Vendredi 20 Avril 2018

Soudan du Sud : la société nationale du pétrole utilise les revenus pétroliers pour financer la guerre

Soudan du Sud : la société nationale du pétrole utilise les revenus pétroliers pour financer la guerre
(Agence Ecofin 06/03/18)

Au Soudan du Sud, Nilepet, la société nationale du pétrole est la principale source de financement de la guerre qui fait rage depuis 2013 et qui oppose l’armée aux combattants du chef de l’opposition, Riek Machar. C’est la conclusion d’un rapport de l’ONG Global Witness et Sentry, un groupe d’enquêtes piloté par l’acteur Georges Clooney. Le document a été publié il y a une semaine.

Selon ses développements, depuis 2013, des millions de dollars de revenus pétroliers de la société publique ont été versés sur les comptes des services de sécurité nationale, de politiciens pro-régime, de responsables militaires, d’agences gouvernementales et à des entreprises appartenant à des politiciens et à des membres de leur famille pour nourrir la crise. L’argent aurait également servi à financer une milice fidèle à Juba qui est accusée de violations des droits de l'Homme.

Selon des documents sensibles tombés aux mains des deux ONG, entre mars 2014 et juin 2015, Nilepet a versé 80 millions de dollars à des tiers pour « le maintien de la sécurité ». Interpellée, la société a nié tout lien avec le financement du conflit et a affirmé que les fonds étaient destinés à la réalisation de projets communautaires tels que les routes, les écoles et les hôpitaux. « Nous ne pouvons pas financer la milice, cela ne fait pas partie de notre travail.», a déclaré Yiey Puoch Lur, directeur des relations publiques de l'entreprise, pour désengager la responsabilité de Nilepet. Il a aussi déclaré que les ONG ont falsifié le registre de paie de l’entreprise.

Déjà en mars 2017, un rapport des observateurs des Nations Unies avait déploré le fait que malgré la famine, les autorités investissent plus de la moitié des revenus pétroliers du pays dans l’achat d’armes. Quelques mois plus tard, en août 2017, une enquête menée par la commission de la planification financière et économique de l’Assemblée nationale sud soudanaise a révélé que les revenus pétroliers ne sont plus stockés à la Banque centrale comme l’exige le droit positif en vigueur dans le pays.

Bien plus tôt, entre mars et octobre 2016, les recettes pétrolières qui se sont élevées à 243 millions de dollars ont presque totalement été investies dans la sécurité et l’achat d’armements. D’ailleurs en 2017, le Soudan du Sud avait la 18e armée la plus puissante d’Afrique et la 99e la plus puissante du monde, selon Le Global Power Index 2017.

Depuis le début de la guerre, Nilepet serait directement contrôlé par le président sud-soudanais, Salva Kiir (photo) et son « cercle d’amis », selon le même document qui s’est basé sur des documents confidentiels et des témoignages de sources proches du dossier. Des révélations « profondément troublantes », selon le gouvernement américain, cité par le quotidien The Seattle Times.

Les États-Unis, l'Union européenne et la communauté internationale devraient contrer la kleptocratie violente actuellement en cours au Soudan du Sud, en enquêtant sur les dirigeants et en imposant des sanctions, a exhorté Sentry. Son directeur des enquêtes spéciales, J.R. Mailey à quant à lui, affirmé au micro d’Associated Press, qu’il faut couper l’accès des hauts fonctionnaires sud-soudanais aux banques et aux devises étrangères. « C’est essentiel pour créer l'effet de levier nécessaire pour mettre fin à la guerre», a-t-il ajouté.

Avec 3,5 milliards de barils récupérables, le Soudan du Sud possède les troisièmes plus grandes réserves de pétrole d'Afrique. Le pays qui ne produit actuellement que 130 000 barils par jour envisage de porter sa production à 290 000 barils par jour, d’ici juillet prochain. Ceci, bien que les investisseurs rechignent à investir en raison de la situation sécuritaire.

Olivier de Souza

Commentaires facebook