Dimanche 28 Mai 2017

Dans le monde

(AFP)

La police britannique a annoncé dimanche soir l'arrestation d'un homme de 19 ans en lien avec l'attentat suicide qui a fait 22 morts lundi soir à Manchester, après une perquisition dans le sud-est de la ville.

L'homme arrêté dans le quartier de Gorton, "soupçonné d'infraction aux lois anti-terroristes", porte à 13 le nombre de personnes actuellement détenues dans le cadre de l'enquête sur cet attentat, a précisé la police de la région de Manchester dans un communiqué.

(AFP)

Enorme surprise à Cannes: la Palme d'or a été attribuée dimanche au film suédois "The Square", réalisé par Ruben Östlund, une comédie féroce qui tourne en dérision le monde de l'art et de la bonne société.

Ostlund, qui avait remporté le prix du Jury 2014 dans la catégorie "Un certain regard" pour "Force majeure", apporte à la Suède sa première Palme.

(AFP)

Des dizaines de milliers de motards défilaient dimanche au coeur de Washington pour "Rolling Thunder", un pèlerinage pétaradant et bon enfant en l'honneur de tous ceux qui ont servi sous le drapeau américain.

Les motos venues de tous les Etats-Unis, souvent ornées de grandes bannières étoilées, ont roulé autour du Mall, la grande esplanade au centre de la capitale fédérale, sous les yeux de dizaines de milliers de spectateurs.

(AFP)

Les victimes civiles sont inévitables dans la guerre contre le groupe Etat islamique en Irak et Syrie, mais les Etats-Unis font "tout ce qui est humainement possible" pour les éviter, a déclaré dimanche le secrétaire à la Défense Jim Mattis.

Les Etats-Unis et une coalition internationale mènent depuis 2014 des frappes aériennes en Irak et Syrie contre le groupe Etat islamique, qui selon des ONG provoquent de plus en plus de victimes civiles.

Ces victimes "sont un fait de la vie dans ce genre de situation", a déclaré dimanche M. Mattis sur CBS.

(AFP)

Le président brésilien Michel Temer, fragilisé par de graves accusations de corruption, a réitéré dimanche sa ferme intention de maintenir le cap des réformes visant à sortir le pays de la récession, malgré les appels à la démission qui se multiplient.

"Le Brésil ne s'est pas arrêté et ne va pas s'arrêter, malgré la crise politique que, je le reconnais, nous sommes en train de traverser", a affirmé le chef d'État dans une tribune publiée dans le journal Folha de Sao Paulo.

(AFP)

Le président américain Donald Trump a contre-attaqué dimanche en dénonçant les "mensonges" des médias qui multiplient les révélations sur l'affaire russe et placent la Maison Blanche en situation de crise.

Tout juste rentré à Washington d'une tournée de neuf jours au Moyen-Orient et en Europe, Donald Trump a réagi dans une série de tweets aux accusations portées contre Jared Kushner, son gendre et très proche conseiller.

(AFP)

Donald Trump, qui s'est donné jusqu'à la semaine prochaine pour sa "décision finale" sur le maintien ou non des Etats-Unis dans l'accord de Paris, apparaît plus isolé que jamais dans la lutte contre le réchauffement, soulignent experts et ONG.

"Je prendrai ma décision finale sur l'accord de Paris la semaine prochaine !" a tweeté le président américain avant de quitter samedi Taormina (Sicile) après le G7.

(AFP)

Manchester a retrouvé dimanche un visage conquérant à l'occasion de son traditionnel semi-marathon qui a réuni des dizaines de milliers de coureurs, tandis qu'un douzième suspect a été arrêté dans le cadre de l’enquête sur l'attentat qui a fait 22 morts lundi.

Les habitants de la grande ville du Nord-Ouest de l'Angleterre se sont pressés contre les barrières installées le long du parcours pour encourager bruyamment les coureurs et exprimer leur attachement à leur cité.

(AFP)

Les autorités américaines sont prêtes à interdire les ordinateurs portables en cabine sur tous les vols à destination des Etats-Unis en raison d'une "menace réelle", a indiqué dimanche le ministre de la Sécurité intérieure, John Kelly.

"Il y a une menace réelle (...) C'est vraiment l'obsession des terroristes : abattre un avion en vol, particulièrement un avion américain, bondé d'Américains à bord", a déclaré John Kelly sur la chaîne Fox News.

