Vendredi 15 Décembre 2017
(BBC 13/07/17)
Le président soudanais Omar el-Béchir a suspendu mercredi les discussions avec les Etats-Unis sur les sanctions économiques, au lendemain de l'extension de trois mois par Washington d'un embargo sur Khartoum, selon l'agence de presse Suna. M. Béchir "a publié un décret présidentiel ordonnant la suspension du comité qui négociait avec les Etats-Unis". Ce comité négociait depuis plus d'un an avec des responsables américains pour tenter d'obtenir la suppression de ces sanctions imposées à Khartoum depuis 1997.
(APA 13/07/17)
Le ministre soudanais des Affaires étrangères, Abraheam Ghandour, a exprimé mercredi sa tristesse au sujet d’une ordonnance américaine qui a retardé de trois mois, la levée des sanctions imposées à son pays, estimant que cette décision avait été prise en dépit de l’engagement de son pays pour le respect d’un accord en cinq points. Depuis janvier, Khartoum a engagé d’intenses discussions avec les Etats-Unis après que Washington s’est engagé à lever dans un délai de six mois, des sanctions prises contre le Soudan valables pour une durée de 20 ans. Aux termes de cet accord, Khartoum doit prouver avoir fourni des progrès dans cinq domaines, notamment l’amélioration de l’accès humanitaire à travers son territoire et le maintien de la coopération...
(Agence Ecofin 13/07/17)
Les Etats-Unis ont décidé de prolonger de trois mois l’embargo sur le Soudan. Dans un communiqué du département d’Etat, la porte-parole de la diplomatie américaine Heather Nauert a été, on ne peut plus claire. Tout en reconnaissant les progrès significatifs et substantiels faits par le pays dans de nombreux domaines, l'administration a décidé qu'il fallait plus de temps pour confirmer cet élan. Cette décision quelque peu surprenante au vu des récents progrès réalisés par le gouvernement Béchir est issue d’une ordonnance prise par le président Donald Trump (photo), révoquant la période de probation de six mois établie, le 13 janvier dernier, par l’administration Obama qui imposait au pays un certain nombre de mesures. La décision était très attendue du côté...
(AFP 12/07/17)
Le président des Etats-Unis Donald Trump a prolongé de trois mois la période probatoire décidée par son prédécesseur Barack Obama avant une éventuelle levée totale des sanctions économiques frappant le Soudan, a annoncé mardi soir le département d'Etat. Dans les derniers jours de sa présidence, le 13 janvier dernier, M. Obama avait levé certaines sanctions frappant Khartoum depuis 20 ans, mais avec une période probatoire de six mois avant une possible suppression complète de ces mesures punitives. Cette période s'achevait mercredi 12 juillet. Par un...
(Xinhua 12/07/17)
Le vice-président du Ghana Mahamudu Bawumia a encouragé les entreprises soudanaises à investir au Ghana, tout en invitant les entreprises ghanéennes à resserrer leurs liens avec leurs homologues du Soudan. Il y a beaucoup d'opportunités d'affaires au Ghana, la priorité du gouvernement est de faire de la nation ouest-africaine le pays le plus favorable aux entreprises en Afrique, a déclaré lundi M. Bawumia, lors d'un entretien avec le ministre d'État soudanais Osama Faisal Elsayed Ali, au ministère ghanéen de l'Investissement à Accra. Il a exhorté les investisseurs soudanais à profiter des relations commerciales entre les deux pays pour réaliser des investissements importants qui leur apporteraient des rendements appréciables. Il a noté qu'une telle collaboration offrirait également des opportunités pour consolider...
(AFP 11/07/17)
Le chef de la diplomatie soudanaise a prévenu mardi que son pays pourrait retomber dans la guerre si les sanctions économiques américaines étaient maintenues, à la veille d'une décision sur cette question du président Donald Trump. Les Etats-Unis ont imposé en 1997 un régime de sanctions économiques au Soudan, à cause de son soutien présumé à des islamistes dont l'ex-leader d'Al-Qaïda Oussama Ben Laden. L'ex-président américain Barack Obama avait décidé en janvier la levée de certaines d'entre...
(Jeune Afrique 11/07/17)
La Confédération africaine de football (CAF) a annoncé ce vendredi 7 juillet la suspension, par la FIFA, de la Fédération soudanaise (SFA) des compétitions internationales. Cette décision serait la conséquence du limogeage du président de la Fédération soudanaise par le ministre de la Justice, le 2 juin dernier. « Les clubs soudanais participant aux interclubs de la CAF (Confédération africaine de football) ont été disqualifiés après la décision du conseil d’administration de la FIFA de suspendre la Fédération soudanaise », a fait savoir sur son site la CAF vendredi 7 juillet. L’organisme cite une lettre de la FIFA datée du 6 juillet et signée par la secrétaire générale de la FIFA, Fatma Samoura. Sur les réseaux sociaux, plusieurs journalistes ont...
