Vendredi 19 Janvier 2018
(Le Monde 17/01/18)
Ancien fleuron de l’empire ottoman en mer Rouge, l’île de Suakin, sur la côte soudanaise, n’est plus qu’un champ de ruines érodées par le sel et le vent. La ville, construite principalement en corail, pourrait cependant bientôt connaître une seconde jeunesse. A l’occasion de la visite d’Etat du président turc, Recep Tayyip Erdogan, à Khartoum le 26 décembre 2017, le Soudan a annoncé avoir accordé un bail de quatre-vingt dix-neuf ans à la Turquie sur cette presqu’île de 70 km², pour qu’elle puisse restaurer les lieux. Jusqu’au début du XXe siècle, Suakin était l’un des principaux ports de commerce de la région, ainsi qu’un important point de passage pour les pèlerins se rendant à La...
(La Tribune 16/01/18)
Un allié régional de substitution ? En crise diplomatique ouverte avec Le Caire, les autorités de Khartoum lorgnent moins vers le nord où se trouve le grand voisin, l’Egypte d’Abdel Fattah Al Sissi. Le Soudanais Omar El Bechir regarde plus vers le Sud, chez le grand rival, l'Ethiopie, à la recherche de nouveaux liens diplomatiques. Opération d’intimidation de l’Egypte pour la pousser à revenir ? Omar El Béchir n'a pas eu à chercher loin. Après une crise diplomatique avec l'Egypte, le président soudanais a trouvé le réconfort chez le grand rival : l'Ethiopie. En bisbilles avec son grand voisin du nord, Khartoum veut intensifier ses relations avec Addis-Abeba. Le remplacement de l'allié fâché par le grand rival Ce dimanche, Workeneh...
(Le Monde 16/01/18)
La prospérité annoncée par le régime soudanais à la fin de l’embargo américain n’est pour l’instant qu’un mirage. Depuis la levée partielle, en octobre 2017, des sanctions imposées par les Etats-Unis depuis deux décennies, la situation économique s’est dégradée. Le régime d’Omar Al-Bachir, au pouvoir depuis 1989, a en effet multiplié par trois les tarifs des droits de douane, provoquant une hausse mécanique des prix sur les produits importés, soit presque tout, à commencer par le blé, l’essence et l’électricité...
(AFP 15/01/18)
Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a adressé lundi une mise en garde au Soudan, alors que les deux pays voisins traversent une période de tensions au sujet de territoires disputés et de l'épineux dossier du barrage du Nil. "L'Egypte ne fera pas la guerre à ses frères", "ne conspire pas et ne s'ingère pas dans les affaires des autres", a assuré M. Sissi dans une déclaration retransmise à la télévision. "Mais en même temps, il nous est demandé de...
(Jeune Afrique 12/01/18)
Les coupures d’électricité intempestives que subissent les citoyens africains font également transpirer les chefs d’État. Ce mercredi, un président a vu sa parole coupée, tandis qu’un autre se voyait obligé de s’exprimer crûment… La problématique des délestages électriques est à ce point récurrente que Youssou Ndour, à l’approche de sa candidature avortée à une présidentielle, avait consacré au sujet une adaptation wolof et satirique du titre des Beatles «Ob-la-di, Ob-la-da». Face à des programmes d’investissements énergétiques généralement dépassés avant d’être opérationnels, c’est sans envie de rire que l’Africain moyen doit régulièrement se résigner à la pénombre.
(RFI 11/01/18)
En deux ans, les relations n'ont jamais été aussi tendues entre Le Caire et Khartoum. Le ballet diplomatique actuel dans les capitales de la région est l'illustration d'une crise qui s'étend dans la corne d'Afrique impliquant d'autres pays cherchant à élargir leur influence en mer Rouge. Le Caire et Khartoum s'accusent mutuellement d'atteinte à la sécurité et des axes se forment alors qu'une lutte silencieuse mais visible s'engage. Le Soudan a fermé, la semaine dernière, sa frontière avec l'Erythrée et...
