| Africatime
Dimanche 30 Avril 2017
(RFI 20/04/17)
Le Soudan pourrait avoir violé les sanctions des Nations unies visant l’Iran en s’y procurant des armes lourdes. C’est du moins ce que soutient un rapport de Conflict Armament Research, une ONG britannique spécialisée dans les ventes d’armes. Ses chercheurs ont pu établir que Khartoum avait notamment acheté un canon de 122 millimètres et un blindé en Iran. Comme les dates d’acquisition restent floues, l’ONG ne peut pas toutefois affirmer que ces achats violent l’embargo adopté par le Conseil de sécurité en 2007.
(RFI 11/04/17)
Au Soudan, les forces de soutien rapide, actives le long de la frontière avec la Libye, sont chargées de garder ces frontières contre l’immigration illégale et des voix s'élèvent pour dénoncer leur possible financement par l'Union européenne (UE). Ces forces sont principalement composées d'anciennes milices janjawids, connues pour les atrocités commises au Darfour. L'Union européenne est de plus en plus critiquée par des ONG sur sa politique migratoire, critiques qui émanent de l'enceinte même...
(Le Monde 10/04/17)
Ce vendredi 7 avril, face aux juges de La Haye, l’Etat sud-africain a soutenu qu’il n’était pas de son devoir d’arrêter le président soudanais sur son sol en 2015. C’est à l’occupation de la galerie publique que l’on devine l’intérêt de l’audience du jour. Ce vendredi 7 avril, l’Afrique du Sud est devant les juges de la Cour pénale internationale (CPI), à La Haye, aux Pays-Bas, pour débattre de son échec à arrêter Omar Al-Béchir lors de sa visite au...
(Jeune Afrique 07/04/17)
Enchaîné en plein soleil, frappé, électrocuté : dans un rare témoignage publié par le journal britannique The Guardian, le journaliste Phil Cox revient sur son enlèvement au Soudan et son incarcération à la prison de Kobar. En décembre dernier, lui et son interprète Daoud Hari avaient été arrêtés alors qu’ils entamaient une enquête sur de présumées attaques à l’arme chimique dans le Darfour. Libérés en février dernier, les conditions de leur détention n'avaient pas été détaillées jusqu'alors. Les forces de...
(La Tribune 07/04/17)
L’Afrique de l’Est est en mouvement. Au moment où la sous-région multiplie les actions pour intégrer son économie, les chaines d’approvisionnement deviennent des facteurs clés de réussite. L’appui de la Banque mondiale va permettre de les renforcer avec la construction prochaine de parcs logistiques. L'heure est à l'accélération des échanges commerciaux inter-régionaux en Afrique de l'Est. Afin d'appuyer cette dynamique, des parcs logistiques modernes seront prochainement construits dans toute la sous-région, ont annoncé mercredi à Nairobi des officiels, selon l'agence de presse Xinhua. Objectif : renforcer l'efficacité des chaines d'approvisionnement. En maitre d'ouvrage...
(RFI 06/04/17)
C'est un témoignage rare sur les conditions carcérales au Soudan. Le journaliste Phil Cox vient de publier dans le journal The Guardian le récit de son incarcération à la prison de Kobar. Lui et Daoud Hari, son interprète et collaborateur, ont été arrêtés en décembre, alors qu'ils enquêtaient sur d’éventuelles attaques à l'arme chimique dans la région de Jebel Marra, au Darfour. Ils ont bénéficié d’une grâce présidentielle et ont été libérés en février dernier. Dans cet article, Phil Cox assure qu’il a été torturé. A la prison de Kobar, raconte le journaliste britannique au Guardian les prisonniers appellent leurs cellules...
(BBC 04/04/17)
Des responsables de la sécurité et du renseignement d'une trentaine de pays africains se sont réunis lundi à Khartoum, la capitale soudanaise. Au menu des discussions: la lutte contre les djihadistes, une menace grandissante sur le continent. Les participants ont souligné que des milliers de jeunes africains ayant rejoint des organisations djihadistes comme le groupe Etat islamique représentent désormais une menace réelle pour leur pays d'origine. 20 à 40 % des combattants terroristes étrangers retournent dans leurs pays d'origine après avoir combattu en Irak ou en Syrie dans les rangs des groupes...
