Vendredi 18 Août 2017
(AFP 17/06/17)
La Cour pénale internationale (CPI) annoncera le 6 juillet sa décision concernant la violation ou non des lois internationales par l'Afrique du Sud qui avait refusé d'arrêter sur son sol en 2015 le président soudanais Omar el-Béchir, poursuivi pour génocide au Darfour. La CPI convoque pour le 6 juillet les représentants de l'Afrique du Sud et la procureure de la Cour pour assister à son rendu de décision, précise un communiqué officiel. Pretoria avait affirmé en avril 2017 au cours d'une audience inédite devant la CPI n'avoir violé aucune loi en refusant d'arrêter sur son sol en 2015 Omar el-Béchir. "Il n'est et n'était pas du devoir de l'Afrique du Sud, aux termes du droit international, d'arrêter le chef en...
(APA 16/06/17)
Le gouvernement soudanais s'est félicité du rapport du Secrétaire général de l'ONU au Conseil de sécurité, en faveur d’une réduction de la composante militaire de la Mission de maintien de la paix de au Darfour (MINUAD), a-t-on appris vendredi dans les medias. Selon le rapport onusien, la réduction devrait se faire en deux phases de six mois. Ainsi huit des seize bataillons militaires pourraient être retirés en début de l'année prochaine. « C'est une décision dont nous nous réjouissons et pour lequel le Soudan travaille depuis longtemps » a déclaré le représentant permanent du Soudan aux Nations Unies...
(Jeune Afrique 15/06/17)
Le président guinéen Alpha Condé s'est rendu au Soudan les 29 et 30 mai dernier. Il a profité de son séjour pour engager une médiation entre le Soudan et l'Égypte, en prise à de vives tensions. Qu’est allé faire le président guinéen, Alpha Condé, au Soudan les 29 et 30 mai ? Certes, il répondait à une invitation de son homologue Omar el-Béchir, qui l’avait convié à une « visite de travail et d’amitié » – on sait que le mandat d’arrêt émis par la CPI à l’encontre de ce dernier n’est pas reconnu par l’UA. Mais aussi, beaucoup plus discrètement, il a engagé une médiation entre le Soudan et son voisin égyptien. À la suite des violents combats qui avaient...
(AFP 14/06/17)
Le procès d'un éminent défenseur des droits de l'Homme accusé d'espionnage au profit d'ambassades s'est ouvert mercredi à Khartoum, Amnesty International réclamant sa libération immédiate. Mudawi Ibrahim Adam, 58 ans, professeur d'ingénierie à l'université de Khartoum, a été arrêté en décembre par des agents de la sécurité dans le cadre d'une campagne de répression visant des militants et des responsables de l'opposition. La capitale était alors le théâtre de manifestations contre une décision gouvernementale de baisser les subventions sur les prix des carburants. Il est accusé d'avoir mené des activités d'espionnage au profit d'ambassades étrangères en contrepartie d'argent et d'avoir écrit que les forces de sécurité avaient fait usage d'armes chimiques. Il encourt la peine de mort. En septembre, l'Organisation...
(La Tribune de Genève 14/06/17)
Récits de civils secourus par les forces soudanaises le long de la frontière avec l'Erythrée, afin d'endiguer l'immigration clandestine. C'est un profond désir de liberté qui a poussé Efrem Desta à fuir l'Erythrée et entrer illégalement au Soudan voisin, dans l'espoir de rallier un jour l'Europe. Mais son voyage a tourné court lorsque lui et d'autres migrants érythréens ont été enlevés après avoir traversé la frontière par la tribu des Rashaida dans l'est du Soudan, près du village d'Al-Laffa. «Nous avons fui l'Erythrée car nous aspirons à la liberté, mais à notre arrivée ici nous avons été capturés par les Rashaida», raconte Efrem Desta, 20 ans, dans sa langue maternelle, le Tigrinya. Après cinq jours de captivité, ils ont été...
(Agence Ecofin 14/06/17)
La compagnie minière Orca Gold prévoit de lever 15 millions $ par le biais d’un placement privé sans courtier, pour faire avancer le développement de son projet aurifère Block 14, au Soudan. La société émettra 37,5 millions d’unités (chaque unité comprenant une action ordinaire et un demi-bon de souscription), au prix unitaire de 0,4 $. Le produit du placement sera utilisé pour financer l’étude de faisabilité en cours sur le projet, prévue pour se terminer au premier trimestre 2018. Dans le cadre de ladite étude, Orca compte mener un programme de forage de 25 000 m à 30 000 m pour accroître les ressources minérales des gisements Galat Sufar South et Wadi Dorum. L’étude de faisabilité examinera également de potentielles...
