans doute raisonnable que Juba et sa région environnante étaient sûres", a déclaré...

Pages