(AFP)

Perquisitions, mises sur écoute, délations récompensées, condamnations de politiciens de tous bords: l'enquête sur l'affaire Petrobras fait un grand ménage dans les écuries d'Augias de la démocratie brésilienne, au risque, selon certains, de la transformer en une "République de Juges".

(AFP)

Le 30 mai 1967, le pays igbo, dans le sud-est du Nigeria, fait sécession. Moins de trois ans plus tard et au prix d'un impitoyable blocus et plus d'un million de morts, principalement de famine et de maladies, la "République du Biafra" est rayée de la carte.

- Sécession du riche Biafra -

Le 30 mai 1967, le gouverneur militaire du Nigeria oriental, Odumegwu Ojukwu, proclame la "République indépendante du Biafra", deux jours après la décision du chef de l'Etat Yakubu Gowon de diviser la fédération en 12 Etats dont trois pour le sud-est du Nigeria, réserve pétrolière du pays.

(AFP)

Entre perquisitions et opérations de déminage, les nerfs des habitants des quartiers liés à l'enquête sur l'attentat de Manchester (nord-ouest) sont mis à rude épreuve.

A Moss Side, banlieue modeste du sud de la ville fréquentée par le kamikaze, les habitants n'en reviennent pas de voir passer une camionnette blanche avec une équipe de démineurs.

"Tout le monde est inquiet", dit David Bailey, 29 ans, qui gère une propriété une rue plus loin de l'endroit où vient d'opérer l'équipe, "ça fait peur". Jamais il n'aurait attendu un tel drame "à ma porte".

(AFP)

L'agglomération de Naples redoutait un nouveau cycle de règlements de comptes mafieux après une série d'assassinats ayant fait six morts entre jeudi et samedi, rapportait dimanche la presse italienne.

Samedi à l'aube, dans un pub près du front de mer, un homme de 29 ans a été tué d'une dizaine de coups de feu.

Quelques heures plus tard, un homme de 44 ans et son neveu de 23 ans ont été abattus par une rafale d'arme automatique alors qu'ils circulaient sur un scooter dans une rue très fréquentée en périphérie de Naples.

(AFP)

Station balnéaire désuète de l'est de l'Angleterre, Clacton-on-Sea voit arriver les élections législatives du 8 juin sans enthousiasme: après avoir élu successivement depuis 2001 un député travailliste, un conservateur, et l'unique parlementaire du parti europhobe Ukip, les électeurs semblent désemparés.

(AFP)

Le président français Emmanuel Macron a annoncé dimanche la libération d'un Français qui avait été "enlevé le 1er mars dans l'est de la République démocratique du Congo" (RDC), dans un communiqué de l'Elysée.

Le chef de l'Etat a félicité l'ensemble des acteurs qui ont oeuvré à sa libération, "en particulier les autorités de la République démocratique du Congo pour leur mobilisation et l'efficacité de leur action".

L'Elysée, interrogé par l'AFP, n'a pas fourni de précisions sur son identité.

(AFP)

"Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous. Demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays". La plus fameuse maxime de John Fitzgerald Kennedy continue d'inspirer l'Amérique, qui célèbre le centième anniversaire de sa naissance.

Et personne n'a mieux suivi ce commandement que le clan Kennedy.

Né le 29 mai 1917, élu le 8 novembre 1960 à la présidence des Etats-Unis - à seulement 43 ans - héros de la guerre du Pacifique, charismatique en diable, JFK incarnait les promesses de l'Amérique du XXe siècle, jusqu'à son assassinat le 22 novembre 1963.

(AFP)

Elle est au coeur du pouvoir, et pourtant, depuis quelques semaines, elle n'hésite plus à le critiquer: Luisa Ortega, la procureure générale du Venezuela, provoque des remous au sein du gouvernement de Nicolas Maduro.

D'une voix ferme, qui se brisait par moments, cette avocate de 59 ans a accusé cette semaine les militaires d'avoir fait plus de 500 blessés et causé la mort d'un jeune homme lors des manifestations hostiles au président socialiste.

(AFP)

La compagnie aérienne italienne Alitalia, placée sous tutelle en raison de grandes difficultés, a annoncé l'annulation de 200 vols domestiques et internationaux dimanche en raison d'un mouvement de grève d'une partie de son personnel.

