Jeudi 18 Janvier 2018
(APA 16/01/18)
APA-Kampala (Ouganda) - Le président ougandais Yoweri Museveni a rencontré les chefs des forces de défense et les chefs des services de renseignements militaires des pays partenaires de la région d’Afrique de l’Est, pour dresser le bilan de la sécurité et élaborer des stratégies dans le but de vaincre le terrorisme notamment les Forces démocratiques alliées (ADF). Les chefs de la défense et du renseignement militaire de la République démocratique du Congo (RDC) et de l’Afrique du Sud ont également assisté à la réunion. Le Burundi, le Kenya, le Rwanda, le Soudan du Sud, la Tanzanie et l’Ouganda figuraient parmi les États partenaires qui se trouvaient à la réunion tenue à la présidence ougandaise à...
(Jeune Afrique 12/01/18)
L'année 2018 sera à quitte ou double pour l'avenir ou le devenir de certaines démocraties africaines. L'attention va se concentrer sur le Zimbabwe, pays en pleine refonte. Mais le Cameroun de Paul Biya, le Mali d'IBK ont aussi rendez-vous dans les urnes. Enfin le feuilleton des élections congolaises devrait connaitre son lot de rebondissements. Détails en infographie. Qui aurait cru que les Zimbabwéens choisiraient en 2018 le successeur de Robert Mugabe ? Sous la contrainte, « Bob », 93 ans dont 37 au pouvoir, a annoncé sa démission le 21 novembre 2017. Mais après l’intérim d’Emmerson Mnangagwa, la prochaine élection présidentielle sera-t-elle libre et transparente ? Rien ne permet de l’affirmer. Au Cameroun, Paul Biya, 84 ans, devrait quant à lui rempiler...
(AFP 09/01/18)
Déjà un an qu'ils ont débarqué sur cette terre inconnue du sud-ouest de la France, après leur odyssée d'Afrique jusqu'au camp de migrants de Calais (nord). Dans un village isolé, des réfugiés soudanais et sud-soudanais ont pansé leurs plaies et démarré une nouvelle vie. Sur les 24 jeunes exilés débarqués dans le village de Bruniquel (Tarn et Garonne, sud-ouest), onze ont décroché le précieux sésame du statut de réfugié. "Je suis heureux maintenant, on m'a donné le droit de vivre...
(APA 04/01/18)
APA-Juba (Soudan du Sud) - Huit violations de l’accord de cessation des hostilités dans différentes régions du pays, ont été enregistrées par l’Armée populaire de libération du Soudan (APLS, plus connue sous l'acronyme SPLA), depuis sa signature à Addis-Abeba le mois dernier. Selon le porte-parole de l’armée, le Général de brigade Lul Ruai, la SPLA a affronté un certain nombre de groupes armés à travers le pays entre les fêtes de Noël et celles du Nouvel An, et 25 personnes,...
(RFI 03/01/18)
Le nouveau cessez-le-feu au Soudan du Sud conclu le 21 décembre dernier ne cesse d'être violé depuis sa signature. Une situation inacceptable pour tous ceux qui l'ont parrainé et soutenu. Ces derniers jours, les réactions diplomatiques se sont multipliées. Après l'IGAD l'organisation régionale qui a supervisé les pourparlers à Addis Abeba, c'est au tour des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de la Norvège et de l'Union européenne de dénoncer ces violations de l'accord. La dernière réaction en date est celle de la troïka qui avait soutenu l'accord de 2005 qui a conduit le Soudan du Sud à l'indépendance en 2011.
(AFP 27/12/17)
Les arrestations ces jours-ci par l'armée congolaise de réfugiés sud-soudanais et le renforcement des contrôles à la frontière semblent témoigner de la volonté de la RDC d'empêcher les rebelles sud-soudanais de trouver refuge sur son sol. Des centaines de civils sud-soudanais ont fui vers la République démocratique du Congo après la prise de contrôle la semaine passée par les forces gouvernementales du fief rebelle de Lasu, dans la région de l'Equateur (sud). Les autorités congolaises ont arrêté 18 d'entre eux, soupçonnés d'être membres de la rébellion sud-soudanaise (SPLA-IO), qui combat le gouvernement depuis quatre ans, dans une guerre civile qui a fait des dizaines de milliers de morts et dévasté le pays.