(AFP 13/06/17)
Près de 250 enfants de plus de cinq ans ont été tués par des diarrhées aiguës au Soudan depuis dix mois, ravivant la crainte des autorités à la veille de la saison des pluies, ont rapporté lundi des agences de l'ONU. "Entre la mi-août 2016 et le 2 juin 2017, quelque 15.000 cas supposés de diarrhée aiguë ont été enregistrés au Soudan, dont 279 mortels", a affirmé le Bureau de l'ONU pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha), citant des chiffres de l'Organisation mondiale de la santé...
(AFP 13/06/17)
C'est un profond désir de liberté qui a poussé Efrem Desta à fuir l'Erythrée et entrer illégalement au Soudan voisin, dans l'espoir de rallier un jour l'Europe. Mais son voyage a tourné court lorsque lui et d'autres migrants érythréens ont été enlevés après avoir traversé la frontière par la tribu des Rashaida dans l'est du Soudan, près du village d'Al-Laffa. "Nous avons fui l'Erythrée car nous aspirons à la liberté, mais à notre arrivée ici nous avons été capturés par les Rashaida", raconte Efrem Desta, 20 ans, dans sa...
(BBC 13/06/17)
C'est le bilan fourni par le Bureau de l'ONU pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha), qui craint des nouvelles contaminations avec l'arrivée prochaine de la saison des pluies dans le pays. Depuis dix mois, soit entre la mi-août 2016 et le 2 juin 2017, plus de 15.000 cas de diarrhées aiguës ont été enregistrés au Soudan, dont 279 mortels. Environ 87% des décès concernent des enfants de plus de cinq ans répartis dans onze régions du pays, dont la capitale Khartoum. Ocha précise que ces chiffres tiennent compte de ceux fournis par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et du ministère soudanais de la Santé. Un responsable sanitaire indique que ces statistiques n'incluent pas des nouveaux cas déclarés tous...
(Le Monde 12/06/17)
Selon un rapport des Nations unies, les camps rivaux en Libye utilisent comme supplétifs des combattants étrangers, originaires notamment du Darfour et du Tchad. Par Frédéric Bobin (Tunis, correspondant) Des membres de la brigade Salah Bou-Haliqa brigade, loyale à l’homme fort de l’est libyen Khalifa Haftar, célèbrent le 5 juin à Benghazi une bataille victorieuse. Haftar s’appuie aussi sur des mercenaires soudanais du Darfour. L’engagement de « mercenaires » étrangers en Libye est une vieille histoire. Lors de l’insurrection de 2011, Mouammar Kadhafi, champion du panafricanisme et hôte traditionnel d’insurgés venus de tout le continent, en avait enrôlé de nombreux au service de la répression. Il semble que les habitudes perdurent. Des groupes rebelles originaires du Darfour (Soudan) et du...
(RFI 10/06/17)
Au Soudan, des combats ont éclaté à la fin du mois de mai 2017 au Darfour, alors que la région semblait quelque peu pacifiée. Des affrontements entre deux factions rebelles et les forces gouvernementales. Pour Jérôme Tubiana, chercheur, spécialiste du Soudan et du Tchad, consultant pour l’ONG Small Arms Survey, ce n’est pas un hasard si ces combats arrivent précisément en ce moment. Il répond aux questions de Xavier Besson.
(APA 09/06/17)
Le ministre des Affaires étrangères du Soudan, Ibrahim Ghandour, a fait part de la "totale volonté du Soudan de faire tous les efforts possibles" pour résoudre la crise diplomatique impliquant le Qatar et ses voisins du Golfe. M. Ghandour a rejeté un appel de soutien à Qatar, un pays confronté à des pressions internationales après que plusieurs pays du Golfe, notamment l’Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis, ont coupé les liens diplomatiques et économiques, pour un prétendu soutien du Qatar à des groupes terroristes. Lors d’un débat tenu mercredi sur la crise du Golfe à l’Assemblée nationale à Khartoum, un ancien directeur du Service national de renseignement et de sécurité du Soudan (NISS) a demandé au gouvernement d’exprimer son...
(RFI 08/06/17)
La crise diplomatique autour du Qatar a gagné l’Afrique. Après la rupture des relations diplomatiques de l’Arabie saoudite avec l’émirat, plusieurs pays du continent ont, à leur tour, pris position. D’abord la Mauritanie mardi, puis les Comores mercredi ont rompu leurs relations diplomatiques avec Doha. Nouakchott accuse le Qatar de « soutenir des organisations terroristes, de propager des idées extrémistes et de semer l’anarchie ». Ensuite, c’est le gouvernement sénégalais, solidaire de l’Arabie saoudite, qui a rappelé son ambassadeur au Qatar. Un geste fort qui ne rompt pas pour autant tous liens avec les Qatariens. Dakar dit vouloir consulter son diplomate sur les suites à donner à cette crise. Dans le même esprit, Djibouti a décidé de réduire sa représentation...
