| Africatime
Vendredi 24 Mars 2017
(Xinhua 18/01/17)
Le nouveau gouverneur de la banque centrale du Soudan du Sud, Othom Rago Ajak, récemment nommé, a déclaré mardi qu'il ferait sa priorité de la lutte contre l'hyperinflation, un fléau qui ralentit l'activité économique dans ce pays ravagé par la guerre civile. "Le problème du Soudan du Sud est l'inflation, et l'instabilité des taux de change. Nous travaillerons à régler ces problèmes et si tout va bien nous devrions pouvoir y faire quelque chose", a déclaré M. Ajak aux journalistes à Juba. M. Ajak, banquier de formation, remplace Kornelio Koryom à la tête de la Banque...
(AFP 18/01/17)
Des retards administratifs et des désaccords autour de la sécurité de l'aéroport de Juba freinent le déploiement au Soudan du Sud d'une nouvelle force militaire régionale sous mandat de l'ONU, selon un rapport confidentiel obtenu par l'AFP mardi. Après un accès de violences entre rebelles et forces régulières en juillet dernier, les Nations unies avaient autorisé le déploiement de 4.000 soldats supplémentaires, devant s'ajouter aux 13.000 Casques bleus déjà présents au Soudan du Sud dans le cadre de la Minuss. Le gouvernement du Soudan du Sud
(AFP 17/01/17)
Deux groupes rebelles poussés hors du Darfour par une offensive de l'armée soudanaise opèrent désormais principalement depuis la Libye et le Soudan du Sud, selon un rapport de l'ONU publié lundi. Le gouvernement de Khartoum, contre lequel des sanctions américaines ont été allégées vendredi par l'administration de Barack Obama, a désormais "davantage de marges de manoeuvre pour dicter les termes d'un accord sur le Darfour", selon le panel d'experts auteurs du rapport. Le conflit qui frappe la vaste région désertique du Darfour, grande comme l'Espagne, a éclaté en 2003 lorsque des minorités ethniques rebelles ont pris les armes contre le gouvernement du président soudanais, Omar el-Béchir. Mais une offensive récente des troupes gouvernementales dans la région montagneuse du Jebel Marra...
(AFP 12/01/17)
Après avoir brièvement entrevu la fin de la guerre civile déclenchée le 15 décembre 2013, le Soudan du Sud a assisté ces derniers mois à l'implosion du processus de paix et au retour de violences à grande échelle qui font maintenant craindre une dérive génocidaire. L'espoir d'un règlement du conflit, qui a fait des dizaines de milliers de morts et plus de trois millions de déplacés, et a été marqué par des atrocités à caractère ethnique, aura duré à peine deux mois. Entre le retour fin avril à Juba du chef rebelle Riek Machar, pour former un gouvernement d'union nationale avec le président Salva Kiir, dans le cadre de l'accord de paix signé en août 2015, et les violents affrontements...
(Xinhua 12/01/17)
Le Soudan du Sud a déclaré mercredi que la date limite pour le déploiement d'une force de protection régionale au Soudan du Sud, très attendue dans ce pays en proie au conflit, avait expiré à moins que le Conseil de sécurité des Nations unies n'émette une nouvelle résolution à cet effet. L'échéance du 15 décembre 2016 pour le déploiement de forces de paix africaines à Juba, la capitale du pays, a expiré, a déclaré à Xinhua le ministre de l'Information, Michael Makuei. "Nous avons prouvé sans doute raisonnable que Juba et sa région environnante étaient sûres", a déclaré...
(RFI 12/01/17)
La crise sud-soudanaise est-elle en train de déborder sur l’Est de la République démocratique du Congo ? Les Nations unies avaient désarmé et cantonné des centaines de combattants de Riek Machar en août 2016. Près de 65 000 réfugiés sud-soudanais ont déjà traversé la frontière et d’autres se présentent chaque jour. Les combats se déroulent aussi tout près. Et l’ONU dit avoir des rapports faisant état d’infiltrations d’hommes en armes sur le sol congolais. C’est une inquiétude réelle, personne ne le cache. Le porte-parole de la Mission onusienne en RDC (Monusco), Félix Prosper Basse, en a parlé lui-aussi sans détour ce mercredi 11 janvier lors de la conférence de presse hebdomadaire de la Mission : « Depuis un certain temps,...
(Radio Okapi 12/01/17)
Le représentant de la RDC à l’ONU, Ignace Gata Mavita, a invité mercredi 11 janvier les Nations unies à tout faire pour que les combattants sud-soudanais et les rebelles rwandais FDLR présents dans l’est de la RDC soient rapatriés dans leurs pays respectifs. La RDC avait demandé en octobre dernier à la MONUSCO d’ «évacuer rapidement ces combattants de notre territoire», a rappelé Ignace Gata Mavita. Il a par ailleurs estimé que la reprise en 2016 de la coopération entre le MONUSCO et les FARDC pour neutraliser les groupes armés dans l’Est de la RDC n’était pas satisfaisante.