(AFP 26/12/17)
Le gouvernement du Soudan du Sud et le principal groupe rebelle se sont mutuellement accusés dimanche d'avoir violé le cessez-le-feu qui est entré en vigueur le même jour à 00H01 (samedi à 21H01 GMT). Le groupe rebelle de l'ex-vice-président Riek Machar, la SPLA-IO, a accusé les forces gouvernementales d'avoir lancé une "attaque agressive" contre leurs positions dans la ville de Bieh Payam (nord) ainsi que dans le comté de Yei (sud-ouest). "Toutes ces actions sont dirigées contre le processus de...
(Le Monde 26/12/17)
Quelques heures après l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, le gouvernement du Soudan du Sud et le principal groupe rebelle se sont mutuellement accusés dimanche 24 décembre de l’avoir violé. Le groupe rebelle de l’ex-vice-président Riek Machar, la SPLA-IO, a accusé les forces gouvernementales d’avoir lancé une « attaque agressive » contre leurs positions dans la ville de Bieh Payam (nord) ainsi que dans le comté de Yei (sud-ouest). « Toutes ces actions sont dirigées contre le processus de paix :...
(RFI 26/12/17)
L’accord obtenu jeudi 21 décembre, à l'issue de quatre jours de négociations placées sous l'égide de l'organisation régionale Igad, est entrée en vigueur dimanche 24 décembre, mais il n'a tenu que quelques heures. L'échec de ce nouvel accord et la situation humanitaire au Soudan du Sud oblige la communauté internationale à chercher rapidement d'autres solutions pour ce pays déchiré par la guerre civile depuis fin 2013. Ce cessez-le-feu était, en quelque sorte, une revitalisation de celui d'août 2015. Un accord qui n'a ...
(AFP 24/12/17)
Le cessez-le-feu entre les parties au conflit au Soudan du Sud est entré en vigueur dimanche à 00H01 (21H01 GMT samedi) pour tenter de mettre fin à la guerre civile qui ravage ce pays depuis quatre ans. Le gouvernement et les principaux groupes rebelles au Soudan du Sud avaient signé jeudi ce cessez-le-feu. "A compter du 24 décembre 2017 à 00h01 (21h01 GMT le 23 décembre), une cessation des hostilités prendra effet et les parties cesseront toute action militaire et opération hostile", aux termes de l'accord signé au siège de l'Union africaine (UA), à Addis Abeba.
(RFI 23/12/17)
Le gouvernement et les rebelles du Soudan du Sud ont signé jeudi 21 décembre un accord de cessez-le-feu. Les tractations ont eu lieu à Addis Abeba, sous l'égide de l'IGAD, l'autorité sous-régionale. Cet accord tiendra-t-il plus longtemps que les précédents ? Le Soudan du Sud n'arrive pas à sortir d'une guerre civile entamée en 2013. Cela fait quatre ans déjà que le Soudan du Sud est dévasté par la guerre. Quatre ans au cours desquels près d'une dizaine de cessez-le-feu ont été signés. Et jamais aucun n'a été respecté.
(AFP 22/12/17)
Des experts en droits de l'Homme de l'ONU se sont dits vendredi "profondément perturbés" par les atrocités commises par toutes les parties en guerre au Soudan du Sud et ont réclamé que les coupables soient traduits en justice. Une délégation du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme a passé 12 jours dans le pays, dévasté par une guerre civile longue de quatre ans et qui a fait des dizaines de milliers de morts. Elle a entendu des victimes...
(AFP 22/12/17)
Le gouvernement et les principaux groupes rebelles au Soudan du Sud ont signé jeudi un cessez-le-feu, qui prendra effet le 24 décembre, pour tenter de mettre un terme à la guerre civile qui ravage le pays depuis quatre ans. "A compter du 24 décembre 2017, à 00h01 (locales, 21h01 GMT le 23 décembre), une cessation des hostilités prendra effet et les parties cesseront toute action militaire et opération hostile", prévoit le texte signé lors d'une cérémonie officielle au siège de l'Union africaine (UA), à Addis Abeba. L'accord obtenu à l'issue de quatre jours de négociations placées sous l'égide de l'organisation...
