Jeudi 25 Mai 2017

Soudan du Sud: l'insécurité ralentit les activités commerciales

Soudan du Sud: l'insécurité ralentit les activités commerciales
(Xinhua 15/10/16)

L'insécurité posée par les groupes armés le long des grands axes commerciaux sud-soudanais a perturbé le commerce, poussant les commerçants à éviter les mouvements le long des routes.

Depuis la reprise des combats en juillet entre les parties en guerre dans la capitale Juba, qui se sont également propagés à la région jusqu'alors épargnée d'Equatoria, beaucoup de civils ont été tués et des véhicules brûlés le long des deux grands axes du pays, à savoir la route reliant Juba à Nimule de 125 km menant en Ouganda et la route Juba-Yei de 150 km menant à la RDC.

En août, des hommes armés alliés à la force rebelle SPLA-IO menée par l'ancien Premier vice-président déchu, Riek Machar, ont attaqué un bus le long de la route Juba-Nimule, blessant des dizaines de personnes et en tuant plus de cinq.

En octobre, le long de la route Juba-Yei, des meurtres visant des groupes ethniques ont fait plus de 21 morts.

Cette dernière vague d'insécurité a provoqué la peur chez de nombreux commerçants et voyageurs potentiels de la capitale Juba qui n'osent plus emprunter ces routes malgré les promesses de sécurité de l'Armée du Soudan du Sud (SPLA) et des agences de sécurité.

Le porte-parole de la SPLA, Le brigadier Lul Ruai Koang, a déclaré à Xinhua avoir intensifié la sécurité le longs de ces axes majeurs suite aux attaques mortelles contre des civils.

Henry Enzima, commerçant qui vend des équipements de plomberie et de construction dans la banlieue Munuki à Juba, a déclaré vendredi à Xinhua qu'il n'allait plus importer de marchandises d'Ouganda à cause de l'insécurité.

"Si l'insécurité persiste, il sera impossible d'importer plus de marchandises. La route n'est pas sûre, et pour nous ce n'est pas bon pour le transport des marchandises", a-t-il révélé.

L'économie du Soudan du Sud qui dépend du pétrole (il finance 98 % de son budget fiscal) est mise à mal depuis que le conflit a éclaté en décembre 2013, car la production pétrolière est passée de 350.000 barils par jour à moins de 160.000.

L'inflation annuelle a depuis atteint un pic en augmentant de 682,1 % en octobre, depuis la mi-2015.

Le directeur pays de TMEA (Trade Mark East Africa), John Bosco Kalisa, a déclaré à Xinhua que l'impact de l'insécurité le long de la route Juba-Nimule est lourd sur la circulation des marchandises et des gens, ce qui a causé l'hyperinflation dans le pays.

"Il y a des pénuries dans le pays à cause de l'insécurité. Les marchandises et les camions à Nimule passent les douanes en un jour mais ne bougent pas à cause de l'insécurité. On compte beaucoup d'embuscades et d'actes de banditisme qui touchent les commerçants et les chauffeurs routiers", a ajouté M. Kalisa.

Commentaires facebook