Mardi 26 Septembre 2017

Somalie, Soudan du Sud, Kenya, Nigeria, Yémen : les raisons de la famine

Somalie, Soudan du Sud, Kenya, Nigeria, Yémen : les raisons de la famine
(Europe 1 30/03/17)

Plus de trente millions de personnes sont touchées par la malnutrition, selon le dernier rapport de la FAO, l'organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture. Soit la pire crise alimentaire depuis la Seconde guerre mondiale. La Somalie, le Soudan du Sud, le Kenya, le Nigeria et le Yémen sont particulièrement touchés.

Le constat de la FAO est sans appel : la malnutrition s'aggrave au Moyen-Orient et en Afrique du Nord avec plus de 30 millions de personnes touchées, selon un rapport dévoilé lundi. L'aggravation s'est accélérée ces cinq dernières années, note l'organisation de l'ONU en charge de l'alimentation et de l'agriculture. Causes avancées : "la propagation et l'intensité des conflits et des crises prolongées", pénuries d'eau et changement climatique. La FAO insiste donc sur "la nécessité de développer et de mettre en oeuvre des stratégies pour la gestion durable des ressources en eau et pour l'adaptation aux effets du changement climatique sur l'eau et l'agriculture". La crise alimentaire frappe particulièrement le Soudan du sud, le Nigeria, la Somalie et le Yémen. Voici pourquoi.

Le Soudan du Sud piégé entre deux communautés
Le Soudan du Sud a déclaré l'état de "catastrophe" le 20 février dernier. Ce pays de 11 millions d'habitants, né en 2011, est ravagé depuis fin 2013 par une guerre civile qui oppose les troupes du président Salva Kiir, issue de la communauté des Dinka, aux hommes de l'ancien vice-président Riek Machar, issu lui de la communauté des Nuer. La province de l'Unité – au nord du pays - est particulièrement touchée. D'abord parce que la région abrite du pétrole, ensuite parce que Riek Machar en est originaire. Actuellement, 100.000 personnes souffrent de la famine et l'aide alimentaire peine à arriver jusqu'à elles. La politique du gouvernement est également responsable de la dégradation de la situation. Selon l'ONU, la moitié du budget de l'Etat sert en effet à se fournir en armes. Le programme alimentaire mondial (PAM), le Fonds pour l’enfance (Unicef) et la FAO ont tiré la sonnette d'alarme : un million de personnes sont désormais menacées par la famine. "La plus grande tragédie du rapport [de la FAO, Ndlr]… c'est que le problème a été causé par l'homme", a déploré Eugene Owusu, coordinateur des affaires humanitaires de l'ONU pour le Soudan du Sud.

Les ravages de Boko Haram au nord-est du Nigeria
Le Nigeria est la deuxième économie du continent africain derrière l'Afrique du Sud. Pourtant, 5,1 millions de personnes y sont menacées par la famine. En cause : les affrontements entre l'armée nigériane et la secte djihadiste Boko Haram. La crise est aiguë dans le nord-est du pays notamment. La violence sévit particulièrement à Baga, dans la région de Borno, le lieu de naissance de la secte djihadiste connue pour avoir enlevé 276 lycéennes début 2014. Le bilan est lourd. On compte 20 millions de morts et 2,6 millions de déplacés depuis 2009. Mais les conflits armés ne suffisent pas à expliquer la crise que connaît cette région. "Les violences se greffent sur des situations déjà désastreuses sur le plan économique, sanitaire… La dégradation environnementale couplée à l’incapacité de ces populations à faire face aux chocs sont […] les causes profondes des crises humanitaires actuelles. Ce n’est pas un hasard si Boko Haram [a pris pied] autour du lac Tchad", explique ainsi Claus Haugaard Sorensen, ex-directeur de l'action humanitaire européenne, au Monde.

La Somalie, Etat sans Etat
La Somalie, Etat sans Etat, doit gérer des épisodes aigus de sécheresse combinés aux effets dévastateurs de la présence des Chabab sur son sol. Le groupe terroriste très actif dans la Corne de l'Afrique empêche le déploiement de l'aide humanitaire jusqu'à la population locale. Près de trois millions de personnes souffrent de malnutrition. Le président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed a lancé un appel à l'aide lors d'une intervention par vidéo conférence auprès du Conseil de sécurité de l'ONU: "La réponse de la population somalienne et de la communauté internationale a été formidable […] Mais nous demandons que tous ceux qui le peuvent augmentent encore leur soutien" a-t-il déclaré. L'ONU estime qu'il faut 864 millions de dollars pour éviter une famine en Somalie. Pour l'instant, seulement 32% de la somme a été rassemblé. En 2011, plus de 260.000 personnes, dont la moitié des enfants de moins de 5 ans, sont mortes de la faim dans le pays.

Le Kenya en état d'urgence
Trois millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence au Kenya. A l'instar de la Somalie, le pays est frappé de plein fouet par une sécheresse aiguë : les deux dernières saisons des pluies ont été marquées par de très faibles précipitations, conduisant à des récoltes en forte diminution et à une augmentation du prix des denrées alimentaires. "La situation empire chaque jour. Les taux de malnutrition infantile progressent continuellement", explique le secrétaire générale de la Croix-Rouge kényane, Abbas Gullet, dans un communiqué. En effet, ce sont plus de 340.000 enfants de moins de cinq ans qui souffrent de malnutrition aiguë. La sécheresse a exacerbé les tensions entre les communautés d'éleveurs, qui ont fait au moins 30 morts depuis décembre. Sur place, les ONG s'inquiètent. "Notre message est simple : les organisations humanitaires ont besoin de ressources suffisantes pour répondre à la hauteur des besoins. Si nous le faisons pas, des milliers de personnes pourraient mourir et des souffriront des séquelles pour le reste de leur vie. Et nous ne pourrons pas dire: 'nous ne savions pas'", a averti Fatoumata Nafo-Traoré, la directrice Afrique de la Fédération internationale de la Croix-Rouge.

Commentaires facebook