(Le Monde 04/04/17)
Dans certaines régions de ces pays, mais aussi au Soudan du Sud, la guerre est « un métier, un mode de vie et même une culture », explique le chercheur Jérôme Tubiana. Des conflits ensanglantent différentes régions du Soudan presque sans interruption depuis l’indépendance du pays, il y a soixante ans. Mais en réalité, le Darfour, le Sud-Kordofan, le Nil Bleu, les collines de la mer Rouge et le Soudan du Sud (indépendant depuis 2011 mais toujours en guerre) souffrent...
(La Tribune 31/03/17)
Encore une fois, le « récidiviste » s’en tire à bon compte ! A force de jouer au jeu du « chat et de la souris », Omar El Béchir a fini par en avoir la parfaite maîtrise. Malgré les accusations de crimes contre l’Humanité qui pendent comme un couperet de guillotine sur sa tête, le président soudanais, protégé par ses alliés, honni par les organisations internationales, continue de narguer la justice internationale. Jusqu’à quand ? Tripoli, Le Caire, N'Djamena, Djibouti, Nairobi, Addis-Abeba, Johannesburg ou encore Doha, même Pékin. Le scénario est toujours le même, seul le décor change.
(RFI 30/03/17)
L'Arabie saoudite participe à un exercice militaire conjoint avec le Soudan depuis ce mercredi 29 mars. L'objectif est de coordonner les aviations saoudienne et soudanaise pour intervenir au Yémen contre la rébellion des Houthistes. Ces manoeuvres sont également le signe d'une influence militaire accrue de l'Arabie saoudite dans la Corne de l'Afrique et sur les rives de la mer Rouge. Pendant deux semaines, des F-15 et des Eurofighters saoudiens, avec des Mig-29 et des Sukhoi soudanais, sont engagés dans l'opération...
(RFI 27/03/17)
Une dramatique sécheresse frappe depuis plusieurs années la Corne de l'Afrique, au point que la Somalie a déclaré l'état de catastrophe nationale et que l'état de famine a été décrété au Soudan du Sud. Depuis quelques semaines, les organisations humanitaires enregistrent les premiers morts de faim dans la région, tandis que les agricultures sont dévastées et les paysans contraints de se déplacer pour survivre. Parmi les pays les plus touchés, l'Etat autoproclamé du Somaliland, indépendant de facto depuis 1991. Le...
(RFI 25/03/17)
Au Tchad, l’otage français enlevé jeudi 23 mars n’est plus sur le territoire national. Des sources sécuritaires tchadiennes annoncent que les ravisseurs ont réussi à traverser la frontière en direction du Soudan. Les forces tchadiennes appuyées par la force mixte Tchad-Soudan ont attendu le lever du jour, vendredi, pour repasser au peigne fin la frontière entre le Tchad et le Soudan, mais elles n’ont rien trouvé. Quelques instants plus tard, des sources locales ont signalé l’otage et ses ravisseurs à l’intérieur de la frontière soudanaise...
(Le Monde 16/03/17)
Nouvel épisode de notre série « Les nouveaux arrivants ». Une première conversation Skype a été organisée entre Tel-Aviv et Bugeat. Il était dit que le premier contact serait virtuel. Mercredi matin 8 mars, une connexion par Skype a été établie entre un bureau du Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU (UNHCR) à Tel-Aviv et le centre sportif de Bugeat, un village de Haute-Corrèze. Une connexion très attendue qui pourrait peser sur le destin d’une jeune athlète soudanaise prometteuse, Esteer Gabriel,...