(Jeune Afrique 10/01/18)
Alors qu'il s'emploie à plaire aux grandes puissances, le président soudanais se montre ferme sur le plan domestique. Conforté à l'international, Omar el-Béchir ne semble pas près à l'écoute et au compromis, alors que des manifestations ont éclaté après l'augmentation du prix du pain. Dans le même discours, prononcé le 1er janvier pour célébrer l’indépendance du Soudan, le président Omar el-Béchir a annoncé l’extension de l’état d’urgence à deux régions pourtant en paix – le Kassala et le Nord-Kordofan –...
(AFP 09/01/18)
Le Soudan a fermé sa frontière avec l'Erythrée quelques jours après l'instauration par Khartoum de l'état d'urgence dans une région frontalière de ce pays, a rapporté samedi l'agence officielle SUNA. Il y une semaine, le président Omar el-Béchir a décrété pour une durée de six mois l'état d'urgence dans l'Etat soudanais de Kassala (est) frontalier de l'Erythrée, ainsi que dans celui du Kordofan-Nord (centre). Des responsables ont expliqué que cette mesure faisait partie d'une campagne de Khartoum contre les armes...
(La Tribune 06/01/18)
Le Soudan a décidé de rappeler pour consultations son ambassadeur en Egypte. Aucune raison officielle n’a été avancée mais depuis plusieurs années une crise diplomatique couve entre les deux pays en raison notamment d’un vieux conflit frontalier mais aussi le dossier du Barrage de la Renaissance sur le Nil. Des tensions qui ont été dernièrement amplifiées par la visite en grande pompe du président turc Erdogan au Soudan et qui font craindre une nouvelle escalade diplomatique entre les deux pays...
(Xinhua 05/01/18)
Le président soudanais, Omar el-Béchir, a promulgué jeudi un décret visant à prolonger de trois mois le cessez-le-feu dans toutes les zones de conflit, a rapporté l'agence de presse officielle SUNA. "Le président soudanais Omar el-Béchir a publié jeudi un décret républicain prolongeant de trois mois le cessez-le-feu dans les zones d'opération", a indiqué SUNA. En janvier 2017, le Soudan a mis en place un cessez-le-feu unilatéral de six mois quelques jours après la levée partielle des sanctions économiques imposées au Soudan par le gouvernement américain pendant environ 20 ans. Le gouvernement soudanais a lutté contre les rebelles du Mouvement pour la libération des peuples du Soudan...
(AFP 04/01/18)
Israël a lancé mercredi un programme destiné à imposer à près de 40.000 migrants africains en situation irrégulière de choisir entre leur expulsion ou leur incarcération. Ces migrants ont jusqu'à la fin mars pour quitter Israël, faute de quoi ils seront emprisonnés pour une durée indéterminée. "Ce programme sera appliqué à partir d'aujourd'hui (mercredi)", a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu qui s'est félicité du projet destiné à "faire partir les migrants entrés illégalement". Selon les chiffres du ministère de...
(Le Monde 04/01/18)
Le retour sur les routes de l’exil ou la prison. Pour les dizaines de milliers de migrants africains en situation irrégulière en Israël, le mot d’ordre est clair. Le programme lancé par le gouvernement israélien, mercredi 3 janvier, leur donne jusqu’à fin mars pour quitter Israël. S’ils refusent, ils seront incarcérés pour une durée indéterminée. Le programme est orchestré par l’Autorité israélienne de la population et de l’immigration, rattachée au ministère de l’intérieur. Le premier ministre, Benyamin Nétanyahou, s’est félicité...
(AFP 02/01/18)
Le président soudanais Omar el-Béchir a instauré samedi l'état d'urgence dans deux États du Soudan non touchés par les conflits, l'un dans le centre du pays et l'autre dans l'est à la frontière avec l’Érythrée, a rapporté un média officiel. M. Béchir "a publié samedi un décret présidentiel proclamant l'état d'urgence dans les Etats du Kordofan-Nord et de Kassala pour une durée de six mois", a indiqué l'agence de presse officielle SUNA, sans mentionner les raisons pour lesquelles cette décision...