(AFP 07/06/17)
L'Union africaine et les Nations unies ont proposé une réduction majeure de leur force conjointe de maintien de la paix au Darfour (Minuad), déployée il y a 10 ans et qui coûte 1 milliard de dollars par an. Un rapport conjoint envoyé au Conseil de sécurité le mois dernier recommande de baisser de 44% le plafond des effectifs militaires et de 30% ceux des policiers. Le Conseil de sécurité devrait débattre de la question la semaine prochaine. Ces coupes claires, dans une force qui actuellement compte 17.000 hommes et est l'une des plus importantes et des plus coûteuses, permettrait de soulager le budget de l'ONU pour le maintien de la paix à un moment où les Etats-Unis veulent réduire leur...
(RFI 07/06/17)
Six mois jour pour jour après son arrestation à Khartoum, le 7 décembre dernier, Mudawi Ibrahim Adam, fervent défenseur des droits humains au Soudan, est toujours en prison. Lundi, le nouveau procureur de la République a promis que son procès se tiendrait bientôt, mais ses proches dénoncent une détention arbitraire et s'inquiètent pour sa santé fragile. Mudawi Ibrahim Adam a consacré sa vie à la défense des droits humains au Soudan et a même été récompensé en 2005 pour son combat. Pourtant, aujourd’hui, il est toujours en prison. En mars derniers, ses proches avaient espéré sa libération puisqu'un procureur s'était prononcé en faveur de l'abandon des charges, mais ce dernier a été remplacé.
(Africa Top sports 07/06/17)
Encore trois jours pour le début de la première journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2019), Cameroun 2019. Les sélections se préparent activement pour bien démarrer cette campagne. Les derniers matchs amicaux se disputent ce mardi et le début des éliminatoires est prévu le 09 juin prochain. Deux rencontres sont au programme de ce vendredi. Le Soudan affronte Madagascar et la Libye offre son hospitalité aux Seychelles. La dernière explication de ce programme met aux prises la Tunisie et l’Egypte, tout ceci dans un derby chaud de l’Afrique du nord. Vendredi 9 juin Soudan – Madagascar
(AFP 06/06/17)
Un défenseur soudanais des droits de l'Homme détenu depuis plusieurs mois a été inculpé d'espionnage au profit de pays étrangers, un chef d'accusation passible de la peine de mort, a indiqué lundi la justice soudanaise. Moudawi Ibrahim Adam, professeur d’ingénierie à l'Université de Khartoum, avait été arrêté en décembre lors d'un coup de filet contre des leaders et des militants de l'opposition, pendant des manifestations contre la hausse des prix. "Il est impliqué dans la gestion d'une organisation criminelle et dans des activités d'espionnage au profit d'ambassades étrangères en échange d'argent", a indiqué le procureur Babikir Abdel Latif dans un communiqué.
(Autre média 06/06/17)
Après plusieurs mois de calme relatif dans la vaste région du Darfour (Ouest), des combats ont de nouveau éclaté ces deux dernières semaines entre des membres de l’Armée de Libération du Soudan et les forces gouvernementales. Ces incidents, bien que de faible intensité, représentent une sérieuse entrave aux efforts de la communauté internationale pour mettre fin à ce conflit. Plusieurs hauts dignitaires soudanais ainsi que des médiateurs internationaux étaient d’ailleurs présents à Khartoum, la semaine passée, pour discuter de l’avancée des négociations de paix. Chacun des deux camps rejette la faute sur l’autre.
(RFI 06/06/17)
Les réfugiés du Darfour qui ont trouvé refuge au Tchad envisagent de retourner chez eux. C'est du moins ce que laisse croire un sondage effectué dans les camps de réfugiés, à l'est du Tchad. Un état d'esprit qui a conduit à la signature d'un accord, le 31 mai, entre le Tchad, le Soudan et le Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés (HCR). L’accord signé à Khartoum, la semaine dernière, indique que les deux Etats et l’organisme onusien s’engagent à faciliter le retour des réfugiés de chaque pays. Du côté soudanais, on parle de 8 000 Tchadiens qui cherchent à rentrer. Les autorités soudanaises estiment que près de la moitié des 300 000 réfugiés soudanais du Darfour, installés au Tchad...
(RFI 03/06/17)
Au Soudan, les combats qui ont repris au Darfour après quelques mois de calme relatif inquiètent l'Union européenne ainsi que la troïka pour le Soudan, composé des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la Norvège. Ces pays ont appelé à la fin des combats dans la région du Darfour, dans l'ouest du pays. Ces nouveaux combats entre les forces gouvernementales et une faction rebelle du Darfour ont lieu alors que des négociations de paix se tiennent à Khartoum depuis mardi.

Pages