| Africatime
Mercredi 26 Avril 2017
(Agence Ecofin 31/03/17)
Les autorités vénézuéliennes et sud-soudanaises tiennent actuellement des négociations qui pourraient aboutir à l’arrivée de nouveaux investissements vénézuéliens dans le secteur sud-soudanais du pétrole, rapporte Oil Price. Si ces discussions débouchent sur un accord, il sera bénéfique pour les deux pays. En effet, le Venezuela, qui dépend entièrement de la manne pétrolière pour financer son économie, croule sous le poids de la faiblesse des cours du pétrole avec une hyperinflation qui devrait atteindre 1 660% fin 2017, selon le FMI. Même s’il possède les plus vastes réserves de pétrole du monde, le pays a donc besoin de nouvelles niches pour doper ses recettes pétrolières. Quant au Soudan du Sud, il a établi un ambitieux programme de relance de la production...
(APA 31/03/17)
Riek Machar, le chef de l’opposition armée, a accusé l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) d’avoir trahi le Soudan du Sud dans sa quête d’une paix durable. L’ancien vice-président, qui vit dans la clandestinité après une tentative ratée d’instaurer un partage du pouvoir avec le président Salva Kiir, a publié jeudi un communiqué dans lequel il exprime une « déception profonde » face à la position de l’IGAD. Il a affirmé que l’Autorité prenait parti, pointant du doigt le processus de paix bloqué et le retour au conflit dans le pays. Lors d’un sommet des chefs d’Etat et de gouvernement tenu dans la capitale kényane, Nairobi, l’IGAD qui, il y a deux ans, avait négocié un accord de paix entre...
(BBC 31/03/17)
Trois travailleurs étrangers de l'industrie pétrolière enlevés par des rebelles au début du mois dernier sont arrivés dans la capitale soudanaise, Khartoum, suite à leur libération. Deux ressortissants pakistanais et un Indien ont été libérés sur ordre du chef rebelle et ancien vice-président, Riek Machar, a déclaré son groupe SPLA-IO dans un communiqué. L'un des hommes libérés a révélé que ses ravisseurs lui avaient demandé de transmettre un message aux compagnies pétrolières étrangères pour qu'ils cessent d'opérer dans le Soudan du Sud. Car ils estiment que les recettes pétrolières sont utilisées pour financer la guerre.
(Le Monde 30/03/17)
Au Nigeria, au Soudan du Sud, en Somalie et au Yémen, la crise humanitaire est davantage due aux guerres qui ravagent les territoires et les populations qu’au climat. Par Laurence Caramel Dans un camp géré par l’Unicef à Malualkon, dans le nord du Soudan du Sud, le 11 mars. Le 20 février, le pays a été officiellement déclaré en « état de famine », selon la classification de l’ONU. Il aura fallu que le Soudan du Sud se déclare officiellement en état de famine, le 20 février, pour que l’ont soit ramené à une réalité jusqu’alors négligée.
(France TV Info 30/03/17)
Le Yémen est menacé par la famine, comme le Soudan du Sud ou la Somalie. Plus de trente millions de personnes sont concernées. Sécheresse et conflits armés sont en cause. À onze ans, il marche déjà comme un vieil homme et peine à se tenir sur ses deux jambes. Comme ce garçon, 100 000 Sud-Soudanais sont victimes de la famine. Une situation dramatique qui touche plusieurs pays à des niveaux divers. Au Nigeria, 12% de la population est touchée par la crise alimentaire, 24% en Somalie, 42% au Soudan du Sud et 60% au Yémen. Près de 36 millions de personnes, quatre pays et deux points communs. Appels aux dons lancés D'abord, des conditions climatiques difficiles. Dans certaines régions de...
(Europe 1 30/03/17)
Plus de trente millions de personnes sont touchées par la malnutrition, selon le dernier rapport de la FAO, l'organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture. Soit la pire crise alimentaire depuis la Seconde guerre mondiale. La Somalie, le Soudan du Sud, le Kenya, le Nigeria et le Yémen sont particulièrement touchés. Le constat de la FAO est sans appel : la malnutrition s'aggrave au Moyen-Orient et en Afrique du Nord avec plus de 30 millions de personnes touchées, selon un rapport dévoilé lundi. L'aggravation s'est accélérée ces cinq dernières années, note l'organisation de l'ONU en charge de l'alimentation et de l'agriculture. Causes avancées : "la propagation et l'intensité des conflits et des crises prolongées", pénuries d'eau et changement climatique. La...
(Le Monde 30/03/17)
Rony Brauman, directeur d’études à la Fondation Médecins sans frontières, analyse la situation alarmante que vivent les populations en Afrique de l’Est. Par Laureline Savoye La réaction des Nations unies est-elle à la hauteur de la famine qui sévit en Afrique de l’Est ? J’éprouve des sentiments mélangés. Il n’est pas question de nier la gravité de la situation qui prévaut au Yémen, en Somalie, au Soudan du Sud et au Nigeria, frappés depuis des années par des conflits armés d’une grande violence. Mais je suis plus perplexe, voire sceptique, lorsque l’on nomme certains pays en en laissant d’autres à l’écart, comme la Centrafrique. Je m’interroge aussi sur les chiffres avancés par les Nations unies. L’estimation de 20 millions de...
