Mercredi 22 Novembre 2017

Soudan du Sud : les images spectrales d'un pays fantôme

ven, 14/02/2014 - 17:15 -- Paule

Moins de trois ans après sa naissance, le Soudan du Sud fait déjà figure d'Etat failli. Depuis la mi-décembre, le plus jeune pays du monde est ainsi déchiré par des combats meurtriers entre les forces du président Salva Kiir et les rebelles partisans de son ancien vice-président, Riek Machar. Résultat, presque 10% de la population (900.000 sur 11 millions d'habitants) est déplacée et le pays, paralysé, s’enfonce dans le chaos.

Des bombes à sous-munitions

Un conflit que les deux parties tentent depuis mardi d'éteindre, dans un deuxième cycle de négociations en Ethiopie, sous égide est-africaine. Le 23 janvier dernier, les belligérants avaient signé un accord de cessez-le-feu, censé mettre un terme à deux mois de massacres entre communautés Dinka et Nuer - les ethnies respectives de Salva Kiir et Riek Machar -, qui ont fait des milliers de morts. Il s'agit désormais de trouver un accord politique mettant durablement fin au conflit.

Mais la tâche s'annonce rude, tant la situation sur le terrain est fragile. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a ainsi alerté mercredi sur "l'utilisation de bombes à sous-munitions dans le conflit". Des morceaux de bombes de ce type - qui disséminent sur une grande surface des petits engins explosifs pouvant rester dangereux pendant des mois - ont en effet été trouvés la semaine dernière par le service de déminage de l'ONU. Si Ban Ki-moon a salué l'ouverture du deuxième cycle de négociations, il se montre donc inquiet quant à "la poursuite de combats et d'escarmouches" dans certaines parties du pays. On le serait à moins.