(AFP 10/07/17)
Les espoirs sont grands au Soudan de voir Donald Trump décider cette semaine la levée définitive des sanctions américaines contre Khartoum, bien que des organisations de défense des droits de l'Homme appellent à leur maintien. "Le moment est venu de lever définitivement les sanctions" imposées depuis deux décennies au Soudan, a déclaré à l'AFP un responsable du ministère soudanais des Affaires étrangères, Abdelghani Elnaim. "Nous comptons sur le président Trump pour prendre cette courageuse décision (de lever les sanctions), qui rendra heureux non seulement le peuple soudanais mais aussi toute l'Afrique", a indiqué M. Elnaim.
(Agence Ecofin 10/07/17)
Les Emirats Arabes Unis (EAU) ont exprimé leur intention d’investir dans le secteur minier soudanais. C’est ce qu’a déclaré mercredi, le ministre soudanais des mines, Hashim Ali Salim (photo), après une réunion avec Ahmed Al Shamsi, un représentant du ministère des affaires présidentielles de l’Etat asiatique. Cette décision d’investissement est, comme le souligne M. Salim, sans doute motivée par le bon environnement minier du Soudan. En outre, le sous-sol soudanais héberge une grande diversité de minéraux (une trentaine), dont l’or, le fer, et le chrome.
(AFP 07/07/17)
Des fabricants de matériel d'irrigation aux techniciens de l'insémination bovine, l'agro-industrie mondiale espère une levée le 12 juillet de l'embargo commercial qui pèse sur le Soudan depuis 20 ans, afin de répondre aux besoins criants du pays. Après la levée en janvier par Barack Obama d'une partie des sanctions économiques imposées depuis 1997 à Khartoum pour son soutien présumé à des groupes islamistes radicaux, l'administration Trump doit décider si elle maintient ou non les sanctions...
(RFI 07/07/17)
Après le verdict de la Cour pénale internationale qui a considéré, jeudi 6 juillet, que Pretoria avait manqué à ses obligations en n’arrêtant pas sur son sol Omar el-Béchir, poursuivi pour génocide au Darfour, l’Afrique du Sud a réagi. Le président soudanais était présent à Johannesburg à un sommet de l'Union africaine en juin 2015. Et bien que signataire du Statut de Rome, l'Afrique du Sud ne l'avait pas arrêté. Le gouvernement a indiqué avoir pris note du verdict. Il a cinq jours pour éventuellement faire appel. Pour l'Afrique du Sud, c'est un véritable camouflet.
(Le Point 07/07/17)
La CPI pointe la responsabilité de l'Afrique du Sud dans la fuite du président soudanais, poursuivi pour génocide au Darfour, mais n'enclenche aucune action devant le Conseil de sécurité de l'ONU. La Cour pénale internationale (CPI) est sans appel : l'Afrique du Sud a bien manqué à ses obligations en n'arrêtant pas sur son sol en juin 2015 le président soudanais Omar el-Béchir, poursuivi pour génocide au Darfour depuis 2009. Un sacré pied de nez à la justice internationale Pour le juge-président de la chambre de la Cour pénale internationale, Cuno Tarfusser, « l'Afrique du Sud n'a pas respecté la requête de la Cour d'arrêter et de remettre Omar el-Béchir empêchant ainsi la Cour d'exercer ses fonctions (...) en lien...
(AFP 07/07/17)
La Fifa a annoncé vendredi avoir suspendu la Fédération de football du Soudan, avec effet immédiat, en raison d'une ingérence gouvernementale dans sa gestion. Cette décision prive l'équipe nationale du Soudan de rencontres internationales ainsi que les clubs soudanais de toute compétition continentale. Cette suspension qui fait suite à une première décision prise par le Conseil de la Fédération internationale le 27 juin, sera levée quand le conseil de la Fédération du Soudan et son président Mutasim Gaafar Sir Eklkhatim "seront réinstallés", a précisé la Fifa dans un communiqué. La Fifa a ainsi réagi à la mise à l'écart du président de la Fédération, Mutasim Gaafar Sir Eklkhatim, remplacé par Abdel Rahman Elkatim le 2 juin, à la suite d'un...
(France TV Info 07/07/17)
Depuis le début de l'année 2017, Khartoum montre patte blanche afin de jouir de la levée effective des sanctions économiques annoncées par la Maison Blanche, après deux décennies d'embargo. Les autorités soudanaises seront fixées sur leur sort dans quelques jours. Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson devrait faire une recommandation formelle au président Donald Trump d’ici le 12 juillet 2017 dans le sens d’une levée de l’embargo économique imposé au Soudan depuis 1997. Khartoum devrait ainsi quitter la shortlist des pays qui font l’objet de sanctions de la part des Etats-Unis. La levée de l’embargo a été annoncée le 13 janvier 2017 par l'administration Obama, mais Washington a décidé d’imposer une période probatoire de 180 jours. Depuis, les Américains veillent...