(AFP 29/03/17)
Plus de 60.000 Sud-Soudanais fuyant la guerre et la famine sont entrés au Soudan au cours des trois premiers mois de 2017, a annoncé mercredi l'agence de l'ONU pour les réfugiés. Le Soudan du Sud, indépendant depuis 2011, a déclaré en février l'état de famine dans certaines régions du pays où 100.000 personnes seraient en proie à la faim. Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) prévoyait l'arrivée de 60.000 réfugiés sud-soudanais au Soudan sur l'ensemble de l'année 2017, mais ce chiffre a été atteint en seulement trois mois. "Le nombre de nouvelles arrivées a dépassé les projections, ce qui marque une aggravation probable de la situation au Soudan du Sud", a indiqué l'agence dans un communiqué...
(RFI 29/03/17)
Le président du Soudan du Sud Salva Kiir a annoncé ce lundi 27 mars un cessez-le-feu unilatéral de ses forces dans le pays. Il a ainsi accédé à une demande de l'Igad, l’Autorité intergouvernementale sur le développement, qui était réunie en sommet le week-end dernier à Nairobi. Il s'agit d'essayer de faire retomber la tension dans le pays ravagé par la guerre civile et la famine, pour favoriser la tenue d'un dialogue national. Mais l'opposition a aussitôt fait savoir que tout nouveau dialogue était absurde tant que l'accord de paix de 2015 n'était pas appliqué. C'était le premier geste diplomatique fort de Moussa Faki Mahamat, le nouveau président de la Commission de l'Union africaine (UA) : reprendre en main la...
(La Tribune 29/03/17)
Pour lutter contre les crimes économiques, le Soudan Du Sud a adopté de nouvelles règles financières. Devenue indépendante en juillet 2011, la plus jeune nation au monde est en proie à une guerre civile depuis 2013. Une véritable aubaine pour les délinquants financiers que Juba compte désormais mettre hors d’état de nuire. En vertu de ces nouvelles lignes directrices toutes les institutions financières et les particuliers devront déclarer à la banque centrale, pour approbation, toute opération telle que les retraits, les dépôts et les virements bancaires de plus de 10.000 dollars, a indiqué l'Agence de presse chinoise internationale (XINHUA). La plus jeune nation au monde en proie à la corruption, le blanchiment d'argent et les financements occultes, veut mettre un...
(APA 29/03/17)
Les Comores, Madagascar, le Sud Soudan se sont qualifiés pour la phase de groupe des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2019, à l’issue de la manche retour des préliminaires disputée lundi et mardi. Victorieux de la manche aller (2-0), les Comores ont validé leur ticket en ramenant un nul de l’Ile Maurice (1-1), au retour. Les Comores seront logées dans le groupe B des éliminatoires en compagnie du Cameroun, du Maroc et du Malawi. Madagascar s’est également qualifiée pour la phase de groupes des éliminatoires de la CAN 2019 en écartant Sao Tomé et Principe, battu deux fois (1-0 à l’aller en déplacement, puis 3-2 au retour à Antananarivo). En phase de groupe (A), les «Barea» affronteront...
(AFP 27/03/17)
Six travailleurs humanitaires ont été tués samedi dans une embuscade au Soudan du Sud, ravagé par une guerre civile et frappé par la famine, a annoncé l'ONU, qui a exhorté les autorités du pays à "enquêter et à arrêter" les auteurs de cette attaque. "Je suis horrifié et indigné par le meurtre odieux hier (samedi) au Soudan du Sud de six humanitaires courageux", a déclaré dimanche dans un communiqué Eugene Owusu, du Bureau pour la coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha). Selon Ocha, il s'agit de l'attaque la plus meurtrière ayant frappé des humanitaires en plus de trois ans d'une guerre civile brutale. "Au moment où les besoins humanitaires ont atteint un niveau sans précédent, il est totalement inacceptable...
(AFP 27/03/17)
Le Soudan a annoncé dimanche qu'il allait ouvrir des "corridors humanitaires" pour acheminer de l'aide alimentaire à des milliers de personnes au Soudan du Sud, un pays voisin frappé par la famine. Le gouvernement du Soudan du Sud a déclaré en février l'état de famine dans plusieurs zones du pays. Plus de 100.000 personnes sont touchées, selon des organisations liées à l'ONU. "Le gouvernement soudanais a donné son accord pour ouvrir des corridors humanitaires aux personnes affectées par la famine dans l'Unité et Bahr al-Ghazal", deux Etats du Soudan du Sud, a indiqué dans un communiqué la commission soudanaise pour l'aide humanitaire. Ce couloir sera utilisé pour acheminer l'aide de la ville d'El Obeid, dans le centre du Soudan, à...
