| Africatime
Mardi 21 Février 2017
(RFI 21/02/17)
L’état de famine est déclaré par le gouvernement du Soudan du Sud. Après trois ans de guerre civile, les populations de plusieurs zones de la région d'Unité dans le Nord risquent à présent de mourir de faim. Ils sont 100 000 à être directement menacés, à avoir besoin d'une aide d'urgence pour ne pas mourir au Soudan du Sud. Et la situation risque d'empirer rapidement : la famine pourrait toucher un million de personnes dans les mois qui viennent. Le problème est encore plus large : la moitié des Sud-Soudanais n'ont pas un accès régulier...
(AFP 20/02/17)
Le gouvernement sud-soudanais a pour la première fois déclaré l'état de famine dans plusieurs zones du pays, une situation que les agences humanitaires déplorent d'autant plus qu'elle est "causée par l'homme", à savoir par la guerre qui ravage le pays depuis plus de trois ans. Plusieurs zones de la région d'Unité (nord) sont désormais "classifiées comme étant en famine (...) ou courant le risque d'être en famine", a déclaré à la presse Isaiah Chol Aruai, président du Bureau national des statistiques, se basant sur l'échelle IPC, le standard le plus utilisé pour classifier la sécurité alimentaire.
(BBC 18/02/17)
La ministre sud soudanais dut travail, Gabriel Duop Lam, a présenté vendredi sa démission et a annoncé qu'il rejoignait le mouvement rebelle dirigé par l'ex-vice-président Riek Machar. Gabriel Duop Lam a été nommé à ce poste l'année dernière dans le cadre du gouvernement d'union formée au lendemain de la signature d'un accord entre le gouvernement et les factions rebelles. Il avait décidé de ne pas suivre M. Machar quand ce dernier a fui le pays après les violents affrontements entre...
(Agence Ecofin 18/02/17)
(Agence Ecofin) - Il ne faudrait pas passer de l’optimisme qui prévalait quant à la croissance de l’Afrique à un trop grand pessimisme. C’est l’essentiel du message que la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde a tenu à passer depuis Bangui en République Centrafricaine où elle était récemment en visite. La dirigeante qui s’exprimait devant des étudiants a déclaré que, bien que le continent ait connu sa croissance la plus faible en deux décennies l’an dernier, et...
(AFP 17/02/17)
Le ministre sud-soudanais du Travail a annoncé vendredi sa démission et affirmé sa "pleine allégeance" au chef de l'opposition de ce pays déchiré par une guerre civile depuis plus de trois ans. "Par la présente, je démissionne officiellement de mon poste de ministre du Travail (...) à compter du 17 février 2017 et je réaffirme ma pleine allégeance et mon engagement envers le SPLM/SPLA-IO (l'opposition, ndlr) sous la sage direction de Riek Machar", a indiqué Gabriel Duop Lam dans sa...
(AFP 15/02/17)
Un rapport confidentiel de l'ONU avertit que la guerre au Soudan du Sud a atteint des "proportions catastrophiques pour les civils" et que l'emprise des milices risque de devenir incontrôlable et d'alimenter les combats pour de nombreuses années. Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres écrit dans ce rapport, obtenu mardi par l'AFP, que les civils fuient villes et villages "en nombre record" et que le risque d'atrocités de masse "est réel". "La situation sécuritaire continue de se détériorer dans...
(AFP 14/02/17)
L'armée du Soudan du Sud, réagissant à la récente démission d'un influent général critique envers le régime, a accusé le haut gradé d'avoir fui le pays pour échapper à des poursuites pour malversations, dans un communiqué transmis mardi à l'AFP. Le général Thomas Cirillo Swaka, numéro deux de la division logistique au sein de l'état-major, reproche au président et à la SPLA (l'armée gouvernementale) d'avoir "systématiquement torpillé" un accord de paix signé en août 2015 pour mettre fin à la...
(AFP 13/02/17)
Un influent général sud-soudanais a démissionné en accusant le président Salva Kiir de mener un "nettoyage ethnique" dans ce pays plongé dans la guerre civile, selon la lettre de démission dont l'AFP a obtenu copie dimanche. Le général Thomas Cirillo Swaka, numéro deux de la division logistique au sein de l'état-major, affirme avoir "perdu patience vis-à-vis de la conduite du président et commandant en chef, du chef d'état-major et d'autres officiers supérieurs", issus de l'ethnie dinka, selon la lettre datée de samedi. Le président et ces officiers de la SPLA - l'armée gouvernementale - "ont systématiquement...
(AFP 10/02/17)
De nouvelle milices armées ont vu le jour dans les provinces méridionales d'Equatoria au Soudan du Sud, depuis la flambée de violences de juillet 2016 dans la capitale Juba, a déploré vendredi le médiateur régional Festus Mogae devant la presse à Nairobi. "De nouveaux groupes ont vu le jour qui n'existaient pas avant. De nouvelles milices. Ce sont de nouveaux développements depuis juillet, des développements indésirables", a déclaré l'ancien président du Botswana et président de la Commission de surveillance et d'évaluation de l'accord de paix (JMEC)...
(Agence Ecofin 10/02/17)
Ezekiel Lul Gatkuoth, le ministre sud-soudanais de l’énergie, a rapporté à la presse que le président Salva Kiir (photo) a ordonné un déploiement optimal des forces de sécurité sur la totalité des installations pétrolières. Ceci, dit-il, constitue un volet important de la détermination du gouvernement à favoriser un retour rapide à la production pétrolière d’avant-conflit qui était de 350 000 b/j. « Le président nous a instruit, à l’effet de garantir à 100% la sécurité autour des plateformes pétrolières »,...
