| Africatime
Lundi 25 Juillet 2016
(AFP 25/07/16)
Le président du Soudan du Sud, Salva Kiir, a annoncé lundi avoir nommé Taban Deng Gai comme vice-président, en lieu et place de son grand rival Riek Machar, qui a fui la capitale Juba après les violents combats de début juillet. "En tenant compte des recommandations des hauts dirigeants du SPLM/SPLA-IO (ex-rébellion, ndlr), pour la nomination du successeur du Premier vice-président de la République du Soudan du Sud, en vertu des pouvoirs qui me sont conférés (...), je publie ce décret républicain...
(Le Monde 25/07/16)
Riek Machar est introuvable. Sans doute y a-t-il quelques bonnes raisons à cela. Après les combats qui ont opposé ses soldats à ceux de Salva Kiir ces dernières semaines, si quelqu’un espérait que les deux hommes supposés sauver le Soudan du Sud allaient se remettre gentiment au travail, comme si plusieurs centaines de cadavres n’encombraient pas les morgues de la capitale, il est temps de cesser de rêver. Le vice-président a fui pour sauver sa vie, et il se cache. Pendant ce temps, reclus dans son palais sous bonne garde, le président sud-soudanais a lancé un « ultimatum de quarante-huit heures », expirant samedi 23 juillet, à son vice-président pour qu’il revienne à Juba de gré ou de force. Ce...
(RFI 25/07/16)
L'ultimatum a expiré au Soudan du Sud. Le président Salva Kiir avait donné 48 heures à son vice-président et ancien adversaire Riek Machar pour revenir à Juba après des affrontements dans la capitale début juillet. Mais pour revenir, Riek Machar exigeait le déploiement et la protection d'une force neutre. Finalement à l'issue du compte à rebours, une centaine de cadres de son mouvement, l'Armée de libération du Soudan, a désigné un nouveau vice-président, le ministre des Mines, Taban Deng Gai. Ce n'est pas une surprise. Taban Deng Gai était pressenti depuis plusieurs jours pour prendre le siège...
(AFP 23/07/16)
Le vice-président sud-soudanais et chef des ex-rebelles, Riek Machar, a démis de ses fonctions le ministre des Mines, issu de son propre camp, a-t-il indiqué dans un communiqué reçu samedi par l'AFP. Cette décision intervient alors que les ex-rebelles soupçonnent le président Salva Kiir de vouloir remplacer Riek Machar par le ministre en question, Taban Deng Gai, au poste de vice-président. "En vertu de mes pouvoirs, en tant que vice-président de la République du Soudan du Sud (...) je retire...
(AFP 22/07/16)
L'Allemagne a rejeté vendredi des critiques de l'ONU selon lesquelles elle aurait, avec deux autres pays européens, évacué des Casques bleus du Soudan du Sud sans consulter au préalable les Nations Unies. "Le retrait a été communiqué au secrétariat général de l'ONU au préalable, ils ont été informés à New York", a déclaré à la presse un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Sebastian Fischer. Il a parlé d'un retrait "temporaire" des policiers. En pleins combats meurtriers à Juba début...
(AFP 22/07/16)
L'ex-rébellion au Soudan du Sud a réaffirmé sa confiance en son chef, le vice-président Riek Machar, très discret depuis qu'il a dû fuir Juba lors des combats de début juillet, alors que le gouvernement cherche à entretenir la division en son sein. "Nous voudrions profiter de cette opportunité pour affirmer que Riek Machar Teny Dhurgon, le premier vice-président de la République, reste le président et le commandant en chef du SPLM/A (IO)", a indiqué l'ex-rébellion dans un communiqué reçu vendredi...
(RFI 22/07/16)
Au Soudan du Sud, le président Salva Kiir appelle le vice-président Riek Machar à rentrer à Juba d’ici deux jours. Il demande à son rival de venir relancer le processus de paix, alors que Riek Machar a quitté la capitale pendant les affrontements meurtriers il y a deux semaines. Des combats qui ont fait au moins 300 morts. Le but affiché de l’injonction du président Salva Kiir est de relancer le processus de paix, au point mort depuis que Riek...
(RFI 22/07/16)
Une note confidentielle des Nations unies, que RFI a pu consulter, assure que trois pays européens - Allemagne, Royaume-Uni et Suède -, ainsi que la Jordanie ont retiré des policiers de la Mission des Nations unies au Soudan du Sud (Minuss). Un retrait sans le consentement de l’ONU. Ces départs ont eu lieu à la mi-juillet alors que le pays connaissait une flambée de violence. La note n’est pas signée, mais elle viendrait directement du patron des opérations de maintien...
(AFP 21/07/16)
Le président sud-soudanais Salva Kiir a appelé jeudi son rival, le vice-président et chef des ex-rebelles Riek Machar, à rentrer dans la capitale Juba, qu'il avait fuie après de violents combats entre leurs troupes respectives, pour relancer le processus de paix. "J'appelle Riek Machar à rentrer à Juba pour que nous puissions poursuivre la mise en œuvre de l'accord de paix. Comme vous le savez, cet accord a besoin de nous deux pour être appliqué", a déclaré M. Kiir dans un communiqué lu à la presse par son porte-parole Ateny Wek Ateny. Tout en répétant "être à 100% déterminé à...
(RFI 21/07/16)
A Juba, capitale du Soudan du Sud, des milliers de personnes ont répondu à l'appel du gouvernement mercredi, en manifestant leur opposition à l'envoi d'une force d'interposition africaine dans le pays pour séparer les belligérants. Ce projet, annoncé au sommet de l'Union africaine à Kigali, s'intégrerait dans le cadre de la mission des Nations unies, la Minuss, avec un mandat élargi. Le but serait de protéger les civils, de séparer les parties au conflit et de pacifier la capitale. Si...