(Le Monde 11/03/17)
Esteer Gabriel, une heptathlète réfugiée en Israël, pourrait arriver avec sa famille dans ce village doté d’infrastructures pour sportifs de haut niveau. Combien de médaillés olympiques et de champions du monde sont-ils passés par Bugeat, un village entouré par les forêts de Haute-Corrèze ? « On n’a jamais compté, mais il y en a beaucoup, assure fièrement Philippe Feytis, directeur de l’Espace 1000 Sources, le centre sportif de Bugeat, village corrézien de 850 habitants. Ce centre national d’entraînement a reçu plusieurs dizaines d’athlètes, de judokas, de handballeurs et d’haltérophiles venus du monde entier… Bugeat est même connu à Cuba puisque nous avons reçu plusieurs fois l’équipe nationale...
(RFI 07/03/17)
Que faut-il attendre du futur gouvernement soudanais ? Quelques jours après la prestation de serment, jeudi dernier, d'un Premier ministre en la personne du général Bakri Hassan Saleh, la question se pose. En théorie, ce nouveau gouvernement devait être ouvert à l'opposition à la suite du dialogue national, mais beaucoup en doutent. C'est le cas de l'activiste et opposant Rudwan Dawod (membre du Sudan Congress Party). Pour lui, le choix d'un général pour occuper ce poste, qui plus est l'un...
(RFI 06/03/17)
Le spectre de la famine plane sur l’Afrique de l’Est. L'état de famine a été déclaré au Soudan du Sud il y a deux semaines et l’état de « catastrophe nationale » en Somalie. La situation est mauvaise également en Ethiopie, en Ouganda, au Kenya et dans une moindre mesure, en Tanzanie. La faute à la sécheresse qui frappe depuis trois ans tout l’est du continent mais aussi, en Somalie et au Soudan du Sud, aux crises politico-sécuritaires majeures qui...
(RFI 04/03/17)
Au Soudan, c’est la déception de l'opposition après la nomination d'un nouveau Premier ministre, le général Bakri Hassan Saleh. Un poste qui n'existait plus au Soudan depuis le coup d'Etat d'Omar el-Béchir il y a 28 ans. Le gouvernement actuel est maintenant dissous, ses membres ne gèrent que les affaires courantes. On attend donc la nomination du nouveau gouvernement où l'opposition devait faire son entrée. Mais rien n'est moins sûr. C'est Omar el-Béchir lui-même qui reconnaît que la mission sera difficile : « Le gâteau est petit et les mains sont nombreuses », avait-il lancé devant la presse jeudi 2 mars...
(RFI 03/03/17)
Une première à Khartoum : le président Omar el-Béchir nomme un proche conseiller au poste de Premier ministre. Un poste qu'il avait lui-même supprimé lors du coup d'Etat contre Jaafar Numeïri et qui l'avait porté au pouvoir en 1989. Le nouveau Premier ministre soudanais a prêté serment ce jeudi devant el-Béchir. Un remaniement gouvernemental est attendu dans les prochaines heures. Le président soudanais a donc nommé son propre Premier vice-président Bakri Hassan Saleh, au poste de Premier ministre, un poste...
(BBC 02/03/17)
Selon les déclarations d'Ibrahim Mahmoud, haut responsable du parti du Congrès national du chef de l'Etat, la désignation de Bakri Hassan Saleh a été entérinée par le bureau exécutif du parti. La nomination de Bakri Hassan Saleh, un des proches conseillers du président soudanais Omar el-Béchir, est une première depuis que Omar el-Béchir avait supprimé cette fonction lors du coup d'Etat qui l'avait porté au pouvoir en 1989. Les députés soudanais avaient voté en décembre en faveur du rétablissement du...
(RFI 24/02/17)
Les relations entre le Soudan et le l'Egypte semblent se compliquer. Durant sa visite aux Emirats Arabes Unis, le président soudanais a accusé l'Egypte de livrer des armes au Soudan du Sud. Il a également accusé les services de renseignement égyptiens d'être présents à Juba. Leurs activités nuiraient aux bonnes relations entre les deux pays. C'est la deuxième fois en moins d'un mois que le président soudanais Omar el-Béchir fait une sortie contre l'Egypte avec des accusations graves. Cette fois, il l'accuse de recevoir les opposants soudanais au Caire et de livrer des armes au Soudan du Sud. Des accusations lancées mercredi, en marge de sa visite aux Emirats Arabes Unis.

Pages