Une solution alternative a cependant déjà été trouvée pour 80% des passagers concernés, a assuré la compagnie sur son site internet.

(AFP)

Le Bangladesh a de nouveau installé dans le complexe de la Cour suprême de Dacca une statue figurant la justice mais jugée "non islamique" par des musulmans fondamentalistes, dont le retrait avait provoqué des heurts avec des défenseurs de la laïcité.

La statue représente une femme en sari qui tient une balance et a les yeux bandés.

(AFP)

Des tramways à impériale qui sillonnent ses rues, ses champs de courses, son système judiciaire: l'héritage colonial britannique reste bien enraciné à Hong Kong.

Et 20 ans après la rétrocession de la ville à la Chine aux termes d'un traité qui lui octroyait le statut de territoire semi-autonome, les emblèmes coloniaux sont devenus, dans certains cercles, des symboles de protestation.

L'ancien drapeau de la ville, orné de l'Union Jack, d'un dragon et d'un lion, est brandi pendant des manifestations contre Pékin comme pendant les matches de football.

(AFP)

Un ancien espion de la CIA d'origine cubaine a dédié sa vie à tenter d'assassiner Fidel Castro et à déstabiliser le régime communiste, mais Antonio Veciana affirme aujourd'hui que cette vie fut une "histoire d'échecs" même s'il ne regrette rien.

"J'étais un improbable terroriste", raconte-t-il dans son livre "Trained to Kill" (formé pour tuer) co-écrit avec le journaliste Carlos Harrison. "J'étais maigrichon, asthmatique et rongé par l'incertitude".

(AFP)

C'est un petit bonhomme qui se tient debout les bras ouverts, un masque cachant son regard. A ses pieds, un écriteau "je suis musulman et je vous fais confiance. Et vous, assez pour me faire une accolade?"

A Manchester, frappée en son coeur par un attentat qui a tué principalement des enfants et des parents lors d'un concert lundi, les passants, qui viennent déposer ou s'apprêtent à le faire, des bouquets et des mots doux sur la place St Ann qui en est tapissée, arrêtent leurs pas.

(AFP)

Environ 2.000 civils étaient dimanche coincés dans une ville du sud des Philippines par les violents combats entre l'armée et des islamistes qui ont fait près de 100 morts en six jours.

Les forces philippines ont intensifié leurs bombardements sur certains quartiers de Marawi, une agglomération du nord-ouest de la grande île méridionale de Mindanao, en accusant les combattants se réclamant du groupe Etat islamique (EI) d'exactions contre les civils.

(AFP)

La Chine a rejeté dimanche les affirmations du Pentagone selon lesquelles un avion de patrouille maritime américain aurait été intercepté mercredi de manière "non professionnelle et non sûre" par deux avions de combat chinois au-dessus de la mer de Chine méridionale.

Les tensions entre Washington et Pékin sont montées ces dernières années au sujet de cette mer que la Chine considère presque intégralement comme faisant partie de son territoire, au grand dam de plusieurs pays riverains.

(AFP)

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a supervisé le test d'un nouveau système de lutte antiaérienne, annoncent dimanche les médias du Nord, sur fond de tensions très élevées sur la péninsule.

Ces derniers mois, le jeune dirigeant a assisté à de nombreux tests à caractère militaire, et encore dimanche dernier quand il a supervisé l'essai d'un missile balistique de portée intermédiaire.

Un tir condamné lundi par le Conseil de sécurité des Nations unies qui a menacé Pyongyang de sanctions renforcées.

(AFP)

L'Australienne Schapelle Corby, dont la condamnation en 2005 à 20 ans de prison en Indonésie pour trafic de drogue avait suscité une vive émotion dans son pays, est finalement rentrée dimanche en Australie.

Schapelle Corby, 39 ans, et sa soeur Mercedes ont eu toutes les peines du monde à échapper, à Bali comme en Australie, aux médias australiens couvrant une affaire qui avait passionné tout un pays.

(AFP)

L'aéroport londonien d'Heathrow était encore en proie au chaos dimanche, avec une soixantaine de vols annulés et des milliers de passagers bloqués, au deuxième jour d'une panne informatique qui affecte la compagnie britannique British Airways.