(APA 07/07/17)
La Fédération internationale de football (FIFA) a suspendu jeudi le Soudan en raison de l’ingérence du gouvernement dans la gestion de la fédération, débouchant sur la disqualification des sélections nationales et des clubs engagés dans les compétitions continentales et internationales. L’instance de gestion du ballon rond mondial a pris cette décision à la suite à la décision du ministre de la Justice de limoger, le 2 juin dernier, le président élu de la Fédération soudanaise de football (SFA), Mutasim Gaafar Sir Elkhatim, pour le remplacer par Abdel Rahman Sir Elkatim. Cette décision implique la perte par la fédération soudanaise de tous ses droits comme membre conformément à l'article 13 des statuts de la FIFA. Ce qui induit que les affiliés...
(AFP 06/07/17)
La Cour pénale internationale (CPI) a jugé jeudi que l'Afrique du Sud avait manqué à ses obligations en n'arrêtant pas sur son sol en juin 2015 le président soudanais Omar el-Béchir, poursuivi pour génocide au Darfour. "La chambre conclut que (...) l'Afrique du Sud n'a pas respecté la requête de la Cour d'arrêter et de remettre Omar el-Béchir", a déclaré le juge Cuno Tarfusser, "empêchant ainsi la Cour d'exercer ses fonctions (...) en lien avec les procédures criminelles instituées contre" le président soudanais. Les juges ont toutefois refusé de renvoyer l'affaire devant le Conseil de sécurité de l'ONU, qui avait saisi en 2005 la CPI au sujet de la situation au Darfour, ni devant l'Assemblée des Etats Parties au Statut...
(RFI 06/07/17)
La Cour pénale internationale a estimé ce jeudi 6 juillet que Pretoria a manqué à son devoir en refusant d'arrêter le président soudanais en 2015. L’affaire remonte à juin 2015, lorsqu'Omar el-Béchir, poursuivi pour génocide au Darfour, se trouvait en Afrique du Sud pour un sommet de l’UA. Le pays, bien que signataire du traité de Rome, avait refusé de l’arrêter avant que le dirigeant soudanais ne quitte précipitamment le pays. La décision n’est pas une surprise. La CPI estime que Pretoria a manqué à ses obligations internationales lorsqu’elle n’a pas arrêté le président soudanais alors qu’il était sur son territoire. Lors de la lecture du jugement, le juge a rappelé que deux mois avant qu'Omar el-Béchir ne se rende...
(AFP 06/07/17)
La Cour pénale internationale (CPI) doit se prononcer jeudi concernant la violation ou non des lois internationales par l'Afrique du Sud pour avoir refusé d'arrêter sur son sol en 2015 le président soudanais Omar el-Béchir, poursuivi pour génocide au Darfour. Jamais inquiété jusqu'à présent, Omar el-Béchir est visé par deux mandats d'arrêt internationaux émis par la CPI en 2009 et 2010 pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis au Darfour, province de l'ouest du Soudan en proie depuis 2003 à une guerre civile qui a fait 330.000 morts, selon l'ONU.
(AFP 04/07/17)
La Cour pénale internationale (CPI) doit prononcer jeudi une décision très attendue concernant la violation ou non des lois internationales par l'Afrique du Sud pour avoir refusé d'arrêter sur son sol en 2015 le président soudanais Omar el-Béchir, poursuivi pour génocide au Darfour. Selon les experts, cette décision devrait servir à l'avenir de référence pour la coopération entre les Etats et la CPI. Et elle mettra en lumière son incapacité à fonctionner sans le soutien de ses Etats-membres et l'appui du Conseil...
(AFP 03/07/17)
Le président soudanais Omar el-Béchir, sous le coup d'un mandat d'arrêt international, se rendra à Moscou pour la première fois en août à l'invitation de son homologue russe, a annoncé lundi le ministre des Affaires étrangères à Khartoum. Cette annonce intervient avant une décision attendue le 12 juillet du président américain Donald Trump sur une levée de certaines sanctions imposées depuis 20 ans au Soudan. "Le président Béchir se rendra en Russie durant la seconde quinzaine d'août suite à l'invitation du président Vladimir Poutine", a déclaré le ministre soudanais des Affaires étrangères Ibrahim Ghandour dans un communiqué. Cette visite vise à renforcer les relations bilatérales dans les domaines de l'économie...

Pages