Samedi 24 Février 2018
(Xinhua 01/10/13)
Malgré des progrès spectaculaires au cours des 20 dernières années, l'Afrique reste confrontée à des défis majeurs tels que les inégalités, la mauvaise gouvernance, et la corruption, a déclaré la vice- directrice du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), Anne-Birgitte Albrectsen.La vice-directrice a tenu ces propos lundi à l'ouverture de la session des experts de la Conférence régionale africaine sur la population et le développement, organisée à Addis Abeba par la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (UN-CEA), l' Union africaine (UA) et le FNUAP.La vice-directrice a souligné que les pays africains avaient démontré une forte volonté politique pour ce qui est d'éradiquer la pauvreté, de créer des opportunités d'emploi pour les jeunes, d' assurer le droit...
(AFP 30/09/13)
KHARTOUM, 30 septembre 2013 (AFP) - Le gouvernement soudanais a accusé lundi ses opposants de publier de fausses photos de victimes de la répression des manifestations, qui a déjà fait au moins 34 morts et suscité des critiques jusqu'au sein du régime. Une levée des subventions le 23 septembre a provoqué une augmentation de plus de 60% du prix des carburants, suscitant la colère à travers le pays, qui n'avait connu pareil mouvement de protestations depuis l'arrivée au pouvoir du président Omar el-Béchir en 1989. Contournant la censure dont se plaignent les journalistes, de nombreuses photos et vidéos affirmant montrer des victimes de la répression ont circulé sur des réseaux sociaux comme YouTube et Facebook. "La plupart des photos diffusées...
(AFP 30/09/13)
KHARTOUM, 30 septembre 2013 (AFP) - La police soudanaise a tiré du gaz lacrymogène contre des manifestantes qui protestaient contre la hausse des prix des carburants à l'université pour femmes Ahfad lundi, a annoncé son président, au huitième jour de contestation dans le pays. De 150 à 200 personnes manifestaient "contre le gouvernement et des choses comme ça", a dit Gassim Badri qui dirige l'établissement situé à Omduram, ville jumelle de Khartoum, à l'AFP. La police n'a pas pénétré sur le campus de l'université, mais à tiré du gaz lacrymogène depuis l'extérieur, a-t-il ajouté, et personne n'a été blessé. Depuis le 23 septembre, les protestations se multiplient au Soudan pour protester contre la décision du gouvernement de supprimer les subventions...
(RFI 30/09/13)
Au Soudan, la hausse du prix des carburants a poussé des milliers de personne dans la rue. Mais le régime d'Omar el-Béchir maintient sa décision et réprime de façon implacable : au moins 33 morts depuis une semaine. Dimanche 29 septembre 2013, 31 cadres du parti islamiste au pouvoir, le Parti du Congrès national, ont appelé le chef de l’Etat à revenir sur cette hausse de prix. Est-ce le signe d’une division au sein du régime ? Eléments de réponse avec Raphaëlle Chevrillon-Guibert, chercheuse au centre Michel de l'Hospital de l'université d'Auvergne (sud de la France) au micro de Christophe Boisbouvier. RFI : Depuis quelques jours, les manifestations contre la vie chère ont pris un tour politique. Est-ce que le...
(Xinhua 30/09/13)
La Chine est prête à aider à améliorer les relations entre le Soudan et le Soudan du Sud, a déclaré dimanche à Khartoum l'ambassadeur de Chine au Soudan. "La Chine apprécie l'adhésion des deux parties à l'option de la paix et les exhorte à trouver des solutions par le biais du dialogue à leurs problèmes non résolus", a déclaré M. Luo Xiaoguang lors d'une réception organisée à l'occasion du 64e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine, qui tombe le 1er octobre. "Nous réaffirmons la volonté de la Chine de jouer un rôle crucial dans l'amélioration des relations entre les deux pays", a-t-il ajouté. Le ministre soudanais du Pétrole Awad Ahmed Al-Jaz a transmis les félicitations de...