Des dizaines de voyageurs tentaient de trouver une position confortable, assis sur leurs valises dans le hall de l'aéroport, tandis que de longues files se formaient devant les guichets de la compagnie, a constaté un journaliste de l'AFP sur place.

(AFP)

Des milliers d'adversaires du gouvernement vénézuélien ont manifesté samedi à Caracas en faveur de la liberté d'expression et pour le départ du président Nicolas Maduro, dix ans après la fermeture d'une chaîne emblématique proche de l'opposition.

Des heurts ont éclaté dans l'est de la capitale, où des groupes de jeunes au visage masqué ont bloqué l'autoroute où ils défilaient avec des camions auxquels ils ont mis le feu, dégageant une épaisse fumée noire qui se mêlait au nuage grisâtre des gaz lacrymogènes au moment de la dispersion.

(AFP)

Les enquêteurs britanniques poursuivaient dimanche leur enquête sur l'attentat de Manchester (nord-ouest) avec un appel à témoin et la publication de photos de son auteur, tandis que la ville organisait son traditionnel semi-marathon sous haute surveillance.

La police a publié samedi soir des photos du kamikaze, Salman Abedi, lançant un appel à témoin pour tenter de retracer ses derniers jours.

(AFP)

Après plus d'une semaine au Moyen-Orient et en Europe, Donald Trump est rentré à Washington dans une Maison Blanche en crise, où l'enquête sur les liens avec la Russie touche désormais l'un de ses plus proches conseillers, son gendre Jared Kushner.

Plusieurs médias américains rapportent que Jared Kushner a voulu établir un canal secret de communication avec le Kremlin, pendant la période de transition avant l'entrée en fonctions du président élu, cherchant à contourner les voies de communications traditionnelles entre les deux pays.

(AFP)

Les secouristes étaient à pied d'oeuvre dimanche pour tenter de distribuer une aide à un demi-million de Sri-lankais déplacés par les pires inondations sur l'île en 10 ans, qui ont fait au moins 146 morts.

Une accalmie dans les précipitations a permis une baisse du niveau des eaux dans certaines zones, ouvrant un créneau pour l'acheminement par les autorités d'une aide capitale pour des sinistrés qui ont parfois tout perdu.

(AFP)

De Jakarta à Tunis en passant par Mossoul, le mois sacré de jeûne et de prières du ramadan a débuté samedi pour près d'un milliard et demi de musulmans dans le monde.

Durant 29 ou 30 jours, les croyants vont s'abstenir de manger, de boire, de fumer et d'avoir des relations sexuelles du lever au coucher du soleil. Avant de rompre le jeûne avec des repas, souvent fastueux.

Mais, dans plusieurs pays, notamment du Moyen-Orient, ces célébrations sont assombries cette année encore par les violences ou les difficultés économiques.

(AFP)

Près de 2.000 manifestants alter-mondialistes ont manifesté samedi après-midi sous haute sécurité à Giardini-Naxos, en marge du G7 au pied de la colline de Taormina en Sicile, où la fin du cortège a été marquée par un peu de provocation.

Quelques dizaines de personnes, visage découvert, vêtues d'un t-shirt rouge et agitant des drapeaux communistes, se sont approchées d'un cordon de police le long du front de mer en scandant des slogans hostiles aux forces de l'ordre.

(AFP)

Le G7 s'est dit samedi prêt à prendre des sanctions supplémentaires contre la Russie, pointant sa "responsabilité" dans le conflit ukrainien, selon la déclaration finale du sommet de Taormina, en Sicile.

"Les sanctions pourront être levées quand la Russie remplira ses engagements. Toutefois nous sommes prêts à prendre des mesures restrictives supplémentaires contre la Russie si nécessaire", indique le communiqué au ton particulièrement ferme.

(AFP)

Le président philippin Rodrigo Duterte était sous le feu des critiques samedi après avoir fait une seconde blague sur le viol, parmi ses détracteurs Chelsea Clinton et des groupes de défense des droits de l'Homme ayant qualifié son humour de "répugnant".

Lors d'un discours prononcé vendredi dans un camp militaire, visant à soulever l'esprit patriote après l'imposition de la loi martiale dans le sud du pays, M. Duterte a annoncé que les militaires seraient autorisés à violer jusqu'à trois femmes.