(Xinhua 09/01/17)
KINSHASA, (Xinhua) -- Plus de deux millions de réfugiés du Soudan du Sud ont fui leur pays en 2016 à cause de la guerre civile, pour se réfugier en République démocratique du Congo (RDC) et en Ouganda, a affirmé samedi à Kinshasa le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR). Selon Eric Ngala du HCR, il s'agit là du plus grand exode en Afrique depuis le génocide de 1994 au Rwanda. "La cause principale de cet exode de milliers de réfugiés sud-soudanais, c'est bien sûr la guerre civile qui oppose depuis juillet dernier le président du Soudan du Sud Salva Kir à l'ex-vice-président Riek Machar. Un conflit qui aura entraîné le déplacement de plusieurs milliers des civils vers les...
(Radio Vatican 31/12/16)
Le Soudan du Sud encore bien loin de la paix et de la stabilité. La ville de Yei, dans le sud de ce pays en guerre, a vécu de terribles épisodes de violences ces derniers mois. Des massacres et des meurtres contre des civils ont été commis, semble-t-il, par des milices armées qui pourchassent les partisans présumés de l’ancien vice-président Riek Machar. Des centaines de personnes seraient mortes suites à ces violences, mais également par manque de nourriture et de médicaments. La ville de Yei a retrouvé un certain calme, mais l’évêque du diocèse, Mgr Erkolano Lodu Tombe, lance un appel désespéré : les populations vivant dans les zones rurales continuent de mourir, dans le «silence assourdissant des médias et...
(France 24 30/12/16)
Un projet américain de résolution imposant un embargo sur les armes au Soudan du Sud a été rejeté vendredi par le Conseil de sécurité de l'ONU. Plusieurs États veulent donner du temps au président Kiir qui promet un dialogue national. Éclipsé par le vote le même jour de la résolution condamnant la colonisation israélienne, le rejet de la résolution imposant un embargo sur les armes au Soudan du Sud, par le Conseil de sécurité de l’ONU, vendredi 23 décembre, a enterré l’espoir d’un sursaut d’intérêt de la communauté internationale pour ce pays. Le rejet du texte proposé...
(RFI 27/12/16)
L'aviation soudanaise a repris ses bombardements sur les monts Nuba, une zone entre le Soudan et le Soudan du Sud contrôlée par des rebelles sud-soudanais mais que Khartoum tente de reprendre depuis maintenant cinq ans. Dans cette zone difficile d'accès et très escarpée, les militaires soudanais tentent de couper les voies d'approvisionnement. Depuis le marché de Hadra, on distingue la ligne de front où les combattants du Mouvement de libération des peuples du Soudan Nord affrontent l'armée soudanaise. C'est par là également qu'arrivent les contrebandiers, pour approvisionner ce marché, le plus riche de tous les monts Nuba. « Les soldats soudanais chassent les contrebandiers, explique ce vendeur qui préfère rester anonyme. Ils coupent les routes et tuent ceux qui essaient...
(AFP 24/12/16)
Un projet américain de résolution imposant un embargo sur les armes au Soudan du Sud et des sanctions contre certains dirigeants de ce pays a été rejeté vendredi lors d'un vote au Conseil de sécurité de l'ONU. Washington a sonné l'alarme: des atrocités de masse sont sur le point d'être commises dans le pays en proie à une guerre civile depuis 2013. Mais son projet de résolution n'a rassemblé que sept votes favorables, face à huit abstentions parmi les 15 membres du Conseil. "Cela n'aurait pas dû être une résolution controversée", a regretté l'ambassadrice américaine auprès des Nations unies, Samantha Power.
(Xinhua 24/12/16)
NEW YORK (Nations Unies), -- Vendredi, le Conseil de sécurité de l'ONU n'est pas parvenu à adopter le projet de résolution visant à imposer un embargo sur les armes à l'encontre du Soudan du Sud car le nombre de votes suffisant n'a pas été réuni parmi les quinze pays membres du conseil. Le document a été élaboré par les Etats-Unis, et appelait à un embargo sur les armes à l'encontre du Soudan du Sud ainsi qu'à des sanctions ciblées contre des membres clés du gouvernement et de l'opposition. Sept membres du conseil ont voté en faveur du projet de résolution et huit se sont abstenus. Le projet de résolution n'a pas obtenu le soutien minimum pour être adopté (les votes...