(Gabonews 30/09/13)
La 8ème édition de la Conférence économique africaine se tiendra à Johannesburg, en Afrique du Sud, du 28 au 30 octobre 2013.Cette rencontre, sous le thème de “l'intégration régionale en Afrique”, est organisée conjointement par le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (CEA) et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).Cette année encore, la Conférence économique africaine rassemblera de hauts responsables politiques et économiques, des chefs d'État, des chercheurs de renom et des experts du développement. En provenance des quatre coins du continent africain et du reste du monde, ils débattront des efforts accomplis par les pays africains pour joindre leurs forces et intégrer leurs économies dans l'optique...
(Agence d'information d'afrique centrale 30/09/13)
En marge de la 68e Assemblée générale de l'ONU, à New York, le président burkinabé, Blaise Compaoré, est revenu sur le carnage commis par des Shebab somaliens islamistes à Nairobi (Kenya), qui a fait 67 morts. Blaise Compaoré a souligné les « liens » entre certains groupes terroristes. « Au-delà du Sahel, nous devons commencer à renforcer aussi les échanges d'information, les renseignements avec les autres régions, que ce soit [en] Afrique centrale […] et jusqu'à cette région d'Afrique orientale », a-t-il relevé. Le président burkinabé a également évoqué la situation en Centrafrique et a réclamé le renforcement de la force panafricaine, après le cri d'alarme lancé par son homologue français, François Hollande. Dans l'intérêt de la paix dans le...
(Xinhua 30/09/13)
"Nous avons humilié et vaincu nos assaillants", s'est exprimé ainsi triomphalement le président kenyan, Uhuru Kenyatta, lors d'un discours télévisé, pour annoncer la défaite du commando terroriste des shebabs somaliens, plus de trois jours après le début de l'attaque contre le centre commercial Westgate de Nairobi.Au Kenya, les enquêtes sur l'attentat, qui a fait au moins 67 morts et 240 blessés, sont toujours en cours. Cet attentat, le plus meurtrier au Kenya depuis l'attaque-suicide d'Al-Qaïda en août 1998 contre l'ambassade des Etats-Unis, qui avait fait plus de 200 morts, a non seulement occulté la bonne réputation du Kenya, connue comme "la Perle de l'Afrique de l'Est", mais a également mis en évidence la fragilité de la sécurité globale en Afrique,...
(Le Monde 28/09/13)
Plusieurs dizaines de morts et des centaines d'arrestations. Près d'une semaine après le début d'un mouvement de protestation contre la vie chère au Soudan, le bilan de la répression qui s'est abattue sur les manifestants est lourd. Au pouvoir depuis 1989, le président Omar Al-Bachir, qui a jusqu'ici toujours échappé au souffle des "printemps arabes", compte bien tuer dans l'oeuf une contestation qui n'a cessé de prendre de l'ampleur au fil de la semaine. Les manifestations ont débuté lundi 23 septembre après l'annonce par les autorités de la fin des subventions étatiques sur le carburant. Une mesure qui s'est traduite par un doublement, du jour au lendemain, du prix à la pompe pour une population déjà démunie. Parties de la...
(Jeune Afrique 28/09/13)
Lassés de voir Pékin exploiter leurs richesses pétrolières et minières sans que leurs pays en retirent des bénéfices substantiels, les gouvernements africains - du Gabon au Tchad en passant par le Niger - tentent de rééquilibrer les échanges. Au prix de quelques frictions. C'est arrivé coup sur coup. En décembre 2012, les Chinois ont perdu le champ pétrolier d'Obangue, au Gabon. En avril 2013, ils ont été conspués par des chômeurs près des puits de Diffa, dans le sud-est du Niger. En août, sur ordre du gouvernement, ils ont dû fermer un site d'extraction très polluant au Tchad. "La romance entre la Chine et nous, c'est fini", s'exclame Sanusi Lamido dans une tribune retentissante parue en mars dans le Financial...