(Agence Ecofin 27/12/17)
Le président turque Recep Tayyip Erdogan (photo), à la tête de 150 chefs d'entreprises turcs a entamé ce dimanche une tournée africaine, la deuxième depuis son arrivée à l'Ak Saray, le palais présidentiel, il y a trois ans. Première étape de cette tournée qui prend l’allure d’un renforcement des relations économiques et stratégiques avec le continent africain, le Soudan. Dimanche à Khartoum, dans la capitale soudanaise, une douzaine d’accords visant à stimuler la coopération économique, militaire et culturelle entre les...
(AFP 26/12/17)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan est arrivé dimanche à Khartoum où il a rencontré le chef de l'Etat soudanais Omar el-Béchir et signé plusieurs accords bilatéraux. Cette visite officielle de deux jours, la première au Soudan pour M. Erdogan, intervient dans le cadre d'une tournée dans la région qui le conduira au Tchad puis en Tunisie. "Douze accords de coopération dans les domaines agricole, économique et militaire, ainsi qu'un accord pour la création d'un Conseil de coopération stratégique ont été signés", a annoncé le président turc lors d'une conférence de presse. Il a qualifié de "stratégique" la relation entre les deux pays et affirmé vouloir accroître la taille des échanges commerciaux...
(RFI 26/12/17)
Le président turc est en visite sur le continent africain. Recep Tayyip Erdogan est attendu au Tchad et en Tunisie, après une première escale à Khartoum. Sa première visite au Soudan a été essentiellement consacrée à l'économie et son passage à Ndjamena ce mardi 26 décembre devrait l'être tout autant. Au Soudan, le président turc a affiché ses ambitions : faire passer les échanges commerciaux de 500 millions à 10 milliards de dollars par an. Les deux chefs d'Etat ont signé une série d'accords concernant l'économie et l'agriculture, mais aussi la coopération militaire...
(MondAfrique 14/12/17)
A la tête d’une importante délégation, le président Touadera a effectué a été reçu à Khartoum par Omar el-Bechir, le 11 décembre 2017. Même si la paix n’est pas encore au rendez-vous, le conflit sanglant au Darfour connaît une certaine accalmie. Omar el-Bechir annonce même une pacification dans ce territoire, grand comme la France et composé de trois États fédérés. Du coup, la Minuad, opération hybride Onu/ Ua du maintien de la paix au Darfour, certes impactée par la diminution des contributions américaines, va perdre près de 30 % de ses effectifs. La baisse d’intensité d’un conflit, qui dure depuis 2005 permet d’envisager une telle éventualité avec sérénité.
(APA 14/12/17)
APA-Bangui (Centrafrique) – Mille cinq-cents réfugiés sur les 1700 qui séjournent à Pladama Ouaka en RCA depuis 2010 ont commencé à rentrer chez eux au Darfour dans le village Daffaq, dans le cadre d’un rapatriement volontaire démarré depuis mardi. Ce rapatriement est organisé par le gouvernement Centrafricain avec l’appui du Haut-commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés (UNHCR). Les réfugiés soudanais étaient arrivés d’abord en 2007 à Sam-Ouandja, une ville du nord-est de Centrafrique avant d’être relocalisés en 2010 à Pladama...
(AFP 11/12/17)
La Cour pénale internationale (CPI) a estimé lundi que la Jordanie avait "manqué à ses obligations" en n'arrêtant pas sur son sol en mars le président soudanais Omar el-Béchir, poursuivi pour génocide au Darfour. La Cour "a décidé de référer cette non-coopération de la Jordanie devant l'Assemblée des Etats Parties au Statut de Rome (AEP)", traité fondateur de la CPI, "et au Conseil de sécurité des Nations unies", a-t-elle annoncé lundi dans un communiqué. Jamais inquiété jusqu'à présent, Omar el-Béchir...
(AFP 04/12/17)
L'arrestation du puissant chef de milice Moussa Hilal a permis à Khartoum de renforcer son contrôle sur la région du Darfour, mais elle pourrait donner lieu à de nouvelles violences dans une région déchirée par les conflits depuis plus d'une décennie, estiment experts et diplomates. M. Hilal, un ancien allié du président soudanais Omar el-Béchir dans la lutte contre les rebelles au Darfour, a été arrêté la semaine dernière près de Mustariaha, sa ville natale dans l'Etat du Darfour-Nord, après...

Pages