Samedi 19 Août 2017

Le Soudan du Sud lance sa propre compagnie publique des télécoms

Le Soudan du Sud lance sa propre compagnie publique des télécoms
(Xinhua 20/07/17)

Le Soudan du Sud a lancé une compagnie publique des télécommunications, en partenariat avec l'homme d'affaires soudanais Ashraf Seed Ahmed.

Le porte-parole du gouvernement, Michael Makuei, a déclaré aux journalistes mercredi à Juba que le gouvernement sud-soudanais disposerait d'une part de 25% dans cette compagnie, baptisée Niletel, et que le reste des actions seraient détenues par le groupe Ashraf, empire commercial basé au Soudan.

Ce nouveau partenariat contribuera à améliorer la prestation des services dans ce pays car le gouvernement aura un plus grand contrôle sur cette entreprise, a fait valoir M. Makuei.

"Nous lançon Niletel à un moment où d'autres entreprises sont au bord de l'effondrement, mais nous continueront d'assurer des services aux habitants du Soudan du Sud car toutes les autres compagnies sont privées et nous n'avons pas de pouvoir de décision sur ces entreprises", a indiqué M. Makuei.

"Avec Niletel, cependant, nous sommes partenaires et nous avons un pouvoir de décision pour assurer de meilleurs services aux gens", a-t-il ajouté.

Ce lancement survient à un moment où ce pays d'Afrique de l'Est, ravagé par la guerre, est aux prises avec une crise économique grave car la guerre civile a forcé de nombreuses entreprises à fermer.

L'industrie des télécommunications a été durement touchée par cette crise, puisque trois opérateurs de réseaux mobiles ont été contraints de relever leurs tarifs et de suspendre leurs opérations dans les régions rurales en raison du coût des affaires élevé et de l'insécurité.

Le directeur exécutif de Niletel, Wafi Adan Hamdan, a indiqué que l'entreprise était consciente des difficultés économiques que connaît le Soudan du Sud, mais qu'elle souhaitait s'enraciner plus profondément dans ce pays et y devenir le principal opérateur de télécommunications dans les cinq prochaines années.

La compagnie débutera d'ici huit mois ses opérations dans les grandes villes du Soudan du Sud car elle continue de mettre en place les infrastructures nécessaires, a-t-il dit.

"Nous sommes convaincus que l'économie du Soudan du Sud connaître très bientôt la croissance car nous avons beaucoup d'activités de communication en cours. Nous savons que si nous ne nous implantons pas dans ce moment difficile, nous ne trouverons plus de place quand la situation sera devenue confortable", a dit M. Hamdan.

"Nous débutons par la phase une, pour couvrir les grandes villes. La phase deux couvrira les régions rurales et la phase trois couvrira tout le pays, d'ici un horizon de quatre à cinq ans", a-t-il ajouté.

Commentaires facebook