(RFI 27/03/17)
Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière visant des humanitaires depuis le début de la guerre civile il y a trois ans au Soudan du Sud. Six employés d'une ONG locale ont été tués dans une embuscade samedi 25 mars. C'est ce qu'annonce l'ONU qui se dit «horrifiée et indignée» par ce meutre affreux. « Au moment où les besoins humanitaires ont atteint un niveau sans précédent, il est inacceptable que ceux qui tentent d'apporter de l'aide soient tués », voilà ce qu'a déclaré dimanche soir dans un communiqué Eugene Owusu, le Bureau pour la coordination des Affaires humanitaires de l'ONU. Pour ce qui est des faits : les six humanitaires de nationalité kényane et sud-soudanaise étaient en route samedi...
(BBC 27/03/17)
Le « meurtre odieux » s'est produit samedi d'après Eugene Owusu, responsable des affaires humanitaires dans le Soudan du Sud. L'ONU n'a pas dit qui étaient les victimes ni pour quelle agence elles travaillaient. Ces agents humanitaires voyageaient entre la capitale Juba et la ville de Pibor dans l'Ouest du pays. Au moins 79 humanitaires ont été tués au Soudan du Sud depuis le début du conflit en décembre 2013 d'après l'ONU. Deux autres attaques ont visées des travailleurs humanitaires ce mois-ci d'après l'ONU. Le 14 mars, un convoi humanitaire a été attaqué alors qu'il se rendait à Yirol dans l'Est pour faire face à une épidémie de choléra. Et le 10 mars, le personnel local d'une organisation humanitaire internationale...
(AFP 25/03/17)
Les premiers soldats de la force militaire régionale sous mandat de l'ONU qui doit être déployée au Soudan du Sud arriveront "fin avril, début mai", a indiqué vendredi Hervé Ladsous, chef sortant des opérations de maintien de la paix de l'ONU. A ce premier contingent de soldats venus du Bangladesh et du Népal s'ajoutera une unité d'hélicoptères, a précisé M. Ladsous lors d'un point presse. D'autres troupes, notamment éthiopiennes, devraient les rejoindre "probablement fin mai, début juin", a-t-il précisé. "Nous avons remué ciel et terre pour accélérer le déploiement. Mais le gouvernement du Soudan du Sud a mis beaucoup de bâtons dans les roues du processus".
(Le Vif 25/03/17)
Les dirigeants sud-soudanais sont les uniques responsables de l'actuelle famine au Soudan du Sud, affirment les analystes, soulignant que si l'aide alimentaire aide à sauver des vies, seule la paix mettra fin aux souffrances de la population. Une paix qui semble plus lointaine que jamais, la communauté internationale semblant paralysée face à ceux qui ont plongé le pays dans la catastrophe et restent insensibles aux appels à déposer les armes. Il n'y a ni sécheresse catastrophique au Soudan du Sud ni autre facteur naturel expliquant la famine qui touche 100.000 personnes et en menace des millions. Mais bien trois ans de guerre civile accompagnée d'abjectes exactions à grande échelle, où affamer les populations civiles fait office de tactique militaire. "Ce...
(AFP 24/03/17)
Les dirigeants sud-soudanais sont les uniques responsables de l'actuelle famine au Soudan du Sud, affirment les analystes, soulignant que si l'aide alimentaire aide à sauver des vies, seule la paix mettra fin aux souffrances de la population. Une paix qui semble plus lointaine que jamais, la communauté internationale semblant paralysée face à ceux qui ont plongé le pays dans la catastrophe et restent insensibles aux appels à déposer les armes. Il n'y a ni sécheresse catastrophique au Soudan du Sud ni autre facteur naturel expliquant la famine qui touche 100.000 personnes et en menace des millions. Mais bien trois ans de guerre civile accompagnée d'abjectes exactions à grande échelle, où affamer les populations civiles fait office de tactique militaire. "Ce...
(AFP 24/03/17)
Le Conseil de sécurité de l'ONU s'est dit jeudi "profondément inquiet" de la dégradation de la situation humanitaire et de la famine au Soudan du Sud, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France évoquant à nouveau la possibilité de sanctions et d'un embargo sur les armes. Pillages des missions humanitaires et de l'ONU, viols en série, recrutement d'enfants soldats et famine: six ans après l'indépendance, "tout l'optimisme qui avait accompagné la naissance du Soudan du Sud a été anéanti par les divisions internes, les rivalités et le comportement irresponsable de certains de ses dirigeants", a souligné le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, qui participait à la réunion du Conseil sur ce dossier. "Malgré l'alarme sonnée par les Nations unies...
(Xinhua 24/03/17)
Le Soudan du Sud et la Guinée équatoriale ont signé lundi un nouvel accord pour renforcer la coopération technique dans le secteur pétrolier et gazier dans le cadre des efforts visant à renforcer les relations diplomatiques entre les deux pays. L'accord a été signé dans la capitale sud-soudanaise Juba par le ministre du Pétrole du Soudan du Sud, Ezekiel Lol Gatkuoth, et son homologue de la Guinée équatoriale, Gabriel Mbaga Obiang Lima. M. Lol Gatkuoth a affirmé que l'accord permettrait aux travailleurs sud-soudanais du secteur pétrolier d'acquérir une formation dans les domaines de la géologie, de l'exploration pétrolière et de la commercialisation. "L'accord que nous avons signé comprend des formations en géologie, en exploration, en marketing et dans d'autres aspects...

Pages