(Agence d'information d'afrique centrale 21/07/16)
Malgré le déferlement de violences, le Soudan du Sud ne juge pas nécessaire la présence de troupes de l’Union africaine (UA) sur son territoire. « Nous ne sommes même pas prêts pour le déploiement d’un seul soldat dans notre pays. Cela ne résoudra pas le problème », a déclaré le ministre sud-soudanais de l’Information, Michael Makuei Lueth, après l’annonce, par les dirigeants africains, de l’envoi d’une force de maintien de la paix. Selon le commissaire chargé de la paix et...
(AFP 20/07/16)
L'armée ougandaise (UPDF) a annoncé mercredi avoir évacué au total 38.000 civils qui étaient bloqués par des combats à Juba, la capitale du Soudan du Sud, au terme de son opération débutée vendredi. "Le nombre total de civils évacués du Soudan du Sud par la route sous la protection de l'UPDF depuis le début de l'opération a atteint un chiffre record de 38.000", a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'armée ougandaise, Paddy Ankunda. "La majorité des évacués sont Ougandais, mais ils ont...
(AFP 20/07/16)
Les Nations unies ont indiqué mardi avoir reçu des informations sur des viols de civils commis par des soldats sud-soudanais près d'une base de l'ONU à Juba. Ces abus, sur lesquels la mission de l'ONU (Minuss) enquête, "s'il sont avérés, peuvent constituer des crimes de guerre", a averti le porte-parole adjoint de l'ONU Farhan Haq. Il a déploré que les autorités au Soudan du sud continuent de restreindre la liberté de mouvement des Casques bleus, notamment en refusant des autorisations...
(AFP 20/07/16)
La radio qui l'employait a par deux fois été détruite et John Gatluak, journaliste sud-soudanais, connaissait mieux que quiconque les risques de la guerre. Même dissimulé dans un marécage pour se protéger, il n'avait jamais cessé de faire son travail. Mais le 11 juillet, le journaliste discret et tenace a été abattu dans la capitale Juba, dernier exemple en date d'une série de meurtres et, plus largement, d'une répression sans...
(Xinhua 20/07/16)
Plus de 2 900 réfugiés sont arrivés en Ouganda le week-end passé, fuyant les violences en cours au Soudan du Sud. L'afflux de réfugiés devrait continuer à croître au cours des jours à venir, dans la mesure où les tensions demeurent très élevées au Soudan du Sud, a annoncé mardi le Haut Commissarait des Nations unies pour les réfugiés (HCR). S'exprimant au cours d'une conférence de presse donnée mardi, le porte-parole du HCR Leo Dobbs a déclaré que ces nouvelles arrivées portaient à 5015 le nombre de personnes ayant...
(AFP 19/07/16)
Des milliers de personnes fuient chaque jour le Soudan du Sud pour trouver refuge en Ouganda, alors que la situation reste volatile dans la capitale sud-soudanaise Juba, a indiqué mardi l'ONU, qui estime que ce flux va s'amplifier ces prochains jours. "Un total de 1.326 personnes sont entrées en Ouganda entre vendredi et samedi, et 1.633 de plus sont arrivées dimanche", a précisé un porte-parole du HCR, Leo Dobbs, lors d'un point de presse à Genève. Avant vendredi, le HCR...
(Agence Ecofin 19/07/16)
Les violences qui persistent depuis 2011 au Soudan du sud, ont considérablement ralenti la production pétrolière. C’est ce qu’a révélé Emma Gordon, une analyste de Verisk Maplecroft, une société britannique de gestion des affaires. En 2011, la production quotidienne était de 329 000 b/j. Aujourd’hui, celle-ci gravite autour de 165 000 b/j. Une situation engendrée par les rivalités entre les soldats fidèles au vice-président Riek Machar et ceux restés loyaux au président Salva Kiir. Il faut noter que les divergences entre le Soudan et le Soudan du sud...
(RFI 19/07/16)
Juba, la capitale sud-soudanaise, se remet lentement des récents affrontements. Le cessez-le-feu tient depuis une semaine, mais la population civile a été durement touchée par le conflit entre les troupes du président Salva Kiir et du vice-président et ancien chef rebelle, Riek Machar. La cathédrale du Juba est pleine. Ce dimanche 17 juillet au matin, une fois encore, on y prie pour la paix : « C’est le troisième ou le quatrième, ou le cinquième cessez-le-feu. Nous, les civils, on...
(AFP 18/07/16)
Reporters sans frontières a appelé lundi à la libération immédiate du très respecté journaliste sud-soudanais Alfred Taban, rédacteur en chef du Juba Monitor, détenu au secret depuis samedi. Convoqué ce jour-là par les services de sécurité avec sa rédactrice en chef adjointe Ann Nimiriano, Alfred Taban, fondateur en 2000 du Khartoum Monitor, devenu le Juba Monitor, est depuis détenu dans un endroit inconnu, a rapporté l'organisation de défense des journalistes. Sa collègue a été libérée après avoir été interrogée. "Nous demandons...
(AFP 18/07/16)
Les balayeurs ont beau avoir nettoyé le sang sur les trottoirs et Juba retrouvé un semblant de normalité après les violents combats du 8 au 11 juillet, la trêve actuelle est pour le moins précaire et les solutions peu évidentes pour sauver la paix au Soudan du Sud. Le cessez-le-feu décrété il y a une semaine tient bon, pour le moment. Mais quatre jours de combats à Juba ont laissé des centaines de victimes, des dizaines de milliers de déplacés...

Pages