(AFP 27/09/13)
WASHINGTON, 27 septembre 2013 (AFP) - Les Etats-Unis ont critiqué vendredi la "répression brutale" et "disproportionnée" des manifestations antigouvernementales au Soudan dans lesquelles des dizaines de personnes ont trouvé la mort. "Les Etats-Unis condamnent la répression brutale menée par le gouvernement du Soudan sur les manifestants à Khartoum, dont l'usage excessif de la force contre les civils qui a fait des dizaines de morts", a indiqué la porte-parole du département d'Etat Jennifer Psaki dans un communiqué. "Des actions si sévères menées par les forces de sécurité soudanaises sont disproportionnées, profondément inquiétantes et provoquent un risque d'escalade des troubles", a-t-elle ajouté. Des milliers de Soudanais ont bravé les gaz lacrymogènes vendredi pour crier leur colère contre le gouvernement, au cinquième jour...
(AFP 27/09/13)
DUBAÏ, 27 septembre 2013 (AFP) - Les autorités soudanaises, qui tentent de maintenir le black-out médiatique sur les manifestations anti-gouvernementales, ont fermé vendredi les bureaux d'Al-Arabiya et de Sky News Arabiya à Khartoum, ont annoncé les deux chaînes satellitaires arabes. "Des officiers des services de sécurité sont venus nous informer que les autorités avaient décidé de geler les activités de notre bureau", a déclaré à l'AFP le correspondant de Sky News Arabiya à Khartoum, Tarek Al-Tijani. "Ils ont saisi le matériel et nous ont informés que nous ne devions nous livrer à aucune activité journalistique", a-t-il ajouté. Sky News Arabia, basée à Abou Dhabi, est une co-entreprise entre BSkyB, basée à Londres, et la compagnie Abu Dhabi Media Investment Corporation...
(AFP 27/09/13)
KHARTOUM, 27 septembre 2013 (AFP) - Des milliers de Soudanais ont commencé à manifester vendredi au cinquième jour d'une vague de protestations contre la levée de subventions aux carburants qui a fait des dizaines de morts, selon un correspondant de l'AFP et des témoins. A Oumdourman, ville jumelle de Khartoum, un défilé de quelque 2.000 personnes s'est formé sur la principale artère. "A bas le pouvoir de l'armée", "Non à la hausse des prix" et "Liberté, liberté", criaient les manifestants. Les forces de police, déployées en force, se tenaient à distance des manifestants. Auparavant, les forces de sécurité ont dispersé à coups de bombes lacrymogènes de petites manifestations qui s'étaient formées à l'issue de la prière du vendredi dans plusieurs...
(AFP 27/09/13)
KHARTOUM, 27 septembre 2013 (AFP) - Policiers et soldats étaient déployés en force vendredi à Khartoum avant de nouvelles manifestations à travers le pays secoué depuis cinq jours par un mouvement de contestation qui a fait des dizaines de morts. Depuis la décision lundi du gouvernement de lever des subventions sur les carburants, les Soudanais ont manifesté en masse dans plusieurs régions et les protestations ont par endroits dégénéré avec des heurts et des biens publics et privés attaqués. De nouvelles protestations sont attendues à la sortie des mosquées après la prière de la mi-journée, à l'appel de militants réclamant la démission du président Omar el-Béchir. Sadek al-Mahdi, figure de proue de l'opposition, a aussi appelé à la mobilisation contre...
(RFI 27/09/13)
Au quatrième jour de manifestations qui ont secoué plusieurs villes du Soudan, la situation est redevenue calme ce jeudi 26 septembre au soir, notamment à Khartoum. Ces manifestations, provoquées par la levée des subventions sur les carburants, ont parfois pris une tournure violente avec des biens publics et privés saccagés ou incendiés. Ce sont les manifestations les plus importantes contre le régime du général Omar el-Béchir depuis son arrivée au pouvoir en 1989. Dans la capitale, la situation était calme. Les forces anti-émeutes se sont déployées aux principaux carrefours mais la plupart des magasins ont préféré garder leurs rideaux baissés. Les écoles sont restées fermées par décision du gouvernement et les stations-service n'ont pas ouvert. Il faut dire que la...