(RFI 24/12/16)
Le projet de résolution à l’ONU pour un embargo sur les armes au Soudan du Sud, en proie à la guerre civile depuis trois ans, a été rejeté ce vendredi 23 décembre par le Conseil de sécurité. Il n'a obtenu que sept votes sur les neuf nécessaires à son adoption. Un revers pour la diplomatie américaine sur le départ. Pas d'embargo sur les armes pour le Soudan du Sud. Et pas de sanctions non plus pour trois dirigeants contre lesquels Washington préconisait un gel des avoirs et une interdiction de voyager : à savoir le leader des rebelles, Riek Machar, actuellement en exil en Afrique du Sud, Paul Malong, le chef d'état-major de l'armée...
(AFP 23/12/16)
Un projet américain de résolution imposant un embargo sur les armes au Soudan du Sud et des sanctions contre certains dirigeants de ce pays a été rejeté vendredi lors d'un vote au Conseil de sécurité de l'ONU. Le projet de Washington, qui estime que des atrocités de masse sont sur le point d'être commises dans le pays en proie à une guerre civile depuis 2013, a rassemblé sept votes favorables et huit abstentions -- dont la Russie, la Chine et le Japon -- parmi les 15 membres du Conseil.
(AFP 23/12/16)
Le Conseil de sécurité des Nations unies votera vendredi sur un projet américain de résolution qui imposerait un embargo sur les armes au Soudan du Sud et des sanctions contre certains dirigeants de ce pays, ont indiqué jeudi des diplomates onusiens. Ces diplomates ont toutefois estimé que la tentative devrait échouer. Le Conseil doit se réunir à 09H30 (14H30 GMT) pour évoquer le projet de Washington, qui estime urgent de supprimer les possibilités d'approvisionnement en armes dans le pays ravagé par une guerre civile depuis 2013 car des atrocités de masse sont sur le point d'être commises. Le projet de résolution, soutenu par la France et le Royaume-Uni, pourrait ne pas obtenir les neuf votes --sur les quinze pays membres...
(Xinhua 23/12/16)
JUBA, (Xinhua) -- Le président ougandais Yoweri Museveni a exhorté jeudi son homologue sud-soudanais, Salva Kiir, à organiser rapidement des élections pour mettre fin à l'agitation politique apparemment continuelle dans le pays déchiré par la guerre. M. Museveni, qui est arrivé dans le pays et a eu des discussions avec M. Kiir à Juba, a déclaré aux journalistes que le Soudan du Sud avait grandement besoin d'élections pour retrouver sa souveraineté qui a été compromise par plus de trois ans de combats internes violents. "Je lance un appel au gouvernement de transition dirigé par le président Kiir et à toutes les autres parties prenantes pour arrêter toutes les actions d'insécurité afin de permettre aux gens de se concentrer sur les...
(AFP 22/12/16)
Le Conseil de sécurité des Nations unies devrait voter vendredi sur un projet de résolution américaine qui imposerait un embargo sur les armes au Soudan du Sud et des sanctions contre certains dirigeants de ce pays ravagé par une guerre civile depuis 2013. Il plane toutefois encore une certaine incertitude et il n'est pas sûr que la mesure sera adoptée. Washington estime urgent de couper les possibilités d'approvisionnement en armes, affirmant que des atrocités de masse sont sur le point d'être commises dans ce pays. Paris et Londres soutiennent la proposition américaine. "C'est clairement la bonne chose à faire pour limiter le nombre d'armes entrant dans ce pays déjà inondé d'armes", a dit l'ambassadeur britannique Matthew Rycroft. "Les signaux d'un...
(AFP 19/12/16)
Les Etats-Unis vont demander au Conseil de sécurité des Nations unies de se prononcer prochainement sur l'instauration d'un embargo sur les armes au Soudan du Sud, ravagé par une guerre civile depuis 2013. "Il est extrêmement important de voter cela avant la fin de l'année", a estimé lundi Samantha Power, ambassadrice américaine à l'ONU, en amont d'une réunion à huis clos prévue dans la journée pour évoquer la crise sud-soudanaise qui est entrée ce mois-ci dans sa quatrième année. Le mois dernier, les Etats-Unis avaient présenté une résolution destinée à endiguer le flot des armes arrivant dans le pays, à la suite d'avertissements de responsables de l'ONU selon lesquels un génocide pourrait se produire. Le conseiller spécial de l'ONU sur...
(AFP 17/12/16)
Les quinze membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont renouvelé à l'unanimité vendredi le mandat des Casques bleus au Soudan du Sud pour un an, malgré des réserves exprimées par la Russie notamment. Le Conseil avait dû prolonger de 24 heures ce mandat arrivé à expiration jeudi, le temps d'apaiser les objections russes. En vertu de la résolution adoptée vendredi, la mission des Casques bleus (Minuss) reste axée sur la protection des civils, la défense des droits de l'homme et la livraison de l'aide humanitaire aux victimes de la guerre civile qui ravage le pays depuis décembre 2013. L'effectif maximum des Casques bleus est fixé à 17.000 soldats, incluant une force régionale de protection de 4.000 militaires dont la...

Pages