Lundi 24 Juillet 2017

Trois employés étrangers enlevés au Soudan du Sud libérés

Trois employés étrangers enlevés au Soudan du Sud libérés
(AFP 31/03/17)
Les trois employés --deux Indiens et un Pakistanais-- avaient été kidnappés séparément les 8 et 19 mars, à proximité de leur lieu de travail pour la société DAR Petroleum dans l'Etat du Haut-Nil, dans le nord de ce pays en guerre.

Trois employés étrangers du secteur pétrolier enlevés au Soudan du Sud en mars par des rebelles ont été libérés grâce à des négociations menées par le Soudan et l'Ethiopie, ont indiqué jeudi les services de renseignements soudanais.

Les trois employés --deux Indiens et un Pakistanais-- avaient été kidnappés séparément les 8 et 19 mars, à proximité de leur lieu de travail pour la société DAR Petroleum dans l'Etat du Haut-Nil, dans le nord de ce pays en guerre.

"Répondant à une demande des gouvernements indien et pakistanais, les gouvernements soudanais et éthiopien se sont coordonnés pour assurer la libération des trois employés du secteur pétrolier", ont précisé les services de renseignements soudanais (NISS) dans un communiqué.

Les trois hommes ont été conduits à Khartoum jeudi dans un vol spécial depuis l'Ethiopie, a constaté un correspondant de l'AFP.

"Ils nous ont kidnappés pour dire à la communauté internationale que les étrangers devraient quitter le Soudan du Sud", a déclaré l'un des captifs libérés, Ayaz Hussein Jamali à l'aéroport de Khartoum.

"Les rebelles veulent fermer toutes les installations pétrolières au Soudan du Sud", a-t-il ajouté.

"Nous n'avons pas été torturés ni maltraités par nos ravisseurs", a indiqué à l'AFP l'Indien Midhun Ganesh.

Le Soudan du Sud, indépendant depuis 2011, a plongé en décembre 2013 dans une guerre civile dévastatrice, qui a fait plusieurs dizaines de milliers de morts, déplacé environ 2,5 millions de personnes (soit environ un tiers de la population), et provoqué une crise humanitaire catastrophique.

Le 20 février, la famine a été déclarée dans certaines parties du nord du pays.

Le conflit, marqué par de nombreuses atrocités et massacres sur des lignes ethniques, oppose notamment les troupes du président Salva Kiir, un Dinka, à celles de son ancien vice-président, Riek Machar, un Nuer.

En 2011, le Soudan du Sud tirait 98% de ses recettes du pétrole. Mais la guerre civile a entraîné une chute de la production de plus de la moitié, à environ 130.000 barils par jour.

Commentaires facebook