(RFI 22/12/17)
Les belligérants de la guerre civile qui frappe le Soudan du Sud ont réussi à se mettre d'accord, jeudi : les armes cesseront de parler à compter du dimanche 24 décembre à 00h01. Le texte de 18 pages signé à Addis Abeba sous l'égide de l'IGAD (Autorité intergouvernementale sur le développement) comprend aussi la protection des civils et l'accès total des humanitaires aux zones de conflit. Depuis quatre ans, la guerre a fait des dizaines de milliers de morts et...
(AFP 21/12/17)
Le gouvernement sud-soudanais et la rébellion semblaient jeudi sur le point de signer un cessez-le-feu, mais leurs dernières opérations militaires en plein milieu des négociations à Addis Abeba laissent par avance planer le doute sur la solidité d'un tel accord. Depuis lundi, les belligérants discutent en Ethiopie d'une possible cessation des combats. Le même jour, les forces gouvernementales se sont emparées d'un fief rebelle, forçant des civils à fuir vers la République démocratique du Congo (RDC). Les négociations d'Addis Abeba sont placées sous l'égide de l'autorité régionale Igad. Un accord paraissait jeudi sur le point d'être signé, selon des sources proches des discussions.
(AFP 21/12/17)
Le coordinateur de l'ONU pour les affaires humanitaires au Soudan du Sud, pays secoué par une guerre depuis quatre ans, a annoncé mercredi que six travailleurs humanitaires portés disparus dans le nord-ouest du pays étaient "de retour sains et saufs". Dans un communiqué, Alain Noudéhou "a salué la nouvelle du retour sain et sauf de six travailleurs humanitaires portés disparus il y a quatre jours", en remerciant particulièrement le Programme alimentaire mondial (PAM). Les six humanitaires, un étranger et cinq...
(AFP 19/12/17)
Le coordinateur de l'ONU pour les affaires humanitaires au Soudan du Sud, Alain Noudéhou, a exprimé mardi sa "profonde inquiétude" quant à la disparition dimanche de six humanitaires dans une région du nord-ouest de ce pays en guerre en depuis décembre 2013. Les six humanitaires, un étranger et cinq Sud-soudanais, employés de deux organisations internationales et une locale, ont disparu alors qu'il se déplaçaient vers l'est sur la route reliant Raga à Wau, deux villes du nord-ouest du pays, a...
(Agence Ecofin 19/12/17)
Le ministère soudanais du pétrole compte mobiliser 200 millions $ via une procédure de préfinancement auprès des compagnies internationales de négoce pétrolier. Cette somme servira, selon Salah Whabi, un conseiller du ministère, à financer le développement d’un vaste projet pétrolier. A en croire le responsable, les négociations sont déjà en cours avec certains poids lourds du domaine. Trafigura et Vitol qui sont de grands acheteurs du pétrole soudanais, devraient figurer dans la liste des entreprises prenant part aux négociations. En...
(La Tribune 18/12/17)
Le Conseil de sécurité des nations unies a décidé de prolonger le mandat de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) jusqu'au 15 mars 2018. Il s’agit de la conséquence logique de la situation politique, sécuritaire et humanitaire toujours préoccupante dans le pays, une situation que le conseil a mis sur le dos des différents protagonistes du conflit. Du coup, l’ONU a décidé de taper du point sur la table et a exigé des différentes parties, la...
(APA 18/12/17)
APA-Addis-Abeba (Ethiopie) - Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a tiré la sonnette d’alarme en déclarant que les enfants du Soudan du Sud étaient dans une situation humanitaire difficile. Alors que le conflit dans le plus jeune pays du monde entre dans sa cinquième année, l'UNICEF a révélé dans un nouveau rapport publié vendredi et intitulé « Childhood Under Attack » (L’Enfance menacée) que plus de la moitié des enfants sud-soudanais sont victimes de « malnutrition, de maladies, d’implication forcée dans le conflit, d’abus et de déperdition scolaire».

Pages