(AFP 27/09/13)
KHARTOUM, 27 septembre 2013 (AFP) - Les autorités soudanaises ont saisi ou empêché de paraître vendredi trois journaux, pourtant pro-gouvernementaux, pour maintenir le black-out sur les violentes manifestations qui secouent le pays, ont indiqué des journalistes. Les éditions des quotidiens Al-Soudani et Al-Majhar Al-Siassi ont été saisies à l'imprimerie, selon des journalistes travaillant dans ces quotidiens. Quant à Al-Watan, il a été informé par les autorités qu'il ne pouvait pas paraître, après avoir couvert dans son édition de jeudi les manifestations qui ont fait une trentaine de morts depuis lundi selon des sources hospitalières. Al-Soudani avait déjà été interdit de paraître jeudi, tout comme un journal indépendant, Al-Jarida. Selon le rédacteur en chef de ce dernier quotidien, les autorités ont...
(AFP 27/09/13)
KHARTOUM, 27 septembre 2013 (AFP) - Les autorités soudanaises ont saisi ou empêché de paraître vendredi trois journaux, pourtant pro-gouvernementaux, pour maintenir le black-out sur les violentes manifestations qui secouent le pays, ont indiqué des journalistes. Les éditions des quotidiens Al-Soudani et Al-Majhar Al-Siassi ont été saisies à l'imprimerie, selon des journalistes travaillant dans ces quotidiens. Quant à Al-Watan, il a été informé par les autorités qu'il ne pouvait pas paraître, après avoir couvert dans son édition de jeudi les manifestations qui ont fait une trentaine de morts depuis lundi selon des sources hospitalières. Al-Soudani avait déjà été interdit de paraître jeudi, tout comme un journal indépendant, Al-Jarida. Selon le rédacteur en chef de ce dernier quotidien, les autorités ont...
(Sidwaya 27/09/13)
La 10e édition du Salon international du tourisme et de l’hôtellerie de Ouagadougou (SITHO) a ouvert ses portes le jeudi 26 septembre 2013 à Ouagadougou. C’était au cours d’une cérémonie présidée par le Premier ministre Beyon Luc Adolphe Tiao.C’est le jeudi 26 septembre dernier que la 10e édition du Salon international du tourisme et de l’hôtellerie de Ouagadougou (SITHO) a ouvert ses portes. « Tourisme et Technologies de l’information et de la communication (TIC) : quelles opportunités pour l’Afrique ? », tel est le thème sur lequel se focaliseront les débats et réflexions durant les 4 jours consacrés au salon. Le choix de ce thème est lié à l’essor des TIC qui ont entraîné des changements dans la nature de...
(AFP 26/09/13)
KHARTOUM, 26 septembre 2013 (AFP) - Un collectif de jeunes militants au Soudan, secoué depuis quatre jours par des manifestations anti-gouvernementales, a appelé jeudi soir à poursuivre le mouvement de contestation jusqu'à la chute du régime du président Omar al-Béchir. Dans un communiqué parvenu à l'AFP, "L'alliance des jeunes de la révolution soudanaise", qui contribue à l'organisation de la contestation sur les réseaux sociaux, demande "au peuple soudanais de poursuivre sa révolution et ses manifestations". Le communiqué réclame "la démission du chef de l'Etat et de ses adjoints, ainsi que du gouvernement corrompu et le démantèlement de ses services". L'alliance appelle dans le même temps "les forces armées et les hommes honnêtes au sein des services de sécurité à prendre...
(RFI 26/09/13)
Une vague de protestation, sans précédent, s’abat sur le Soudan, pour le troisième jour consécutif. Des manifestants ont défilé, pour la première fois, le mercredi 25 septembre, dans les rues de Khartoum. Le mouvement de contestation - à l'origine contre la hausse des prix du carburant - a tourné à l'émeute et selon un premier bilan il y aurait eu près de 29 morts durant ces trois derniers jours. Les manifestants réclament désormais plus de liberté. L’ambassade des Etats-Unis à Khartoum appelle à ne pas recourir à la force. Des actions sporadiques ont eu lieu, ce matin, dans la capitale du Soudan. Des jeunes ont brûlé des pneus ; tenté d’incendier des stations d’essence et mis le feu à des...

Pages