(AFP 08/02/17)
Plus de 52.000 personnes ont fui le Soudan du Sud durant le seul mois de janvier, la plupart vers l'Ouganda, pour échapper aux incessants combats qui minent le plus jeune pays du monde et font planer des menaces de génocide, selon l'ONU mardi. Les déplacés viennent pour beaucoup des villes au sud de la capitale Juba, dans l'Etat méridional d'Equatoria-Central, a précisé le conseiller spécial pour la prévention des génocides des Nations unies, Adama Dieng. Et de nombreux réfugiés font...
(RFI 07/02/17)
Les Sud-Soudanais continuent de fuir la violence dans leur pays. Environ 2 000 d’entre eux arrivent chaque jour au camp de réfugiés de Bidi Bidi, en Ouganda, après plusieurs jours de marche. A ce rythme, ce camp, où sont déjà entassées plus de 270 000 personnes, pourrait bientôt devenir le plus peuplé au monde.
(Agence Ecofin 03/02/17)
Le gouvernement sud-soudanais vient de signer une extension de cinq ans des permis d’exploration et de production détenus par les compagnies pétrolières asiatiques opérant sur le territoire. L’objectif est de favoriser l’accroissement de la production pétrolière du pays. Celle-ci devrait passer de 130 000 b/j actuellement à 290 000 b/j, avant juillet 2018, selon Stephen Dheiu (photo), le ministre sud-soudanais de l’énergie. Les bénéficiaires de cette mesure sont Petronas (la société d’Etat Malaisienne du pétrole), la CNPC (société d’Etat chinoise du pétrole) et l’ONGC (compagnie publique indienne du pétrole).
(Libération (ma) 03/02/17)
S.M le Roi Mohammed VI, accompagné de S.A le Prince Moulay Ismail, est arrivé mercredi après-midi à Juba, pour une visite officielle en République du Soudan du Sud, la première effectuée par le Souverain dans ce pays, et a eu, le même jour, des entretiens en tête à tête avec le Président Salva Kiir Mayardit. Qualifiée d’historique par de nombreux observateurs, cette visite, qui ne manquera pas d’ouvrir une nouvelle page dans les relations entre Rabat et Juba, vient conforter...
(MAP 03/02/17)
Un communiqué conjoint a été publié au terme de la visite officielle du roi Mohammed VI en république du Soudan du sud. Il insiste sur la volonté du Maroc de contribuer à la consolidation de la stabilité et au processus de construction de la paix au Soudan du Sud. Voici le texte intégral du communiqué conjoint: «1- Sur invitation de SE Salva Kiir Mayardit, Président de la République du Soudan du Sud, Sa Majesté le Roi Mohammed VI du Maroc...
(Autre média 03/02/17)
Le Maroc a réintégré, le 30 janvier, l’Union africaine. Quel est l’intérêt stratégique de cette réintégration pour le Maroc et pour les membres de l’UA ? Après trente ans d’absence, les Marocains ont pris conscience de l’importance de réintégrer l’institution panafricaine. Bien qu’elle pèse peu sur la vie des peuples africains, elle a une véritable influence sur le plan diplomatique et politique. En restant en dehors de l’Union africaine, le Maroc ne participait ni au débat ni au vote. Pour...
(APA 03/02/17)
Le Maroc et le Soudan du Sud ont exprimé leur détermination à promouvoir une coopération Sud-Sud mutuellement bénéfique et génératrice de richesses, identifiant un nombre de domaines à même de donner l'élan espéré au développement des relations entre les deux pays. Les deux Chefs d’Etat ont souligné le rôle important des organisations régionales subsahariennes africaines pertinentes, à savoir l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) et la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC), notamment dans la mise en œuvre des stratégies du...
(TelQuel 03/02/17)
"La question du Sahara est différente dans sa genèse et sa nature juridique et politique de celle du Soudan du Sud", reconnaît la plus jeune nation africaine. Une formulation plus favorable au Maroc que les positions passées du pays de Salva Kiir. Mohammed VI a quitté Juba ce 2 février au terme d'une visite officielle effectuée sur les terres de la plus jeune nation africaine. Le roi n'est pas reparti les mains vides, dans la mesure où le communiqué conjoint...
(RFI 03/02/17)
Fraîchement auréolé de sa victoire diplomatique par le retour du Maroc au sein de l'Union africaine, Mohammed VI poursuit son offensive sur le continent avec un déplacement au Soudan du Sud. Lors de cette visite d'Etat de deux jours, le roi était accompagné d'une importante délégation d'affaires. Le Maroc s'est engagé à participer à la construction de la prochaine capitale administrative du pays. L’axe Rabat-Juba devrait se concrétiser par de grands chantiers d’infrastructures en direction du plus jeune Etat du...
(AFP 02/02/17)
Le roi du Maroc, Mohammed VI, a entamé mercredi soir une visite d'Etat de deux jours au Soudan du Sud, après le récent retour de son pays au sein de l'Union africaine avalisé par les chefs d'Etat du continent réunis en sommet à Addis Abeba. Mohammed VI a été accueilli à Juba par Salva Kiir, président du plus jeune pays du continent africain en proie depuis trois ans à d'intenses violences entre rebelles et forces gouvernementales, dont souffrent les populations...

Pages